Test : XCOM 2


XCOM 2
  • 1
  • 2
  • 18
  • 60
Note des joueurs :
4.5/5 - 14 notes
Note des platineurs :
4.3/5 - 3 notes

XCOM 2

ps4


81 trophées au total
1 trophée online
0 trophée caché 3 DLC's

1111 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 27 joueurs (2 %)
100% par : 10 joueurs (1 %)
Note du jeu
18/20
Discuter du test

Test du jeu
XCOM 2

  • Test rédigé par Katana 13 le 15-10-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Pour tout achat d'un exemplaire XCOM 2, un sourire Colgate offert !
Image

Forte d'un passif mythique pour de nombreux fans, la saga X-COM a su encrer de sa marque le patrimoine du genre tactique grâce à une trilogie diablement mémorable pour l'époque, avec comme point d'orgue l'excellent tout autant qu'inoubliable "X-COM: Terror from the Deep". Les avis sont unanimes, cela n'a jamais été aussi bon d'éliminer des extraterrestres... Mais malgré un amour sincère à l'égard de la série par un fervent noyau de joueurs, cette dernière semble peu à peu disparaître des radars à l'aube de l'an 2000, jusqu'à laisser dans le désespoir d'un retour ses admirateurs avec pour unique consolation l'annonce d'un nouveau volet qui ne verra jamais le jour et un regrettable spin-off largement négligeable...

Puis, alors que tout le monde pense avoir oublié un idylle de jeunesse, tel un phénix renaissant de ses cendres, Take-Two Interactive et Firaxis annoncent son retour durant la déjà très chargée année 2012. Les interrogations sont nombreuses, futur pétard mouillé ou initiative marketing ? Hélas, les plus superstitieux seront déçus, "XCOM: Enemy Unknown" est une pure réussite, certainement la plus belle surprise de cette période !

Rapidement, la passion refait surface, les adulateurs sont en alerte totale et l'année suivante continue sur cet engouement plaisant. En effet, avec "The Bureau: XCOM Declassified", un TPS réussi au sein du même univers, ou encore l'excellente nouvelle édition, "Commander Edition", c'est la fête du fan-service.

Donc, après toutes ces pépites, que faut-il de plus : rien ? Oui, du moins c'est le cas pendant trois ans. Enfin, après cette diète intensive, 2016 marque l'arrivée du fameux "XCOM 2", malheureusement seulement sur PC d'après les mauvaises ventes sur consoles de salon... Drames, guerres et larmes sont rapidement le quotidien de la communauté. C'est alors qu'une immense lueur d'espoir dégage ce ciel brumeux, dans l'optique d'annoncer l'atterrissage prochain de cette version, afin de ramener un semblant de paix entre les hommes, mais aussi détourner leurs haines vers les petits hommes verts !

Finalement, après tant de bonnes critiques et d'attentes, ce nouveau volet se révèle-t-il à la hauteur des éloges ? Il est temps de savoir, alors chargez votre fusil d'assaut et n'oubliez pas votre casque, car nous allons rentrer dans le tas !

Contenu du jeu


Proie ou prédateur ? Telle est la question.
Une intrigue de départ aux allures de corruption :

Alors que la fin du premier volet laisse entrevoir un espoir de retour à la normale pour notre patrie, le vice de l'homme et l'ingéniosité de nos ennemis ont brutalement comme totalement mis fin à cet irrémédiable désir d'harmonie après une abjecte trahison orchestrée par des membres du conseil... Une réponse dès lors vaine aux efforts, non, aux sacrifices obligatoires que le conflit a engendré par le passé.

Une situation qui est aussi facteur de changements majeurs pour la Terre, cette dernière étant dorénavant sous le contrôle total de ces "démons" descendus des étoiles, et où nos anciens héros sont devenus le visage des criminels à abattre. Souvenir lointain est à présent l'époque durant laquelle l'unité d'élite XCOM représentait le rempart de l'humanité, et surtout son éternel courage lui permettant de faire face à n'importe quel défi.

Malgré donc une profonde tourmente entre rêves et cauchemars, les convictions persistent, il se murmure ainsi qu'une milice prépare sa revanche tant attendue. Le chapitre final est proche, c'est ici que tout s'achève pour une race afin de commencer pour une autre...

Guérilla palpitante et aux multiples facettes :

Véritable tourbillon de moments épiques, la quête principale est une pure réussite du début à la fin. Vraisemblablement plus maîtrisée que celle de son aïeul sur tous les points, la plupart des rares longueurs comme les moments pauvres en action font maintenant écho à un vieux défaut digne d'un simple brouillon...

