Test : Deadly Premonition : The Director's Cut


Deadly Premonition : The Director's Cut
  • 1
  • 1
  • 6
  • 52
Note des joueurs :
4.4/5 - 20 notes
Note des platineurs :
4/5 - 14 notes

Deadly Premonition : The Director's Cut

ps3


60 trophées au total
57 trophées cachés

528 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 140 joueurs (27 %)
100% par : 140 joueurs (27 %)
Note du jeu
7/20
Discuter du test

Test du jeu
Deadly Premonition : The Director's Cut

  • Test rédigé par Miflin111 le 07-01-2015 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Bienvenue à Greenvale, où vous serez accueilli à bras ouverts
Deadly Premonition, ou titré Red Seeds Profile dans la version originale, a connu une sortie sur Xbox 360 aux USA et au Canada le 17 Février 2010, avant de connaître une sortie japonaise le 11 Mars 2010 sur Xbox 360 et PS3 avant d'atterrir enfin sur le Vieux Continent le 29 Octobre 2010, uniquement sur la console de Microsoft. Heureusement, l'injustice sera réparée grâce à une version director's cut qui sortira en Mars 2013 aux États-Unis et en Europe en Avril 2013 sur PS3 avec des améliorations graphiques, des contrôles revus, une compatibilité PS Move et un nouvel épilogue.

Développé par les japonais d'Access Games, Deadly Premonition est un jeu qui se classe dans le genre de l'horreur psychologique avec un monde ouvert et quelques phases de gunfight pour justifier qu'il y a de l'action tout en s'inspirant du célèbre Twin Peaks. Vous incarnez l'agent Francis York Morgan, dépêché sur place afin de mener les investigations suite à la découverte dans une forêt du corps d'une jeune femme assassinée. Après une embardée et contraint de rejoindre le village de Greenvale par ses propres moyens, l'horreur -dans tous les sens du terme- ne fait que démarrer. Jeu à budget modeste, il a connu une certaine effervescence, les uns louant sa mise en scène et son scénario prenant et intelligent, tandis que les autres n'auront de cesse de décrier les innombrables tares qui composent ce soft.

Contenu du jeu


Vous y découvrirez la passionnante légende du tueur à l'imperméable alias l'encapuchonné
Exclusivement solo, Deadly Premonition contient l'aventure principale qui vous occupera une bonne vingtaine d'heures ainsi que des quêtes annexes qui viendront ajouter plusieurs dizaines d'heures.
Il existe aussi une section spéciale à débloquer après avoir terminé le jeu qui n'apporte aucun intérêt à l'histoire et la possibilité de rejouer afin d'accomplir les quêtes annexes que vous auriez manquées. Le jeu se contente donc du minimum et malgré son monde ouvert, le manque de vie du village de Greenvale et d'interactions ne joue pas en faveur du jeu.
Cependant, l'aventure se révèlera suffisamment intense et riche pour oublier ces détails.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Les phases de conduite, nombreuses, seront un véritable calvaire malgré des routes peu fréquentées
Vous qui lisez cette section, abandonnez tout espoir.

Attaquons d'abord les graphismes qui accusent un retard conséquent, pouvant parfois être qualifiés de PS2 HD. L'affichage est tardif, les textures en font parfois à leur tête, les animations boiteuses desservent les émotions véhiculées par le jeu. Ensuite le jeu souffre de chute de framerate, souvent juste en bougeant la caméra et peut atteindre le léger freeze avant que le jeu revienne à un affichage d'images par seconde raisonnable; la gestion des collisions "dépasse l'entendement" et à l'exception de la voiture du héros, le reste des voitures ne sont que des prétextes pour mettre en avant la voiture de York.

