Test : The Longest Five Minutes


The Longest Five Minutes
  • 1
  • 2
  • 2
  • 50
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

The Longest Five Minutes

vita


55 trophées au total
17 trophées cachés

4 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 0 joueur (0 %)
100% par : 0 joueur (0 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
The Longest Five Minutes

  • Test rédigé par Ex-Nihylo le 21-02-2018 - Modifié le 21-02-2018


Introduction


Titre trompeur car il vous faudra bien plus de 5 minutes pour en voir la fin !
Un héros frappé d'amnésie subite au début de son combat contre le démon qui décidera de l'avenir du monde, c'est déjà peu banal en soi - et accessoirement très handicapant - alors quand le combat doit se jouer en cinq minutes sous peine de voir le monde réduit en cendres, ça laisse très peu de temps au héros pour rassembler suffisamment de souvenirs pour tenter d'apporter la félicité sur Terre. Et pourtant c'est ce qu'il va courageusement, avec votre aide, essayer de faire !

Parue au Japon en 2016, NIS America se décide enfin à nous faire profiter de cette oeuvre pas comme les autres - enfin presque - sur nos chères PS Vita. L'audace apparente du jeu mérite t-elle que l'on se penche réellement dessus, ou bien s'agit-il d'un simple coup d'épée rouillée dans l'eau ? Voici une première tentative de réponse dans les lignes qui vont suivre, mais tout d'abord posons le décor en visionnant le trailer officiel du jeu.

Contenu du jeu


Le jeu tourne autour de ce fameux combat final pas comme les autres.
Le jeu repose sur un système de chapitres qui constitueront des flashbacks dans lesquels il vous faudra atteindre certains objectifs obligatoires pour faire avancer l'histoire. Le fil conducteur du jeu reste donc le combat final, au cours duquel le temps s'écoule inlassablement et pendant lequel vous récupérerez peu à peu tous les souvenirs des aventures de Flash, le héros. Heureusement, les cinq minutes mentionnées dans l'intro ne s'écoulent pas en temps réel, vous aurez donc tout le temps nécessaire pour mener votre principale mission à bien.

On évolue ainsi le temps d'un chapitre sur une partie de la carte du monde, chaque chapitre contenant au moins une ville à explorer et un donjon qui y sont liés. Sitôt le chapitre terminé, le héros se rappelle de son passé et une nouvelle séquence contre le boss final s'ouvre, pour mieux ensuite replonger dans les souvenirs de Flash. Et ainsi de suite.

Etant donné que l'on commence le jeu par la fin, pour ensuite mieux retourner en arrière, l'équipe du héros est déjà constitué de quatre individus dont le héros, Flash. Le jeu étant découpé en chapitres relatif à un souvenir en particulier, on évolue pendant tout le chapitre concerné avec un équipement préétabli qui est déjà le meilleur possible, et ce pour la durée du chapitre. Cela n'empêche pas de trouver sur sa route de nouveaux équipements que vous pouvez mettre à vos personnages, même si les effets seront plutôt minimes. Le principe s'applique également aux magies de vos personnages et à leurs aptitudes en général, qui sont déjà définies à chaque début de chapitre et qui n'augmentent ou ne se développent pas jusqu'à la fin du chapitre joué.

On est donc réellement en présence d'un jeu proposant une approche originale, car on souhaite toujours continuer d'en apprendre davantage sur Flash et ses amis avant de finir par pourfendre le boss final ! Choix plein d'audace dans l'esprit des développeurs, qui mérite d'être salué car la structure narrative du jeu a été très bien pensée et vous fera passer beaucoup de bons moments.

Et puis le jeu est également bourré d'humour ! Les petites saynètes, tantôt rigolotes, tantôt dramatiques qui viennent s'intercaler à chaque chapitre donnent de la vie au soft et on se surprend soi-même de l'attachement que l'on finit par porter à notre équipe. Mention spéciale à Regent qui est probablement le personnage le plus sympathique du jeu et qui en verra - et nous en fera voir - de toutes les couleurs. On peut même incarner un ou deux personnages supplémentaires qui proposeront d'intégrer votre équipe le temps d'un chapitre ou deux, histoire d'étoffer davantage le scénario.

