Test : Warframe


Warframe
  • 6
  • 16
  • 43
Note des joueurs :
4/5 - 47 notes
Note des 100% :
4.4/5 - 11 notes

Warframe

ps4


65 trophées au total
65 trophées online
0 trophée caché 23 DLC's

6109 joueurs possèdent ce jeu

100% par : 29 joueurs (0 %)
Note du jeu
15/20
Discuter du test

Test du jeu
Warframe

  • Test rédigé par samagass le 03-06-2016 - Modifié le 07-12-2016



Introduction


Choisissez judicieusement votre première Warframe, vous n'en aurez pas d'autre avant un moment.
Test réalisé sur la version 18.8.2 du jeu, les développements présentés ici sont donc relatifs au jeu tel qu'il est en mai 2016 et non à sa sortie.

Dans les ténèbres d'un lointain futur, le système solaire a bien changé, la guerre est partout et plusieurs factions s’affrontent pour son contrôle. Au milieu de ce chaos, le Lotus vous réveille. Vous, un Tenno dans votre Warframe, guerrier séculaire sans égal et redouté de tous. Avec vos frères d’armes, il va falloir reprendre le contrôle du système solaire, secteur par secteur, planète par planète.

Warframe est un free-to-play développé par Digital Extremes (The Darkness II, Dark Sector) sorti le 25 novembre 2013 sur PS4 en Europe et disponible en téléchargement sur le PS Store.
Il s’agit d’un TPS somme toute classique qui offre cependant une grande variété de gameplay, mêlant armes à feu mais aussi armes de corps à corps allant d’une simple épée jusqu'à des armes plus exotiques (kunai, bâton, etc.) avec également des phases plus orignales vous mettant aux commandes d’une Archwing, sorte d’exosquelette permettant des sorties dans l’espace. La grande originalité du titre réside dans les Warframe, les armures que le joueur pourra revêtir et disposant chacune de capacités propres. Si vous êtes atteint de collectionnite aiguë, vous aurez le loisir d’essayer de les récupérer toutes.

Là où le titre se démarque est surtout l’aspect online, en effet, le jeu nécessite une connexion internet pour jouer et est principalement pensé pour la coopération. Ajoutez à cela une pincée de composantes MMORPG (clans, artisanat, échange entre joueurs) et Hack’n’Slash (recherche constante d’optimisation et farm en boucle d’une mission ou d’un boss pour obtenir un équipement du tonnerre) et vous obtenez un jeu assez unique et très prenant pour quiconque lui donne sa chance.

Contenu du jeu


De prime abord simple, Warframe se révèle un jeu riche en possibilités comme ici avec les mods d'équipement.
Un contenu étoffé par les différentes mises à jour

Warframe se présente comme un jeu d’action où vous effectuez des missions sur différentes planètes, au nombre de 14 plus le Néant, une zone de haut niveau offrant du contenu plus intéressant, elles-mêmes divisées en secteurs qui correspondent chacun à une mission. Cela représente au bas mot plusieurs centaines de missions à effectuer qui sont de différents types allant de l’assassinat à la survie en passant par de la capture. Le contenu se débloque au fur et à mesure de votre progression et en tuant le boss de chaque planète pour accéder aux suivantes.
En plus de cela, deux types de missions s’ajoutent, celles qui sont liées à une quête et qu’on peut assimiler à un mode histoire qui vous permettra d’en apprendre plus sur l’univers du jeu ainsi que des missions « événements », disponibles pour un court laps de temps et offrant des récompenses spéciales. Les développeurs ont aussi rajouter un mode PVP (joueurs contre joueurs) même si celui-ci n’est clairement pas l’intérêt du titre.

Le jeu étant sorti depuis maintenant plus de 2 ans et ayant été alimenté par de nombreuses mise à jour, son contenu s’est grandement étoffé par l’ajout de différentes choses. Tout d’abord le nombre de Warframe, de 6 au lancement à 29 actuellement sans compter les Prime, versions améliorées des Warframe de base ainsi qu’une multitude d’armes de toute sorte. Il faut aussi noter l’ajout de compagnons sous la forme de Sentinelles ou de Kubrow, respectivement des drones et des sortes de chiens de l’espace.

Mais là où Warframe montre sa vraie richesse est dans son aspect online et Hack’n’Slash, il existe en effet une infinité de moyen de personnaliser votre Warframe et votre équipement par le biais de mods et de polarisation qu’il vous faudra récupérer en jouant et rejouant les missions qui permettent de les obtenir. Il faudra prendre de l’expérience dans un système classique pour qui a déjà joué à un RPG ou un MMO mais ici, ce n’est pas seulement votre Waframe qui monte de niveau mais chaque pièce d’équipement indépendamment, de même que votre compagnon.

