Test : Destiny


Destiny
  • 1
  • 2
  • 18
  • 40
Note des joueurs :
4.2/5 - 261 notes
Note des platineurs :
4.6/5 - 93 notes

Destiny

ps4
ps3


61 trophées au total
1 trophée caché 2 DLC's

11840 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 1799 joueurs (15 %)
100% par : 518 joueurs (4 %)
Note du jeu
15/20
Discuter du test

Test du jeu
Destiny

  • Test rédigé par Z40N-TP le 20-10-2014 - Modifié le 07-12-2016



Introduction


Le Voyageur
La planète Mars, de nos jours. L'Homme fait son premier pas à la surface de la planète rouge. Après de longues heures de marche en ce milieu hostile, les astronautes font face à un astre mystérieux, flottant dans l'atmosphère aride : le Voyageur. Son arrivée marqua le début d'une ère miraculeuse, elle apporta de nouvelles Connaissances et permit à l'Homme de vivre trois fois plus longtemps, les planètes voisines de la Terre connurent un essor fulgurant avec l'éclosion de grands complexes urbains, changeant ainsi l'Histoire pour toujours. L'Homme tourna alors son regard vers les étoiles et entreprit d'aller à leur rencontre. C'était sans compter sur un mal qui pourchassait le Voyageur à travers l'Espace depuis la nuit des Temps : les Ténèbres. Elles atteignirent leur but quelques siècles après la découverte du Voyageur et ce fut la fin de tout. Ce fut aussi un nouveau commencement...

Pour ceux qui se posent la question, Destiny est un vrai mélange de genres : vous y retrouverez avant tout les bases d'un First Person Shooter entremêlées de vues à la troisième personne, l'évolution des caractéristiques de votre personnage rappelle également le fonctionnement d'un Role-Playing Game. À mi-chemin entre Mass Effect et Borderlands, Destiny se veut essentiellement coopératif, un peu à la manière d'un jeu Massively Multiplayer Online. Bref, il y a de quoi plaire à une large gamme de joueurs dans cette nouvelle saga que nous propose Bungie. Avec un budget marketing aussi colossal et les spots publicitaires qui ont inondés nos ondes ces dernières semaines, comment ne pas entendre parler du bébé d'Activision, mais celui-ci tient-il toutes ses promesses ?

Contenu du jeu


Quoi ma gueule ?
Création de votre personnage

700 ans après la première exploration de la planète rouge, vous incarnez un Gardien qui se réveille d'une longue mort. À vos côtés, un spectre (sorte de robot géométrique volant) dont la tâche sera de vous guider à travers des aventures dont l'issue demeure très sombre. Mais place à la création de votre personnage. Vous avez le choix d'incarner plusieurs classes : le Titan, puissant et fort comme un roc, il protège ses alliés et terrasse ses ennemis avec ses poings électriques. Le Chasseur, combattant agile et rusé, il utilise son pistolet solaire et ses lames cryo-électriques pour venir à bout des Ténèbres. Et enfin, l'Arcaniste, polyvalent et adepte des forces occultes, il manipule la lumière du Voyageur pour semer la destruction sur son passage. Après ce choix qu'on pourrait croire cornélien (car les classes ne sont pas très différentes les unes des autres), vous êtes libre de choisir parmi trois races (Hommes, Exos et Éveillés) et de personnaliser votre avatar comme bon vous semble, on notera tout de même la faiblesse de l'éventail de possibilités qui nous sont offertes.


Les modes de jeu

Concernant le mode PvE (Player versus Environment), qui peut se jouer en coopération, c'est pas loin d'une vingtaine de missions qui vous sont proposées sur les quatre "planètes" accessibles. Vingt missions ? Oui. Mais ne comptez pas plus de 10 heures pour toutes les boucler, avec en prime un scénario d'une pauvreté déconcertante et un épilogue qui vous laisse pour le moins perplexe... S'ajoutent à cela des phases d'exploration où vous avez la possibilité de remplir des contrats pour les différentes factions existantes et de participer à des évènements publics réguliers en compagnie d'autres Gardiens. Pour les joueurs friands de défis, vous pouvez également mesurer votre courage au travers des nombreux assauts et des raids dans le but de recevoir de l'équipement pour votre personnage et les précieuses monnaies d'échange à dépenser auprès des marchands de la Tour. Malheureusement, toutes ces activités proviennent du même moule : massacrer des hordes d'ennemis pour se dégager un passage vers un boss de fin de mission bien plus coriace, armé et défendu.

