Test : World of Final Fantasy


World of Final Fantasy
  • 1
  • 2
  • 12
  • 34
Note des joueurs :
4.7/5 - 53 notes
Note des platineurs :
4.3/5 - 19 notes

World of Final Fantasy

ps4
vita


49 trophées au total
22 trophées cachés

2220 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 558 joueurs (25 %)
100% par : 558 joueurs (25 %)
Note du jeu
15/20
Discuter du test

Test du jeu
WORLD OF FINAL FANTASY (WOFF)

  • Test rédigé par Chibimoko77 le 16-11-2016 - Modifié le 07-12-2016



Introduction


Worlf of Final Fantasy : Nouveau venu dans l'univers des FF
FINAL FANTASY (FF pour les intimes). Un nom qui parle à bon nombre de joueurs. Final Fantasy est avant tout une série qui a marqué l'histoire des jeux vidéos de par son histoire (en tant que baroud d'honneur de Square qui à l'époque était proche de la faillite) et de par sa qualité reconnue dont certains épisodes restent dans les mémoires collectives en tant que référence du genre avec les opus FFVI, FFVII et FFX pour ne citer qu'eux. Bien que s'agissant d'une série, chaque opus de la marque (à l'exception des suites bien évidemment) est indépendant et apporte ses différences tant sur les régions explorées, les personnages rencontrés et même sur le système de combat. Changements qui permettent à la série de perdurer tout en proposant quelque chose de différent à chaque opus (point à modérer avec les suites de certains opus). Fort de ces différents succès, Square Enix décide de créer un jeu regroupant les différents univers de sa licence sous le nom de World of Final Fantasy (WOFF). Projet qui n'est pas sans rappelé une autre licence de la société à savoir Kingdom Hearts (fusion improbable réussie entre l'univers FF et Disney). Licence elle aussi reconnue pour sa qualité et qui génère maintenant, auprès de certains fans, plus d'attente que les Final Fantasy. Qu'en est-il de World of Final Fantasy ?

Contenu du jeu


Ramuh, Ifrit, Shiva : Des personnages récurrents de la série présents dans cet opus.
Image


Dans un RPG (Role Playing Game), le scénario tient une place primordiale dans sa composition. WOFF respecte ses standards puisqu'il vous faudra une trentaine d'heures pour parcourir son scénario. Les cinématiques, marque de fabrique de Square Enix, sont aussi également de la partie pour venir appuyer le scénario. Pour ce qui est du scénario à proprement parler, ce dernier se rapprochera de la construction d'un KH plutôt que d'un FF dans le fait que l'on est plongé dans un univers avec plein d'informations mais qui restent sans lien entre elles et qui apportent encore plus de questions. Les fans de Kingdom Hearts verront tout de suite les similitudes avec le début du scénario de KHII.

Après la cinématique d'introduction, vous ferez très rapidement la connaissance des protagonistes de cette histoire, les jumeaux Reynn et Lann. Reynn la grande sœur sérieuse et réfléchie et Lann le petit frère impulsif mais sympathique. Le postulat de cette nouvelle histoire sera que ces jumeaux ont perdu la mémoire et que d'après une ancienne prophétie, ils doivent sauver ou détruire le monde. Rien de bien original jusque là, me direz-vous.

Ensuite, vient le passage dans le monde de Grymoire où les jumeaux pourront capturer des myrages pour augmenter leurs pouvoirs de myramanciens. Soyons honnêtes l'inspiration de ces myrages vient de la célèbre licence de Nintendo. Cependant, à l'instar d'un Ni no Kuni, WOFF parvient très rapidement à s'affranchir de son inspiration en se servant du bestiaire des différents FF (Béhémoth, Tomberry, Shiva, Ifrit, Ramuh et bien d'autres habitués des FF seront de la partie) et en diversifiant les conditions de capture. Nos protagonistes seront amenés à traverser des zones variées allant d'une forêt dense, des landes de glace ou encore l'intérieur d'un volcan et d'autres zones variées dans leur conception mais généralement plutôt petites en terme de taille.

Tout au long de votre périple, vous rencontrerez les grandes figures qui ont marqué les opus. Ainsi, vous croiserez Tidus, Cloud, le Guerrier de la Lumière et bien d'autres. Tous les épisodes sont représentés à l'exception de FFII, FFXII et FFXIV et certains de ces grands noms deviendront des Sauveurs qui seront l'équivalent des invocations des autres FF. Malgré un rythme gentillet au démarrage, les événements s’accélèreront et on se surprendra à vouloir avancer pour savoir ce qu'il va passer et comment va se conclure cette épopée.


