Test : The Witcher 3 : Wild Hunt


The Witcher 3 : Wild Hunt
  • 1
  • 2
  • 8
  • 68
Note des joueurs :
4.7/5 - 273 notes
Note des platineurs :
4.7/5 - 147 notes

The Witcher 3 : Wild Hunt

ps4


79 trophées au total
31 trophées cachés 2 DLC's

9165 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 1799 joueurs (20 %)
100% par : 569 joueurs (6 %)
Note du jeu
18/20
Discuter du test

Test du jeu
The Witcher 3 : Wild Hunt

  • Test rédigé par Z40N-TP le 14-02-2016 - Modifié le 07-12-2016



Introduction


Toujours aussi beau ce Geralt !
Sorceleur : n.m. Se dit d'une personne ayant subi des mutations rituelles engendrant des aptitudes physiques et mentales surhumaines telles qu'une hyper-sensibilité de l'ouïe et de la vue, un accroissement de la force physique et des réflexes ainsi que la faculté d'user de signes magiques. Véritables maîtres en matière de combat à l'épée, les sorceleurs sont des mercenaires haïs et rejetés par la société, et dont le but est de protéger la population des créatures dangereuses qui peuplent le monde. Geralt de Riv est l'un de ces hommes.

"Le garçon estoit comme sorti d'un songe et il ouvrit les yeux, et ses yeux estoient comme les yeux d'une vipère." Sorceleur, Tome 3.

La première apparition des sorceleurs remonte à la Saga du Sorceleur, nouvelles médiévales-fantastiques écrites par le polonais Andrzej Sapkowski, qui nous content l'histoire de Geralt, sorceleur torturé, errant de contrat en contrat pour survivre. Une histoire remplie d'amitié et d'amour, de loyauté et d'honneur, de trahison et d'horreur. Best-seller international, élues meilleur roman de fantasy en 2009, les aventures de Geralt ont été adaptées au cinéma, en série-télé, en BD et, fort heureusement pour les joueurs que nous sommes, en jeux-vidéos. Les faits se situent après les évènements qui clôturent l'épopée littéraire de Geralt. Développé par CD Projekt RED d'abord en 2007 sur PC, le premier opus se nomme en toute simplicité The Witcher puis viennent ensuite The Witcher 2 : Assassins of Kings en 2011 et enfin, en 2015, The Witcher 3 : Wild Hunt.

Depuis plusieurs années déjà, CD Projekt avait annoncé que le prochain witcher serait le dernier opus de la saga vidéo-ludique, et c'est donc tout naturellement qu'il fut attendu comme le messie par les aficionados de cet action-RPG à l'univers mature. À coups de spots publicitaires et de bandes-annonces alléchantes, The Witcher 3 : Wild Hunt a aussi su piquer la curiosité des néophytes en quelques secondes. Et pour clôturer l'histoire de Geralt, le studio polonais a vu les choses en grand en faisant le choix de débarquer cette fois-ci en monde ouvert. Le pari était osé mais il en valait la peine car quelques mois plus tard, The Witcher 3 est plusieurs fois élu jeu de l'année 2015, la suite vous dévoilera pourquoi...

Contenu du jeu


L'un des nombreux ajouts des DLC gratuits : le barbier. Et il y en a pour tous les goûts !
"En vérité, je vous le dis, voici venir l'ère de l'épée et de la hache, l'ère de la terrible tourmente. Voici venir le Temps du Froid blanc et de la Lumière blanche, le Temps de la Folie et du Mépris, le Temps de la Fin. Le monde disparaîtra sous la glace et renaîtra avec le nouveau soleil. Il renaîtra par le Sang ancien, la graine semée. La graine qui ne germera point, mais fera jaillir la flamme." Sorceleur, Tome 3.

