Test : Tales of Zestiria


Tales of Zestiria
  • 1
  • 4
  • 8
  • 43
Note des joueurs :
3.6/5 - 11 notes
Note des platineurs :
2.5/5 - 2 notes

Tales of Zestiria

ps3


56 trophées au total
23 trophées cachés 1 DLC

160 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 22 joueurs (14 %)
100% par : 18 joueurs (11 %)
Note du jeu
16/20
Discuter du test

Test du jeu
Tales of Zestiria

  • Test rédigé par JohnBuckheart le 21-02-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Sorey, le Héros de Tales Of Zestiria
La série Tales Of ! Encore un nom qui fait vibrer notre âme de joueur. Si vous êtes un amateur de J-RPG, vous avez forcément posé vos mains sur l'un des opus de cette magnifique série !
Tout a commencé au Japon le 15 décembre 1995 avec Tales of Phantasia sur Famicom. Depuis ce jour, c'est presqu'une vingtaine d'épisodes qui se sont succédés sur nos consoles, nous berçant à chaque nouvelle histoire par un monde merveilleux et des personnages hauts en couleur ! Aujourd'hui, le 16 octobre 2015 (en Europe), c'est pour les 20 ans de la série qu'on nous propose le dernier bébé de Bandaï Namco : Tales Of Zestiria.

C'est aux commandes de Sorey que vous entrez dans un nouveau monde tourné vers le Médiéval Fantastique. Votre héros est un jeune homme passionné par les ruines et l'histoire, vivant au milieu des Séraphins, des êtres immortels et invisibles à l’œil nu des humains, sauf pour Sorey bien sûr. En effet, ce dernier a été recueilli et élevé par les séraphins alors qu'il n'était qu'un bébé.

Vous commencez donc votre aventure sur la Terre d'Elysia, la patrie des Séraphins, un lieu béni entouré par les nuages. Alors que Sorey et son frère adoptif Mikleo explorent des ruines, ils découvrent des fresques racontant l’avènement d'un Berger parmi les hommes, un être capable de combattre la malveillance de ce monde. Ensuite, après cette découverte historique, c'est en cherchant plus profondément dans les ruines qu'ils font la rencontre d'Alisha, une femme humaine, à qui ils vont porter secours.

C'est cette rencontre qui va marquer le début de l'aventure de Sorey et qui le poussera à quitter la cité des nuages pour découvrir le monde humain. Pour cette aventure, il sera accompagné par son frère Mikleo, mais aussi plus tard par d'autres personnages tous plus charismatiques les uns que les autres. Notre jeune héros va très vite découvrir qu'il est le Berger de la légende et qu'il devra mener sa quête dans le but d'anéantir le Seigneur des Calamités, un être transformant les humains en monstres grâce à la malveillance. Rien que ça !

Nous prenons donc la route sous le signe du Berger pour une quête fantastique bercée par les légendes et la magie, une quête que nous entreprenons dans l'unique but de sauver le monde.

Contenu du jeu


Des cinématiques nombreuses et magnifiques
Image

Comme tous les Tales Of, nous sommes gâtés en matière d'aventure, même si le fil conducteur de l'histoire reste assez classique. Nous avons un jeune héros se découvrant être un élu d'une prophétie et qu'il va devoir traverser le monde dans l'objectif de le sauver. En effet, le Berger est le seul capable de purifier la malveillance, une sorte d'aura noire qui se développe dans l'âme des humains et des séraphins lorsque ces derniers se laissent corrompre par la haine, la violence, la cupidité et bien d'autres joyeusetés du genre. Notre Berger a d'ailleurs bien intérêt à s'atteler à son travail rapidement puisque la malveillance transforme les gens en monstres. Nous sommes donc face au fameux combat du bien contre le mal, avec un héros au cœur pur.
Même si l'idée reste assez simple, l'histoire n'en reste pas moins efficace et très dure. En effet, la mort est très présente dans ce Tales of. Même si elle ne se dessine pas dans le jeu par la présence de sang et de peur, on la sent prononcée et troublante, sur un fond de guerre entre deux pays, le tout dirigé comme un chef d'orchestre par le Seigneur des Calamités, un être corrompu à l'extrême par la malveillance. Un véritable méchant très complexe que Sorey, notre héros, va s'efforcer de comprendre tout au long de sa quête.
Nous sommes en fait face à une narration dont les idées de base sont assez classiques mais qui par contre est terriblement prenante et complexe. Elle nous donne envie de pousser le jeu jusqu'à la fin pour comprendre toute l'ampleur de cette histoire qui se veut ultra immersive.

