Test : Persona 5


Persona 5
  • 1
  • 3
  • 5
  • 40
Note des joueurs :
4.9/5 - 26 notes
Note des platineurs :
4.8/5 - 12 notes

Persona 5

ps4
ps3


49 trophées au total
11 trophées cachés

947 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 153 joueurs (16 %)
100% par : 153 joueurs (16 %)
Note du jeu
20/20
Discuter du test

Test du jeu
Persona 5

  • Test rédigé par Ray-chan le 14-05-2017 - Modifié le 14-05-2017



Introduction


Image
Image

Huit ans... C'est le temps qu'il aura fallu attendre depuis la sortie de Persona 4 sur Playstation 2 pour bénéficier d'un nouvel opus de la série des Persona. Huit ans à se demander ce qu'il était advenu de la licence la plus populaire dérivée des Shin Megami Tenseï. Huit ans de traversée du désert pour les fans, car même si elle ne bénéficie pas de l'aura de certains cadors du secteur, la licence Persona a toujours été synonyme de qualité. Huit ans pour que Katsura Hashino ré-endosse une dernière fois le rôle de réalisateur sur un épisode de Persona et nous livre à nouveau sa vision de la société japonaise. Développé au sein du studio Atlus, Persona 5 dernier épisode en date de la franchise, et célébrant les 20 ans de la série, est sans conteste l'un des ténors du J-RPG, mêlant ambiance sombre et sujets plus légers sur une tranche de vie adolescente. À contrario de ses prédécesseurs, cet épisode se déroulera non pas dans une petite ville de province japonaise, mais dans la mégalopole de Tokyo. Vous incarnerez un adolescent y ayant été envoyé par ses parents, afin de fuir la honte exposée aux voisins suite au casier judiciaire que vous avez contracté en voulant aider une femme en détresse. Manque de chance pour vous, son agresseur était une personne influente, et vous voilà envoyé en pension au Café Leblanc à Tokyo, ainsi que transféré à la Shujin High School. Que vous réserve cette année scolaire dans cette mégalopole inconnue ?

Contenu du jeu


Le baseball sera l'une des nombreuses activités secondaires à laquelle vous pourrez consacrer du temps dans Persona 5
Wake up, Get up, Get out there !

Persona 5 est un J-RPG qui démarre sur les chapeaux de roue, introduisant son histoire non par une cinématique, mais en vous mettant d'emblée dans le bain. En tant que "Joker" vous tentez une échappée folle d'un casino que vous venez de cambrioler. La sécurité est sur les dents, les forces de police encerclent le bâtiment, et ce "tutoriel" sera la base de votre aventure. En tant que premier contact avec cet épisode, il permet aux nouveaux venus dans cet univers de prendre un peu leurs marques, et aux anciens de constater d'emblée quelques différences, mais nous y reviendrons dans la partie technique. Vous incarnez un lycéen qui va se rebeller contre l'autorité et le monde fou, retors et perverse qu'ont créé les adultes, acquérant ainsi sa Persona, Arsène. Elle est l'incarnation de son subconscient et lui procure des pouvoirs surhumains dans le Metaverse, monde parallèle prenant vie grâce aux désirs enfouis dans le subconscient collectif humain. Le Metaverse prendra ainsi deux formes bien distinctes : les Palaces, et le Mementos. Les Palaces seront l'incarnation des désirs inavoués et des pires penchants des cibles principales du scénario. Contrairement au Tartarus de Persona 3 ou à la chaine de Minuit de Persona 4, il s'agira d'environnements travaillés, non procéduraux et uniques à chaque adversaire. Le Mementos, se voudra lui plus proche du Tartarus ou de la chaine de Minuit, étant procédural. Il représentera l'inconscient collectif et sera le lieu de nombre de quêtes annexes. Ainsi, une fois que vous aurez composé votre équipe de voleurs-fantômes, votre objectif sera simple : voler le cœur de vos cibles afin de les rendre plus humaines, moins méprisables, afin qu'elles se repentent de leurs actions et prennent conscience du mal qu'elles ont fait. Vous accomplirez principalement vos raids dans ces lieux en fin de journée ou en soirée, car il vous faudra également vous adapter à la composante sociale du jeu.