La durée de vie pour un jeu qui se commence par sa fin est honnête, il faut compter environ 15 h pour un joueur moyen pour en voir le bout en ligne droite, mais au prix auquel il est vendu on était en droit d'en espérer davantage. Surtout pour un jeu qui se veut comme une sorte de garde-fou des JRPG d'une autre époque, qui eux étaient bien plus gourmand en durée de vie.

A noter que le jeu est compatible PSTV, ce qui apportera davantage de confort visuel à ceux qui en sont pourvus !

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Un design qui rappellera de bons souvenirs aux anciens !
Avis à ceux qui ont une sainte horreur du look retro 8 bits - bien qu'on ait ici une production à mi-chemin entre le 8 et le 16 bits - passez votre chemin ! Le jeu a été pensé pour plaire aux joueurs rétros avant tout et ceux qui ont apprécié le charme des productions japonaises dans les années 80-90 y trouveront totalement leur compte. Graphiquement, on est à mi-chemin entre ce que la NES faisait de mieux et on a parfois l'impression de jouer à un jeu SNES, surtout que le tout contient des animations supérieures à ce qui se faisaient sur ces consoles, notamment lorsque l'on utilise les sorts de magie.

L'esthétique du jeu pioche allègrement dans tout ce qui constituait la hype de l'époque; selon les J-RPG joués auparavant on y retrouvera sans problème un style allant de Mystic Quest à Phantasy Star, en passant évidemment par les Final Fantasy et même les Pokemon ! Les plus fins connaisseurs feront même des liens avec un RPG lui-même autrefois fort original dans son concept, à savoir Earthbound. Concrètement, par exemple, les combats donnent lieu à des joutes où nos ennemis font face à nos héros de façon verticales à l'écran, à l'instar de ce que Mystic Quest proposait. Certains passages remplis de flèches au sol nous feront immanquablement penser aux tous premiers jeux Pokemon. On y retrouve avec plaisir un certain charme vu que le mélange de ce qui a pu plaire il y a des années est globalement homogène.

Et le tout est saupoudré d'une OST efficace, avec par exemple des musiques de combats réellement entraînantes qui prolongent le plaisir de s'essayer à un jeu tout droit sorti des années 90 tout en insufflant des musiques de qualité plus récente. Immersion garantie pour les vieux joueurs ! Les thèmes collent tout aussi bien à l'action qu'aux scènes plus émouvantes.

Les développeurs ont donc eu le nez fin de jouer la fibre de la nostalgie pour se mettre dans leur poche les joueurs qui ont aujourd'hui plus de vingt ans. Les plus jeunes auront probablement plus de mal à s'attacher à l'esthétique du jeu d'où la note finale de cet aspect. Tout le monde n'y trouvera donc pas son compte.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Exemple de boss loufoque qu'il vous faudra terrasser.
Simple mais efficace : voila le maître mot de cette production. Ici, on nous sert du J-RPG à l'ancienne, alors on a droit tout du long à du J-RPG à l'ancienne, un point c'est tout. Il n'y a donc aucune innovation majeure en terme de gameplay : les menus habituels sont de la partie, qu'il s'agisse des écrans de combat - ou l'on peut au choix attaquer, se défendre, lancer des sortilèges, fuir - ou des menus divers du jeu en lui-même.

Chose curieuse, ici on a bien accès à des boutiques de vente d'armes, d'objets, que l'on peut acheter pour nos héros, mais ils s'avèrent totalement inutiles. Comme le jeu est découpé en chapitre, à chaque nouveau chapitre on a automatiquement les meilleurs équipements pour se battre ou alors on les découvre dans les coffres à trésors des donjons que l'on explore : il n'y a donc aucun intérêt à se battre encore et encore pour amasser suffisamment de quoi se payer lesdites armes et armures. Il en va de même pour les niveaux de nos héros, ils sont automatiquement mis à jour au début de chaque chapitre pour que l'on ait pas à se soucier de notre niveau d'expérience pour avancer. Ainsi, exit les longues heures de farmage intensif pour pouvoir exploser tout ce qui vient se frotter à nous, en principe on gagne chaque combat sans avoir à trop forcer.

Ce choix de la part des développeurs est directement lié au choix scénaristique du jeu. Il paraît donc logique mais les fans purs et durs des RPG d'autrefois pourront le leur reprocher. Les autres y verront une intention louable de pouvoir progresser rapidement dans le jeu sans avoir à trop se prendre la tête.

