Assassin's Creed Odyssey fait le plein d'infos durant l'E3 2018


ps4
INFOS
Par Fethennour, le 14-06-18 à 03:19 21 commentaires

AC Odyssey 2

Ce jeu aura probablement été le point d'orgue de la conférence de presse donnée par Ubisoft à l'ouverture du salon annuel de l'E3 à Los Angeles, et à l'image d'autres productions également présentes sur place, l'éditeur français a laissé la presse approcher Assassin's Creed Odyssey, et il en est ressorti de nouvelles informations. Le fait, notamment, que cet épisode sorte tout juste un an après Origins, qui avait relancé la franchise sur de meilleurs rails, pourrait susciter l'inquiétude, mais Ubisoft fait son possible pour rassurer les fans de la première heure.


  • Sachez pour commencer que, d'un point de vue historique, il s'agit du plus ancien opus de la saga, paradoxalement développé par l'équipe déjà à l'oeuvre sur l'épisode le plus récent. Assassin's Creed Odyssey se déroule en effet en 431 avant JC, en pleine Guerre du Péloponnèse, soit quatre siècle avant même la naissance de Bayek et Aya, dont l'histoire est racontée dans Origins. C'est donc Ubisoft Québec, qui avait déjà développé Assassin's Creed Syndicate (sorti en 2015 et prenant place durant la Révolution Industrielle, ce qui en fait le jeu le plus proche de notre époque historiquement parlant), qui travaille sur ce projet depuis 3 ans maintenant. Les évènements de Odyssey se situent d'ailleurs avant la fondation de la Confrérie des Assassins, bien que les amateurs de la franchise se souviendront malgré tout qu'il existait des Assassins bien avant, comme le Perse Darius dont il est fait mention dans Assassin's Creed II, et qui précède Odyssey.

  • Le jeu est plus orienté RPG que jamais. Le réalisateur créatif sur Assassin's Creed Odyssey, Jonathan Dumont, déclare ainsi que ce nouvel épisode "est le lien qui lance la franchise vers le RPG complet". Il n'aurait d'ailleurs pas été totalement faux de dire que la licence s'oriente même vers du RPG à la sauce BioWare, tant Odyssey amène avec lui de nombreux standards de ce studio, parmi lesquels les choix multiples dans les dialogues, les quêtes à embranchements, de possibles fins multiples et même la possibilité d'établir une relation amoureuse avec plusieurs personnages.

  • L'un des thèmes majeurs abordés par le jeu est l'ordre opposé à la liberté. "Allez-vous établir l'ordre ou la liberté ?" demande Dumont à propos des décisions prises par le joueur dans Odyssey. "C'est quelque chose que nous apprécions, parce que ce sont justement des questions que se posaient les Grecs, puisque l'ensemble de leur mythologie est fondée sur l'ordre et le chaos".

  • Le choix du personnage n'affecte rien d'autre que votre apparence. Vers le début du jeu, les joueurs ont le choix entre incarner Alexios ou Kassandra, un homme ou une femme. Jouer un personnage féminin n'a rien d'une nouveauté dans Assassin's Creed, puisque c'était déjà une possibilité dans Liberation (2012), ainsi que partiellement dans Syndicate et Origins. Le choix du personnage à incarner, en revanche, est nouveau. Dumont justifie cette décision par la volonté de donner aux joueurs le plus de choix possible, et précise que cela n'aura aucune incidence sur le gameplay. "Leurs histoires sont les mêmes", déclare l'intéressé. "Les changements sont peu nombreux. Le jeu d'acteur est un peu différent, puisque chaque comédien apporte sa touche personnelle. Il s'agit davantage d'un véhicule sur la façon dont vous abordez le jeu avec ces personnages". Il n'y a donc pas d'élément de gameplay particulier à l'un ou à l'autre, et même les personnages avec qui vous pouvez avoir une relation amoureuse sont les mêmes, peu importe qui vous choisissez d'incarner.

