Test : Pox Nora


Pox Nora
  • 1
  • 6
  • 8
  • 12
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Pox Nora

ps4
vita


27 trophées au total
0 trophée caché

95 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 0 joueur (0 %)
100% par : 0 joueur (0 %)
Note du jeu
9/20
Discuter du test

Test du jeu
Pox Nora

  • Test rédigé par Miflin111 le 03-07-2017 - Modifié le 03-07-2017


Introduction


Les terrains de Pox Nora sont quadrillés, l'idéal pour repérer rapidement les chemins les plus courts.
Vox Populi

Le jeu de stratégie a pris diverses formes au cours des années, le principe de base ne change pas d'un iota : deviner la stratégie de votre adversaire pour prendre le dessus et remporter la victoire en déplaçant ses unités. Que ce soit sous un déplacement case par case, sous forme de carte ou même en déplacement libre, un noyau dur d’aficionados a toujours existé. Mais aujourd'hui, ce sont les possesseurs de Vita et PS4 qui vont découvrir un mélange intriguant...

Pox Nora est donc un free-to-play orienté stratégie/tactique où vous devrez user de cartes afin de défaire la base de votre adversaire. D'un classicisme non feint, le soft ne pèse heureusement pas bien lourd, mais gare aux textes anglais qui ne laissent place à aucune traduction.

Contenu du jeu


Même si de nombreux êtres abondent sur le champ de bataille, le jeu reste lisible en toute situation.
Un contenu qui fait le café...

Ici, la sobriété est de rigueur : pas de cinématique d'introduction ou d'explication, vous déboulez directement dans le menu principal avec trois modes qui retiendront votre attention : le mode Ranked Play pour faire des parties classées en ligne, le mode Solo Play pour jouer contre l'I.A. et le mode Training qui permettra de lancer les didacticiels et les parties d'entraînement pour gagner les différents decks de base. Restent ensuite les modes pour bidouiller les options et pour construire son deck.

Le didacticiel est un passage quasiment obligé pour ne pas se retrouver fort dépourvu durant une bataillé classée. Au cours de 3 parties différentes, vous apprendrez comment déplacer vos créatures, les invoquer, utiliser des runes et les mécanismes du jeu. Ensuite, vous devrez livrer bataille pour acquérir chaque type de deck de base, ce qui nous donne un total de 8 batailles à remporter. Seulement et seulement alors vous serez en mesure d'être préparé comme il faut pour le cœur du jeu : le combat en ligne classé. Grâce à ces derniers, vous gagnerez de l'or à dépenser pour acquérir de nouvelles unités et de l'expérience afin de progresser dans les ligues, que ce soit en un contre un ou en deux contre deux pour encore plus de stratégie.

Nous avons le minimum pour nous tenir en haleine de nombreuses heures, sans fioriture.


...Décaféine, sans sucre

Certes, il est sévère de juger d'un free-to-play lorsqu'il sort récemment mais force est de constater que nous aurions souhaité un mode de jeu en ligne amical pour pouvoir se faire la main en toute sérénité; vous pouvez aussi faire une croix sur le moindre mode de jeu en local. Le contenu est au final très faible et on ne peut qu'espérer un étoffement de celui-ci dans les plus brefs délais. Aucun scénario pour accompagner le jeu en solo ou en ligne. Les combats contre l'I.A., que ce soit en solo ou dans le mode entraînement (où le seul changement concernera le contenu du deck), n'auront aucun fil directeur.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Le mode lié à la création du deck se révèle être très laborieux, de par son interface difficile d'accès et long à charger.
Souffler le chaud et le froid

Si graphiquement le jeu s'en sort bien concernant la modélisation des textures et rend l'affiliation des unités reconnaissable en un coup d’œil, le problème de taille concerne la lisibilité de l'interface en elle-même. On se retrouve la majorité du temps noyé sous un amas de texte pour expliquer telle unité, telle rune ou telle compétence tandis que le ciblage est souvent difficile à appréhender de par ses choix : le jeu propose en effet d'attaquer une unité plutôt que la forteresse principale et lorsqu'un veut la cibler, on tâtonne une fois encore par manque de lisibilité. Ceci est malheureusement accentué par un gameplay qui ne va pas aider.


Débâcle gestuelle

Le point noir du jeu ne se situe non pas dans ses mécaniques de jeu mais bel et bien dans l'interface et sa maniabilité. En effet, tous les déplacements du curseur se font via le stick gauche pour se déplacer sur le terrain et via le stick droit pour naviguer dans l'interface. C'est à ce moment précis qu'il devient laborieux de choisir correctement ce qu'on souhaite consulter sur l'interface, l'absence d'un pointeur contraint le joueur à naviguer de section en section jusqu'à tomber enfin sur l'élément que vous souhaitez après de longues secondes passées à lutter pour y parvenir. Impossible en outre de sélectionner plusieurs unités à la fois pour commander en même temps, rendant de fait les parties très longues. Ce manque d'ergonomie peut lasser les moins patients d'entre nous.


