Test : Demetrios


Demetrios
  • 1
  • 5
  • 6
  • 26
Note des joueurs :
4.5/5 - 8 notes
Note des platineurs :
4.5/5 - 8 notes

Demetrios

vita


38 trophées au total
15 trophées cachés

118 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 96 joueurs (81 %)
100% par : 96 joueurs (81 %)
Note du jeu
11/20
Discuter du test

Test du jeu
Démétrios : La grande aventure cynique.

  • Test rédigé par Neo-619-San le 01-08-2017 - Modifié le 02-08-2017


Introduction


Les "game over" vont être légion.
Un idiot qui sauve le monde malgré lui

Le jeu a été développé et publié par le studio indépendant français, situé à Saint-Etienne COWCAT et est la première version commerciale de Fabrice Breton.
Démétrios a été financé par une campagne crowdfunding sur Kick Starter.
Le jeu a été publié en mai 2016 sur Steam, et en décembre 2016 pour la vita. Pour finir, le dernier portage sur PS4 date d'août 2017.

On incarne Bjorn Thonen, un marchand d'antiquités de Paris. Le jeu prend place en France, à Paris plus exactement.
Notre aventure commence au beau milieu d'une nuit, Bjorn reçoit un appel des plus surprenant, le mettant en garde contre un grand danger qui le menace. N'écoutant que son bon sens Bjorn raccroche. Notre "héros" se fait aggresser quelques minutes après et se réveille le lendemain découvrant qu'il a été volé. Cependant, il ne s'agit pas d'un cambriolage ordinaire car seul son argent et une certaine tablette en pierre ont disparu.
Bjorn dépose plainte au commissariat local qui a au moins la franchise de dire qu'il n'y aura pas de suite. Notre protagoniste est contraint de mener sa propre enquête. Il reçoit l'aide de sa voisine Sandra, et de sa "pas du tout" charmante fille Caroline.

Notre petite équipe se rend dans le pays fictif de Nogo où elle en apprend plus sur la tablette et les légendes anciennes, sur le roi Démétrios. Elle doit trouver toutes les tablettes de pierre, afin de sauver le monde (rien que ça).

Contenu du jeu


Bjorn a un langage fleuri, un Qi limité, et une hygiène déplorable.
Un style, on ne peut plus classique, ou pas...

Il s'agit ici d'un point & click, où pour progresser, il vous faudra trouver des objets en tous genres qui finiront par avoir une utilité à un moment, parler aux différents protagonistes que vous rencontrerez, utiliser les options de dialogues à votre disposition, réaliser différentes actions pour avancer dans l'histoire.

La prise en main est on ne peut plus simple, le tout se joue avec un curseur style souris sur un écran fixe où l'on peut clicker sur à peu près tout, vous aurez le droit à un commentaire pour chaque élément que vous voudriez mettre en valeur. Il vous sera également possible d'agrandir les éléments du décor grâce à une loupe afin de déceler les éléments qui ne sont pas visibles autrement.

Sur le fond, il est on ne peut plus classique. Sur la forme par contre, il est très loin de ce que l'on peut trouver dans le genre, il est unique, il s'agit surement d'un choix délibéré des développeurs pour se faire remarquer et sortir du lot.

Le jeu s'adresse principalement aux adolescents, aussi bien le style, l'ambiance, que la logique (si l'on peut dire).

La vrai originalité du jeu c'est d'avoir 8 ans !

Ici, les pipis, cacas vont faire partie du quotidien du joueur à tel point que vous pouvez régler le degré de vulgarité du jeu. Une bonne idée car ce genre d'humour peut vite être lassant. Vous ne pourrez hélas rien faire pour notre personnage principal qui restera au même niveau intellectuel, seuls les dialogues changeront pour être un peu moins vulgaire : "chier sur la machine à photocopier" ou "déféquer sur la photocopieuse", bah ça reste le même !!
Bjorn, se révèle être on ne peut plus stupide pour ne citer que les pires : mettre les doigts dans une prise électrique à plusieurs reprises, utiliser un briquet sur des barils d'essences ne fera rire que les plus jeunes et affligera par sa stupidité les autres.

Au cours de la partie, l'hygiène est mise de côté, notre antiquaire n'hésitera pas à manger tout ce qu'il trouvera, ce qui donnera lieu durant toute la partie à une chasse aux cookies dissimulés dans tous les écrans du jeu. Il n'est pas rare que ceux-ci se trouve dans des endroits et dans un état où rien que l'idée de les ramasser en dégouterait plus d'un (bien sur qu'il y en a un sur la cuvette des wc, bien sur que le wc est immonde, ça serait pas drôle sinon).

Notre cher antiquaire aime comme tous les enfants les fêtes foraines ce qui donnera lieux à divers minis jeux, allant de la machine à grappin, en passant par la course de vers, sans oublier le jeu de tir aux proutes sur les animaux.
Bien que jouer dans ce genre d'humour ne soit pas une mauvaise idée, il en faut plus pour être un point & click digne de ce nom.

Vous voilà prévenus sur l'univers qui vous attend : un enfant livré à lui même dans le corps d'un adulte.

