Test : Resident Evil


Resident Evil
  • 1
  • 1
  • 15
  • 28
Note des joueurs :
4.8/5 - 92 notes
Note des platineurs :
4.8/5 - 49 notes

Resident Evil

ps4
ps3


45 trophées au total
28 trophées cachés

6065 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 753 joueurs (12 %)
100% par : 753 joueurs (12 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
Resident Evil HD Remaster

  • Test rédigé par Troywarrior le 24-09-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Sponsor officiel de ce test
"Nul homme ne sait, tant qu'il n'a pas souffert de la nuit, à quel point l'aube peut être chère et douce au cœur". Abraham Stoker (Dracula - 1897)

Petite digression de l'auteur : pour ma part ce jeu fut mon premier sur la Playstation, c'est à l'âge de 11 ans que j'ai poussé pour la première fois la porte du manoir et affronté ses monstres terrifiants (Oui bon j'étais jeune) mais je n'ai pas eu l'occasion de tester les versions remastérisées précédentes donc ce test se basera uniquement sur mon ressenti entre la version 1996 et celle-ci


JE SUIS UNE LÉGENDE

Est-il besoin de présenter ce monstre sacré de l'univers du jeu vidéo créé par Shinji Mikami (père récent de The Evil Within) ? LE survival horror de référence pour toute une génération, responsable de bien des nuits blanches de l'époque et qui nous a fait comprendre le danger des parapluies (oui c'est un test qui veut aussi informer, je n'ai pas peur de parler!)
Beaucoup d'autres volets ont suivi, de qualité relative, notamment le dernier opus RE6 dont on peut s'interroger sur le but ou même le rapport avec la licence... (C’est excessivement énervant!)
La sortie d'une énième version remastérisée du 1er opus (2002 pour gamecube, 2009 pour wii) qui plus est après le très médiocre RE6 a donc été initialement mal accueillie par une partie de la communauté de fans, accusant Capcom de vouloir user jusqu'à la moelle son champion et de ne plus être capable de créer un nouvel opus de qualité et fidèle à ses origines (ce qui semble en revanche être en bonne voie vu les premières images du 7e volet).

Mais sortons du cadre polémique pour se concentrer uniquement sur ce qui nous intéresse : le jeu.


20 ANS, ET TOUTES SES NOUVELLES DENTS

Sur le papier, Resident Evil HD Remaster vend du rêve, le jeu ultime remastérisé à la sauce Blu-ray. Fini les pixels, fini les biceps rectangulaires et les pieds en forme de palmes ; tout ce qui , en revanche, a fait le succès de cet opus : son scénario, ses énigmes, son ambiance malsaine et pesante, conservés voire transcendés par des graphismes modernes.
Qu'en est-il manette en main?


LE PITCH

Suite à différents massacres perpétrés dans la petite bourgade de Racoon City où des témoignages relatent même des scènes de cannibalisme (On est d'accord, ça sent le sapin), l'équipe bravo est dépêchée sur place pour enquêter mais cesse de donner signe de vie. L'équipe Alpha, dont vous faites partie, est donc envoyée à leur recherche dans la forêt de Racoon City.
Vous ne trouvez sur place que destruction et cadavres en morceaux (Bon appétit bien sûr). Pourchassé par une meute de chiens enragés, vous courrez vous réfugier dans un étrange manoir isolé de la ville au milieu des bois.

Arrivé enfin sur le perron, vous poussez la porte... Et le cauchemar commence...

Contenu du jeu


Vous qui pénétrez en ces lieux, abandonnez tout espoir
"WATCH OUT!! IT'S A MONSTER!!..."

Nous retrouvons le choix classique de notre héros : Jill, moins résistante mais pouvant porter plus d'objet, ou Chris, la masse de base, plus rapide mais moins fourni en poches. On nous offre un choix de costume initial mais rien de bien folichon. On regrettera, pour une version sensée rendre hommage à l'oeuvre originale, l'absence de la cinématique du début combinant des moments avec de vrais acteurs filmés et surtout de la présentation finale mythique de cet américain, avec sa voix un peu dans l'slip, dénommant tous les personnages (mon préféré étant le tour de "Barry Burton")

Les traditions sont respectées, la perspective subjective et l'alliance 2D/3D nous plongent dans l'univers dès le début. Le jeu conserve tout son scénario original (allant même jusqu'à l'architecture des bâtiments et des pièces), ce qui ravira les anciens : toujours ces bons vieux rubans encreurs, la sonate au clair de lune, le V-Jolt (pour désherber en toute sécurité) et j'en passe.


