Test : Valkyria Revolution


Valkyria Revolution
  • 1
  • 6
  • 11
  • 10
Note des joueurs :
3/5 - 4 notes
Note des platineurs :
2.5/5 - 2 notes

Valkyria Revolution

ps4
vita


28 trophées au total
7 trophées cachés

94 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 13 joueurs (14 %)
100% par : 13 joueurs (14 %)
Note du jeu
8/20
Discuter du test

Test du jeu
Valkyria Revolution

  • Test rédigé par Aelon le 10-07-2017 - Modifié le 14-07-2017


Introduction


"Une guerre est juste quand elle est nécessaire."
Nicolas Machiavel


Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série des Valkyria, il s'agit de jeux RPG tactiques impliquant des guerres au sein d'un monde proche de notre chère planète Terre. Forte du succès du premier opus, Valkyria Chronicles, sorti en 2008 et qui s'avérait être une petite pépite, la série Valkyria s'est fait un nom dans le cercle des joueurs de RPG et a pu se développer sur PlayStation 3. En 2016, le premier Valkyria Chronicles sort en version remastérisée sur PlayStation 4 et connait à nouveau un grand succès, tandis que SEGA, développeur de la série Valkyria, annonce un spin-off prévu pour 2017. Naturellement, Valkyria Revolution débarque en France fin juin 2017 plusieurs mois après être sorti au Japon. Le jeu est cette fois-ci développé par Media.Vision et devient un Action-RPG.

L'histoire se déroule en Europa, où le petit royaume de Jutland souffre depuis quelques temps d'un blocus économique instauré par l'empire de Ruzhien. La lassitude et la perte de volonté de se battre gagnent les habitants de Jutland, tandis que l'espoir de vivre des jours meilleurs s'estompe progressivement. C'est dans un climat aussi tendu qu'un groupe de jeunes prodiges qui sera plus tard connu comme le Cercle des Cinq parvient à déclencher une guerre entre Jutland et Ruzhien. Cette guerre sera plus tard appelée la guerre de la Libération, tandis que le Cercle des Cinq sera jugé comme un groupe de traîtres. 100 ans après la guerre de la Libération, un jeune étudiant s'interroge sur les événements s'étant déroulés à l'époque et sur les nombreuses zones d'ombre qui entourent les Cinq Traîtres. C'est alors que son professeur lui apprendra la vérité en racontant toute l'histoire de la guerre de la Libération et notamment l'importance du rôle de l'escouade Vanargand, le groupe d'élites dont l'autre nom n'est autre que l'escouade Anti-Valkyrie.

Contenu du jeu


Les missions sont accessibles par une carte du monde qui permet de voir les différents conflits en cours
Aux armes, citoyens !

Valkyria Revolution nous propose d'incarner les 11 membres de l'escouade Vanargand, dont les deux membres les plus marquants sont le capitaine Amleth Grønkjær et la princesse de Jutland, Ophelia Augusta Jutland. Chaque membre de Vanargand appartient à une classe de combattants : la classe Choc, spécialisée dans les gros dégâts et attaques brutales, la classe Éclaireur, spécialisée dans les attaques magiques, la classe Bouclier (le nom parle de lui-même) et la classe Sapeur, classe de soutien. Vous pouvez avoir jusqu'à 4 membres de Vanargand dans une mission avec vous et êtes libre (sauf si le scénario implique un personnage précis) de choisir qui combattra dans la prochaine mission.

Concernant les armes (car oui, pour faire la guerre, les armes, c'est assez pratique), le panel d'équipements est assez limité. Chaque personnage a son arme de corps-à-corps qui ne change pas du début à la fin et dispose d'armes secondaires, une arme à feu et une grenade. Les grenades peuvent soit infliger des dégâts soit s'avérer être plus tactiques comme une grenade flash par exemple, tandis que les armes à feu varient de la mitrailleuse au lance-roquettes en passant par le fusil de précision. Toutes vos armes (principales et secondaires) peuvent être améliorées. Les armes principales s'améliorent par un système semblable au sphérier de Final Fantasy X où vous devez dépenser des sorts contre des améliorations, tandis que les armes secondaires s'améliorent contre de l'argent. En plus de votre armement, vous obtiendrez aléatoirement des sorts (feu, eau, vent ou terre) en tuant des ennemis afin d'infliger de gros dégâts en zone, sur un seul ennemi ou de vous booster. Du très classique pour les joueurs de RPG.