  • L'époque actuelle et la Première Civilisation auront plus d'importance. Les développeurs ne sont en général pas très enclins à discuter de cet aspect lorsqu'on est autant en amont de la sortie du jeu, ce qui rassure les joueurs qui ne sont pas particulièrement fans de ce côté, mais se fait au détriment de ceux qui s'y intéressent davantage, et qui ont récemment été déçus par le manque de ce côté de la narration dans les opus précédents. Sans trop entrer dans les détails, Dumont a déclaré que ce côté serait plus mis en avant, ainsi que les liens avec la Première Civilisation, dont on a très peu vu les représentants, et qui sont pourtant à l'origine du conflit entre Assassins et Templiers.
    "Nous reviendrons sur l'histoire de Layla, qui va se poursuivre dans Odyssey" a dit Dumont, en faisant ainsi référence au nouveau personnage central de l'époque moderne vu dans Origins, Layla Hassan. "Les recherches menées par Layla pour trouver des artefacts et informations liés à la Première Civilisation la mènent un jour à la découverte d'un livre perdu, le premier livre d'Hérodote, le premier historien. Ce livre fait référence à un mercenaire spartiate qui aurait été en contact avec des artefacts de la Première Civilisation. Il pourrait même en avoir possédé un".

  • Il y a une explication narrative au choix de votre personnage. La première ébauche des jeux Assassin's Creed consistait en une personnage, à l'époque moderne, qui utiliserait un appareil appelé l'Animus pour vivre la  mémoire de l'un de ses ancêtres. C'était bien trouvé, mais bien dommage qu'Ubisoft n'ait pas réussi à conserver cette idée qui faisait le caractère unique de cette série. Origins a pourtant montré une alternative l'an dernier. Layla peut utiliser une version modifiée de l'Animus qui lui permet d'explorer la mémoire de personnes sans aucun lien avec elle. "Dans le cas de Odyssey, il y a deux possibilités de correspondance d'ADN avec la personne dont Layla veut vivre la mémoire, c'est ce qui explique, du point de vue de l'histoire, le choix que le joueur sera amené à faire" explique Dumont.

  • Le monde ouvert est gigantesque et géographiquement varié. Dumont décrit le jeu comme étant le plus grand dans la série Assassin's Creed, ce qui n'est cependant pas étranger au fait qu'une grande partie est constituée d'eau. Les environnements sont variés, amenant le joueur de sommets enneigés montagneux aux forêts, en passant par les bords de mer. Des fractions du jeu sont considérées par les développeurs comme étant du "contenu régional", qui fonctionnent en dehors de l'histoire principale et comportent des éléments narratifs et des aventures que les joueurs pourront explorer.

  • Votre arme principale ne sera pas la Lame Cachée, mais une lance. Que les joueurs fassent le choix d'incarner Alexios ou Kassandra, ils joueront le rôle de l'enfant de Leonidas, et porteront sa lance. Dans l'histoire de la série, on dit de Leonidas qu'il est porteur de l'ADN de la Première Civilisation. Sa lance est l'arme emblématique du jeu, en lieu et place de la Lame Cachée. Il s'agit d'un artefact de la Première Civilisation et détient un pouvoir issu d'un autre monde. La lignée de Leonidas, et par extension la vôtre, fait l'objet d'une prophétie, puisqu'elle est celle qui amènera la chute de Sparte, ce qui, d'une manière ou d'une autre, vous amènera à être jeté d'une montagne, à survivre à la chute, et à revenir 17 ans plus tard en tant que mercenaire qui obtient l'opportunité de découvrir une conspiration contre votre famille. La revanche qui suit l'attaque d'une famille est une tradition dans la saga Assassin's Creed, comme en témoignent Ezio et Bayek.

  • Vous avez à nouveau à votre disposition un oiseau. Odyssey utilise beaucoup d'éléments graphiques et d'iconographie vus dans Origins, à tel point qu'on pourrait penser qu'il s'agit du même jeu recyclé. les joueurs de Origins reconnaîtront des éléments de l'interface et des options de gameplay similaires, comme le retour du compas qui remplace l'ancienne mini-carte, et même le retour d'un oiseau, sorte de drone d'antan, qui peut surveiller le paysage, repérer les trésors, et marquer et harceler les ennemis. Votre compagnon à plumes se nomme Ikaros dans cet opus.

  • La plupart des éléments écartés par Origins resteront absents. Les anciens éléments de gameplay comme l'escalade de tours pour éclaircir certaines portions de la carte restent aux oubliettes, tout comme dans Origins. La "furtivité sociale" (le fait de se fondre dans la masse) ne revient pas non plus. Le Saut de la Foi est cependant toujours présent.

  • Les tenues de votre personnage seront beaucoup plus personnalisables. Malgré des ressemblances de surface, il y a des améliorations notables en comparaison avec Origins, même sur le démo présente à l'E3. Le système de loot est de retour par exemple, mais au lieu d'une seule catégorie pour les éléments qu'il est possible de porter, il y en a désormais cinq. Ces éléments sont classés par rareté, et chaque pièce d'équipement peut être améliorée par des gravures qui peuvent par exemple augmenter les chances de coup critique ou de dégâts de feu.