"...LET ME TAKE CARE OF THIS!!"

Les ennemis, eux aussi, ont trouvé une nouvelle jeunesse (enfin, façon de parler). Plus horrifiques que jamais, dangereux et mieux organisés (vous enfuir d'une pièce ne vous protégera plus aussi bien puisque les ennemis défoncent aléatoirement les portes pour vous suivre). Un effort visible a été fait sur l'IA, rendant les esquives et les louvoiements bien plus difficiles.

On notera également des nouveautés intéressantes : d'une part la possibilité de brûler les cadavres grâce au briquet et des doses de kérosène éparpillées un peu partout dans le manoir. Cela offre un nouveau dilemme : perdre un peu de temps et trouver le nécessaire pour brûler le corps de vos victimes (Hootch est cinglééééé!) ou passer votre chemin, tout en sachant que les corps non-incinérés se transforment, après un temps aléatoire, en Crimson Head (ou "#DC143C head" pour les programmeurs), zombie très rapide et 3 fois plus dangereux que ses homologues, donc gare à vous en revenant dans la pièce.
D'autre part, on notera l'apparition d'armes secondaires (variant entre chaque perso) qui vous permettront de vous dégager de la prise d'un ennemi sans subir de dégâts et ce, pour certaines armes, de manière assez fun.

Des innovations donc, autant dans les graphismes ou les ennemis que dans le scenario : un nouveau boss, quelque peu flippant d'ailleurs, apparaît tout au long de l'histoire et en prime, Capcom nous offre 2 nouvelles difficultés : Survie et Fantôme (Cf partie trophées).

Bref, et malgré ce qu'en ont dit ses détracteurs, Resident Evil HD Remaster a réussi à conserver sa substantifique moelle. Le pari d'allier l'ancien avec le nouveau semble gagné, sur le plan du contenu en tout cas...

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Vous ne voyez pas une.. petite.. différence?
DES COUACS TECHNIQUES...

C'est une évidence, vouloir conserver le gameplay de la PS1 (avec manette sans joysticks) sur une nouvelle console peut créer quelques problématiques d'adaptation, Resident Evil HD Remaster n'échappe malheureusement pas à la règle.
Le jeu nous propose de jouer avec les paramètres "à l'ancienne" (flèches directionnelles) ou nouveaux (avec joysticks) mais c'est aller de Charybde en Scylla, les paramètres à l'ancienne sont certes beaucoup plus avantageux, notamment pour ceux souhaitant platiner le jeu, car ils permettent des esquives et des déplacements beaucoup plus précis, mais pour certains joueurs (dont votre serviteur), il est clairement très complexe de reprendre un jeu sans joysticks après plus de 10 années d'habitude.

Pour ce qui est des nouveaux paramètres, ils sont très inconfortables au vu du gameplay, le déplacement est automatiquement en course, et les changements de vue de caméra (innombrables dans le jeu) sont purement un casse-tête pour vos déplacements. En pensant mettre le joystick dans la bonne direction, vous verrez votre personnage partir contre le mur ou carrément faire demi-tour et ce, très souvent. Cet aspect est clairement le plus pénalisant du jeu.


...MAIS PAS QUE

Dès le début, disons le clairement, c'est la gifle... Quiconque ayant joué à l'opus original (ou pas d'ailleurs) aura les yeux écarquillés devant le hall du manoir et les personnages en mouvements. Les graphismes sont somptueux, les décors au-delà du réalisme. Le vernis du marbre réfractant la lumière, les tapisseries, le jeu d'ombre, les fenêtres laissant se dessiner des décors lointains. Bref c'est beau, très beau.

Sans compter les effets sonores d'une excellente qualité, allant du craquement de la latte en bois, des cris venant de derrière une porte ou d'un éclair perçant soudainement le silence pesant. Les musiques, quasi identiques au premier opus, pour notre plus grand plaisir, sont toujours aussi intelligemment disséminées dans notre parcours.