Life will change

Et oui, vous êtes lycéen, et il va vous falloir étudier, mais également développer vos différentes caractéristiques sociales (Gentillesse, Charisme, Connaissance, Compétence, Courage) car l'une des constantes faisant le succès de la licence est l'élaboration de liens sociaux avec différentes personnes. Au nombre de vingt et une, certaines vous rejoindront dans votre équipe des voleurs-fantômes, quand d'autres développeront en vous des capacités utiles à votre survie dans le Métaverse. Ces personnes appelées Confidants dans le jeu, seront l'un des fers de lance de votre expérience en jeu. Elles conditionneront en grande partie votre expérience, nécessitant du temps pour se développer et former un lien durable. Ces amitiés pourront même se muer en romance, rendant cette composante du jeu encore plus sympathique vu les différentes interactions possibles avec eux (léger bémol toutefois, il est dommage qu'à notre époque, il soit toujours impossible de nouer une romance avec un personnage masculin...). Et puisqu'on parle d'emploi du temps contraignant, et qu'on évoquait précédemment vos caractéristiques sociales, nombre d'activités annexes vont vous être proposées dans Persona 5. Vous pourrez jouer au base-ball, lire des livres, apprendre à préparer le café ou un curry, aller à la pêche, au cinéma, jouer à des jeux-vidéos, avoir un emploi à temps partiel et bien plus encore ! C'est bien simple, le panel d'activités différentes proposées dans ce jeu est l'un des plus conséquents pouvant exister dans un J-RPG. Se balader dans Tokyo est un plaisir, surtout pour qui connait la ville, les quartiers étant représentés avec une grande justesse (Pour la petite histoire, le quartier de Jongen-jaya où vous débuterez votre histoire est basé sur le quartier de Sangen-jaya où sont situés les bureaux d'Atlus).

Aria of the Souls

Et comment évoquer le contenu de Persona 5 sans parler de la Velvet Room ? Ce lieu sera l'un des endroits que vous visiterez le plus durant vos pérégrinations. Car sachez que si vos compagnons bénéficieront tous d'une Persona lorsque leur conscience s'éveillera et se rebellera contre le sentiment d'injustice qui les opprime, votre protagoniste aura lui la capacité unique de pouvoir manier toutes les Personas qui tomberont sous sa coupe, à l'exception des personas uniques associées à vos compagnons. Vous ferez donc la connaissance d'Igor, propriétaire de la Velvet Room, et des ses charmantes acolytes, Justine et Caroline qui au fur et à mesure de l'aventure vous proposeront différents services très utiles. Le premier étant le Compendium, sorte de recueil de toutes les Personas que vous avez acquises durant l'aventure, et qui servira également à invoquer à nouveau contre espèces sonnantes et trébuchantes, une Persona de votre choix si l'envie vous prend. Dans les services proposés vous trouverez également la possibilité de fusionner vos Personas pour en créer de nouvelles, d'en sacrifier afin de récupérer des items ou de fortifier une autre Persona, voir même de les emprisonner pour leur laisser une chance d'acquérir une capacité spéciale. Les Personas sont l'âme du jeu. Bénéficiant de pouvoirs et faiblesses diverses en fonction de leur élément d'origine, ce sont elles qui vous permettront d'être plus ou moins efficace en combat. Vous attraperez vite le virus de la collectionnite et voudrez toutes les posséder pour être paré à toute situation, ou tout simplement parce que vous apprécierez le look de telle ou telle Persona

===============================================En résumé

Persona 5 dispose d'un contenu gargantuesque, étalant votre première partie sur au minimum 80 heures de jeu. Un contenu qui se paie en plus le luxe d'être mis en valeur de fort belle manière grâce à sa diversité. Vous vivrez une année scolaire japonaise au jour le jour, en planifiant vos actions dans un éventail de possibilités incitant à toujours explorer plus loin. Un sans-faute à ce niveau.