  • L'arbre des compétences et la façon dont les capacités sont déclenchées ont également été revus. Certaines compétences sont communes à tous les styles de jeu, ce qui comprend le fait d'appeler votre cheval ou votre oiseau, modifier le cycle jour/nuit du jeu (une option sympa qui fait son retour depuis Origins), ou battre et recruter des ennemis (davantage à ce sujet plus bas). Comme dans Origins, les branches de l'arbre des compétences vous proposera de nouvelles manoeuvres, allant du combat à distance, au combat rapproché, ou encore à la furtivité.
    Les embranchements de cet arbre dans Odyssey sont plus distincts et enrichis en permettant aux joueurs de débloquer des versions supérieures des compétences. Par exemple, vous pourriez dépenser vos points d'amélioration sur une large palette de styles de jeu, débloquant ainsi une capacité à distance comme tirer plusieurs flèches en même temps, une autre qui vous permet d'enflammer vos armes, et une capacité furtive appelée "Assassinat précipité", qui vous permet de projeter votre lance sur un ennemi et lui foncer dessus pour le tuer, et potentiellement enchaîner sur un second meurtre. Vous pouvez tout aussi bien négliger le combat à distance, et à la place, augmenter l'assassinat précipité au niveau 2 (donnant une attaque initiale plus puissante, et la possibilité d'enchaîner non pas avec un autre kill, mais deux), et ensuite débloquer une capacité furtive supplémentaire par dessus.

  • Le système de combat de Origins a pris une tournure majeure. Le combat est toujours basé sur les hitboxes, demandant au joueur de se concentrer sur les attaques à un timing précis effectuées à la distance la plus appropriée. Ce qu'il y a de nouveau, cependant, c'est la possibilité d'assigner quatre mouvements, voire plus, à vos boutons, et déclencher ces mêmes mouvements au fur et à mesure que la barre d'adrénaline du joueur se remplit. Ceci a pour but de diversifier l'arsenal, et remédier au manque de mouvements qui a empêché Origins d'être aussi jouissif qu'un God of War, par exemple. Au beau milieu d'un combat, un joueur qui aurait, par exemple, un Spartan Kick et un bouclier associés à un bouton peuvent effectuer des attaques régulières, faire monter leur adrénaline, et appuyer sur L1 pour déclencher un coup de pied ou attraper le bouclier de l'ennemi et leur renvoyer.

  • La furtivité est également améliorée. Un côté qui n'était qu'une option dans Origins. Bayek ne pouvait par exemple pas toujours assassiner des ennemis de haut niveau avec sa Lame Cachée, et les joueurs n'étaient pas nécessairement incités à nettoyer les bases ennemies sans déclencher d'alarme. Dumont déclare donc que l'équipe de Québec s'est focalisée sur ces aspects pour permettre aux joueurs d'effectuer davantage de kills furtifs. La lance de Leonidas, qui prend la place de la Lame Cachée, sera un excellent outil pour les meurtres furtifs en un coup sur des ennemis de niveau similaire à celui du joueur, ou d'un niveau au dessus.
    La furtivité se manifeste également dans l'arbre des compétences, donnant accès à une large palette de coups dédiés, comme la possibilité d'envoyer des alliés recrutés pour faire diversion, permettant ainsi au joueur de foncer et tuer discrètement un ennemi, et même enchaîner sur un second.

  • Le bateau joue une rôle clé dans le jeu. Odyssey ne se contentera pas de donner aux joueurs des flashbacks à propos de Origins. C'est également l'occasion de se remémorer Assassin's Creed IV: Black Flag et AC: Rogue. Odyssey offre aux joueurs un monde vaste dans lequel l'eau prend beaucoup de place. Ils pourront ainsi naviguer sur la mer Égée, passant d'une île grecque à une autre, et pourront se lancer au coeur de combats navals contre les vaisseaux ennemis. Il y aura sans doute d'autres activités maritimes, puisque l'on peut voir dans une des bandes annonces du jeu un personnage faisant ce qui semble être un plongeon en eaux profondes. C'est également un milieu infesté d'animaux hostiles comme des requins qui n'hésiteront pas à faire de vous (ou de vos ennemis) leur goûter. D'autres animaux, même légendaires, pourront être croisés sur la terre ferme également.