Image


Comme tout RPG qui se respecte, WOFF dispose aussi de nombreux à côté à savoir les quêtes annexes. La première qui sera intimement liée au scénario est la capture et l'évolution des myrages. Vient ensuite le contenu dit "classique" au vu des différents opus FF à savoir les quêtes secondaires ou appelées aussi quêtes annexes. Réparties en deux catégories distinctes : les quêtes de ville et les quêtes de la jeune fille qui a oublié son nom. Au nombre de 76 (total cumulé entre les deux catégories), le nombre ne sera finalement pas si élevé au regard de leur durée et de leur difficulté et qu'un tiers d'entre elles ne seront finalement qu'une série de quêtes, ce qui fera souligner encore plus ce sentiment de trop peu. Vient ensuite le Colisée qui vous permettra de revivre certains combats de l'histoire ou d'affronter des formations inédites formées des myrages des zones que vous avez auparavant explorées. Le Colisée sera aussi l'endroit où vous pourrez capturer certains myrages rares tels qu'Ifrit, Shiva ou Ramuh.


Image


Une fois la vraie fin obtenue, vous pourrez recharger votre partie et ainsi vous occuper de ce que vous n'avez pas encore réalisé. De plus, vous aurez accès à quatre nouveaux donjons vous permettant de mettre la main sur de nouveaux myrages. Ces donjons seront constitués d'une série de zones des donjons déjà explorés et ne devrait pas vous mettre de grosse difficulté car les myrages rencontrés seront les mêmes (en version améliorée bien évidemment) que ceux rencontrés lors de votre passage dans l'histoire principale. L'un des avantages de passer en post game est qu'à partir de ce moment là, vous serez libre de constituer votre formation comme vous le voulez et cela vous permettra de tenter des formations inédites et ainsi d'élargir votre expérience de jeu.


Image


Chose assez rare pour un FF (en dehors de FFXI et FFXIV qui sont des opus purement online), WOFF dispose d'un mode online vous permettant d'échanger des myrages et de faire combattre vos formations. Le seul point intéressant sera l'échange de myrages et sera surtout utile pour l'obtention d'un myrage qui nécessite une condition d'obtention basée principalement sur la chance et un peu sur la logique. Ce mode restera superflu pour la plupart des joueurs qui préféreront passer leur chemin une fois leurs échanges effectués.


Image


WOFF en digne représentant des RPG peut se vanter d'avoir un scénario qui tient la route et qui vous poussera à le finir pour savoir le fin mot de l'histoire. WOFF arrive à se démarquer de ces inspirations tout en proposant des nouveautés tant au niveau des zones explorées que du bestiaire. Petit bémol au niveau des quêtes qui seront pour la plupart trop rapides et trop simples. Certaines étant même une longue série de quêtes pas forcément intéressantes comme les 12 quêtes vous demandant d'avoir un myrage particulier dans votre équipe. Le post game apportera des nouveaux donjons relevant un peu la difficulté sans toutefois le rendre compliqué loin de là et vous permettra d'élargir vos stratégies grâce au fait que Reynn et Lann ne soient plus obligatoires dans vos pyramides. Le mode online aura eu le mérite d'être présent mais son utilité se limitera à l'échange de myrages.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Je suis le grand méchant...
Image


WOFF ne brille pas par ses musiques propres à son univers. La faute ne vient pas de sa composition mais par le fait qu'elles seront éclipsées par les musiques déjà connus des FF. Par exemple, dès que vous en aurez l'occasion, vous changerez la musique des combats par celle de l'un de vos FF préférés. Ces musiques seront également reprises pour certaines zones spécifiques introduisant ou étant liées à un personnage connu. Pourtant le talent de l'équipe musicale n'est pas à remettre en question avec la présence de Masashi Hamauzu (FFX et FFXIII). Loin d'être de second plan, la nostalgie prendra vite le dessus et la bande son originale ne laissera pas grande trace à l'exception d'une ou deux musiques servant les moments les plus intenses de l'intrigue. Autre point qui dessert le jeu à mon sens est le doublage en anglais et le sous-titrage en français. La qualité du doublage anglais est correcte au niveau du scénario. Par contre, la plupart des jeux de mots ne passeront pas. Peut-être est ce dû au décalage entre les cultures occidentales et orientales mais de mon point de vue c'est surtout au niveau de la concordance entre le sous-titrage et le doublage que cela ne marche pas. Un décalage se créé entre les deux et l'humour ne prend pas pour peu que l'on fasse attention aux deux. Malheureusement, je n'ai pas pu jouer avec les doublages japonais car ayant reçu une version presse, je n'ai pas eu accès aux bonus des jeux neufs. Je vous conseillerai néanmoins de jouer avec les doublages japonais pour s'imprégner encore plus dans le jeu. Pour ceux ne supportant pour les voix japonaises (ça doit exister mais cela doit être rare), les voix anglaises feront le nécessaire même si les doublages anglais des KH sont de meilleure qualité.


Image


Le parti pris de cet opus est le jonglage entre le mode chibi et le mode gigantus. Autant le mode gigantus puise son inspiration dans Kindgom Hearts et remplit parfaitement les critères de crédibilité visuelle au niveau des personnages, autant le mode chibi ne convainc pas. On peut certes discuter sur l'utilité de l'insertion de ce mode dans cet univers et chacun aura sa propre opinion sur ce point. Par contre, le manque de finition pour le mode chibi est flagrant. Sans être bâclé, on sent que quelques efforts supplémentaires auraient pu être fait pour le crédibiliser davantage. Seul domaine où Square Enix s'est reposé sur ses lauriers et cela se sent. C'est bien dommage au vue de la qualité globale du jeu.

Pour ce qui est des zones, elles sont plutôt colorées et respecte les tons utilisés dans les différents FF tout en s'imprégnant également de la marque des KH. Les zones sont détaillées mais resteront vite limitées en terme décor. Un peu de diversité dans les décors d'une même zone aurait été un plus surtout quand leurs tailles ne sont pas si immenses que ça. L'accent a clairement été mis sur les personnages et les myrages où certains comme le Béhémoth ont eu le droit à un relooking plutôt réussi.


Image


Comme pour les graphismes et la bande son, le gameplay sera un mix de nouveautés et d'éléments ayant fait leur preuve. Comme décrit dans la partie Contenu du jeu, le fait de choisir sa façon d'aborder les combats sera un plus très appréciable, ce qui laissera aux joueurs le choix de la façon qu'ils souhaitent aborder leur périple dans WOFF.

Passons aux nouveautés à proprement parler. Le système de capture de myrages réussit, comme celui de Pokémon, de Ni no Kuni ou FFXIII-2, à faire le boulot correctement. La recette est connue et est intégrée sans faute dans l'univers. La formation des pyramides sera clairement au cœur du jeu et influencera directement sur votre plaisir de jeu (point abordé dans la partie Plaisir à jouer). Ce système vous permettra de tester plusieurs stratégies et de pouvoir jouer sur leurs différences et on sent que le système a été travaillé dans ce sens. C'est également grâce à ce même système que les formes de gigantus et liliputiens de Reynn et Lann prennent toute leur importance car soyons honnête sinon elles servent à rien au point même que cela en devient un running gag entre Reynn et Lann dans le jeu.


Image


WOFF réussi à vraiment se démarquer sur les tous les aspects mais trébuche finalement sur l'aspect technique. La faute cette fois-ci à la nostalgie (qui jusque là était un point fort) que procure les FF et les KH. Les zones et les musiques propres à WOFF passeront pratiquement toutes aux oubliettes à côté des morceaux qui ont bercé tant de joueurs. Seul point positif (et heureusement) est le gameplay avec l'introduction des myrages et des pyramides ainsi que la façon d'aborder les combats et qui justifie les modes gigantus et liliputiens à lui tout seul.

À noter que si vous jouez sur Vita, le jeu est soumis à des temps de chargement bien plus importants que sur PS4 qui sont plutôt courts.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Lann et Reynn les personnages principaux accompagnés de leurs myrages.
Image


Avant d'aborder les spécificités liés aux myrages et aux formations qui en découlent, je vous propose de s'attarder sur la configuration de votre expérience de jeu car le jeu n'est pas avare de côté là. Bon nombre de fans s'opposent sur la conception des combats. ATB (Active Time Battle), tour par tour et autres dénominations pour classer ces différentes composantes. WOFF vous proposera un consensus à savoir : Actif, Semi-actif ou Passif. Pour illustrer mes propos, je citerais des exemples de différents opus des FF pour étayer mes propos.

Le mode Actif à l'image de FFVII consistera à avoir une jauge ATB où aucun temps mort n'est permis. Dès que votre jauge sera remplie, vous devrez sélectionner le plus rapidement possible vos actions sous peine que vos adversaires vous enchaînent sans que vous puissiez rien faire. Le fait de choisir ce mode augmentera la difficulté du jeu mais fera plaisir aux fans de ce type de gameplay.

Le mode Semi-actif à l'image de FFXII, vous permettra d'avoir quelques moments de répit dans certains menus (objets, sauveurs, compétences, etc.) où le défilement de la jauge sera stoppé mais qui défilera librement dans les autres. Ce choix vous permettra d'augmenter un peu la difficulté sans toutefois vous punir dans les situations les plus périlleuses.

Enfin, le mode Passif, à l'image de FFX qui stoppera la jauge à chaque action et vous laissera toute latitude pour parfaire votre stratégie. Ce choix vous apportera une difficulté moindre et vous permettra de faire vos armes tranquillement le temps d'aborder les subtilités des myrages et des pyramides.

Dernier point avant de refermer ce chapitre, vous aurez également la possibilité de paramétrer votre interface de combat entre le mode classique et un nouveau mode implémenté pour WOFF où figure un mélange de raccourcis mais offrant finalement peu de possibilités.


Image


Pièce maitresse de WOFF, les myrages et les pyramides sont la grosse nouveauté de cet opus. Outre le système de capture s'inspirant très largement de la célèbre licence de Nintendo, WOFF se diversifie au niveau des conditions de capture. Chaque myrage capturé pourra être utilisé comme personnage de votre équipe. Votre équipe sera composée de Reynn et Lann plus 4 myrages (même si en post game vous pourrez composer une équipe de 6 myrages). Chaque myrage (même constat pour leur évolution) aura ses propres caractéristiques et compétences et vous devrez donc adapter votre équipe aux différents donjons et/ou adversaires que vous affronterez.

Outre cet aspect individuel, vous aurez également l'aspect collectif sous la forme de pyramide. Une pyramide est composée de 3 membres dont 1 petit symbolisé par un P, 1 moyen symbolisé par un M et 1 grand symbolisé par un G. Le fait de constituer une pyramide fera additionner les caractéristiques des membres la composant. De plus, si deux membres ont une attaque identique, cette dernière sera alors disponible au niveau 2. Par exemple deux mirages ont la compétence Feu alors vous aurez la compétence Extra Feu de disponible même si aucun des deux ne l'a pas ou pas encore apprise.

L'avantage d'être en pyramide sera d'être plus résistant mais en contrepartie vous perdrez en puissance de frappe pure puisque la pyramide représente un personnage alors que séparé, vous contrôlerez trois personnages. Cependant, pour des raisons plus qu'évidentes, vous passerez 99% de votre temps en pyramide. Le fait de trouver de nouvelles combinaisons et de pouvoir changer votre formation fera de ce point un atout agréable au jeu qui sera encore plus poussé en post game avec la possibilité d'enlever Reynn et Lann de votre équipe. N'oublions pas que c'est dans cette optique que le mode "Gigantus" ou "Liliputiens" des jumeaux sera clairement destiné. En effet, le fait de changer de taille n'apporte rien à votre cheminement dans les donjons alors que cela vous ouvre une nouvelle panoplie de formations à vos pyramides. Dans un cas, Reynn et Lann seront considérés comme des personnages de type G alors que dans l'autre ils seront de type M.


Image


Comme le nom de cette partie le laisse le suggérer, WOFF fait très clairement dans la nostalgie. En plus de deux paragraphes précédents, il y a un côté fan service clairement revendiqué. Vous retrouverez les musiques (remixées), les lieux et les personnages de la plupart des FF. Cette partie passera clairement inaperçue aux nouveaux venus car même si les personnages sont introduits dans l'univers (par exemple Yuna et Tidus ne se connaissent pas au démarrage de WOFF), ils leur manquera le pourquoi de l'étincelle lorsque les personnages emblématiques débarquent à l'écran et qui deviendront pour certains l'équivalent des invocations. Vous retrouverez aussi les principaux monstres du bestiaire (Béhémoth, Diablotion, Chocobo, etc.) et certaines des invocations des FF tels que Shiva, Ifrit, Ramuh et d'autres encore qui seront "réduits" au rôle de myrage. Légère ombre au tableau, certains personnages charismatiques manquent à l'appel comme Zack de FFVII ou bien Auron de FFX. Les fans de FFXII pourraient également se sentir lésés dû à l'absence totale de cet opus (absence déjà remarquée dans les KH).


Image


WOFF s'adresse très clairement aux fans de la licence. Le contenu est commun aux jeux du genre et le gameplay se révèle au final assez riche et qui s'étoffe au fur et à mesure de votre avancée. Les nouveaux joueurs pourront également rentrer dans l'univers sans problème mais ne pourront pas bénéficier de toutes les relations comme par exemple Cloud qui parle de sa quête d'un homme avec une longue épée... Le tout reste immersif et devrait contenter tous les joueurs.

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Cloud, personnage emblématique de FFVII, est de retour mais en mode chibi
Image


La liste de trophées de WOFF est faite pour les chasseurs ne voulant pas rencontrer de grosses difficultés durant leur quête du Graal. Effectivement, à partir du moment où la base du gameplay est assimilée et pour peu que vous ayez pris le temps de faire évoluer votre équipe, même les donjons optionnels ne devraient pas vous résister longtemps. Vous obtiendrez automatiquement 12 trophées rien qu'en finissant les 22 chapitres de l'histoire et aucun trophée ne pourra être manqué donc vous pourrez aborder votre chasse des trophées comme vous le souhaitez. Je vous invite d'ailleurs à consulter le guide des trophées, également rédigé par mes soins, afin de savoir comment aborder votre partie. De plus, vous pourrez en obtenir une dizaine supplémentaire en commençant les quêtes annexes sans toutefois prendre le soin de toutes les faire. Cependant, même si la liste reste abordable, elle vous demandera un peu de temps à cause de 2 trophées à savoir celui de compléter l'encyclopédie et surtout celui de faire évoluer au rang de maître 100 myrages. Ce dernier objectif vous prendra à lui tout seul au moins cinq heures voire le triple suivant votre avancement à partir du moment où vous décidez de vous y mettre. Rien de compliqué mais cela deviendra vite rébarbatif.


Image


Malgré le point noir décrit sur le trophée lié à l'évolution de ses myrages, vous aurez quand même le temps de vous occuper autrement grâce aux différents à côté présents dans le jeu. La liste de trophées vous demandera de tout visiter. Pour les puristes du 100% (je ne parle pas en terme de trophées mais en terme de contenu disponible), cette liste est faite pour vous. Vous devrez ainsi accomplir toutes les quêtes secondaires, découvrir toutes les zones secrètes, triompher de toutes les zones sombres et ouvrir tous les coffres. Sur ce dernier point, il est à déplorer que l'on ait aucune indication sur le nombre de coffres à ouvrir et le nombre ouvert. Il vous sera également demandé de triompher de tous les combats du Colisée. Le post game n'est pas en reste non plus puisque vous devrez également venir à bout des quatre donjons optionnels. Pour boucler le tour d'horizon, vous aurez également accès à quatre mini-jeux retraçant certaines épreuves rencontrées au cours de votre épopée. On pourrait alors penser que le fait de faire à 100% le jeu est fait uniquement pour gonfler le nombre d'heures nécessaire à l'obtention du platine. Soyons honnête, les trophées liés aux quêtes annexes (surtout lors des séries de quêtes demandant un objectif simple comme les 12 quêtes demandant d'avoir un myrage particulier dans l'équipe) et à l'évolution des myrages sont clairement là pour servir cet objectif. Le reste des trophées s'abordera dans la continuité du jeu sans notion de rajout.


Image


Cette liste devrait contenter bon nombre de joueurs puisqu'elle allie le fait qu'aucun trophée n'est manquable et que vous ne devriez pas rencontrer de grosses difficultés. Vous devrez également explorer à 100% le jeu, point qui fera également plaisir aux joueurs qui déteste bâcler leur partie en vue du Platine. WOFF réussi presque le sans-faute mais certains points noirs font néanmoins baisser la note. Effectivement, la redondance de certaines quêtes annexes et l'évolution des myrages seront juste là pour rehausser d'une bonne dizaine d'heures votre chasse aux trophées. Dommage car le tout fonctionnait très bien et était cohérent avec le type de jeu.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15/20

World of Final Fantasy aurait pu tomber dans la facilité et se reposer sur les acquis de Square Enix mais ce n'est heureusement pas le cas. Souffrant également de la comparaison avec Pokémon, WOFF réussi, à l'instar de Ni no Kuni, à s'affranchir de la licence de Nintendo pour créer ses propres monstres tout en posant son propre univers. Le système de pyramide, nouveauté principale de cet opus, sera à la base de votre expérience et le fait de la maîtriser vous permettra de pleinement profiter du jeu. Square Enix a également laissé aux joueurs le soin de choisir comment ils souhaitaient aborder leur expérience, ce qui fera que chacun pourra en profiter comme il le veut. Sans arriver à l’engouement des opus plébiscités de la série FF, WOFF sera un agréable passe-temps pour ceux qui comptent les jours avant la sortie de FFXV. Pour les autres, cela pourrait être une expérience agréable pour peu que l'on adhère au nouveau système et au mode chibi.

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série, Aux curieux