Image

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Voici le look d'un finish après une All-Out attack exécutée avec succès : La classe !
Rivers in the Desert

Il est temps de passer à la plus grande force de Persona 5 : son aspect technique. Ou plutôt dans ce cas de figure à sa direction artistique. Que ce soit en terme de level-design pour les Palaces, au niveau des endroits à explorer (mention spéciale à la gare de Shibuya qui passe pour une jungle touffue la première fois que vous arrivez dedans, pauvre occidental perdu parmi les kanjis affichés partout), au niveau du design des Personas qui oscille toujours entre chic et trash, et aux divers menus du jeu si stylisés qu'on peut y passer des heures sans s'en apercevoir, absolument tout séduit la rétine sur ce jeu. Une preuve parfaite qu'il ne suffit pas d'avoir le moteur graphique le plus puissant et de l'exploiter au maximum de ses capacités pour séduire la rétine et enivrer le joueur. Les différentes cinématiques animées disséminées ici et là ont elles été confiées au studio Production I.G qui a lui aussi fait un excellent travail. Tout ceci confère un superbe écrin au contenu du jeu, écrin mis plus en valeur encore par la bande-son. Composée une fois de plus par l'excellent Shoji Meguro, et penchant en grande partie vers l'electro-pop jazzy, celle-ci accompagne sans férir et sans fausse note le joueur, mettant en valeur chaque situation et marquant au fer rouge la mémoire du joueur. À noter que le jeu est de base en langue anglaise et VOSTA et qu'il est possible de télécharger la langue japonaise pour l'audio. S'il fallait trouver un point négatif ce serait des doublages parfois incomplets, mais c'est vraiment pour chipoter.

Beneath the Mask

Abordons maintenant le gameplay de Persona 5. Si la composante sociale du jeu ne donne pas matière à créer un gameplay (encore que certaines choses héritées de vos Confidants ou de certaines actions contextuelles auront une incidence sur celle-ci), celle des Palaces et du Mementos, et par extension des combats est quant-à elle déterminante dans l'appréciation qu'on aura du jeu. Ainsi, lorsque vous infiltrerez un Palace, vous aurez la possibilité de vous cacher et d'avancer par petits sauts de cachette en cachette, par une simple pression du bouton (croix). Si cela peut sembler anodin de prime abord, ce l'est beaucoup moins lorsqu'on comprend qu'il est primordial d'engager ses ennemis en mode "Ambush" (Embuscade). Deux raisons à cela : la première est que vous avez un taux d'alerte dans les Palaces. Faites vous repérer trop souvent, et à terme lorsque la jauge d'alerte sera pleine, vous serez expulsé du Palace en question. La deuxième raison est stratégique. Le nerf de la guerre dans Persona c'est les SP. Les SP ou Special Points donc, sont votre jauge de magie pour vulgariser. Utiliser vos Personas consomme des SP. Hors le système de combat repose sur un système d'exploitation des éléments. Vous-même et vos adversaires chercherez systématiquement à exploiter la Weakness (Faiblesse) de votre adversaire afin de bénéficier d'un coup supplémentaire offert. Ainsi, débuter la bataille en situation d'Ambush vous sera forcément profitable puisque vous aurez un tour complet pour frapper vos adversaires et bénéficier de l'opportunité d'exploiter leurs weakness, permettant de facto de gérer au mieux l'utilisation de vos SP. Changer de Persona et de personnage régulièrement pour s'adapter à ses adversaires sera la clé du succès associé à la gestion des SP précédemment mentionnée.

Blooming Villain

Mais le gameplay des combats ne se limite pas à ceci. Vous pouvez attaquer avec une arme de mêlée, une arme à distance et votre Persona, Vous savez maintenant que vous pouvez surprendre vos ennemis et exploiter leurs faiblesses. Mais le meilleur reste à venir. Si vous exploitez une faiblesse, vous faites un Critical (coup critique). Si tous les adversaires face à vous subissent un Critical, vous passerez en situation de Hold-up. Et là vous aurez plusieurs choix de figure qui se présenteront à vous : La All-Out Attack, attaque de mêlée dévastatrice dans laquelle tous vos personnages seront impliqués (et qui donnera lieu à une image finish mettant en avant le personnage l'ayant initiée si elle se conclut par la mort de votre adversaire), la négociation qui vous proposera de discuter avec la Persona adverse pour lui demander au choix de vous rejoindre, de vous donner de l'argent, ou des items pour avoir sa vie sauve, et pour finir, reprendre le combat si vous ne désirez ou n'estimez pas nécessaire de bénéficier de cet avantage. À noter que les combats de boss seront bien différents des combats classiques, les boss n'ayant généralement pas de faiblesses, et les combats se déroulant en plusieurs phases. Néanmoins, la tactique sera aussi de mise par le biais d'actions supplémentaires que vous pourrez effectuer améliorant encore la richesse et l'intensité des combats. Cerise sur le gâteau : Vous aurez la possibilité de choisir entre 5 modes de difficulté différents, ce qui permettra à tout un chacun de s'essayer au jeu en prenant le temps de comprendre ses mécaniques intrinsèques.