Ce n’est là qu’un aperçu des possibilités qu’offre Warframe pour quiconque s’y investira ou y investira un minimum.

Free to play : « Le contenu, c’est du temps ou de l’argent ! »

C’est là que le bât blesse, Warframe est un free-to-play, tout dans le jeu est gratuit à l’exception des emplacements d’inventaire, pour vos Warframe, pour vos armes, etc. Si bien que, rapidement, vous vous retrouverez bloqué avec un inventaire plein et il faudra vendre ou jeter des choses ou alors passer à la caisse avec des Platinums, la monnaie réelle du jeu (1 platinum équivaut à environ 6 cents).
Il est cependant possible d’acquérir le contenu avec les crédits que vous récupérez en jouant que ce soit les très prisées Warframe, les armes et tout le reste. On notera aussi la présence d’échanges entre joueurs, il est possible d’échanger des composants servant à la construction des Warframe mais cela se fait contre des Platinums qu’il faudra au préalable acquérir.

On retrouve donc la mécanique classique du free-to-play : soit vous jouez de longues heures pour débloquer le contenu avec les limitations précitées, soit vous payez et avez accès rapidement à celui-ci. On laissera à chacun, selon sa sensibilité, le choix de critiquer ou non ce modèle économique mais il faut noter que Waframe n’est pas le pire jeu en l’espèce. Le seul point vraiment scandaleux concerne l’artisanat : c’est très long, comptez plusieurs jours pour construire une Warframe, le jeu vous « offre » donc la possibilité d’accélérer le processus en payant avec des Platinums. La carotte est un peu grosse à avaler surtout vu les prix proposés.

Le tableau reste cependant plutôt positif, il est tout à fait possible d’avancer dans le jeu, de prendre du plaisir sans dépenser le monde centime et, plus important pour nous autres chasseurs de trophées, obtenir l’intégralité des trophées.
Outre cela, le jeu offre donc un contenu très important et régulièrement mis à jour. Il y a fort à faire sur le jeu d’autant plus si vous progressez à votre rythme, sans payer.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Warframe offre des moments de toute beauté.
Un plaisir pour les yeux

Warframe est beau mais il faut rappeler qu’il date de 2013, n’attendez donc pas non plus des graphismes dernière génération « qui déchirent tout sur leur passage ». Le jeu a tout de même ses moments, les jeux de lumière sont agréables et la direction artistique globale est plutôt soignée. Cette dernière est assez originale et ne plaira peut-être pas à tout le monde mais elle a au moins le mérite de se distinguer des clichés classiques du genre.
Il est à signaler que le jeu présente assez peu de soucis techniques aussi bien graphiquement (en 100 heures de jeu, je n’ai pas rencontré de bug majeur) qu’au niveau de la connexion: les serveurs sont stables et vous ne serez pas gênés lors de votre progression, que ce soit seul ou accompagné par d’autres joueurs. De même, le jeu est assez fluide, même en plein cœur d’une mission à 4 joueurs avec des dizaines d’ennemis autour de vous où ça tire dans tous les sens, à l’exception de rares ralentissements de temps à autres.

Les différents environnements proposés sont assez variés (jungle, glacier, espace) même si la répétitivité des missions finira par vous donner une impression globale de déjà-vu surtout en intérieur où vous aurez l’impression d’arpenter les mêmes couloirs en boucle. Cela se ressentira aussi sur les ennemis, si leur design est globalement réussi et varié entre chacune des trois factions (Grineer, Corpus et Infestés), au sein d’un mission c’est très vite l’attaque des clones car un Grineer ressemble à un Grineer, un Corpus à un autre, à la limite les Infestés offrent une palette plus large.

C’est sur les Warframe que le jeu se rattrape, elles sont pour la plupart magnifiques même si les plus récentes laissent à désirer. On sent un souci du détail poussé de la part des développeurs sur ce qui constitue le cœur du jeu avec une personnalisation très poussée.

Une ambiance sonore moins convaincante

C’est là le point le moins emballant du jeu. Que ce soit les musiques qui sont assez génériques et ne transcendent pas vraiment ou encore les bruitages du jeu qui partent très vite en cacophonie globale quand vous serez au cœur de l’action contrairement aux graphismes qui maintiennent une bonne lisibilité comme énoncé précédemment.

Durant les missions, il ne se passe pas grand-chose, les musiques ne collent pas toujours à l’action et votre seule compagnie sonore sera le Lotus qui vous guidera par radio pour vous dire donner des indications rarement pertinentes ou intéressantes dans une voix là encore plutôt générique et monocorde. Votre personnage souffre de la maladie la plus répandue du jeu vidéo, le je-ne-parle-pas-car-je-suis-le-héros si bien que pendant les missions ne comptez pas sur le son pour vous maintenir dans l’action.

