Test : Sky Force Anniversary


Sky Force Anniversary
  • 1
  • 2
  • 11
Note des joueurs :
4/5 - 26 notes
Note des 100% :
4.3/5 - 10 notes

Sky Force Anniversary

ps4
ps3
vita


14 trophées au total
2 trophées cachés

1701 joueurs possèdent ce jeu

100% par : 240 joueurs (14 %)
Note du jeu
13/20
Discuter du test

Test du jeu
Sky Force Anniversary (SFA)

  • Test rédigé par monsieur_P le 21-03-2018 - Modifié le 24-03-2018


Introduction


Sorti une première fois en 2004 sur PC et décliné au fil du temps sur différentes plateformes d’applications mobiles, Sky Force atterrit presque logiquement sur PS3/PS4/PSVita le 7 septembre 2016 dans une version anniversaire partiellement revisitée. Pour les indécis et pour ceux qui avaient ajouté le jeu à leur bibliothèque virtuelle grâce au programme d’abonnement PS+ durant le mois d’octobre 2017 sans avoir pris le temps de le lancer, voici quelques bonnes raisons de vouloir (ou non) dépoussiérer votre avion de chasse laissé au hangar.

Contenu du jeu


Vous n'irez pas bien loin sans upgrader votre avion militaire.
Développé par le petit studio polonais Infinite Dreams, SFA est un shoot’em up old school à scrolling vertical et à ce titre, il ne s’embarrasse pas, à raison, de considérations scénaristiques superflues. Un seul objectif en ligne de mire : dézinguer tout ce qui s’apparente plus ou moins à un véhicule ennemi - chars, avions, navires, hélicoptères, tourelles de défense et « boss » de fin de niveau.

À votre disposition, un hangar, dans lequel vous allez pouvoir, entre chaque mission, bichonner votre coucou. De nombreuses améliorations d'armes et des moyens de défense peuvent en effet être débloqués moyennant une certaine quantité d’étoiles que vous aurez préalablement amassé en abattant l’ennemi. Certaines cartes spéciales, à collectionner, dropées aléatoirement - en détruisant des caisses - permettent en outre de débuter avec un drone de couverture, d’améliorer votre vitesse de tir ou encore de renforcer votre bouclier d’énergie.

Même en temps de guerre, il n’est pas interdit de montrer un peu d’humanité et à ce titre, vous aurez l’occasion de pouvoir sauver quelques civils abandonnés à leur triste sort sur le champ de bataille. D’ailleurs, d’autres objectifs vous seront ainsi proposés comme par exemple ceux qui vous imposent de détruire tous les ennemis d'un niveau ou encore ceux qui réclament de ne subir aucun dégât aux cours de l'un d'entre eux. Côté mode multijoueur, seule la coop locale est disponible, ce qui est, disons-le, franchement dommage. À noter que le jeu dispose des fonctions cross buy, cross save et cross play.

Shoot’em up oblige, le scoring prend une place prépondérante dans la façon dans laquelle le joueur aborde le jeu. D'ailleurs, pour les férus de compétition, sachez qu'un tournoi est automatiquement proposé chaque week-end. En parallèle, quatre paliers de difficulté sont disponibles (normal, difficile, déjanté et cauchemar) et ce, pour l’ensemble des neuf missions que compte le soft. S'il est vrai que, dans l'absolu, chacune d'entre elles se termine souvent en moins de dix minutes, l'ensemble des défis proposés fera grimper la durée de vie du jeu à une bonne quinzaine d’heures minimum si vous voulez le terminer à 100%.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Le jeu est visuellement très convaincant.
Si la direction artistique résolument inspirée des années 90 n’a rien de très originale, le jeu est visuellement bluffant à bien des égards. Les couleurs utilisées sont très justes et contrastent admirablement bien avec la multitude d’effets en tous genre matérialisés par les nombreuses vagues de balles ennemies et autres explosions qui leurs sont liées. À l'écran, la lisibilité qui en découle est ainsi très satisfaisante, on distingue très clairement les différentes salves de projectiles - même dans les niveaux de difficulté les plus élevés -, d’autant plus que le soft ne souffre d’aucun problème de fluidité.

La finesse des détails affichés en arrière-plan est à saluer même si on peut légitimement regretter un manque de variété des différents niveaux qui se déroulent essentiellement sur fond de nuages clairsemés, de décors maritimes, de massifs rocheux ou encore de bases militaires ennemies.