Image

Il s'agit là de l'une des caractéristiques mises le plus en avant par Bandai Namco lors de la promotion de Tales of Zestiria. En effet, on nous promettait un monde ouvert, avec beaucoup de possibilités et de choses à faire. Hélas, il faudra attendre un autre opus de la série pour apprécier réellement un vrai Open World. Ici, on explore Tales of Zestiria que si on avance dans l'histoire, les quêtes secondaires étant peu nombreuses avant la fin du jeu. De plus, même si les lieux que nous traversons sont beaux, entretenus par cette couleur chatoyante que nous connaissons au Tales Of, nous sommes très souvent confrontés à des murs, invisibles ou non, nous empêchant d'aller bien loin dans notre exploration. Et puis, en dehors des monstres et des coffres, il n'y a pas grand chose dans les plaines que nous traversons entre les donjons et les villes. On ressent en vérité un certain vide autour de nous dans les décors.
Nous pourrons aussi constater un côté très répétitif dans les graphismes lorsque l'on avance dans l'aventure, les donjons se ressemblant presque tous.

Image

Pour ceux qui sont habitués aux Tales of, sachez qu'il y a des éléments fidèles à la série dans le contenu du jeu. Vous aurez bien entendu les Saynètes qui sont particulièrement bien travaillés pour cet épisode, la possibilité de changer la tenue de vos personnages et de leur mettre des accessoires, d'être plus ou moins fidèles dans les magasins pour obtenir des meilleurs objets, la gestion de vos Artes et de vos capacités de groupe, ou encore la présence des découvertes (Comme dans Tales of Graces f)
On pourra en revanche constater l'absence d'un Colisée qui sera néanmoins remplacé par des "Creusets de Malveillance", des lieux vous permettant de tester votre habilité avec un seul personnage prédéfini, chaque creuset ne vous donnant pas le choix du héros que vous contrôlez.

Une fois le jeu fini, vous aurez accès à un bon gros donjon optionnel (et innovant par rapport aux autres donjons du jeux) avec des nouveaux monstres et plusieurs Boss spéciaux. De plus, le simple fait de réussir à finir ce donjon vous permettra de débloquer un Boss encore plus puissant par la suite, exactement dans la même idée que dans Tales of Grace f.
Enfin, vous aurez aussi accès au (célébre) magasin des points en fin de jeu, vous permettant de recommencer une partie avec des avantages supplémentaires. Un classique des Tales of qui est toujours agréable.

En fait, les grandes nouveautés de cet opus sont plus dans l'aspect technique du jeu. En effet, vous aurez la possibilité de fusionner vos armes et armures. Un système assez compliqué à prendre en main mais qui recèle beaucoup d'ingéniosité. Vous aurez aussi des talents propres à chacun de vos personnages, comme la détection de points d'intérêts (comme les découvertes), la possibilité de faire apparaître des monstres prédéfinis par vous-même afin d'obtenir un équipement spécifique ou même le talent de "trouver" de l'argent juste en marchant. Je vous citerai aussi le système du combat du jeu qui se veut innovateur tout en gardant des bases qui nous connaissons bien. Enfin, vous découvrirez rapidement que plus vous combattrez de monstres dans certains secteurs, plus vous débloquerez des bonus grâce à des Seigneurs de la Terre comme par exemple la possibilité de remplir de nouveau les coffres déjà ouverts.

Seulement malgré ces nouvelles idées pour Tales of Zestiria, on ne peut que constater qu'elles sont peu nombreuses. Si vous êtes un habitué de la série, vous serez donc soit déçu par le manque d'originalité dans le contenu, soit heureux de retrouver ce que vous connaissez déjà, ce qui, il faut le dire, fonctionne très bien.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Les Artes Mystiques, fidèles à la série
Image

Les Tales of sont très connus pour leur système de combat. Très appréciés mais souvent montrés du doigt car assez ressemblants entre chaque épisode, nous sommes face dans ce nouvel opus à une bonne dose d'originalité. Tout d'abord, on garde la base : quatre de vos personnages se battent en utilisant différentes compétences qui s'appellent Artes. Seulement cette fois, vos artes seront divisés en trois types distincts : les artes martiaux, les artes séraphiques et les artes cachés. Chacun pouvant arrêter net un autre dans les combats. Or ici, vos personnages humains ne pourront utiliser que les artes martiaux et cachés alors que les personnages séraphins auront la main sur les cachés et les séraphiques. Vous allez donc devoir jongler avec ce système en fonction de l'adversaire que vous aurez en face de vous. Surtout que vous devrez aussi associer les résistances/faiblesses de vos ennemis aux éléments suivants : le feu, le vent, la terre, l'eau et le sacré. Heureusement, vos héros humains auront des techniques polyvalentes, ce qui vous permettra de vous adapter. Par contre, vos personnages séraphins auront une prédisposition à un élément. Mikleo par exemple, est un séraphin de l'eau.
Mais en vérité, la grande nouveauté de ce Tales of est l'Armatisation. Il s'agit là d'une fusion entre votre héros et un séraphin. Non seulement cela vous rend plus fort en augmentant vos stats et vos HP, mais en plus cela peut vous faire ramener à la vie tout en débloquant des nouveaux artes séraphiques. En fonction du séraphin avec lequel vous fusionnez, vous aurez des artes spécifiques à son élément.
Ce nouveau système donne de la vie et du punch au combat, vous permettant de vous sortir d'une situation délicate et/ou de profiter de la faiblesse à un élément de votre adversaire.
Au passage, je vous rassure, les artes Mystiques (des compétences puissantes et uniques à chaque personnage) sont aussi présentes dans le jeu !

Image

Je vous en parlais un peu plus haut, Tales of Zestiria possède, comme ses prédécesseurs, un système de point vous permettant de débloquer des bonus pour votre New Game +. Mais pour ce Tales of, le système est un peu plus délicat. En effet, vous cumulez des points lors des combats, par exemple lorsque vous n'utilisez pas d'objet ou que vous avez battu très rapidement votre adversaire. Seulement ce n'est pas ces points-là qui vous seront donnés pour votre magasin des points. Non, ceux-là iront aux Seigneurs de la Terre. Ces êtres sont en fait des séraphins que vous sauverez de la malveillance lors de votre aventure et qui béniront une zone de la carte du mon de pour vous. Plus vous cumulerez de points lors des combats, plus leur niveau de bénédiction augmentera, cela vous permettant au passage de débloquer des bonus immédiats pour votre partie comme la détection des ennemis sur la carte ou une augmentation des butins lors des combats.
Un système intéressant et très important pour le jeu puisque rien que le fait de vous proposer plus de butins, c'est particulièrement utile pour les fusions de vos armes.

Mais du coup, vous me direz, comment cumuler des points pour le NG+ alors ? Est bien, c'est points-là (j'espère que vous suivez toujours) se calculeront en fonction du niveau de bénédiction de vos Seigneurs de Terre.

Image

Il n'y a pas à dire, les graphismes sont beaux. Ce côté coloré et dessiné de la série Tales of ne vieillit pas et colle parfaitement à l'univers fantastique que l'on nous propose. Il va de soi que l'image est de bien meilleure qualité sur PS4 que sur PS3 mais aillant moi-même joué à cette dernière, on voit que la console a été poussée à sa plus grande capacité. D'ailleurs il est même appréciable de voir que les joueurs PS3 est exactement le même contenu de jeu que les joueurs de PS4. Ce qui différencie réellement les deux versions, c'est vraiment la texture graphique et la qualité du son, C'est logique en même, il ne s'agit pas de la même génération de console.
En parlant de son, la série reste fidèle à elle-même. Les musiques sont magnifiques et nombreuses. Si vous possédez un bonne barre de son et que vous aimez l'univers musicale de Tales of, vous serez comblé. De plus, vous aurez quelques notes issus d'autres épisodes tel que la musique de Lugder de Tales of Xillia 2.
En revanche, gros bémol pour cet opus : la caméra. Tout se passe bien durant l'histoire ou l'exploration, par contre en combat, elle peut très vite vous donner la tête. Il suffit que des monstres vous entraînent dans un coin (ou le contraire) et la caméra peut devenir complètement folle. C'est tout de même dommage lorsque l'on sait le nombre de combat que l'on fait dans un Tales of ( plus de 2000 si vous poussez le jeu au (Platine).

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Des Héros haut en couleur et charismatiques
Image

Le gros avantage de la série Tales of, c'est la possibilité de recommencer une partie avec de nombreux bonus et notre opus, Zestiria, ne déroge pas à la règle. Il est agréable de pouvoir refaire une partie en ayant, par exemple, une augmentation de l'expérience par 5 ou de l'argent par 2. Le système commence d'ailleurs à être bien rodé puisqu'il vous faut cumuler des points lors de votre partie pour débloquer les bonus, vous réclamant donc de jouer déjà de nombreuses heures sur votre partie.

D'ailleurs, la New Game + est (presque) indispensable pour l'obtention de votre (Platine). Sans elle, vous passerez 5 fois plus de temps à jouer pour simplement level up vos personnages et espérer vaincre le Boss Final en difficulté maximale. De plus, le fait de pouvoir recommencer avec de nombreux avantages vous poussera à explorer encore plus le jeu, comme par exemple son donjon optionnel qui reste assez difficile lors de votre première partie au vu du niveau que vous aurez.

Image

Si vous avez juste envie de découvrir Tales of Zestiria sans vous prendre la tête avec un (Platine) ou pour tout simplement découvrir l'histoire, foncez les yeux fermés. L'aventure est merveilleuse et parfaitement ficelé. Elle est même assez complexe et prenante tout en vous berçant par sa narration. De plus, vous avez la possibilité de mettre la difficulté en facile et ainsi profiter de l'univers du jeu sans que les monstres ne vous posent trop de problème.
Bref, le plaisir est là, surtout pour les amateurs de J-RPG et les amoureux des Tales of.

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


De la Malveillance à l'état pur
Image

Tiens, parlons-en du (Platine) ! Après tout, on est des chasseurs.
Ce qui est agréable dans la série des Tales of, c'est que le (Platine) nous pousse toujours au maximum des possibilités que propose le jeu. Vous avez les traditionnels trophées liés à l'histoire bien entendu, mais on vous demandera d'aller plus loin comme affronter tous les Boss optionnels du jeu, utiliser la fusion (beaucoup de fois), améliorer les talents de vos personnages, combattre le plus d'adversaires différents, trouver le plus d'objets possible ou encore réussir à venir à bout de tous les creusets de malveillances.
Vous aurez aussi des défis plus spécifiques comme vaincre certains Boss sans objets ou tout simplement de combattre le Boss Final dans toutes les difficultés. Pour ce dernier point, on remercie grandement le New Game + d'être présent sans quoi le (Platine) serait véritablement difficile à avoir ou très long. Oui, sur cette dernière phrase, je vous laisse le choix puisque vous pouvez obtenir le (Platine) en jouant entièrement en Facile ! En revanche, dans ce cas-là, vous serez obligé de recommencer le jeu 5 fois en refaisant l'histoire. C'est une possibilité, certes, mais vous allez passé quelques ( et même beaucoup trop) heures sur le jeu.

D'une manière générale, les trophées restent fidèles à ceux que nous connaissons déjà dans les autres Tales of. Je mettrai juste un bémol sur deux trophées en particulier. Le premier est (Argent) Capitale de fusion. On vous demande ici de fusionner un équipement 99 fois. Ce trophée vous énervera tout simplement parce qu'il est inutile. Ce sera l'un des tout dernier que vous ferez. En effet, même à la fin du jeu, vous n'aurez pas dans votre votre inventaire 99 épées. Il vous faudra faire le tour des magasins plusieurs fois pour acheter de l'équipement, magasin qui ne se renouvelle en stock que quand vous avez fait quelques combats.
Le deuxième trophée que je vais vous citer est (Bronze) Cauchemar du diététicien. Pour l'obtenir, ils vous faut créer TOUS les en-cas du jeu. C'est-à-dire que vos personnages utilisent leur talent "préparation à en-cas". Or, pour créer tous les en-cas du jeu, il faut que ce talent soit au niveau maximum. C'est dommageable dans le sens où du coup vous devez mettre tous les talents de vos héros sur préparation à en-cas et que ce trophée ne tombera qu'au bout (au minimum) 60 heures de jeu. Cela vous bloquant du coup les autres talents que vous n'utiliserez pas en attendant. Dommage.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
16/20

C'est une belle aventure que l'on vit dans Tales of Zestiria. L'ambiance est agréable, l'histoire nous berce tout en étant sombre et l'esprit reste fidèle à la série. Je ne peux que vous conseiller de vous lancer dans l'aventure, surtout si vous êtes un fan de Tales of. Il faut par contre s'adapter au système de combat un peu particulier ainsi qu'à la fusion des armes et armures qui peut vous paraître très complexe aux premiers abords. Mais je suis sûr de pouvoir vous garantir un très bon moment au sein de cette nouvelle aventure en compagnie de Sorey.

Je recommande ce jeu :
Aux spécialistes du genre, Aux habitués des 100%, Aux fans de la série