Maniabilité mise à part, le jeu reste globalement une réussite d'un point de vue technique, il ne souffre d'aucun ralentissement ou de bugs quelconques à l'exception peut-être des armes traversant les murs quand vous en êtes proche mais bon... même les blockbusters de cette année n'y échappent pas eux non plus. Les phases d'actions sont fluides et intenses, l'exploration est moins entrecoupée de pauses comme le titre original (les escaliers s'empruntent et certaines portes s'ouvrent sans chargement d'écran) ce qui intensifie l'immersion et le rythme.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


« -Est-ce que vous êtes classé dans la catégorie "humain"? – Négatif, je suis une mite en pull over ».
TIME TO CLEAN HOUSE

Resident Evil 1 reste aux yeux de beaucoup (y compris bibi), le meilleur jeu de survival horror à ce jour. Il a marqué une génération entière et a inventé, excusez-nous du peu, un genre à lui seul. Beaucoup s'en sont inspiré avec plus ou moins de succès, on pensera notamment à Silent Hill, 3 ans après, ou l'excellent Alan Wake (de chez... "chut! chut! pas de marque!").
Le plaisir est donc total, pour les anciens joueurs qui le redécouvrent comme pour ceux qui y jouent pour la première fois et qui pourraient penser que RE6 est représentatif de la série... tressaillement... (oui je sais, je m'acharne sur ce titre mais vraiment ça soulage). La beauté des graphismes, l'intelligence du scénario ou tout simplement le bonheur de découvrir, ou redécouvrir, ce jeu de légende le valide indéniablement.


PAPA 'S GOT A BRAND NEW BAG !!!

Pour les chasseurs de platine, rejouer va être obligatoire dans tous les cas (Cf partie trophées). Mais Capcom a eu l'intelligence de garder son système de récompense à chaque fin : armes aux munitions infinies notamment (sous certaines conditions d'achèvement bien sûr), ce qui a l'avantage de nous motiver, même une fois le Graal obtenu, à reprendre une partie ou deux en mode destructeur (imaginez-vous en Super Sayajin God affrontant une armée de saïbaman).

Mais, il faut le reconnaître, l'obtention du platine nous donne largement "notre dose" et certains pourront être lassés du manoir pour un temps

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


« Un couteau ça? non, ça c'est un couteau!»
ENNEMIS INVISIBLES ET COUTEAU DE SURVIE

Comme j'ai l'habitude de dire, le plaisir est relatif pour chacun. Mais pour Resident Evil HD Remaster, une chose est sûre, pour tous les chasseurs, professionnels ou néophytes, le platine de ce jeu est quand même un petit défi.

Sans parler des trophées s'obtenant bien sûr dans le cours du jeu, le platine requerra de votre part un investissement certain et surtout de la patience. Qu'il s'agisse du mythique "Speed-Run" vous demandant de finir le jeu en moins de 3h, de celui vous obligeant à terminer le jeu avec uniquement le couteau (oui oui, même pour les boss) ou encore mon préféré le mode SOS fantômes, où les ennemis sont invisibles sauf en cas d'attaque (oui oui, toujours pour les boss aussi ; ça vous vaudra quelques sursauts, croyez-moi), j'arrête là la liste afin de ne pas vous gâcher toutes les surprises.

Même si cela est plaisant dans le cœur d'un gamer de réussir les défis complexes d'un jeu, force est de constater que le platine de Resident Evil HD Remaster peut lasser, voire même écœurer un peu du jeu, d'une part car il vous demande, au minimum, de le recommencer 4 fois dans des difficultés exponentielles (ce qui nous permet néanmoins de pouvoir regarder les différentes fin par personnage). Tout cela en ayant, comme expliqué ci-dessus, une maniabilité brouillonne, ce qui complique grandement les phases d'esquives (Je me suis retrouvé certaines fois dans le même état que J.Nicholson dans Shining)

Mais pour ceux qui auront le courage d'aller au bout, une petite surprise vous attendra, pas extraordinaire, mais j'ai tout de même trouvé la démarche sympathique.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

Resident Evil HD Remaster est une belle réussite dans l'ensemble. Malgré une prise en main au départ complexe du fait de sa maniabilité brouillonne, on est émerveillé par la qualité graphique et l'ambiance sonore (re)donnant à ce jeu ses lettres de noblesse. Les innovations sont très intelligemment parsemées dans l'arsenal, les ennemis et le scénario original nous offrant son petit lot de surprises intéressantes. L'hommage à l'opus original est proprement réalisé et saura séduire les inconditionnels de la licence comme ceux qui découvrent ce jeu pour la première fois malgré un platine plutôt lourd à obtenir.

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série, À un public averti, Aux chasseurs de trophées/platine difficile