À l’instar des choix visuels effectués, l’ambiance sonore du titre d'Infinite Dreams se veut à la fois simple et efficace. Là encore, les musiques - très synthétiques - ne brillent pas par leur diversité mais elles font globalement le job, et c’est bien là l’essentiel. Pour le reste, les différents bruitages - explosions, rendus des armes, sons liés à la récupération d’items - s’intègrent parfaitement bien aux événements vécus sur le champ de bataille ; on apprécie notamment les voix utilisées pour nous indiquer qu’on a atteint tel ou tel palier de points ou pour nous confirmer la nature de telle ou telle arme récupérée.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Les combats de boss sont toujours les bienvenus.
De par une prise en main rapide liée à des mécaniques de jeu simples, le shooter du studio polonais se veut très accessible et plutôt fun, surtout en coop'. À court et moyen terme, on se surprend à essayer d'aller le plus loin possible, d'établir le meilleur score et d'accumuler un maximum d'étoiles afin de grossir notre arsenal de base.

La sensation de puissance se fait ainsi plus forte à mesure que l'on abat les engins militaires adverses et qu'on accumule les cartes spéciales. On rentre dans un cercle vertueux dans lequel plus on récupère d'étoiles, plus notre avion devient robuste et performant, et par conséquent, plus on a de chances de décrocher les médailles qui nous permettent de débloquer les niveaux de difficulté supérieurs ainsi que les missions suivantes. Et c'est là que nous entrons dans le vif du sujet alors n'y allons pas par quatre chemins : jouer à SFA sans essayer de compléter un maximum les défis qui nous sont fixés n'a absolument aucun intérêt. De la même façon, c'est sans doute dans les niveaux dans lesquels le challenge est le plus corsé que le jeu donne sa pleine mesure.

En lisant ces quelques lignes, vous aurez compris que, passée la période de découverte, une certaine routine peut légitimement s'installer au bout de quelques heures de jeu, la faute à un nombre assez limité de missions disponibles et à un mode de fonctionnement général qui nous pousse à refaire encore et encore les mêmes niveaux. Au delà de ce constat, les amateurs du genre ne se feront sans doute pas prier pour tester leurs réflexes dans les plus hauts niveaux de difficulté surtout que certains objectifs sont particulièrement ardus à atteindre dans les dernières missions du jeu. Il en va de même pour les classiques boss mécaniques qui se montrent particulièrement coriaces - mais agréables à affronter - en mode déjanté et cauchemar.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


D'une manière ou d'une autre, il va falloir tout exploser !
La liste de trophées de SFA est, pour ce type de jeu, banale, consensuelle et loin d'être exempte de défauts. Peu originale donc, elle a néanmoins le mérite de pousser le joueur à décrocher 100 des 144 médailles que compte le soft, ce qui l'oblige à expérimenter les niveaux de difficulté supérieurs tout en essayant de remplir les objectifs fixés. Certains trophées mineurs se décrochent assez naturellement aux cours des différentes parties, je pense notamment à ceux réclamant de détruire 10 000 ennemis, de sauver 100 personnes ou encore de récolter 100 000 étoiles.

L'essentiel des autres breloques se gagnent en réalisant certaines actions spécifiques plus ou moins bien pensées. Si on apprécie par exemple de devoir terminer le niveau 8 sans améliorations, on ne peut que s'offusquer devant l'idée maladroite qu'ont eu les développeurs d'imposer au joueur de terminer une mission avec une santé inférieure à 5% dans la mesure où une carte spéciale permet de régénérer celle-ci automatiquement...

Justement, pour terminer, abordons le cas des vingt-deux cartes à collectionner matérialisé par l'obtention du seul trophée en or de la liste, (Or) Château de cartes. Ce n'est pas tellement le fait qu'elles apparaissent de façon aléatoire qui est pénalisant - enfin si, ça l'est, mais au moins une même carte ne peut apparaître deux fois -, c'est plutôt le temps qu'il faut pour toutes les obtenir. En ce sens, pour compléter votre collecte et en faisant abstraction de votre façon de jouer, comptez raisonnablement deux à trois heures de farm supplémentaires.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
13/20

En dépit d'une certaine répétitivité liée entre autres à un vrai manque de contenu, Sky Force Anniversary peut être considéré à juste titre comme un shooter old school réussi. Bien que l'originalité ne soit pas sa qualité première, cette sympathique version modernisée devrait satisfaire les amateurs du genre et probablement une bonne partie des non initiés.

Je recommande ce jeu :
Aux spécialistes du genre, Aux curieux