L'histoire de Valkyria Revolution est découpée en 12 chapitres comprenant chacun plusieurs missions principales, ce qui donne au final environ 25 missions. Fort heureusement, le jeu n'est pas linéaire et vous pouvez opter pour une mission libre (secondaire) afin de faire une pause dans l'histoire ou pour vous améliorer. Tout se décide sur une carte du monde où sont placées des épingles correspondant à des missions disponibles. Les missions principales comme les missions secondaires se déroulent dans une zone prédéfinie où vous devrez, au choix, éliminer tout ce qui bouge, capturer une base, désamorcer des bombes, etc. Petite subtilité : temps de guerre oblige, Jutland prendra progressivement des terres à Ruzhien et vous aurez alors la tâche de les défendre au risque de les perdre à nouveau et de devoir les reprendre. Le souci, c'est que pour un RPG, les missions secondaires ne sont pas très fournies et l'objectif se répète bien vite...

Pour apporter un petit côté tactique au soft, chaque mission de Valkyria Revolution affiche l'état du conflit en cours. Une jauge en haut de l'écran vous montre si le combat est en votre faveur ou non. Chaque action positive telle qu'effrayer les troupes ennemies, tuer un commandant ou encore prendre une base remplit plus ou moins la jauge de conflit, tandis qu'une action négative comme l'arrivée de renforts ennemis ou un allié qui prend peur la vide. Cette jauge a une influence directe sur le gameplay, ce sur quoi nous reviendrons en temps voulu.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


La ville de Jutland est probablement le seul endroit réellement travaillé techniquement
Insuffisant

Nous arrivons malheureusement dans les choses qui fâchent, en commençant par l'aspect technique.

Pour commencer, les graphismes du jeu sont décevants. Le moteur graphique du jeu appelé GOUACHE ne parvient pas à convaincre sur PlayStation 4. Si la ville de Jutland est plutôt bien rendue et truffée de petites animations et de PNJ pour donner une bonne impression de vie, c'est très vite la désillusion en mission. Les décors sont vides et répétitifs. N'espérez pas voyager d'un environnement à l'autre (même si sur le papier vous évoluez d'un pays à l'autre), la plupart des villes se ressemblent, et pour le reste, on parcourt no man's land sur no man's land... Les différentes cartes de jeu sont tristement petites : bien vite, on se heurte à des obstacles barrant la route ou pire, des lignes rouges pour empêcher d'avancer au sein d'une rue. Pour couronner le tout, nous sommes en 2017, mais Valkyria Revolution gère mal les animations, au point où, passée une certaine distance (environ 10 mètres), toutes les animations sont "à basse résolution", à savoir qu'un soldat qui vous court dessus aura une animation fluide à moins de 10 mètres, mais aura une démarche saccadée comme étant à 20 FPS, au-delà. Et cette faiblesse technique ne manque pas d'arriver puisque plusieurs missions font démarrer les ennemis à plus de 20 mètres et les font avancer vers vous. Ainsi, le premier contact avec ces missions c'est la sensation que vos personnages sont tirés d'un jeu de PS4 tandis que les ennemis sont tirés d'un jeu PS2 (je ne plaisante pas). Enfin, pour terminer avec l'aspect graphique, grande déception pour le rendu des personnages. Si les tenues sont bien rendues, l'effroi survient lorsqu'on arrive aux visages. C'est bien simple, il n'y a pas d'animation faciale. Les visages sont figés à quelques exceptions près, comme par exemple les yeux qui se froncent (en 20 frames, pas de façon fluide) ou lorsqu'une bouche "bouge" parce que le personnage serre les dents. C'est tout, point final. Il n'y a pas de travail réalisé pour rendre plus vivants les personnages lors de cinématiques comme dans un Kingdom Hearts par exemple. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, ce dernier comprend une véritable animation faciale lors de cinématiques puis reprend une animation bien plus simple en jeu. Dans Valkyria Revolution, c'est la platitude niveau modélisation faciale, et cela va grandement imputer l'expérience de jeu.

Côté bande son, c'est une fois de plus décevant. Si les bruitages sont vraiment austères, puisqu'en combat l'ambiance sonore, en dehors des musiques, est ponctuée par de rares bruits de tirs au loin ou par le bruit de vos pas (pas de bruits de vents ou autres éléments d'environnement), les musiques sont très déséquilibrées. Certaines sont vraiment bonnes (j'ai un coup de cœur pour Lacrimosa ou pour le chant de la Valkyrie), mais la bande son donne l'impression d'être assez réduite. Il y a 4 à 6 musiques qui sont jouées lors des missions et qui se répètent ainsi très, TRÈS vite, rendant vite insipide la tension lors des conflits. Peu de musiques viennent ponctuer des événements majeurs dans le jeu (les boss ont presque tous le même thème), en effet, vous entendrez les mêmes musiques se jouer à différents moments, ce qui ruine complètement l'immersion (c'est la raison pour laquelle Lacrimosa sort du lot). Pour illustrer mes propos, le thème de Ruzhien accompagne absolument toutes les cinématiques se déroulant à Ruzhien, et croyez-moi, il y a énormément de cinématiques concernant l'empire. Ainsi, bien vite, la musique rend monotone ce qui se déroule à l'écran : après avoir entendu 20 fois la même musique, comment ressentir quelque chose de nouveau ?

Attention : le jeu est disponible uniquement en japonais ou en anglais. Pas de version francophone, aussi bien dans les doublages que dans les sous-titres.

Vient alors le gameplay. En soi, le gameplay n'est pas mauvais, puisque les personnages répondent bien aux commandes et que le soft se prend très vite en main grâce aux tutoriels qui expliquent très bien les fonctionnalités du jeu. Vous pouvez passer de façon fluide d'un personnage de votre escouade à l'autre en mission et utiliser ses sorts ou armes secondaires à travers un menu. Ce dernier vous permet de choisir le sort à lancer, l'arme secondaire à utiliser, donner un ordre à un membre de votre escouade ou utiliser un objet. Mais ce menu de commandes apporte des avantages et inconvénients, puisque l'activation du menu de commandes met le jeu en pause. L'avantage, c'est que vous avez tout le temps de choisir quoi faire, le défaut, c'est que cela casse complètement le rythme des combats. Sachez même qu'en lançant un sort ou en utilisant une arme secondaire, le temps reste figé ! Un avantage gigantesque puisque les ennemis sont complètement vulnérables à vos attaques si vous activez le menu de commandes au bon moment (c'est-à-dire tout le temps sauf quand un ennemi décide d'esquiver ou brandit un bouclier) : vous pouvez prendre tranquillement le temps de viser au sniper pour aller dénicher un ennemi caché, ce qui brise complètement la difficulté.

L'Intelligence Artificielle (IA par la suite) est, une fois de plus mitigée. Si les ennemis sont assez stupides puisque les tireurs tirent sans bouger et attendent gentiment de se faire dégommer la figure, les ennemis qui attaquent au corps-à-corps prennent parfois des décisions étranges, comme changer de cible sans attaquer. Les esquives ennemies sont très rares exception faite d'un boss récurrent. Quant à l'IA alliée... C'est mi-figue mi-raison. Elle s'avère assez maline par moments car vos alliés avancent en se protégeant, une bonne idée quand les ennemis canardent allègrement, le jeu optant plus pour la quantité que qualité niveau IA ennemie, et évitent soigneusement les pièges au sol, mais lorsqu'il s'agit de monter ou descendre une échelle ou d'attaquer, c'est une autre histoire. Un système permet de personnaliser l'IA alliée pour qu'elle attaque des cibles définies ou boost/soigne plus (à l'instar du système de gambits de Final Fantasy XII), mais ce système montre vite ses limites car les consignes que l'on peut donner à l'IA restent simplistes. Les alliés ne sont pas très agressifs en combat et parfois très stupides aussi : attention aux zones truffées d'échelles, car il m'est arrivé à plusieurs reprises d'affronter la Valkyrie avec 3 membres sur 4, la dernière montant et descendant la même échelle sans parvenir à me rejoindre. C'est à croire que les développeurs savaient que le pathfinding (capacité à choisir le bon chemin pour aller d'un point A à un point B) de l'IA allié était moyen, puisque si vos alliés sont trop loin de vous, ils sont téléportés de force à vos côtés...

Pour finir dans le négatif, le jeu est noyé dans les temps de chargement. Ces derniers sont tout simplement insupportables et achèvent de descendre la note de cette section. Il est difficile de parler de cinématiques tant les différentes séquences sont courtes et saccadées par des temps de chargements prenant 10 à 15 secondes chacun. Il s'agit plus de petites scènes ne dépassant que rarement les 3 minutes chacune et qui s'enchaînent indéfiniment les unes après les autres entre deux temps de chargement. J'insiste vraiment sur ces derniers car vous n'en pourrez vite plus.

Petit point positif, je n'ai pas noté de glitchs ou de bug sur Valkyria Revolution après 50 heures de jeu, un élément qui se fait malheureusement de plus en plus rare récemment.

 

Note : 1/5

Plaisir à jouer et à rejouer


L'histoire ne parvient pas à captiver le joueur malgré des éléments intéressants qui auraient pu donner quelque chose de bon
Une expérience de jeu handicapée par l'aspect technique

Difficile d'imaginer un plaisir de jeu énorme quand on voit toutes les tares techniques de Valkyria Revolution. Il y a deux parties distinctes à prendre en compte pour juger le plaisir à jouer tant les 2 sont importantes : les "cinématiques" et les parties à jouer.

Commençons par ce qui est le plus raté, les cinématiques. Sur le papier, Valkyria Revolution raconte une histoire impliquant un conflit entre deux puissances avec blocus économique, rage des opprimés et utilisation de la légendaire Valkyrie par l'empire ennemi comme arme ultime, sorte d'arme de destruction massive. Si cela aurait pu marcher, ce n'est absolument pas le cas ici. Les personnages sont tous des archétypes de personnage d'anime ou de films hollywoodiens, comme par exemple la princesse naïve mais pleine de bonne volonté, la fille foldingue qui s'extasie tout le temps, la grande gueule au grand cœur, le noble hautain, le guerrier solitaire qui parle peu, etc. Le gros souci, c'est qu'en plus d'être des archétypes, très peu de personnages ont un réel développement dans l'histoire ! Très sincèrement, vous allez vite oublier le nom de la moitié de l'escouade Vanargand si vous ne jouez pas avec tant ils ne servent qu'à donner de temps en temps leur avis. Sur les 11 personnages de votre escouade pour lesquels vous devriez ressentir de l'empathie, Amleth et Ophelia seront les seuls à vraiment évoluer et gagner en maturité au fil de l'aventure. Sans dévoiler les événements du jeu, certaines séquences supposer susciter de vives émotions risquent fort de vous laisser de marbre et c'est franchement dommage. Cette absence d'empathie pour les personnages passe aussi par l'animation faciale inexistante. Déjà détaillée précédemment, les personnages semblent si neutres et vides d'émotions, les cinématiques disposant par ailleurs d'une mise en scène peu intéressante, que vous n'entrerez jamais réellement dans l'histoire. Et quand on voit que le jeu vous fait digérer des heures et des heures de cinématiques entrecoupées de temps de chargement pour regarder des personnages sans émotion se parler, on est tenté de sauter les dialogues pour enfin jouer à nouveau. Certaines cinématiques durent au final 10 minutes avec 1 minute 30 de temps de chargement et n'avancent que peu l'histoire.

On est alors pris entre deux feux : sauter toutes les cinématiques qui ennuient pour la plupart mais ne rien comprendre à ce qui se passe ou tout regarder et subir des cinématiques inutiles et des temps de chargements interminables. Très sincèrement, l'histoire ne décolle qu'au chapitre 8 voire 9, et le jeu rate même la fin ! Je ne plaisante pas, lors du climax final où la tension est à son comble, le jeu a le culot de vous balancer des temps de chargements au pic du climax et fait chuter toute la tension. Vraiment, avec une histoire assez simple au final qui perd en plus régulièrement sa dynamique à cause de la narration par le professeur qui raconte les événements que l'on aurait préféré voir nous-même, ou à cause de personnages peu charismatiques qui restent dans l'ombre de quelques rares protagonistes (sur les 5 traîtres, Amleth, Solomon et Violette sont bien exploités, Fritte notamment reste timide et discret), Valkyria Revolution peine à raconter de façon fluide et dynamique une histoire assez banale.

En dehors de cinématiques interminables et peu intéressantes qui correspondent tout de même à 60-70% du temps de jeu si vous jouez assez bien, les missions dépassant rarement les 12 minutes, il y a tout de même la partie manette en main ! Et pour le coup, le jeu est assez sympathique à jouer, il faut le reconnaître.

Pour effectuer une action, vous devez attendre que la jauge d'action de votre personnage se remplisse. Vous pouvez esquiver ou vous protéger pendant qu'elle se remplit, bien évidemment. Une fois remplie, vous pouvez soit attaquer avec un combo unique par personnage, ce qui est bien dommage dans cela devient rébarbatif à force, ou activer le fameux menu de commandes. La jauge de conflit présentée dans la partie Contenu influence la vitesse de remplissage de votre jauge d'action. Pour faire simple, si la jauge de conflit est à moins de 70%, vous devez attendre 0.5 à 2 secondes entre chaque action, tandis qu'au-delà de 90%, vous pouvez quasiment effectuer une action instantanément. Le jeu devient alors assez tactique lorsque la jauge de conflit est peu remplie, vous obligeant à bien choisir quoi faire tant l'attente est pesante entre chaque action, tandis qu'une fois la jauge de conflit remplie, Valkyria Revolution ressemble à un beat'em all tant vous roulerez sur tout le monde. C'est tout à fait logique quand on prend en compte l'arrêt du temps lorsque vous lancez un sort, vous permettant de placer de façon optimale vos attaques de zone. Une fois bien avancé dans le jeu, Amleth dispose carrément d'un sort d'élément Lumière (l'élément le plus puissant du jeu) qui attaque sur un immense rectangle devant lui et vous permet de tuer facilement 8 à 10 soldats. En conséquence, le jeu n'est pas franchement difficile puisque cet arrêt du temps vous permet de vous sortir de situations désespérées d'une simple pression sur la touche correspondante.

Je n'ai personnellement jamais perdu face à la Valkyrie même lors de missions secondaires d'invasion/défense où la Valkyrie est présentée comme toute-puissante et où la retraite est à considérer. Avec Ophelia qui dipose d'un sort de soin qui n'agit pas en zone mais soigne vos 4 alliés où qu'ils soient, et la possibilité d'enchaîner jusqu'à 20 sorts (voire plus avec les objets régénérant vos points de mana) sur une Valkyrie qui ne bouge pas puisque le système de sorts l'en empêche, comment avoir un combat compliqué ? En bref, le jeu dispose par moments d'un aspect tactique, mais dans l'ensemble, rentrer dans le tas et dégommer aveuglément les ennemis demeure une solution viable. Pour ma part, j'ai trouvé cela assez fun car on incarne plus 11 demi-dieux imperméables aux balles qu'autre chose et qu'on pulvérise tout le monde, mais cela pourrait ennuyer d'autres joueurs.

L'expérience de jeu s'avère en revanche vite être répétitive car les missions secondaires sont peu nombreuses et se répètent très vite, notamment les invasions/défenses de territoires qui sont toujours les mêmes par zone. On aurait préféré avoir par exemple 2 à 3 missions différentes pour défendre un territoire ou pour l'envahir, mais non. Au final, les missions secondaires servent plus à gagner de l'expérience, de l'argent et de meilleurs sorts qu'à renouveler le plaisir de jeu.

Petit mot sur le New Game + pour finir. Alors oui, il y a un New Game +, mais celui-ci est inutile et ennuyant. Le NG+ vous fait recommencer depuis le début du jeu en conservant expérience, sorts, etc. En revanche, les ennemis restent du même niveau qu'en New Game et vous n'avez pas de récompense plus intéressante à glâner qu'en NG, ce qui rend inintéressante la fonctionnalité. Déjà que vous roulez sur vos ennemis en NG, imaginez arriver niveau 60+ sur des ennemis niveau 1... A quoi bon ? Surtout que, et c'est là que le NG+ est obsolète, vous pouvez rejouer toutes les missions principales une fois le jeu fini ! En bref, le NG propose tout ce qu'offre le NG+ tout en permettant en prime d'avoir à tout moment la possibilité de jouer des missions de niveau 60. Pourquoi tout recommencer depuis le début alors que le contenu de fin de jeu est plus conséquent et incorpore un NG+ par la possibilité de rejouer chaque mission ? Non, vraiment, ce New Game + ne sert à rien.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


La Valkyrie pourra s'inviter dans les missions de conquête et apporte un challenge bienvenu dans un jeu assez facile
Jusqu'au dégoût

Décidément, Valkyria Revolution a du mal à tirer son épingle du jeu, et ça ne va pas s'arranger avec la liste des trophées.

On y trouve des indéboulonnables pour une liste de trophées, à savoir ceux liés à la progression dans l'histoire. Très satisfaisants puisqu'ils ponctuent votre avancée et récompensent vos efforts (et votre persévérance à subir les cinématiques si vous les regardez), il représente un pourcentage non négligeable de la liste de trophées.

Viennent ensuite des trophées que l'on pourrait plus apparenter à des challenges, comme battre des As, des soldats d'élite ennemis plus forts que les autres mais assez accessibles, éliminer un certain nombre d'ennemis ou remporter une mission d'invasion et une mission de défense de territoire. Le trophée le plus sympathique à faire est celui demander de vaincre la Valkyrie apparaissant aléatoirement la nuit lors des missions de conquête. En plus d'offrir un trophée Or, la Valkyrie permet de varier sensiblement les missions tant les combats sont plus tendus et tactiques que face à des soldats basiques qui vous attaquent sans réfléchir.

Mais le problème de cette liste de trophées, ce sont ceux liés à l'argent. En effet, il vous est demandé de finir 100 missions libres, ce qui peut sembler long. Mais en réalité, il s'agit d'un nombre ridicule par rapport au nombre nécessaire pour accumuler l'argent nécessaire pour les deux pires trophées du jeu : celui demandant d'améliorer au maximum toutes les armes secondaires et celui demandant de dépenser 300.000 kr dans les boutiques. Alors, soyons clair et calme ici. Pour commencer, dépenser les 300.000 kr ne comprend pas les dépenses nécessaires pour les améliorations d'armes secondaires. Ces dernières vous demandent elles-mêmes des sommes très élevées, à savoir plus de 200.000 kr juste pour les armes, tandis que les achats dans les boutiques demandent une somme fixe de 300.000 kr. Vous avez 2 options : soit vous sauvegardez et accumulez les 300.000 kr puis dépensez tout pour les boutiques puis rechargez votre sauvegarde et dépensez tout pour les armes, soit vous jouez honnêtement et accumulez plus de 500.000 kr pour toutes les dépenses. Il faut bien savoir que les boutiques ne proposent quasiment RIEN d'intéressant à l'exception d'un marchand itinérant, et que vous dépenserez naturellement difficilement 50.000 kr dans les boutiques. Pour résumer, vous devez vous forcer à dépenser une somme colossale d'argent pour des choses qui ne vous intéressent pas, tout ça pour un trophée.

Mais... Et l'argent justement, comment gagner autant de sous ? Sur ce point, le jeu est sans appel : le moyen le plus "rapide" de se faire de l'argent, ce sont les missions libres et/ou de conquête. Sachez qu'en moyenne, vous gagnez en fin de jeu entre 1200 et 2500 kr par mission qui durent entre 3 minutes et 7 minutes. Si vous décidiez de faire honnêtement les trophées et donc d'accumuler 500.000 kr voire 550.000 kr, est-ce que vous réalisez les heures intensives de farm que le jeu vous demande ? Valkyria Revolution ne dispose pas de beaucoup de trophées mais parvient à forcer les joueurs à faire du grinding, l'une des pires pratiques qui soit, pour obtenir le platine ! Surtout que les missions secondaires se répètent très vite et que vous allez ainsi jouer sans fin les mêmes missions encore et encore pour récupérer l'argent (et les sorts pour les améliorations d'armes) nécessaire. C'est là le coup fatal qu'apporte Valkyria Revolution au chasseur de trophées et qui risque fort de dégoûter le joueur de la quête du platine ou alors de le pousser à y jouer par sessions entrecoupées de plusieurs semaines pour éviter de succomber à l'ennui.

 

Note : 1/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
8/20

Valkyria Revolution ne parvient pas à remplir son objectif. Malgré un gameplay fun mais brisant toute difficulté, l'histoire n'est pas assez captivante, les personnages ne sont pas assez intéressants et le platine force au farm. Si vous êtes un fan hardcore de la saga, vous pourriez peut-être apprécier quelque peu l'expérience, pour les autres, c'est à vous de voir...

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux habitués des 100%