Pour la partie PvP (Player versus Player), comprenez le multijoueur compétitif, vous retrouvez les modes de jeu habituels de ce type de licence tels que la capture de territoires, les matchs à mort seul ou par équipe, ici rien que du déjà vu. Le matchmaking tend à s'améliorer depuis la sortie du jeu mais il laisse toujours quelque peu à désirer : en effet, le jeu n'a aucun scrupule à opposer une équipe composée d'inconnus face à une escouade de plusieurs amis qui ont la possibilité de s'organiser et de s'informer des mouvements et stratégies adverses. De même, dans les modes de jeu peu fréquentés en 3v3 par exemple, les mauvais joueurs qui ne supportent pas la défaite ne sont pas remplacés et il n'est pas rare de se retrouver seul contre tous... S'ajoutent à cela les Gardiens dont la raison de vivre est leur ratio, qui ne s'occupent absolument pas des objectifs à remplir. Tout ça nous fait un cocktail fort peu séduisant voire même déplaisant.


Bungie mise sur le temporaire...

Là où Bungie frappe fort pour épater ses joueurs et les tenir en haleine, c'est l'apparition d'évènements temporaires inédits annoncés par des alertes au moment de la connexion à leurs serveurs. Disponibles pendant seulement quelques jours selon leur nature, ces évènements se retrouvent sous la forme de contrats à remplir ou de modes de jeu inédits et permettent de gagner équipements de haut niveau, emblèmes, objets de classe et autres revêtements pour votre personnage. L'effet escompté est garanti puisqu'on ressent une nette concentration de joueurs pendant ces périodes, et une grosse déception pour ceux qui les ont manqué. Depuis la sortie de Destiny, nous avons déjà eu droit à nombre d'évènements : l'Ire de la Reine - apparue uniquement lors des premières semaines du jeu - et la Bannière de fer, qui débarque en moyenne tous les mois et demi environ. De la même manière, un mode de jeu en multijoueur compétitif appelé Défense, ainsi qu'un marchand ambulant nommé Xûr, font leur apparition uniquement le weekend. Ce dernier proposant des marchandises exotiques à un coût élevé, attention à ne pas le rater ! Ce contenu distribué au compte-goutte vous rend avide d'en savoir plus sur les nouveautés à venir et l'on se surprend à être au rendez-vous le jour J. Notons également la présence d'une application gratuite pour smartphone et tablette vous permettant de retrouver le contenu du site officiel de Destiny et de suivre les statistiques de vos personnages ainsi que ceux de vos amis. L'accessibilité a depuis été simplifiée et vous avez dorénavant la possibilité d'échanger vos armes entre vos personnages en temps réel, une véritable révolution et un gain de temps non négligeable !


Vous avez dit DLC ?

Passons aux choses qui fâchent. Devenus une véritable mode ces dernières années, on attendait pas moins d'Activision de sortir des extensions payantes pour Destiny. Et quelles extensions ! Quelques missions supplémentaires par ci, par là, quelques assauts, un raid ou une arène, quelques modes de jeu et/ou maps pour le mode multijoueur, quelques équipements exotiques et surtout, un grand chambardement des monnaies présentes dans le jeu, qui font perdre des centaines d'heures de jeu aux joueurs des premiers mois : le tout pour vingt euros pièce, oui Messieurs Dames. Le pire étant que tout ce contenu était déjà présent initialement dans le jeu de base mais simplement invisible et inaccessible aux pauvres joueurs que nous sommes. Gageons que pour la sortie prochaine de la nouvelle extension courant Septembre, Bungie nous propose de nombreuses heures de jeu à la hauteur des précédentes. Mais à moins d'être un véritable aficionado de Destiny, fuyez ce contenu comme la peste, qui ne dispose d'ailleurs d'aucun trophée...