 

Note : 2/5

Aspect technique du jeu


Chaque écran comporte de nombreux détails humoristiques.
De bonnes choses

Pour ce qui est des graphismes on a à faire à des dessins hauts en couleurs, chaque écran est fixe, bien que certaines parties du décor puissent bouger (un policier qui joue au pc, un ver qui passe). Chaque tableau comporte trois cookies cachés, les détails humoristiques sont nombreux, à tel point qu'il est facile d'en râter plusieurs. La plupart de ceux que vous trouverez vous feront sourire.

Le jeu n'est pas laid, le style est enfantin dans la logique du reste du jeu. Cependant, il n'y a que 38 écrans au cours de l'aventure, il est donc, on ne peut plus normal que ceux-ci soient travaillés, surtout que tous ne se valent pas, certain sont justes des façades de maisons, des paliers de portes, voire même un placard.

Le jeu est fluide, les temps de chargement sont inexistants ce qui est un vrai plaisir. Dès que vous clikez sur un objet les répliques arrivent aussitôt, tout s'enchaine très bien, pourtant il n'y a rien de plus normal et le contraire aurait été bien triste.

Il en faut plus pour impressionner

La bande son n'est pas franchement folichonne, c'est à peine si on la remarque, rien de particulier pour retenir notre attention, elle change selon les endroits. Là où la bande son fait le plus d'effet, c'est lors des minis jeux qui ne durent pas plus de trente secondes, ce qui est dommage car ce sont les seules qui attireront vos oreilles.
Les minis jeux justement, il y en a quatre en tout. Enfin pour être plus précis : il y a deux minis jeux avec chacun une légère variante. Bien qu'ils soient présents après quelques parties vous serez lassé suivant le jeu.
Enfin, sur le plan scénaristique, il s'agit plus d'un prétexte pour partir à l'aventure qu'autre chose, mais, ça passe, car il y a tout de même quelques rebondissements, on ne pouvait pas non plus réclamer un scénario de George R.R. Martin.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Les courses de chevaux, l'un des minis jeux présents.
Le plaisir c'est pas qu'une histoire de proutes

La durée de vie du jeu est assez bonne pour ce titre vendu à petit prix, il faudra compter une dizaine d'heures pour en faire le tour.
Bien que le jeu ait des défauts, il est plutôt plaisant car n'impose pas de contrainte.
Les minis jeux au nombre de deux avec une variante, vous seront proposés via des stands.
Le premier d'entre eux, vous proposera les courses soit avec votre ver de terre, soit les courses avec les chevaux, la seule différence repose sur la barre d'endurance qui ne doit jamais être remplie pour les chevaux.
Le deuxième stand vous proposera des jeux de tir, soit en lançant des assiettes sur des cibles, soit avec des proutes sur différents animaux dont des poissons (que vous parviendrez quand même à asphyxier). Leur seul intérêt sont les trophées qui vous seront offert lorsque vous gagnerez les courses et en réalisant un bon score aux jeux de tir, ce qui sera fait après cinq essais maximum.

Lorsque vous aurez fini le jeu, vous débloquerez la sélection des chapitres et la possibilité de passer les dialogues, ce qui tue toute rejouabilité.
L'une des bonnes idées du jeu consiste dans le fait de vous troller, et oui... je n'en dirai pas plus, mais, préparez-vous à vous faire engueuler si vous faites votre Bjorn.

Chacun prendra un plaisir différent au jeu en fonction de son âge et de son humour, les adultes y trouveront un peu de lâcher prise sans plus.
Pour les ados, le fun sera tout autre, si j'avais eu 14 ans j'aurais surement applaudit des deux mains.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Au terme de l'aventure un platine, mais aucun mérite.
Une chasse qui explore le jeu

L'obtention du platine n'est pas compliquée et demande juste un peu d'attention, les trophées peuvent être classés en trois catégories.
La première classification, correspond à l'avancement dans l'histoire et aux trophées obtenus naturellement en progressant à chaque fin de chapitre.

La seconde catégorie, est celle qui correspond aux collectibles : trouver les 114 cookies cachés dans les différents écrans, et faire subir à Bjorn les 68 games overs différents.

Dernier groupe, les actions contextuelles, qui sont diverses et variées : récolter 1000 jetons de fête foraine, laisser couler le robinet, insulter la statue, toutes des tâches on ne peut plus simple, qui ne poseront aucun problème aux personnes qui auraient au préalable consultés le guide des trophées.

Si toutefois, vous viendriez à rater un trophée par mégarde, sachez que le jeu dispose d'une sélection des chapitres vous évitant de refaire le jeu.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
11/20

Démétrios :
La grande aventure cynique.
Va diviser entre amour et haine.
Le jeu présente plusieurs bons aspects et des idées qui ont le mérite d'être originales, il est même loin d'être mauvais et a le mérite de sortir des sentiers battus. Seulement à trop jouer avec le caca ça fini par sentir mauvais, et ça éclipse toutes les bonnes choses.
Le jeu reste néanmoins facile, rapide, peu cher et avec un platine au final, un point non négligeable pour un chasseur de trophées.

Je recommande ce jeu :
À un public averti, Aux chasseurs de trophées/platine facile