  • La plupart des personnages du jeu peuvent rejoindre l'équipage de votre bateau. Votre vaisseau s'appelle d'ailleurs l'Adrestia, et vous servira de quartier général. La plupart des combattants ennemis et même beaucoup de personnages parmi les citoyens du jeu peuvent être recrutés pour intégrer votre équipage (ou pour faire diversion pour les joueurs plus orientés vers la furtivité). Ces recrues potentielles offriront des bonus de statistiques et de compétences, dont certains seront visibles par votre oiseau lorsqu'il fera une reconnaissance du terrain. Vous serez également en mesure de personnaliser l'apparence de votre bateau, et même l'équipement porté par vos hommes.

  • Le monde ouvert de Odyssey sera influencé par un système de pouvoir politique que le joueur peut manipuler. La Grèce décrite dans le jeu se compose de 27 états, chacun disposant de son propre leader. Un système de couleur rouge et bleue montre quel état est sous l'influence de Sparte, et quel autre est sous l'influence d'Athènes respectivement. "Quand ces leaders rencontrent des difficultés et que leurs ressources s'amoindrissent, ils s'affaiblissent", dit Dumont. "Et d'autres factions envahiront leur état". Il n'est cependant pas dit si cela arrive automatiquement avec le temps ou si ces modifications dans le pouvoir sont uniquement le résultat des actions du joueur.
    Les leaders en difficulté offriront des contrats pour obtenir de l'aide, et le joueur, qui contrôle techniquement un mercenaire, peut choisir de remplir ces contrats. Il aura également pour tâche de battre les leaders de certaines régions, et verra une jauge qui indique la tenue du pouvoir d'un leader sur son état. Détruire et piller les environs d'un état feront de son leader une cible plus facile.

  • Le joueur pourrait voir sa tête mise à prix et être à son tour la cible d'un mercenaire. La carte de la démo montrait des indicateurs de mercenaires et de personnes recrutant ces mercenaires, laissant penser que vous pouvez interagir non seulement avec les PNJ lancés à vos trousses, mais également ceux qui les paient. Si le joueur tue des civils, il doit s'attendre à ce que sa tête soit mise à prix. Vous pouvez également être poursuivi en mer par d'autres bateaux.

  • Il y aura des séquences de batailles épiques. L'un des ajouts présents dans Odyssey consiste en des batailles de grande envergure, comportant même 300 combattants. Certaines de ces batailles feront partie intégrante de l'histoire principale, et d'autres seront optionnelles, restant le choix de joueurs qui préfèrent se concentrer dessus. Dumont les décrit comme des épreuves pour tester les compétences martiales du joueur. Tandis que vous livrerez bataille, des objectifs secondaires apparaîtront pour tuer certains ennemis en particulier. Dumont précise également que les joueurs qui entreront dans la bataille alors qu'ils ont une prime sur leur tête verront des mercenaires dans le camp adverse. Il prévient également sur l'apparition de formidables adversaires, comme le héros Achille.

  • Vous pouvez mentir aux gens. Les développeurs expliquent que leur jeu se veut aussi fidèle à l'Histoire que possible, mais qu'en même temps, ils explorent des moyens pour le joueur de vivre une expérience narrative malléable. Le réalisateur narratif MacCoubrey explique ainsi qu'il y a dans les 30 heures de narration interactive dans le jeu et que le joueur pourra interagir avec d'autres personnages, de jusqu'à 13 façons différentes, qui ne seront pas toutes présentes dans une conversation. Des exemples de telles interactions incluent le mensonge, la séduction ou l'agressivité, ce qui est idéal pour des résultats inattendus.
    "Ce n'est pas parce que vous mentez à quelqu'un que vous aurez à en subir des conséquences néfastes. Et ce n'est pas parce que vous êtes amical avec quelqu'un qu'au final il y aura un impact positif".

  • Vous pouvez séduire. Les options de relations amoureuses dans Odyssey sont aussi conçues pour être moralement complexes. MacCoubrey dit qu'elle ne voulait pas qu'il s'agisse de simple interaction que le joueur établit en échange d'une récompense. Elle veut que le joueur ressente ce que cela fait de faire la connaissance des personnages qui vivent dans un contexte particulier, de même qu'elle ne veut pas que le joueur sente que le monde entier dépend de lui.