Un adversaire à la hauteur

En revanche, le point le plus positif du jeu concerne l'intelligence artificielle qui, de base, se défendra convenablement lors de vos premières parties et sera un véritable challenge au niveau de difficulté maximale, de quoi donner un sens au mot stratégie. Sa rapidité d’exécution permettra aussi de rendre les parties plus dynamiques comparées à celles contre un joueur humain. L'audace va même jusqu'à concentrer ses troupes pour attaquer de concert un allié trop imprudent.

Un dernier mot sur les musiques et bruitages d'une telle banalité que c'en est anecdotique. Aucune problème de freeeze, lag, bug ou de sauvegarde corrompue pour le moment, ce qui est une bonne chose.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


De nombreux sorts sont à votre disposition afin de sortir victorieux de la bataille.
Un plaisir présent mais perfectible

Si vous avez l'âme d'un fin stratège avide de défis, nul doute que ce titre est fait pour vous. Avec la possibilité de construire son deck en débloquant de nouvelles cartes et donc multiplier les combinaisons afin de trouver celle qui correspond à votre style. Pour les plus persévérants, il y aura toujours matière à faire entre vaincre le niveau le plus élevé de l'I.A. et atteindre le plus haut palier de la ligue dans les parties avec classement. Grâce à ses nombreux paliers de difficulté, vous n'aurez aucun problème à trouver chaussures à vos pieds pour ne pas être frustré par une I.A. trop costaud.

Malheureusement, sa prise en main laborieuse au départ est un véritable frein à l'immersion que peut procurer le jeu, à plus forte raison lorsque les parties peuvent s'éterniser, ce qui s'avère surtout vrai lorsque l'on est un novice et qu'on affronte un adversaire du même acabit. Passer une demie-heure voire plus pour ensuite essuyer une défaite pourra rebuter bien des joueurs qui n'ont pas la patience ni le goût de la stratégie. Le manque de diversité dans les modes de jeu n'aide en rien à la rejouabilité du soft qui poussera les joueurs à être plus compétitifs qu'autre chose.

Même la création et la personnalisation du deck est un véritable parcours du combattant : non seulement le menu met un seul et unique temps fou pour charger toutes les cartes du deck mais en plus l'interface n'est pas claire du tout et, à l'instar d'une partie en pleine action, on doit se dépêtrer dans cet embrouillamini pendant de longues minutes et si vous avez le malheur de ne pas mettre suffisamment de cartes d'un type donné, vous devrez recommencer toute l'opération. Le plus cocasse est que vous serez obligé de passer par ce stade parce qu'un des decks à utiliser contient une carte rune interdite en mode classée ; pourquoi donc existe-t-elle ? Certainement pour nous en faire baver.

 

Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Il faudra de très nombreuses heures de jeu pour espérer décrocher le platine, sans compter une âme de stratège.
D'un classique répétitif

Au vue de tout ce qui a été dit plus haut, imaginer autre chose que des objectifs communs pour obtenir des trophées est improbable. Bien qu'ils s'inscrivent parfaitement dans la logique du jeu, la grande majorité d'entre eux se ressemblent beaucoup, jugez plutôt : gagner un match classé avec chaque type de deck, gagner un nombre de matchs classés défini ou arracher la victoire contre l'I.A. en difficulté légendaire quand ce n'est pas de gravir le plus haut palier des ligues.

Par contre, on sort des sentiers battus avec quelques trophées comme créer un deck avec 3 runes légendaires, vaincre un nombre d'ennemis précis avec des avatars transfigurés, accomplir des quêtes avant la fin du temps imparti, tuer un ennemi avec un sort ou une relique. Tous ces challenges demanderont un temps considérable, un peu de chance et beaucoup de patience pour devenir un fin stratège et espérer décrocher le platine.

 

Note : 2/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
9/20

Pox Nora souffle le chaud et le froid et pour cause : les avis divergent si nous sommes friands de stratégie ou réfractaires au genre. De nombreuses dizaines d'heures de jeu pour les premiers, une lassitude prononcée pour les seconds. Ce qui est certain, c'est qu'en l'état le jeu manque de contenu qui ne demande qu'à s'étoffer pour ajouter toujours plus de composants. La direction artistique très classique ne permet pas facilement un attachement à l'univers et son interface ainsi que sa maniabilité rebuteront bien des joueurs qui souhaitent une accessibilité plus prononcée. Reste alors le plaisir de jouer avec ses amis s'ils arrivent à vous dénicher.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux spécialistes du genre