===============================================En résumé

Persona 5 est doté d'une identité visuelle et sonore forte, assortie d'un gameplay aux petits oignons qui n'est jamais pris en défaut. C'est bien simple, à ce petit jeu, il finit premier des examens.

Image

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Vous passerez pas mal de temps à visiter les divers quartiers de Tokyo
The Whims of Fate

Le plus important lorsqu'on lance un jeu est et sera toujours le plaisir de jeu. À ce niveau, Persona 5 frappe très fort d'emblée, séduisant le joueur en le mettant dans le cœur de l'action dès les premières minutes, puis réduisant la voilure légèrement, afin de lui permettre d'assimiler la complexité du gameplay de façon naturelle durant ses premières heures de jeu. À tel point que l'on se surprend à toujours pousser un peu plus loin lorsqu'il est l'heure de lâcher la manette. De plus, les thèmes abordés sont mâtures et parleront à tout le monde : harcèlement moral ou sexuel, suicide, chômage, dépression, repli social, des thèmes que chacun peut comprendre et avoir vécu. Vus par le prisme d'une jeunesse japonaise n'acceptant pas cet état de fait, on ressent soit-même cette idée de rébellion qu'on peut avoir perdu en vieillissant, la comprenant, et même l'encourageant. La transposition du cadre de la ville de province à la capitale Tokyoïte renforce aussi cette impression de n'être qu'une petite particule perdue dans un amas de poussière, corvéable et malléable, qu'on peut remplacer sans problème, accentuant encore l'idée que l'individualité n'est rien. Ce sentiment est d'autant plus fort qu'on s'aperçoit de bien des travers de la société japonaise par le biais des liens que l'on établit avec les Confidants, mais également dans une certaine mesure en arpentant les Palaces de nos adversaires, contemplant leurs véritables désirs et personnalités.

Life Goes On

Il est rare de faire un New Game + en éprouvant autant de plaisir si ce n'est plus qu'à la première partie. Persona 5 fait partie de ces jeux. Sans parler des trophées puisque nous y reviendront ultérieurement, relancer une partie se fait naturellement après avoir fini le jeu une première fois. Le désir d'en savoir plus sur nos Confidants (ou d'en découvrir de nouveaux), le fait de mieux appréhender comment gérer notre planning et le temps imparti, l'attrait de découvrir des éléments , des activités, ou des lieux qui nous seraient passés sous le nez, ou tout simplement de découvrir de nouvelles Personas fait que l'on relance sans vraiment y penser une partie, appréciant par avance de passer une fois encore un certain nombre d'heures avec notre équipe de voleurs-fantômes. Le fait de voir un certain nombre de choses conservées sur cette New Game + facilitant la transition et la gestion du temps y est certainement pour beaucoup. À noter également que l'on peut tout à fait avoir fini sa première partie sur une Bad Ending ce qui laisserait encore des éléments de scénario principal à découvrir, pour peu que l'on n'ait pas usé et abusé du système de sauvegarde. Autant de raisons en faveur d'une partie avec un plaisir accru sur une New Game +.

===============================================En résumé

À moins d'être totalement fermé à la culture japonaise, on ne peut que s'enthousiasmer devant la qualité du jeu, de son intrigue, et le déroulement de celle-ci. La claque infligée par la direction artistique séduit sans coup férir le joueur. La qualité des dialogues, et le nombre de choix proposés pour établir des liens avec vos Confidants sont si nombreux et variés qu'une deuxième partie se fait avec un réel plaisir afin de découvrir des scènes ratées lors de la première. Et le nombre d'activités annexes conséquent fait qu'on peut se surprendre à trouver encore des éléments nouveaux, ce qui est un réel plus à ce niveau.

Image

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Le noyau dur de votre équipe de voleurs-fantômes en plein meeting
Awakening

La liste des trophées de Persona 5 vous fera tourner la tête si vous êtes un chasseur de trophées. Non qu'elle soit parmi les plus difficiles existantes, mais par l'ampleur de la tâche qui vous attend. Vous y trouverez ainsi les habituels trophées liés à la complétion de l'histoire (mention spéciale pour le trophée (Or) nécessitant de voir la fin du jeu puisqu'il peut s'obtenir en visualisant une Bad Ending), ainsi que les trophées liés à des actions contextuelles telles que faire 999 points de dégâts en un seul coup ou prendre en embuscade 50 ennemis, utiliser les différentes options qui s'offriront à vous dans la Velvet Room au fur et à mesure de votre avancée dans l'histoire. Vous devrez maximiser votre lien avec un Confidant, vivre une romance avec un Confidant (ce qui revient aussi à maximiser son lien mais avec un Confidant de sexe féminin), maximiser vos caractéristiques sociales, et même vaincre The Reaper, l'Ombre de la Mort qui rôde dans le Mementos. De quoi vous occuper de longues heures durant. Au niveau des collectibles, peu de trophées rentrent véritablement dans cette catégorie, car ils seront liés à des actions que vous effectuerez dans le jeu. On dénombrera ainsi le fait d'avoir acheté toutes les marques de canettes disponibles dans les distributeurs de boissons du jeu, avoir trouvé ou acheté (et lu) tous les livres du jeu, avoir acheté et complété tous les jeux vidéo du jeu. Un véritable marathon s'offre à vous et ce n'est pas fini...

Last Surprise

...car vous devrez impérativement lancer un New Game + pour faire le tour de tout ce que le jeu vous propose en terme de trophées. En effet, il semble impropable que sans l'aide d'un guide vous ayez réussi à maximiser votre affinité avec vos 21 Confidants. Remplir le Compendium à 100% ne sera possible que sur cette nouvelle partie, la Persona ultime de votre joueur ne pouvant s'obtenir que sur celle-ci. Peut-être engrangerez vous le trophée lié à Futaba durant cette partie si vous ne l'avez obtenue sur la première, celui-ci étant cumulatif et nécessitant d'avoir lu au moins 250 phrases différentes de sa part sur les 450 qu'elle peut dire. Mais le fin du fin, sera le boss optionnel du jeu, en l'occurrence les bosses, puisqu'il vous faudra mettre au tapis Justine et Caroline, les deux charmantes comparses d'Igor. Et le moins qu'on puisse dire c'est que si vous ne vous y êtes pas préparé correctement, ce combat sera ardu, rendant de facto l'obtention de ce trophée encore plus gratifiante.

Dernière information à l'attention des chasseurs pressés : il est possible de sauter toutes les cinématiques, mais également de visionner en accéléré toutes les phases de discussion du jeu. Et ce, dès la première partie, par une simple pression de la touche Options. Le jeu stoppera la lecture rapide de lui-même à chaque fois que vous aurez un choix de réponse.

===============================================En résumé

Une liste riche et variée qui vous fera jouer de longues heures durant en profitant pleinement de tout le potentiel que le jeu a à vous offrir. Une balance parfaite entre temps de jeu, complétion du jeu, et chasse aux trophées qui devrait finir de vous convaincre de jouer à Persona 5 si vous n'avez pas déjà craqué en cours de lecture de ce test.

Image

 

Note : 5/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
20/20

Alors que la majeure partie des productions au tour par tour tendent à voir certains J-RPG devenir des jeux "d'action", Persona 5 remet les pendules à l'heure à la sortie des cours et impose son style avec brio. Le tour par tour n'est pas mort, il était juste resté en classe, à roupiller, attendant la fin des cours et que ses petits camarades aient fait leur exposé pour montrer qui est le patron.

Une grande leçon de style dont devrait s'inspirer bien des studios tant sa richesse ne cesse de frapper et fasciner. Sans conteste le meilleur J-RPG au tour par tour sorti sur consoles de salon ces huit dernières années. Un Must-have qui finit premier de la promotion 2017 sans forcer.

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux fans de la série, À un public averti