  • Vous pouvez avoir des joutes verbales avec Socrate. Assassin's Creed II avait Da Vinci. Syndicate avait Charles Dickens. Origins avait Cléopâtre et Odyssey a maintenant le père de la médecine, Hippocrate, et le philosophe Socrate, appelé "Sokrate" dans le jeu. C'est un personnage qui donnera des quêtes, mais dans la démo de l'E3, il ne se contente pas de ce rôle, il propose également des défis moraux. Avant et après la quête, il pose la question de la manière la plus moralement juste de la remplir. Et tandis que le joueur débat avec lui, le système de dialogue interactif prend tout son sens. "Nous voulions faire de lui un personnage meilleur que n'importe quel autre donneur de quête de ce monde" dit MacCoubrey.

  • L'équipe essaie de respecter l'Histoire autant que possible. Comprenez par là, les évènements qui se sont réellement déroulés dans la Grèce antique à la même époque. Alors que la trame principale et les quêtes annexes du jeu peuvent amener à différentes fins, le studio de Québec déclare vouloir profiter de la nature mystérieuse de la mort de certains personnages, tout en évitant de contredire les récits décrits dans les livres d'histoire.

  • Vous n'êtes pas toujours obligé de tuer. Dans beaucoup de quêtes de la série Assassin's Creed, vous êtes chargé de tuer un personnage précis. Ce qui est logique, puisque vous êtes un Assassin, mais parfois, Bayek semblait être trop brutal aevc certains personnages dans Origins, tout comme les autres protagonistes des jeux précédents. Quand on lui a demandé s'il y avait d'autres moyens de parvenir à ses fins, Dumont a répondu "il y a quelques quêtes dans lesquelles l'objectif est simplement "fais avec". Par exemple, il y a ce type qui me doit de l'argent, bon. On peut aller le voir et le tuer, ou alors, on peut simplement lui parler et lui demander. Ou piller la boîte à trésor qui se trouve à son domicile".


Ça en fait, des détails sur le prochain opus de la série, qui profite du salon californien pour livrer certains de ses secrets (pas tous!). Assassin's Creed Odyssey sera disponible sur PlayStation 4 le 5 octobre 2018.

 

Source

Mots-clés : Alexios, Animus, Assassin's Creed Odyssey, Assassins, Choix multiples, détails, Dialogues, Gameplay, Grèce antique, Histoire, Kassandra, mercenaire, Monde Ouvert, Quêtes, Templiers, Ubisoft, Ubisoft Québec

Les 10 premiers commentaires sur 21

Avatar de postVenom
postVenom

Le 14-06-18 à 06:24
Merci pour les infos 😉
Avatar de So-chan
So-chan

Le 14-06-18 à 10:11
ça me rassure : je suis pas la seule à voir un aspect BioWare dans l'ajout des interactions sociales et des romances.

Globalement les nouveaux ajouts sont intéressants même si j'attends de voir sur le papier. Même si j'ai joué à nombre d'opus de la licence, force est de constater qu'ils manquaient clairement de renouvellement. Si Ubisoft arrive à sortir de sa zone de confort et propose un véritable renouveau de la licence (déjà amorcé par Origins) je dis banco. Même si je risque de ne pas l'acheter Day One comme beaucoup de jeux de la licence.

Le coup du navire et de l'équipage me fait beaucoup songer à Black Flag (qui reste, à mes yeux, un des jeux de la licence les plus aboutis entre son système naval bien travaillé et l'ambiance de la piraterie très bien retranscrite) Et l'aspect "tête mise à prix" m'évoque ces affiches que l'on arrachait dans AC II pour éviter de se faire griller par les gardes au moindre coin de rue.
Avatar de Chevy_Sonic1996
Chevy_Sonic1996

Le 14-06-18 à 10:45
Merci pour cette news très precis du contenu du jeu :) . Le jeu à l'air interessant avec son système RPG et que on peut mentir aux gens etc. Hâte d'en voir plus :inlove: .
Merci pour cette news
Avatar de Pelotedeneige
Pelotedeneige

Le 14-06-18 à 11:18
J'y comprends plus rien. AC Origins c'était supposé montrer la création de la Confrérie et on a un AC qui se passe encore avant chronologiquement. Ca commence quand leur bordel ? Putain mais Ubisoft ...
Avatar de Ray-chan
Ray-chan

Le 14-06-18 à 11:25
Pelotedeneige a écrit :
jeu. 14 juin 2018 11:18
J'y comprends plus rien. AC Origins c'était supposé montrer la création de la Confrérie et on a un AC qui se passe encore avant chronologiquement. Ca commence quand leur bordel ? Putain mais Ubisoft ...
Marrant j'ai pensé peu ou prou la même chose Pelote ^^

Perso, j'estime Origins comme la création de la confrérie, et les épisodes qui se dérouleront avant seront donc des assassins sans affiliation avec une quelconque confrérie. Mais cela reste quand même relativement bordélique et incohérent sur un background général.
Avatar de Beattlejew
Beattlejew

Le 14-06-18 à 14:41
AC Origins avait réussi à me réconcilier avec la licence, mais ce nouvel opus ne m'emballe pas des masses et pourrait me faire m'en éloigner à nouveau :^)
Effectivement comme dit par mes camarades au dessus il y a une certaine incohérence dans le choix de la période, ça devient un peu bancale cette affaire
Avatar de Fethennour
Fethennour

Le 14-06-18 à 14:52
A... Attendez, j'y suis pour rien, moi, j'ai seulement traduit l'article (il est d'ailleurs si long que ça m'a pris la journée d'hier tout entière). M'en veuillez pas ! :sweat:
Avatar de Pelotedeneige
Pelotedeneige

Le 14-06-18 à 14:56
On pointe du doigt les incohérences d'Ubi pas ce que tu as écrit.
Avatar de Eaque-19
Eaque-19

Le 14-06-18 à 15:04
Je vois qu'avec cet épisode on s'éloigne encore un peu plus de ce qu'était la série a ses début et ça ne me déplaît pas du tout, certaine série on bien réussi a se renouveler (d'autre non lol).
Poussé un peu plus le coté RPG ne me gêne pas, surtout si c'est pour ressembler a des séries de Bioware (comme Mass Effect), ce qui est quand même une bonne référence, il me tarde de voir ce que ça va donner.
Pelotedeneige a écrit :
jeu. 14 juin 2018 11:18
J'y comprends plus rien. AC Origins c'était supposé montrer la création de la Confrérie et on a un AC qui se passe encore avant chronologiquement. Ca commence quand leur bordel ? Putain mais Ubisoft ...
Ray-chan a écrit :
jeu. 14 juin 2018 11:25
Mais cela reste quand même relativement bordélique et incohérent sur un background général.
Oui et ça depuis la fin du quatrième épisode où l'interaction avec le présent est moins développé pour privilégier les époques donc moins de cohérence entre tout les assassins.
Avatar de Crocdeloup
Crocdeloup

Le 14-06-18 à 15:07
Il y a une explication narrative au choix de votre personnage. La première ébauche des jeux Assassin's Creed consistait en une personnage, à l'époque moderne, qui utiliserait un appareil appelé l'Animus pour vivre la mémoire de l'un de ses ancêtres. C'était bien trouvé, mais bien dommage qu'Ubisoft n'ait pas réussi à conserver cette idée qui faisait le caractère unique de cette série. Origins a pourtant montré une alternative l'an dernier. Layla peut utiliser une version modifiée de l'Animus qui lui permet d'explorer la mémoire de personnes sans aucun lien avec elle. "Dans le cas de Odyssey, il y a deux possibilités de correspondance d'ADN avec la personne dont Layla veut vivre la mémoire, c'est ce qui explique, du point de vue de l'histoire, le choix que le joueur sera amené à faire" explique Dumont.
AH NON HEIIIIN. On copie pas Bioware :@
Bon plus sérieusement, je suis un peu catastrophée. Autant j'ai apprécié le revirement de Origins pour son souffle d'air frais et son gameplay mixte orienté RPG, qui me faisait déjà penser à The Witcher 3 et Dragon Age Inquisition. Autant là Ubisoft souhaite clairement trouver un jeu pour concurrencer CD Projekt sur son terrain. Mais pourquoi diantre ramener cette ambition à la licence AC ? Ils auraient dû développer une nouvelle IP. Personnellement, je ne cherche pas la même chose quand je joue à AC que quand je joue à Mass Effect.

Et un énième personnage qui souhaite se venger, c'est toujours la même rengaine, ils seront bientôt à court de tours de magie pour camoufler le constat.
Pelotedeneige a écrit :
jeu. 14 juin 2018 11:18
J'y comprends plus rien. AC Origins c'était supposé montrer la création de la Confrérie et on a un AC qui se passe encore avant chronologiquement. Ca commence quand leur bordel ? Putain mais Ubisoft ...
En plus :rofl:

T'inquiète pas Fethe au contraire, chouette travail car c'est très clair et il y a tout plein d'infos ;)