Étalant sa durée de vie à environ 15-20 heures de jeu selon le profil du joueur, ce dernier enchaîne les missions de la trame principale avec un plaisir certain. Les développeurs ont délivré un excellent moyen de casser l'éventuelle monotonie par le biais de diverses quêtes annexes aux objectifs variés. Il faudra ainsi parfois aider à défendre des zones stratégiques, venir à la rescousse d'une personne en particulier, ou encore attaquer les emplacements essentiels à la cohésion mais aussi la force des ennemis.

Outre ces qualités, le soft réserve une surprise tout autant agréable. C'est assurément la première chose qui saute aux yeux, il s'agit logiquement du contenu gargantuesque d'équipements qu'il est possible de collecter ou rechercher pour nos soldats, facteur important dans la réussite des opérations. Un aspect RPG alors plutôt appréciable.

La personnalisation de nos soldats se retrouve aussi très poussée. Moyennant et grâce à un certain nombre d’items récupérés après chaque bataille, de nouvelles armes ou armures peuvent être fabriquées et se retrouver sur nos fières combattants. Celles-ci peuvent par ailleurs recevoir quelques touches stylistiques par le biais de camouflages ou autres viseurs. Cela s’applique également à notre base, avec la création de plusieurs salles à l’utilité respective. Simple exemple mais intéressant, la pièce consacrée aux tours radios amène une multitude de contacts à travers le monde, qui résulte par l’augmentation des revenus. Ces mêmes revenus peuvent servir dans des recherches scientifiques, où l’arsenal ennemi est alors à votre portée. Pistolet laser, armures améliorées n’attendent que vous.

La spécialité de vos troupes est certainement un énième gros point fort. Choisie aléatoirement, les propositions sont simplement variées et uniques. Sniper qui excelle à distance, commando qui fait parler la poudre grâce à son minigun, ou encore ingénieur qui par son drone a la faculté de pirater les adversaires robotisés. Puis, agréable découverte, le ranger avec l’ajout d’une lame dans ses aptitudes peut dorénavant trancher dans le vif : excellent à l’écran !

Autre élément fort, le menaçant "Projet Avatar" qui ne cesse de croître au fil des missions, et qui une fois à son terme, impose un Game Over définitif... Afin d'y remédier, des missions spécifiques sont dans l'attente de vos attaques.

Le titre a la faculté de proposer continuellement des devoirs à celui qui a la manette en main.

Un multijoueur intéressant :

Dans la lignée son prédécesseur, le mode en ligne demeure une agréable trouvaille, où le plus fin tacticien fera parler ses talents pour s'assurer la victoire. Complet dans ce qu'il propose, ce dernier permet de confectionner son équipe en choisissant des personnages parmi une galerie allant du marine de base à un extraterrestre surarmé, chacun soumis respectivement à un coût approprié selon ses qualités.

Il sera donc obligatoire de former sa team en ne dépassant pas un montant précis défini au préalable, logique comme stratégie sont deux éléments importants dans la préparation à l'affrontement.

Petit bémol, les serveurs restent encore parfois instables, mais l'expérience demeure plaisante et la victoire n'a jamais eu aussi bon goût.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Chaque balle compte...
Détonant artistiquement, convaincant graphiquement :

Ode à la puissance en place, le titre engage un parti pris visuel à l'image des envahisseurs. Froid, propre, à l'apparence dénuée de vie, c'est rapidement une ambiance claustrophobe qui se détache de ces adjectifs afin d'imposer une pression constante à l'ensemble de vos soldats, où ces braves font rapidement taches. Souci du détail évident, la mégalomanie des ennemis envers leur supériorité s'exprime à l'écran par des statues mais aussi pancartes comme propagandes destinées à faire d'eux des héros de notre monde.

Visuellement agréable, le titre reste dans les normes de ce qui a déjà été fait auparavant, avec une fluidité nettement supérieur. La brutalité des combats se mêle parfaitement au florilège de couleurs dont les armes et unités font preuves durant les parties, la variété des décors appuyant cette qualité.

Élément originaire de XCOM premier du nom, les zooms sur les plans forts transpirent une nouvelle fois l'héroïsme et "la classe", un tir en pleine tête de ce genre procure toujours autant un sentiment de satisfaction.

Un gameplay de référence :

Jouissif, énorme, complet, sublime, maîtrisé ou encore simplement réussi, tant de superlatifs déjà évoqués pour définir le "gameplay" , alors le verdict ? XCOM 2 rassemble simplement toutes ces qualités, et fait même l'effort de les accentuer au summum de ce qu'elle peuvent suggérer. Une preuve du génie des développeurs qui cherchent toujours à améliorer une formule déjà sublime.