Dès lors, on en arrive vite au point où il vaut mieux se mettre de la bonne musique pour avoir une ambiance correcte ou à se mettre en vocal avec les autres joueurs en coopération, ce qui aura le mérite d’égayer votre parcours.
Il est donc dommage que le son n’aide pas d’avantage à rentrer dans l’ambiance du jeu, elle aurait gagné à être plus soutenue par cet aspect qui aurait compensé la relative répétitivité du concept du jeu.

Manette en mains

Une fois la mission lancée et la manette entre les mains, votre Warframe répondra au doigt et à l’oeil. Le gameplay est nerveux à souhait, très varié suivant quel type de Warframe et d’arme vous utiliserez ainsi que suivant le type de mission lancé.
Si vous expérimentez un peu, vous pourrez équiper une Warframe propre à votre style de jeu grâce aux mods présents qui offrent une customisation bienvenue.

Chacun peut donc se créer sa propre expérience sur Warframe, si vous voulez partir sur la voie du ninja, équipez-vous d’une Warframe furtive et d’un sabre et vous irez trancher dans le tas, si vous voulez tout faire exploser sur votre passage, équiper une Waframe lourde et un lance-grenades et à vous les joies de la destruction.

Le jeu a été conçu à la base pour être joué sur PC, cela se ressent sur la répartition des touches sur la manette, il y a différents types de roues pour activer des objets ou compétences et des combinaisons de touches à entrer pour activer les pouvoirs. C'est donc un pli à prendre mais rien d'extrêmement compliqué non plus. A part cela, c’est un TPS classique mais avec un aspect plateforme assez bien trouvé, on court, on glisse sur les murs, les niveaux sont construits sur plusieurs niveaux permettant de nombreuses approches, aussi bien furtives que frontales, tout cela de manière fluide.

Waframe est donc un jeu très agréable à l’oeil et manette en main qui aurait toutefois mérité une bande-son plus soignée. Cela résulte des nombreuses mises à jour du jeu qui ont permis de régler la majorité des défauts et maintenir les graphismes à un niveau correct. On aurait tout de même souhaité un travail plus poussé sur le son également.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Le titre atteint son plein potentiel en jouant en coopération.
Un jeu fait pour la coopération

Warframe est très clairement pensé pour être joué à plusieurs. Cela tombe bien, il est possible de jouer jusqu’à 4 en coopération. Si le prologue du jeu se fait en solo et qu’il est tout à fait possible d’avancer assez loin dans le jeu par soi-même, il va très vite devenir indispensable de se trouver des partenaires que ce soit pour les dernières planètes ou pour les missions dans le Néant qui offrent les meilleurs équipements et ressources.
Il faut donc passer par le canal de recherche de groupe ou alors créer ou rejoindre un clan, une structure disposant d’un Dojo qui regroupe des joueurs et vos offre plein d’avantages, là encore pour vous inciter à jouer à plusieurs.
En jouant seul, le jeu pourra très vite vous lasser alors qu’à plusieurs, vous serez toujours ravis de faire une sortie en groupe pour aller chercher un équipement ou pour farm un boss dans une mission spécifique.

Concernant le plaisir du jeu en lui-même, le jeu est très agréable à jouer mais pourra vite s’avérer répétitif, à plus forte raison si vous jouez seul.

La répétitivité, valeur cardinale du genre

La rejouabilité du jeu est potentiellement infinie, vous aurez toujours quelque chose à faire dans Warframe que ce soit une mission ou un objectif personnel que vous vous êtes donné.
C’est là que le schisme entre deux catégories de joueurs va s’opérer.

Il y a tout d’abord ceux qui ne sont pas habitués à ce genre de jeux qu’on trouve plus habituellement sur PC (MMORPG, Hack’n’Slash) et qui crieront au scandale lorsqu’ils réaliseront qu'ils feront plus ou moins la même chose en boucle, c’est-à-dire lancer une mission, remplir l’objectif et s’extraire et qui seront à la limite de désinstaller le jeu lorsqu’on leur dira qu’il faudra refaire le même boss peut-être des dizaines de fois afin d’obtenir tous les composants nécessaires à la construction de la nouvelle Warframe tant convoitée.

Puis il y a ceux qui se prendront au jeu ou qui ont déjà pratiqué le farm intensif et qui battront le même boss chiant 20 fois d’affilée dans l’espoir d’obtenir ce mod qui leur donnera +5% d’une stat obscure qu’ils jugent néanmoins indispensable à leur progression.
Car c’est là tout le sel de Warframe, il n’y a pas vraiment de mode histoire, votre progression est très libre. Bref, vous être plus ou moins livré à vous-même avec pour principal but de débloquer le contenu toujours plus avancé et de vous maintenir à jour avec ce que rajoutent régulièrement les développeurs.