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Mars, et ça repart !
Un visuel et une bande-son soignés

De ce côté-là, rien à dire : Destiny émerveille par sa beauté, en témoigne sa superbe cinématique d'introduction que l'on croirait sortie tout droit d'un film de science-fiction. Les graphismes sont soignés, les textures très réalistes, notamment la peinture défraîchie sur les murs des bâtiments et l'eau de pluie stagnant sur le sol. Les jeux d'ombres sont très réalistes et vous avez l'impression de voir évoluer votre propre reflet sur les murs. Les effets de lumière, quant à eux, sont parfaitement retranscrits : on se prend à admirer des aurores boréales en plein combat, c'est bluffant. L'immersion est d'autant plus renforcée par la bande-son au sein de laquelle on retrouve des similitudes avec quelques airs de films connus, qui vous emportent au gré de vos pérégrinations. À cela s'ajoute l'excellent doublage en français. En effet, Bungie a fait appel à quelques voix célèbres : celle de Constantin Pappas (le spectre) qui n'est autre que le doubleur de Tyrion Lannister dans la série télévisée Game of Thrones ou encore Georges Claisse (le Guide) qui prête aussi sa voix à Palpatine dans les derniers épisodes de la saga Star Wars de George Lucas.


Les zones d'ombre

Quelques point négatifs tout de même (car quel jeu n'en a pas ?) : les temps de chargement horriblement longs lors des phases en orbite auxquels s'ajoute parfois une certaine latence au niveau des serveurs. Si vous disposez d'une connexion internet "de campagne", attendez-vous à des déconnexions intempestives lors de fortes affluences, notamment en multijoueur compétitif. Maigre consolation, la sauvegarde semble permanente et vous ne perdez rien de votre progression ni aucun de vos butins. Le jeu nécessite d'être connecté en permanence, un accès internet est donc obligatoire pour pouvoir jouer au jeu, vos personnages étant stockés en ligne. Adieu la tranquillité pour les joueurs misanthropes qui préfèrent jouer hors ligne. Enfin, pour les heureux possesseurs de la version Next-Gen, on regrette également la faible exploitation des fonctionnalités que propose la DualShock 4, ainsi, seule la barre lumineuse vous plonge dans l'univers de Destiny, variant en fonction de votre santé ou de la lumière ambiante. Dans un autre registre et pour les plus tatillons d'entre vous, soyez préparés : l'attraction gravitationnelle ne semble pas exister dans cet univers, de même que la distance Terre/Lune a été sévèrement tronquée ou encore la présence d'une végétation luxuriante sur Vénus. Mais le côté fiction du jeu nous fera oublier ces libertés d'adaptation. Voici donc les zones d'ombre que l'on mettra volontiers de côté une fois qu'il nous sera permis de trucider de l'ennemi en compagnie de nos vaillants coéquipiers.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Le mode Domination en multijoueur compétitif
Un gameplay très agréable

Côté jouabilité, une chose est sûre : la prise en main est immédiate. La fluidité des déplacements et de la caméra fait que l'on se sent à l'aise pour découvrir les coins et les recoins de chaque niveau. La difficulté des missions (que l'on peut choisir avant de commencer) va crescendo et est bien dosée : plus vous êtes nombreux dans l'escouade et plus vous rencontrerez d'ennemis, ceux-ci seront mieux armés et disposeront d'un capital santé plus élevé, le jeu prend donc toute son sens en coopération. Il existe même plusieurs paliers pour le mode difficile, allant du niveau 20 au niveau 32 pour les plus expérimentés d'entre vous.


Destiny, un jeu très mode !

Parmi la multitude d'activités proposées, toutes ont une rejouabilité de tous les instants. Les évènements "surprises" qui surviennent pendant une durée relativement courte renforcent le côté addictif du jeu. Qu'on se le dise, vous ne lâcherez pas votre manette de sitôt ! En effet, pour les joueurs en quête du trophée de platine (Platine), améliorer votre personnage à fond vous demandera des dizaines d'heures de farming sous différentes formes - sans compter vos deux autres personnages qui attendent patiemment que vienne leur tour - afin d'obtenir pièces d'équipements, matériaux d'amélioration et autres monnaies d'échange, tout ça dans le seul et unique but de se la péter grave à votre retour à la Tour. Les perfectionnistes sont également servis car il existe des cartes à débloquer et à collectionner pour votre grimoire, sorte de carnet de route regroupant votre avancée dans le jeu et répertoriant nombre d'informations à la fois utiles et inutiles, le tout figurant sous la forme d'un chiffre au vu et au su de tous non loin de votre identifiant.


"Rien ne va plus !"