Quant à la jouabilité en elle-même, elle est plutôt bien pensée : une touche pour le menu relatif à l'équipement de vos personnages et des objets, une autre pour le menu de sauvegarde, une touche dédiée à la mappemonde - indispensable pour vous repérer efficacement - et après, du grand classique avec une touche pour discuter/valider les options dans les menus, une autre pour annuler. Efficace pour se plonger dans l'aventure très rapidement, que l'on soit expert de J-RPG ou néophyte.

Un des reproches que l'on peut néanmoins adresser au jeu est sa trop grande facilité, notamment en terme de combats. L'IA n'inquiétera quasiment jamais vos héros, et vous demandera de surveiller vos points de vie uniquement contre certains boss. On bourrine donc le bouton d'attaque dans la majeure partie du jeu et cela passe. Un brin de technique supplémentaire n'aurait pas été du luxe, mettre en place une dimension un peu plus stratégique dans les combats, ne serait-ce que pour apprécier les effets des animations de certaines magies aurait également été bienvenu.

Au final le seul réel défaut ici revient à la non-localisation du jeu en français. Pour un RPG c'est tout de même plus facile pour les francophones - et surtout les anglophobes - de pouvoir jouir de l'aventure dans la langue de Molière. Heureusement, la compréhension de l'anglais n'est pas indispensable pour venir à bout du jeu mais jouer à un RPG pour autre chose que son scénario c'est comme manger des patates crues parce qu'on aime les frites, c'est sans saveur...

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Exemple de quêtes à accomplir pour débloquer des trophées.
Il y a un total de 55 trophées, platine inclus. La progression du jeu implique d'obtenir l'essentiel des trophées de bronze pour enfin être récompensé par les rares trophées d'or et d'argent inhérents à la fin du jeu.

Le jeu est découpé en chapitres contenant des objectifs à accomplir, vous rapportant un trophée par objectif accompli. Les concepteurs ont pensé à ceux qui n'auraient pas envie de refaire le jeu en entier en nous permettant de rejouer à loisir les chapitres déjà achevés pour accomplir les objectifs laissés de côté volontairement ou non.

Dans l'ensemble, l'immense majorité des trophées est immanquable et liée à l'avancée de l'histoire. Il suffira bien souvent de parler à deux personnes en particulier - celles avec un point d'exclamation visible au-dessus de leurs têtes - pour accomplir un objectif, et donc recevoir un trophée. Les autres demanderont des actions spécifiques comme réussir le meilleur score d'un mini-jeu ou encore de faire un choix de scénario particulier en fonction des réponses que vous donnerez au fur et à mesure de votre avancement dans l'histoire.

Les trophées liés aux actions spécifiques nécessiteront surtout de bien explorer toute la map, afin de localiser certaines personnes/coffres cachés qui vous permettront d'accomplir un objectif secondaire propre à un chapitre. Il vous faudra donc parfois trouver des passages secrets, la plupart du temps en franchissant une zone où il manque une petite bordure par rapport au reste de l'écran de jeu.

Le platine promet donc peu de difficultés majeures, si tant est que les rares trophées liés aux mini-jeux ne vous posent pas de problèmes - ce sera le cas des joueurs rétros habitués aux shoot-them-up d'antan ou aux jeux de plate-formes à l'ancienne où il faut éviter tous les obstacles - les autres auront besoin néanmoins de plusieurs essais et d'un petit temps d'adaptation.

Au final vous pouvez donc vous consacrer avant tout à l'histoire et à en tirer toutes ses richesses pour mieux revenir après la fin pour débloquer tout ce que vous n'aurez pu amasser lors de votre partie.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

Il fallait bien que cela arrive un jour, et pour une première l'ensemble ne s'en sort pas si mal : The longest five minutes est donc le premier J-RPG qui commence par le combat final et dont on a toujours envie, pour peu que l'on adhère au style rétro, de connaître le fin mot de l'histoire. Le jeu plaira donc à tous les amateurs de J-RPG à l'ancienne qui se respectent, qui passeront facilement outre ses petites imperfections, les allergiques au rétro quant à eux passeront probablement leur chemin sans ciller.

Je recommande ce jeu :
Aux spécialistes du genre, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile