Test : Killer is Dead


Killer is Dead
  • 1
  • 1
  • 14
  • 32
Note des joueurs :
4.1/5 - 25 notes
Note des platineurs :
3.9/5 - 11 notes

Killer is Dead

ps3


48 trophées au total
0 trophée caché

397 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 80 joueurs (20 %)
100% par : 80 joueurs (20 %)
Note du jeu
11/20
Discuter du test

Test du jeu
Killer is Dead

  • Test rédigé par Hystérion le 04-10-2014 - Modifié le 07-12-2016



Introduction


Un jeu au-dessus des attentes. Pas difficile lorsqu'il n'y en a que très peu.
Après plusieurs titres ayant été biens accueillis (Lollipop Chainsaw, Shadow of the damned,...), aussi bien par la critique que par les joueurs, Grasshopper Manufacture Inc. (alias Suda51) remet le couvert avec cette fois-ci un jeu intitulé Killer is Dead. Notez également que No More Heroes : Heroes' Paradise, encore un jeu de Suda51, est celui qui a le plus inspiré les développeurs quant à la réalisation du jeu qui nous intéresse ici. Vous incarnez Mondo Zappa, fraîchement engagé dans Bryan's Executioner Office ou communément appelé "bureau des bourreaux". Sa vie est partagée entre deux activités, les meurtres et le sexe. Quand il n'est pas en mission d'assassinat pour son patron, ce beau trentenaire passe son temps auprès des dames, qui tombent presque toutes instantanément dans les bras du protagoniste.

L'histoire du jeu vous plonge dans une succession de missions données par Bryan, votre patron, afin d'éliminer tout un tas de criminels plus dangereux les uns que les autres. Vous voyagerez dans plusieurs lieux, allant de la Terre à la Lune en passant par le subconscient de Mondo. Toujours accompagné de Mika, votre assistance, vous devrez trancher la tête de chaque personne susceptibles de vous mettre des bâtons dans les roues.
Tueur, amant, bourreau... tels sont les mots les plus à même de décrire Mondo.

Contenu du jeu


Et tu tranches, tranches, tranches... ♫
Un des plus gros points forts de Killer is Dead est sans conteste le contenu qu'il propose. En effet, excepté les douze missions principales, vous aurez plus d'une cinquantaine de missions annexes à réaliser. Certes, toutes ne sont pas très intéressantes, mais,elles ont au moins le mérite d'augmenter la durée de vie du soft de quelques petites, très petites heures car, malheureusement, c'est sur ce détail que le bât blesse. En effet, ne comptez pas plus de 10 heures pour compléter l'intégralité des missions présentes dans Killers is Dead. De plus, elles forment toutes un long couloir à traverser et elles sont assez répétitives et ennuyeuses pour la plupart. C'est encore plus vrai pour les missions Gigolo qui font très clichés et sont dénudés d'intérêt (allez hop, j'offre des fleurs à une belle dame et elle se retrouve dans mon lit...). D'ailleurs, le clin d’œil à Lollipop Chainsaw (les collectibles du jeu sont en fait Scarlett à trouver à différents endroits dans les niveaux), ancien jeu en date de Suda51, est très bien trouvé !

Rassurez-vous, je vous disais que le contenu du jeu était l'un des atouts de ce jeu et c'est toujours le cas. Malgré le nombre considérable de missions présentes, c'est surtout l'arsenal de Mondo qui impressionne. Comptez pas moins de 15 techniques différentes pour tuer vos ennemis qui ont en plus, l'avantage d'être toutes plus spectaculaires et diversifiées les unes que les autres. Alors que l'une d'elle vous permettra de tailler le corps de votre victime en un nombre incalculable de petits bouts de chair, une autre vous permettra facilement et simplement de faire éclater la tête du misérables se trouvant devant eux. Vous l'aurez donc compris, votre seule limite quant à la manière de tuer votre cible est votre imagination.
Il s'agit là donc d'un constat plutôt satisfaisant mais, la faible durée de vie ne permet pas à Killer is Dead d'obtenir un 5/5 dans cette section (ni dans aucune autre d'ailleurs...)
Pour finir, notez l'absence totale de mode multijoueur ou d'une quelconque coopération, que ce soit en local ou en ligne.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Qui a dit que les licornes n'existaient pas ?
Au niveau technique, Killer is Dead est dans la moyenne basse. Il y a beaucoup mieux mais, il y a aussi pire.
Lorsque vous débuterez le jeu, vous aurez l'impression que les graphismes sont très travaillés, sans aucun aliasing, ils donnent vraiment une impression de finition superbe. Malheureusement, au fil des niveaux, vous vous rendrez vite compte qu'au fur et à mesure, les belles impressions s’évanouiront, comme si tous les efforts des développeurs s'étaient concentrés sur les quatre premiers niveaux de l'histoire... Une fois ces quelques chapitres passés, vous aurez le droit à des ralentissements, des lags ou pleins d'autres bugs tout aussi énervants... Pour couronner le tout, l'IA est à la ramasse. Vous pouvez très bien vous trouvez à moins de cinq mètres d'eux, ils ne vous remarqueront pas mais certaines fois, vous pourrez être à cinquante mètres, ils seront là, à vous tirer dessus. Si vous êtes chanceux vous pourrez même tomber sur un boss invincible, ce qui vous obligera à recommencer la mission alors que vous venez déjà d'y passer 40 minutes.

A côté de tout ça, le titre de Suda51 possède aussi des qualités ! La bande-son est d'excellente facture, collant parfaitement avec ce qui se passe à l'écran, elle met du punch et du dynamisme au jeu. Elle permet souvent même de ne pas s'endormir lorsque l'action est moins présente. Dans les autres bons points, on compte également le gameplay, assez vif et nerveux qui est bien implanté avec de bonnes idées mais, souvent, pas assez exploités. Il aurait été préférable de faire plus de techniques d’exécutions à la place des armes secondaires qu'on utilisera que très peu, pour ne pas dire jamais.
En résumé, Killer is Dead compte des bons comme des mauvais points dans la catégorie Technique. Les développeurs ont eu l'audace de tenter de nouvelles choses mais, ils les ont souvent que peu exploitées. Dommage...

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Notre bourreau aime avoir de la compagnie...
Killer is Dead vous tiendra en haleine les quatre premières heures, tout au plus. En effet, au début, le jeu vous paraîtra plaisant, fun et complètement déjanté mais, une fois arrivé à la moitié de l'histoire principale, une fois toutes les compétences, armes et améliorations testées, le plaisir de jouer va redescendre aussi vite qu'il est arrivé. Il ne s'agit pas là d'un jeu ennuyeux à mourir mais quelque chose manque tout de même pour faire de ce jeu quelque chose d’addictif. La faute peut être au manque de variété des ennemis, pas plus de cinq types adversaires différents, avec la même façon de les battre qui revient systématiquement. Seuls les boss apporteront un peu plus de nouveautés aux niveaux. Cependant, le changement de lieu et donc de décor à chaque nouvelle mission permet de ne pas créer une lassitude permanente.
Les missions secondaires sont un peu plus diversifiées offrant à chaque fois des conditions différentes pour les réussir. On pourrait juste regretter l'absence de scénario pour ces dernières, cela aurait été un vrai plus. Malheureusement, les missions Gigolo viennent encore un peu plus assombrir le tableau car, en plus d'être sans intérêt, elles sont remplies de stéréotypes datés...

Le plaisir de rejouer au jeu est ici inexistant, on se serait bien passé de devoir refaire les cinquante missions plus de deux fois, déjà qu'une fois c'est à la limite du raisonnable... Premièrement, elles deviennent tellement simples avec toutes les améliorations, même en difficulté maximale, il n'y a aucune résistance de la part des ennemis ce qui met un nouveau coup de massue sur le plaisir de jeu. D'autre part, aucune mission n'a une réelle importance qui nous obligerait à l'apprécier, la plupart vous font commencer à un point A avec pour seule consigne "Tuez tout ce qui bouge". Aucune indication sur comment vous êtes arrivé là, pour quelle raison ou bien quelles sont vos motivations ? Vous devez seulement tuer. C'est bien connu, les tueurs ne savent faire que ça...

 

Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Tuer ? Il excelle dans ce domaine !
Autant vous le dire directement, si vous visez le (Platine) de Killer is Dead , vous allez vous ennuyer, j'y mettrai ma main à couper. Il n'y a que l'aventure principale et une minorité de quêtes secondaires qui vous feront réellement prendre du plaisir. Et encore que la première fois, parce que oui, vous devrez faire au minimum trois parties pour obtenir le Saint-Graal. Dès le commencement de votre deuxième partie, vous commencerez à vous ennuyer car les missions n'ont aucune replay-value, une fois suffit bien largement. Ajoutez à cela une cinquantaine de missions annexes à refaire, pour la plupart, au minimum deux fois pour obtenir le rang AAA, des défis gigolos pas rigolo à faire, une mission particulière à refaire plus d'une centaine de fois pour obtenir les 100 millions de dollars nécessaire pour un trophée et vous obtenez un (Platine) bien barbant à récupérer.

Cependant, le (Platine) n'est pas dur. Le mode "Très Difficile" est encore plus facile que le mode "Normal" une fois toutes les améliorations achetées, les rangs AAA pour les missions s'obtiennent sans trop forcer. Il n'y en a qu'une que vous devrez réessayer un bon nombre de fois mais la réussite de la mission n'a rien à voir avec le talent du joueur vu qu'il suffit simplement de connaître la mission sur le bout des doigts. Vous l'aurez donc compris, Killer is Dead n'a pas un (Platine) excessivement dur, il est juste long et ennuyeux.

 

Note : 2/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
11/20

En résumé, Killer is Dead n'est pas un mauvais jeu car il possède tout de même un bon contenu, un bon rendu graphique sur quelques missions ainsi que de bonnes idées en terme de gameplay. Malheureusement, les missions ennuyeuses à ne plus savoir quoi en fait, l'aliasing à tue-tête dans certains niveaux, la durée de vie faiblarde mais, surtout, l'absence totale de plaisir de jeu font de Killer is Dead un jeu bas de gamme qui ne restera pas dans les anales.
La longue route menant au Platine va vous paraître vraiment très longue du fait de sa répétitivité, de son mode Gigolo frôlant le ridicule mais aussi par son manque d'originalité.
Tout est réuni dans ce jeu pour que vous vous ennuyez un moment ou à un autre.

Je recommande ce jeu :
Aux curieux, À un public averti