Il arrivera pourtant un moment où vous vous lasserez des missions et assauts que vous commencerez à connaître par cœur, où vous ragerez parce que votre coéquipier obtient son dixième butin violet (comprenez très rare) et que votre compteur reste invariablement à zéro, où vous crierez à qui veut l'entendre ô combien la vie est injuste... Vous l'aurez compris, relativiser est ici le maître mot car les butins obtenus sont totalement aléatoires : certaines armes restent invariablement inaccessibles pour certains joueurs, quand d'autres les obtiennent en plusieurs exemplaires... Vous obligeant par la même occasion à enchaîner, semaine après semaine, les activités offrant les récompenses tant attendues, ce qui conduit inévitablement vers une évidente lassitude. Rassurez-vous, cette overdose ne sera que de courte durée. Car une fois la console éteinte, vous n'avez qu'une hâte : relancer le jeu et rejoindre vos amis !


Que les festivités commencent...

C'est à partir du niveau 20 que le jeu prend toute son ampleur et que les choses sérieuses commencent, comme si l'histoire et les vingt premiers niveaux n'étaient qu'un prétexte, qu'une mise en bouche avant d'arriver à ce qui fait Destiny : les Assauts Nuit Noire et les Raids. Brrr... même leur nom fait peur... Pour les amateurs de défis, vous aurez de quoi vous faire plaisir dans ces modes de jeu et devrez compter sur vos coéquipiers si vous voulez les terminer en vie.

Les Nuits noires sont des assauts renouvelés chaque mardi, offrant des bonus/malus indisponibles en assaut normal, dont un particulièrement qui vous renvoie directement en orbite si aucun de vous et de vos alliés n'est en vie, ce qui termine donc prématurément l'assaut sans passer par la case récompense. Cruel, n'est-ce pas ?
Contrairement aux assauts qui ne peuvent se faire qu'à trois joueurs maximum, les Raids, eux, peuvent réunir jusqu'à six joueurs et demandent une organisation au poil. Sur le même principe que les assauts, vous devrez accomplir un objectif sur plusieurs phases parfois assez complexes, les ennemis sont présents en très grand nombre et les erreurs ne pardonnent pas. Deux difficultés sont disponibles : normal et difficile. C'est LE rendez-vous à ne pas manquer pour les joueurs en quête de défi et les récompenses sont à la hauteur de vos exploits.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Les innombrables temps de chargement...
Qu'on se le dise : le trophée de platine (Platine) de Destiny reste inaccessible pour le commun des mortels. En effet, les quatre trophées les plus durs du jeu sont les trophées relatifs au Raid. Ceux-ci vous demanderont de le terminer d'une part, ce qui est un exploit en soi, si possible avec uniquement des membres de votre clan ou en difficulté difficile, et comme si ce n'était pas assez, voire sans que personne ne meure (what the fuck ?!?), ce qui lui confère la note de 10/10 en difficulté d'obtention. Ici autant vous préparer direct : vous et vos compagnons devrez avoir les nerfs solides pour pouvoir relever ces défis.

Dans le genre "trophée stupide lié la chance", il y en a un qui s'impose : en multijoueur compétitif, vous devrez terrasser un ennemi de chaque classe en un laps de temps très court sans mourir évidemment. Le défi étant déjà de réunir suffisamment de joueurs dans un espace confiné, dans un monde où une classe de personnage est relativement délaissée par rapport aux deux autres, et encore faut-il qu'ils se laissent dessouder ! Que du bonheur en perspective...

C'en est tout pour les trophées qui fâchent, le reste tombe sans trop qu'on s'en préoccupe et demande un minimum d'investissement pour être décroché, seul un trophée est lié à la collecte mais des vidéos sont à disposition dans le guide made in THC.

En résumé, la difficulté du Raid ne gonfle pas inutilement la durée de vie du jeu, les trophées sont abordables avec, tout de même, un investissement conséquent, ils offrent un bon challenge et sont l'accomplissement de tout ce que vous avez réalisé depuis que vous avez commencé le jeu. Comme un chasseur averti en vaut deux, vous ne devrez pas trop avoir de problèmes... Le design des trophées est, quant à lui, très original : tous se présentent sous la forme d'écussons, un bon point de ce côté. Ce trophée de platine (Platine) est un must-have dans toute collection qui se respecte et fera des envieux sur votre trophy card !

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15/20

Destiny est une pure merveille, tant sur le plan esthétique que sonore, c'est une véritable invitation au voyage. Quelques points négatifs subsistent mais ils ne suffisent pas à nous faire quitter l'aventure, on en redemande toujours plus. À déguster seul ou à plusieurs de toute urgence !

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine difficile