Niveau gameplay c'est la folie furieuse: le temps d'animation rend l'action bien plus stressante qu'il ne faudrait en raison de la lenteur pour sortir l'arme et l'impossibilité de changer d'arme pendant qu'on vise, la maniabilité des véhicules est indigne, la différence entre les véhicules ne se fait même pas sentir et l'énervement vous guettera à force de mettre 5 secondes par porte à ouvrir je ne sais pas combien de portes dans un seul niveau. Les QTE sont dégueulasses, peu variés et auront pour vocation de bousiller votre stick analogique gauche.
Ne cherchez pas non plus des explications sur la logique de ce jeu et ses subtilités, tout vous sera expliqué de manière lapidaire sans fioriture ni logique.

Enfin, la bande-son, bien qu'il existe de nombreuses pistes, réussit l'exploit d'innover tout en vous matraquant les tympans avec des sifflements ou les mêmes accords de guitare que vous connaitrez par cœur à force de pêcher ou rouler en voiture. C'est regrettable car il existe de belles chansons rarement jouées pour compenser la laideur des bruitages et le néant sidéral d'émotions des doublages.
L'IA reste correcte mais ne se montrera jamais redoutable, tandis que les énigmes restent abordables par tous.

 

Note : 0/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Vous serez surpris par ses graphismes d'antan et son animation de jadis
Si vous avez cherché des informations sur internet, les avis des joueurs divergent du tout au tout et pour cause: le jeu a divisé les joueurs. D'un côté, il y a ceux qui n'ont pas pu supporter les tares omniprésentes du soft et ont tiré à boulets rouges sur le jeu -souvent à raison mais ils ont leurs torts- et ceux qui ont découvert un scénario prenant procurant tous les sentiments possibles dans le genre de l'horreur psychologique avec une mise en scène et des rebondissements qui marquent à jamais grâce à des personnages pouvant être clichés mais tous attachants et mystérieux. Le générique de fin se permet même de nous émouvoir avec la tristesse, la joie et la mélancolie mêlées pour un ressenti indescriptible.
L'immersion est donc le point le plus fort du jeu si vous outrepassez le reste.

La prise en main reste instinctive bien que les contrôles pêchent en cours de jeu et la durée reste honorable pour un titre du genre, même si la plupart du temps on roule, on regarde des cinématiques et on dézingue des fantômes sans savoir pourquoi, ni comment ils sont là jusqu'à l'obtention des réponses.

La note peut donc osciller entre 0 et 5 selon votre point de vue et pour satisfaire tout le monde, on coupe la poire en deux.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Heureusement, on pourra incarner d'autres personnages que York pour découvrir le jeu sous un angle nouveau
Si les trophées liés à l'histoire se feront avec plaisir, il en sera tout autrement pour le reste des trophées liés aux quêtes secondaires.
Non content d'être redondants et souvent inutiles, la plupart des quêtes annexes requièrent des conditions bien précises et pas évidentes à avoir. Bien que certaines puissent aider à la progression en fournissant des armes à munitions illimitées, d'autres ne vous apporteront que des cartes à collectionner voire rien du tout.
Gonflant la durée de vie de manière assez dantesque, la collection d'au minimum 64 cartes achève toute tentative de prendre plaisir à faire lesdites quêtes, l'opération se révélant longue, fastidieuse et au final rébarbative au possible. Cependant on peut s'estimer heureux que la difficulté est inversement proportionnelle à la durée d'obtention du platine.

 

Note : 1/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
7/20

Qu'on se le dise : j'ai apprécié les qualités narratives de Deadly Premonition ainsi que son atmosphère et les sensations procurées, rares à retrouver dans des œuvres vidéo-ludiques et c'est pour ces raisons que les plus persévérants iront jusqu'au bout de l'aventure afin d'être marqués au fer rouge.
Malheureux, le scénario a été travaillé au détriment du reste: contrôles sclérosés, graphismes avec des années de retard, animations mauvaises, maniabilité insupportable et bande-son sans saveur achèveront beaucoup de joueurs qui ne pourront tolérer tout ce fatras sur autant d'heures de jeu.
Encore une fois, un jeu qui ne laissera personne indifférent, en bien comme en mal, et c'est bien là que le studio Access Games nous surprend le plus...

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux spécialistes du genre, À un public averti