Après plusieurs heures intensives, j'ai posé la manette. Le problème, c'est que j'ai déjà envie de la reprendre afin d'entamer une autre "game" histoire de replonger tête la première dans l'action. Chaque partie est unique, les possibilités d'action sont indéfinissables, c'est à vous de décider votre façon de jouer, "bourrin" à la Rambo ou précis avec sûreté tel le Soldat Daniel Jackson.

Corps à corps, à distance ou pluie de feu, les unités disponibles offrent un large choix de directives alimentant la teneur épique des combats. Après, tout réside objectivement avec stratégie, et la moindre erreur ne pardonnera pas, le joueur se surprend donc à essayer n'importe quel recoin du terrain afin de surprendre les ennemis. Recommencer un niveau reflète à retourner se battre contre l'inconnu. Un renouvellement constant de la tactique nécessaire à la survie.

Bande son discrète mais efficace :

Surprenants et réussis, les différents thèmes dont le jeu regorge collent parfaitement à l'ambiance. Les affrontements brutaux sont alors sous le joug de "l'epicness" , et les attaques surprises arborent des morceaux qui alimentent le désarroi de vos unités face à une mort certaine.

Les bruitages ont aussi leurs atouts, chaque arme possède un son réussi qui lui est propre, élément diablement grisant lors des combats, nos ennemis font eux aussi état d'un soin particulier par le biais de dialogues inquiétants. Même constat chez nos rangs, les échanges respirent la bonne série-B des années 80-90.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Découvrir le bestiaire est un énorme plaisir.
Des doigts humides, les mains moites :

Plaisir de jeu ? Oui, et certain ! Le joueur prend plaisir à parcourir cette rébellion, afin d'y mettre une conclusion et en connaître les conséquences pour l'avenir. De plus, comme précisé plus haut, les diverses missions annexes ont la faculté de casser la redondance qui se fait rarement ressentir. Lancer une partie et la terminer demande du temps, mais c'est avec jouissance qu'elle est menée puis terminée, après plusieurs minutes d'échanges de coups de feu intensifs.

Ajoutant un mode multijoueur qui assure une pérennité supplémentaire au titre, tout en offrant la possibilité de vivre des combats stratégiques contre d'autres joueurs, mais aussi d'essayer des unités non jouables jusqu'ici. Des heures, des heures et des heures d'amusement sur un titre qui mélange habilement stratégie à action.

Le challenge :

Caractéristique essentielle du précédent volet, la difficulté a toujours son ticket pour la fête. Logiquement nécessaire, elle relève toutefois du genre humain, mais a le mérite de pousser parfois le joueur dans ses derniers retranchements aux travers de missions retorses, terriblement retorses... Tout de même plaisante, elle représente un élément oublié aujourd'hui dans notre domaine adoré, le challenge.

Prenez donc votre courage à deux mains, et n'ayez pas peur de mourir, car perdre une dure bataille est toujours plus glorieux que d'en gagner une dont l'issue est déjà décidée à l'avance

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Quel est ce trophée ? Seigneur...
Une chasse à deux visages :

Bien plus facile à évaluer, la quête du "Graal" se base sur des fondations aux qualités contraires. D'un côté, nous trouvons des trophées qui demandent des actions spécifiques comme éliminer un ennemi d'une certaine façon, plutôt simple, même si certains requièrent de l'expérience et surtout du "skill" pour les décrocher. Pas d'inquiétude, ils finiront évidemment par tomber tôt ou tard, après les nombreuses tentatives.

Mais là où la chasse devient complexe, c'est lorsque la question du niveau des ennemis entre en jeu. En effet, souvenir pénible de ceux ayant platiné le précédent titre, il faudra terminer ce nouveau volet en mode "Commandant" avec la difficulté "Homme de fer" activée, afin d'obtenir le rude "Trophée (Or): Valhalla". Les vrais baroudeurs savent que des larmes joncheront le sol en voyant l'intitulé de ce dernier...

Ainsi, par peur de repousser les arrivants, les caractéristiques de ce monstre ne seront pas dévoilées au grand jour, mais sachez que seulement les plus fervents et doués adeptes du jeu pourront le faire tomber.

Un platine qui demande donc sueur, courage et temps de jeu. Difficile, mais possible, les vrais "gamers" retrouveront des sensations oubliées.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
18/20

Pépite attendue, le déjà culte XCOM 2 est à la hauteur de ses attentes, grâce à son gameplay juste parfait mais aussi pour l'ensemble du contenu qu'il propose ! Nous sommes simplement face à un chef-d'oeuvre du genre stratégie/action, qui restera pendant de longues années dans les mémoires des fans mais aussi de ceux ayant tenté cette expérience déjà inoubliable. Firaxis Games peut prendre sa retraite en toute tranquillité.

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux fans de la série, Aux curieux