Il n’y a donc pas véritablement de fin au jeu à part celle que vous vous fixerez ou lorsque vous aurez atteint votre limite ou encore lorsque vous en aurez tout simplement marre du jeu (oui, ça arrivera quand même à force).

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Pour éviter les soucis, débloquez les trophées en phase de gameplay.
En préambule, Waframe ne dispose pas de trophée de platine (et oui, désolé…), ce sera donc une quête pour le 100%. Néanmoins, cela est rendu plus compliqué à atteindre car le jeu a eu le droit à de nombreux DLC à l’instar de Drive Club ou de Batman : Arkham Knight mais ici pas de trophée de platine pour marquer votre progression sur le jeu de base si bien que récupérer le 100% sur le jeu de base n’a plus trop d’intérêt, il va donc aller falloir chercher le 100% DLC inclus !

Trophées du jeu de base

Warframe dispose de 16 trophées de base qui consiste principalement en des trophées de progression de niveau des différents types d’armes (11) qui seront assez répétitifs et vous prendront le plus de temps. Les autres trophées tomberont dès vos premières heures de jeu. Le trophée des 10 heures de jeu viendra lui tout naturellement.
Cette liste est donc somme toute plutôt décevante car elle ne vous amène pas vraiment à explorer le jeu et vous demande de farm les armes spécifiques pour prendre de l’expérience, c’est assez abrutissant mais vous pourrez jouer le reste de l’aventure de la façon dont vous le souhaitez.

La difficulté est donc proche du néant et en cherchant à atteindre le niveau 30 avec chaque arme requise rapidement, cela s’obtiendra sans soucis.

La difficulté, si on peut qualifier cela ainsi, viendra des bugs de trophée qui touchent les trophées de progression au niveau 30. Vos armes prennent de l’expérience en les utilisant en mission et prennent donc le niveau au moment où la barre est remplie. A la fin de la mission, vous gagnez de l’expérience bonus, si c’est cette expérience bonus qui vous fait atteindre le niveau 30, il y a un risque que le trophée ne se débloque pas et vous serez bon pour recommencer toute la progression de l’arme en question. Il faut donc pour pallier à cela, faire en sorte d’atteindre le niveau 30 pendant une mission.

Trophées des DLC

Fort heureusement (ou non pour ceux qui ont l’habitude de supprimer les jeux terminés), les développeurs ont ajouté des trophées correspondant à chaque grosse mise à jour du jeu. Ces « DLC » sont donc gratuits puisque ce ne sont que de simples mises à jour du jeu.

Il y en a 16 à l’heure actuelle qui ajoutent 31 nouveaux trophées qui sont beaucoup plus travaillés que ceux du jeu de base, les mauvaises langues diront que cela n’était pas compliqué. Pour faire simple, les trophées de chaque mise à jour vous demanderont de faire des actions en lien avec le contenu ajouté par ladite mise à jour. Par exemple, l’Update 15 qui amène les Kubrow, vos compagnons à poil, vous demandera d’en faire naître un par le biais d’une quête et d’’effectuer des missions avec.
Il y a aussi des trophées reposant sur des actions simples mais qu’il faudra faire beaucoup de fois comme réanimer 100 alliées ou détruire 150 caméras.

Les trophées des DLC ont donc le mérite d'étoffer un peu la chasse aux trophées sur Warframe en vous demandant de parcourir une bonne partie de son contenu. Certains trophées vous demanderont d’avoir relativement bien avancé dans le jeu ou d’être à plusieurs et globalement, ils offrent une peu plus de challenge que ceux du jeu de base bien que restant très abordables pour un joueur régulier.

Warframe est donc un 100% facilement acquis et comme il s’agit d’un free-to-play, il serait dommage de s’en priver d’autant plus que l’intégralité des trophées peuvent être obtenus sans dépenser d’argent. De plus autant le jeu en lui-même se savoure en coopération, autant les trophées peuvent être obtenus seuls à l'exception de celui demandant de réanimer d'autres joueurs mais ce dernier est facilement boostable.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15/20

Warframe est donc un jeu assez unique sur PS4 (même s’il peut rappeler Destiny sur certains aspects), TPS mêlant mécaniques de MMORPG et de Hack’n’Slash disposant d’un gameplay nerveux et varié, d’une profondeur de contenu certaine et d’une liste de trophées abordable pour la plupart des joueurs, c’est une expérience recommandée à la plupart par simple curiosité même si seuls les joueurs les plus acharnés pousseront le jeu assez loin pour profiter pleinement de toute sa richesse.
Une fois que sa chance a été donnée au jeu, on passe outre les défauts mineurs que chacun pourra trouver pour se lancer pleinement dans l’aventure à condition de ne pas être lassé par son côté répétitif qui sera le gros défaut cité par ses détracteurs.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile