Test : Metal Gear Solid 3 : Snake Eater HD


Metal Gear Solid 3 : Snake Eater HD
  • 1
  • 4
  • 5
  • 36
Note des joueurs :
4.8/5 - 101 notes
Note des platineurs :
4.6/5 - 48 notes

Metal Gear Solid 3 : Snake Eater HD

ps3


46 trophées au total
0 trophée caché

1625 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 610 joueurs (38 %)
100% par : 610 joueurs (38 %)
Note du jeu
18/20
Discuter du test

Test du jeu
Metal Gear Solid 3 : Snake Eater HD

  • Test rédigé par le 10-10-2014 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Se basant sur son expérience dans le SAS, le Major Zero suggère la création de l'unité FOX.
« Après la Deuxième Guerre mondiale, le monde fut séparé en deux blocs : l'Est et l'Ouest. Cette séparation marqua le début de ce qu'on qualifia plus tard de "Guerre froide". »

Préquelle de la série Metal Gear, l'histoire se passe en 1964, en pleine Guerre froide, URSS. Vous incarnez Naked Snake, membre émérite de l'unité FOX, plus tard connu sous l'appellation de « Big Boss ». Secondé par le Major Zero, agent de la CIA, il est le fondateur et le commandant de l'unité FOX.

La course à l'armement nucléaire étant lancée entre l'URSS et les États-Unis, les deux pays se disputent Nikolai Stepanovich Sokolov, ingénieur soviétique ayant créé le prototype du Shagohod : « monstre bipède » armé de missiles balistiques. L'homme ayant connaissance de secrets gênants, l'unité FOX est réquisitionnée pour le secourir.

Snake est chargé de cette mission, ceci marque le départ de la Mission Vertueuse.

Contenu du jeu


Un Anaconda géant pour le goûter, ça vous dit?
Sorti trois ans après Metal Gear Solid 2: Sons of Liberty, le jeu dispose d'une pléthore de nouveautés et d'un remaniement dans la façon d'appréhender le gameplay ; effectivement, le jeu se déroulant en 1964 et non plus en 2007/2009, l'aspect technologique a disparu pour laisser place à de l'infiltration pure. Plus de radar et autres bricoles, Hideo Kojima a privilégié le réalisme dans cet environnement naturel, nous laissant complètement Naked dans cette jungle hostile.

Parmi ces nouveautés, l'une des plus notables est sûrement l'arrivé du système de camouflage : indice calculé en pourcentage, c'est grâce à lui que vous pourrez passer inaperçu aux yeux des ennemis ; pour cela, et pour l'augmenter, il y a bien évidemment la possibilité de vous cacher à l'aide de votre environnement (herbes, souches, collines...), mais surtout, vous aurez à disposition des peintures pour le visage et des tenues furtives pour mieux vous fondre dans le décor.

Toujours dans les nouveautés, et, avec cet opus qui est très porté sur la survie, c'est sans équivoque qu'il fallait compter sur l'apparition de deux systèmes : le soin et la chasse. Parlons d'abord du système de soins.

À tout instant dans le jeu, il y a la possibilité d'accéder à une scanographie de Snake permettant ainsi de visualiser toutes ses blessures. Allant de la simple coupure jusqu'à la grosse fracture, vous aurez à disposition divers objets et autres remèdes pour mener à bien le rétablissement de notre héros. De base, il y aura déjà le nécessaire pour vous soigner, mais s'il vient à manquer, c'est encore une fois grâce à la faune et la flore que vous pourrez récupérer votre stock médicale.

Parlons-en, de la faune et de la flore. Quand l'estomac de Snake criera famine, la barre d'endurance de celui-ci se verra diminuer petit à petit, vous devrez dès lors vous procurez de quoi le nourrir ; animaux, fruits, tout est bon à prendre. Mais attention, notre Snake est difficile et a bon goût, tout ne lui plaira pas. Et, si par malheur vous gardez de la nourriture trop longtemps, celle-ci pourrira et contaminera Snake. De quoi refaire un petit tour dans la partie soins...

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Une jungle parfaite aux effets sonores incroyables.
Concernant l'aspect technique de Metal Gear Solid 3, c'est proche de la perfection ; autant le jeu sorti sur PlayStation 2 à l'époque était une claque monumentale, mais cette remasterisation est elle aussi très bonne en améliorant ce qui était déjà excellent. Les environnements sont plus que variés, allant de l'immense jungle Russe aux effets sonores impeccable, des grottes sombres et pesantes, jusqu'aux montagnes oxygénantes... C'est réellement un véritable plaisir de découvrir ces zones de jeux tout en s’imprégnant du scénario incroyable d'Hideo Kojima. Les cinématiques réalisées grâce au moteur du jeu sont époustouflantes et nous plonge au cœur du jeu comme si nous étions dans un film.

Quoi de mieux que des musiques et une bande-son exceptionnelle pour compléter ce jeu déjà incroyable? Harry Gregson-Williams a encore une fois fait de l'excellent travail, tout est incroyablement retranscrit, nous sommes plongés dans les années 60, et on peut y reconnaître une influence James Bond qui rendent les thèmes de ce jeu déjà cultes.

Quant au doublage, il n'est pas en reste ; il y a bien évidemment et toujours David Hayter qui fait un travail de doublage remarquable pour le personnage de Snake, sans oublier les personnages déjà culte de la série, je pense évidemment à Ocelot et The Boss qui ont tous deux un doublage formidable.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Un jeu qui mérite d'être salué.
Sans aucun doute la plus grosse qualité du jeu, le plaisir à jouer. Metal Gear Solid 3 étant le point de départ de cette fantastique saga, vous pourrez compter sur un scénario unique et empli de rebondissements, ainsi que des personnages ultra-charismatiques qui font de ce jeu l'un des meilleurs de la saga pour beaucoup.

Dans les personnages, je pense notamment et évidemment à The Boss, combattante légendaire et mentor de Snake, celle qui aura développée et mis au point (avec l'aide de Snake) la célèbre technique de combat CQC (Close Quarter Combat) qui deviendra très importante pour la suite de la série, ou encore plus impressionnant, c'est encore elle et son unité Cobra qui mena les Alliés à la victoire lors de la Seconde Guerre mondiale. Unité Cobra dont vous devrez affronter les membres un par un dans des affrontements plus intéressants les uns que les autres, mention spéciale à The End qui est pour moi l'un des boss-fight les plus cultes dans l'histoire des jeux-vidéo.

Sans oublier le Major Zero qui est très certainement l'un des personnages centraux et déclencheur de la trame scénaristique de la série, je n'en dirais pas plus pour éviter tout spoil. Il y a aussi la première apparition d'Ocelot, qui devient dès cet épisode le célèbre Revolver Ocelot dont on connait tant des autres opus... Et encore bien d'autres secrets concernant tout ce beau monde.

Pour ce qui est de la rejouabilité, elle est assez intéressante d'un point de vue scénaristique ou challenge sans pour autant être phénoménal. C'est toujours plaisant de refaire un Metal Gear, surtout lorsqu'il s'agit d'assimiler toute l'étendue du scénario qui est riche et alambiqué. Pour les gros joueurs à la recherche de challenge, vous aurez la possibilité de vous entraînez encore et encore jusqu'à atteindre le rang si convoité de Big Boss. Celui-ci demandera concentration et rigueur.

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Kero-kero Kero-kero Kero-kero...
Ah... La série des Metal Gear et les trophées. Comme à l'accoutumée, les trophées ne seront pas si simples à décrocher, néanmoins, cet opus de la saga dispose des trophées les plus abordables en terme de difficulté et de temps. Qu'on se le dise, ce Metal Gear Solid 3 qui pour la plupart des fans de la licence se situe tout en haut de part son scénario époustouflant, fera petite mine sur le challenge d’obtention des trophées ; pas de mode Extrême extrêmement compliqué ou de longues heures d'arrachage de cheveux, non, les seules choses qui pourraient vous donnez du fil à retordre (en difficulté avancée) sont le trophée PEACE WALKER qui nécessite de terminer le jeu sans tuer personne, et le trophée C’est pas rose d’être vert où il faudra trouver et tirer sur 64 kerotans. Mais, pour ce dernier, il y sera simplement question de temps et non de difficulté ; peut-être quatre ou cinq kerotans vous demanderont de vous y reprendre à plusieurs reprises.

Alors évidemment, si vous décidez de faire tous les trophées par vous-même sans aide extérieur, vous y trouverez votre compte, ce sera long et fastidieux, de longues heures de recherche en perspective pour récolter toutes les variétés d'espèces végétales et animales, ou encore dénicher tous les kerotans, mais, encore et toujours : aucune difficulté à proprement parlé. Du temps, et encore du temps. Et c'est un peu ce qui fait défaut au jeu. Le fait de devoir regarder une vidéo ou de suivre un guide pour connaître tous les emplacements des diverses ressources à collecter, ça casse le rythme et entache un peu le plaisir de la chasse aux trophées.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
18/20

Un jeu à faire de toute urgence, le point de départ de cette saga incroyable riche en rebondissements. Plaisir de jeu et émotion garantie.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série