La guerre fait rage dans les Royaumes du Nord et le puissant envahisseur, l'Empire du Nilfgaard, pille et ravage les terres. La famine règne sur les paysans et les créatures sauvages pullulent. Dans le même temps, la Chasse Sauvage - horde de cavaliers spectraux venus tout droit d'un autre monde - traque Cirilla Fiona Elen Riannon, aussi appelée Ciri, car elle est l'Enfant de Sang ancien et porte la destinée du monde sur ses épaules. Tout au long de l'aventure, Geralt n'aura de cesse de rechercher la jeune femme car il est lié à elle comme un père à sa fille. Pour retrouver sa trace, il devra s'armer de patience et remplir des missions pour le compte d'individus peu recommandables afin d'obtenir les informations dont il a besoin. Son enquête le mènera à travers Velen et la cité de Novigrad, les îles Skellige, et même la forteresse des sorceleurs : Kaer Morhen. Pour mener à bien son enquête, Geralt sera secondé par ses compagnons de toujours, tels que Vesemir ou la belle Yennefer de Vengerberg pour ne citer qu'eux. Parviendront-t-ils à sauver Ciri ?


Au programme : de nombreuses heures d'aventures vous attendent

Que les néophytes se rassurent, The Witcher 3 : Wild Hunt peut tout à fait être abordé sans avoir lu la Saga du Sorceleur ni joué aux précédents opus. Il propose en début de partie si vous désirez "simuler la sauvegarde de The Witcher 2" ou non, auquel cas les références aux évènements passés seront approfondis ou au contraire survolés. Le jeu se décompose en plusieurs parties : d'un côté les missions principales, qui vous tiendront en haleine cinquante heures environ, vous conduiront à travers les landes désolées et hostiles du monde jusqu'aux cités civilisées à la recherche de Ciri et où vous ferez la connaissance de personnages tous aussi charismatiques les uns que les autres. D'un autre côté, les missions secondaires - pas si secondaires que ça compte tenu de leur qualité et de leur enchevêtrement scénaristique - et activités annexes vous combleront une autre cinquantaine d'heures, en d'autres termes les joueurs passionnés et désireux de retourner le jeu dans tous les sens seront gâtés.

Parmi le vaste champ de possibilités offertes, vous pourrez à loisir partir à la chasse de créatures féroces - versions plus agressives encore que la faune habituelle - contre des espèces sonnantes et trébuchantes dans les nombreux contrats de sorceleur disponibles. Les chasses au trésor vous permettront d'empocher du butin, que vous pourrez revendre aux marchands, ou encore des schémas de fabrication, à confectionner via le menu artisanat, pour des armes et armures de sorceleur, bien plus performantes au combat. Si vous souhaitez prouver votre valeur et montrer vos talents de combattants, les combats à mains nues, camps de bandits et autres nids de monstres sont faits pour vous.

Dans un tout autre registre, les courses de chevaux vous feront battre la campagne à bride abattue, avec des concurrents pas toujours fair-play, il ne sera pas rare d'épuiser votre canasson pour franchir la ligne d'arrivée en premier. Dernière activité possible et non des moindres puisqu'il s'agit du hobby national : le jeu de Gwynt. Il s'agit d'un jeu de cartes en un contre un - Geralt contre un PNJ - où vous devrez aligner les cartes que vous aurez glanées ici et là sur un plateau. Chacune ayant un potentiel d'attaque, vous devrez comptabiliser le meilleur score pour espérer gagner les manches. Ce mini-jeu se révèle très passionnant et demande d'établir des stratégies pour contrer les coups adverses. Les cartes ont un visuel très beau et soigné, figurant un spécimen de la faune ou un protagoniste rencontré dans le jeu ou dans les œuvres littéraires, on se prend même à essayer de les collectionner toutes. Et pour les joueurs en mal d'amour et de tendresse, les maisons closes sauront combler ce vide !

Bref, vous l'aurez compris, s'ennuyer est chose impossible ici.


Du contenu supplémentaire ? En veux-tu ? En voilà !

Si on a l'habitude d'associer le mot payant avec DLC, sachez qu'avec The Witcher 3 : Wild Hunt il n'en est rien. L'équipe de CD Projekt RED a fait le choix d'offrir du contenu supplémentaire en répondant aux demandes avides des fans, c'est donc pas moins de seize DLC gratuits qui ont été ajouté depuis la sortie du jeu, à raison de deux DLC par semaine. On aimerait voir ça plus souvent ! Parmi les ajouts, on compte les échoppes de barbier, qui vous permettront de personnaliser votre Geralt avec de nouvelles coiffures et de nouvelles barbes, plusieurs ensembles d'armures de qualité pour vous et votre cheval, un set d'arbalète, de nouvelles activités annexes telles que des missions secondaires, des contrats de sorceleur ou encore des chasses au trésor, une apparence alternative pour Yennefer, Triss et Ciri, de nouvelles animations de coups de grâce lors des combats, un nouveau visuel pour certaines cartes de gwynt et enfin la Nouvelle Partie + qui vous permettra de revivre les aventures de Geralt en faisant d'autres choix moraux que dans votre précédente partie. On dit "Merci" !

Deux gros DLC - payants cette fois-ci - viennent s'ajouter à ceux-là, le premier sorti en Octobre 2015 et le second prévu pour le premier trimestre 2016. La première extension, nommée Hearts of Stone, reprend les mécaniques du jeu de base au travers d'une aventure haletante qui vous comblera encore une quinzaine d'heures, la difficulté des combats a été revue à la hausse et on note l'ajout de trophées, et les trophées, nous, on aime ça ! C'est donc tout naturellement qu'on attend la prochaine extension Blood and Wine avec impatience.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Les décoctions sont à consommer avec modération. Remarquez les effets sur le visage de Geralt.
Un champ de bataille. Du feu, du sang, de la boue. Le cliquetis des armures, des épées qui s'entrechoquent. Une cavalière encapuchonnée tente de se frayer un passage au milieu du chaos. Une lame se dresse, brillante, tranchante. La tête du cheval, coupée net, s'envole. La femme est éjectée. Elle roule sur le sol. Elle lance un sort, un corbeau noir apparaît. Celui-ci fonce droit en piqué sur l'agresseur. L'oeil est touché, l'oiseau s'enfonce profondément dans le crâne et ressort de l'autre côté. L'homme s'effondre. Une volée de flèches enflammées siffle dans les airs. La cavalerie des deux camps fonce à bride abattue. La magicienne est seule au centre. Le bruit des sabots se fait de plus en plus proche. Son médaillon brille. Elle lance une pierre. Un mur de lumière apparaît, stoppant net les cavaliers proches, les engloutissant sous de lourdes pierres. Une branche cassée. Une sacoche renversée. La femme a réussi à s'enfuir. Tels sont les indices retrouvés par Geralt et ses talents exceptionnels de pisteur.


Une ambiance lumineuse et sonore plus que bluffante !

Une chose est sûre, la cinématique d'introduction émerveille par sa beauté et donne le ton : la suite promet d'envoyer du lourd ! Et c'est peu dire car The Witcher 3 : Wild Hunt est l'un de ces jeux où l'on se surprend à s'arrêter quelques minutes pour prendre le temps d'admirer l'environnement, les décors, l'ambiance lumineuse voire même les conditions climatiques. Chaque petit détail est soigné, on en prend plein les mirettes et il n'est pas rare de se laisser distraire par la beauté du jeu. Les effets de lumière sont très réussis, que ce soit les rayons du soleil filtrant à travers les feuilles d'arbres ou un coucher de soleil inondant les nuages de sa lumière rose, laissant deviner en ombres chinoises des bâtiments en ruines car oui, le jeu dispose d'un cycle jour/nuit. Mais ce n'est pas tout car en matière de météo, la nature n'est pas en reste, ce qui ajoute en vraisemblance : une légère brise dans les hautes herbes, une tempête de vent faisant ployer la cime des arbres, une pluie torrentielle ou encore un violent orage sont choses fréquentes dans ce monde hostile, et ça rend bien !

Mais The Witcher 3 : Wild Hunt est également synonyme de scénario alambiqué mêlant de profondes problématiques sous fond de guerre, de politique, de racisme, de sexe et d'alcool. Compte tenu de l'éventail de quêtes disponibles, les rencontres avec les PNJ sont légion et les conversations se font sous forme de cutscenes. Une fois encore, le visuel est à souligner : le visage de Geralt est très détaillé, en témoignent ses expressions faciales, son éternelle cicatrice, sa barbe qui pousse au fil du temps ou même sa coupe de cheveux qui oscille avec les mouvements du sorceleur. S'ajoute à cela la qualité des doublages qui fait plaisir aux oreilles, et ce, même en français. D’autres doublages sont disponibles en téléchargements gratuits tels que l'allemand et le russe et comprennent les voix ainsi que les sous-titres. Restons dans le domaine sonore, la musique est épique et époustouflante ! Elle anime vos folles randonnées à cheval avec brio, rend les combats encore plus intenses et retranscrit à merveille l'ambiance qui peut régner dans les tavernes.

On peut dire que CD Projekt RED tape dans le mille car le résultat est vraiment remarquable, ce troisième et dernier opus a tout pour plaire.


La taille de la carte fait la part belle à l'exploration

Après autant d'éloges, on est en droit de s'attendre au revers de la médaille... Mais il n'en est rien ! Car en plus d'être esthétiquement superbe, le monde de The Witcher 3 : Wild Hunt regorge d'endroits à découvrir, des repaires de monstres en passant par les villes et villages sans oublier les scénettes qui échapperont aux joueurs pressés qui leur préféreront les voyages rapides.

Parmi les régions disponibles, on compte la zone de Blanchefleur où se situe le préambule, suffisamment étendue pour vous faire passer quelques heures d'exploration jusqu'au niveau 5. Ne vous y méprenez pas, les niveaux ne montent pas si vite que ça ! Vient ensuite la zone de Velen/Novigrad qui, elle, est très vaste. Vous devrez y parcourir les terres ravagées par la guerre et la famine et où pullulent bandits et nombres de créatures fort peu amicales. Le territoire est à la fois dirigé par la grande cité portuaire de Novigrad au Nord, très animée, où se concentrent à la fois riches et pauvres, commerçants et tavernes, et par la ville fleurie d'Oxenfurt à l'Est, refuge des universités et érudits. La multitude de lieux à y découvrir vous fera patienter jusqu'au niveau 16 - minimum conseillé - pour pouvoir prétendre à la découverte des vastes îles de Skellige au climat rude et polaire et à l'atmosphère festive. Celles-ci sont composées d'une île principale et de cinq îles secondaires dirigées par des clans de barbares, à l'écart de la politique. La neige présente dans cette région tranche avec le climat plus océanique des autres contrées, ce qui parvient à créer un sentiment dépaysement. Vous ferez également une escapade au Palais Royal de Wizima, lieu de résidence de l'Empereur du Nilfgaard ainsi qu'à la forteresse de Kaer Morhen, la célèbre École des Sorceleurs. On peut dire qu'il y a de quoi explorer, et ça tombe bien car on aime ça !

S'il devait y avoir confrontation entre la taille de la carte de The Witcher 3 : Wild Hunt et celles d'autres licences bien connues, l'on pourrait aisément affirmer que celle du Sorceleur se situe dans la fourchette haute ! Par comparaison avec celle de son homologue The Elder Scrolls V : Skyrim, la carte de The Witcher 3 : Wild Hunt serait trois fois plus grande ! Bien entendu, il est difficile de détrôner le maître en la matière : le célèbre GTA V. Les déplacements en voiture, en moto ou en avion y sont largement pour quelque chose. Dans The Witcher 3, il n'est pas question de cela, en effet les moyens de transport sont bien plus rudimentaires, à savoir à pied, à cheval ou en bateau à voile. Pour vous donner une idée, il vous faudrait plus de trente minutes pour traverser la carte de Velen/Novigrad du Nord au Sud à cheval. Toutes proportions gardées, on peut raisonnablement en conclure que la carte de The Witcher 3 : Wild Hunt avoisinerait celle du titre phare de Rockstar. Pour un premier open world, CD Projekt frappe fort ! Certes, le temps de chargement d'une telle carte est long mais une fois chargée, il est possible d'entrer directement en intérieur (bâtiments, sous-terrais, grottes, etc.) sans attendre. Cool.


Où t'es, pa-patch où t'es ?

L'abondance de quêtes, de conditions à remplir, de passages scriptés, induit inévitablement quelques soucis, communément appelés bugs, chez certains joueurs, souvent synonymes de prise de tête voire même d'abandon pur et simple du jeu... Mais c'était sans compter sur l'équipe de CD Projekt qui a su écouter les malheurs des joueurs pour sortir en quelques jours des mises à jour du soft au fur et à mesure que les problèmes ont été remontés. Une rapidité et une réactivité à saluer, et ce, pour notre plus grand plaisir. Certains studios devraient en prendre de la graine ! Notons également que ces patches permettent d'apporter des nouveautés dans le jeu, telles que le réglage de la difficulté du gwynt ou encore l'ajout de coffres disséminés dans les villes, bien utiles pour les collectionneurs surchargés qui refusent de vendre leurs équipements préférés malheureusement devenus désuets. Les développeurs pensent à tout !

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Gardez un œil sur les PNJ, ce qu'ils sont à raconter peut valoir le détour...
Geralt fait son show

N'ayez crainte FPS-o-phobes et autres malades des vues à la première personne, The Witcher 3 : Wild Hunt est un jeu qui se joue à la troisième personne, c'est toujours plus agréable de pouvoir contempler son personnage en action, dansant avec ses deux épées tel un derviche. La prise en main de Geralt est facile et très agréable, et le sorceleur répond bien à la simple pression du joystick. Il est capable de sauter, de s'accrocher à un rebord et de franchir des obstacles. Quant à la caméra, il n'y a rien à redire, elle remplit son rôle sans être capricieuse. Et si par malheur vous vous retrouvez à combattre dans des fourrés, le buisson pourra disparaître pour ne pas gêner la vue. Dans un souci de transparence, et pour que les joueurs n'aient pas à retenir les caractéristiques de chaque ennemi rencontré dans le jeu, il y a la possibilité de consulter un bestiaire dont la liste s'allongera rapidement au fil de l'aventure. Vous y verrez figurer les forces et les faiblesses des monstres face à votre arsenal disponible : signes, huiles et autres bombes.

Au travers d'une courte séquence d'introduction se déroulant quelques années auparavant et mettant en scène Geralt, la jeune Ciri et les sorceleurs de Kaer Morhen, le jeu vous permet de vous familiariser avec les déplacements et le système de combat. Celui-ci peut paraître délicat au premier abord mais finalement il se révèle simple, intuitif et très fluide. Deux touches sont dédiées à l'attaque - (carre) ou (triangle) pour un coup normal ou puissant - et peuvent être combinées sous forme de combo pour réaliser un enchaînement destructeur et deux autres pour l'esquive - (rond) et (croix) - l'un pour faire un petit pas rapide et l'autre pour une roulade. Il est possible de faire une parade ou une contre-attaque avec la touche (L2), la dernière nécessitant de bons réflexes car le timing est plutôt serré. Ça, c'était pour la partie maîtrise de l'épée.

Concernant les signes, une simple pression sur (R2) suffira pour les lancer, leur utilisation s'avère donc très simple et rapide. Cinq signes sont disponibles, chacun ayant son champ d'action : Igni vous permet de jouer avec le feu - au sens propre - en enflammant les ennemis à l'aide d'une gerbe de flammes, Aard vous procure le contrôle du vent et ainsi de déstabiliser voire de renverser au sol les ennemis avec une bourrasque. Quen vous offre un bouclier protecteur pendant quelques secondes et vous permet de ne pas perdre de vie si vous êtes blessé par une attaque. Ce signe sera votre meilleur ami si vous jouez en difficulté maximale ! De son côté, Yrden crée un piège magique qui ralentit et neutralise les ennemis, idéal contre les spectres. Et enfin, Axii peut étourdir un ennemi quelques instants et, dans une version améliorée, il peut même en faire votre allié. Il est aussi le seul à pouvoir être utilisé pendant les dialogues pour influencer votre interlocuteur à la manière d'un jedi. Vous pouvez switcher entre les signes à tout moment en pleine joute à l'aide de la roue des signes, ce qui a pour effet de mettre le jeu au ralenti. Inutile de vous dire que la magie est particulièrement efficace et qu'elle peut renverser l'issue d'un combat. N'espérez pourtant pas spammer vos ennemis de signes car ils sont dépendants d'une jauge de vigueur qui se remplit au fil du temps, le jeu n'en serait que trop facile dans le cas contraire...

Là où d'autres ont lamentablement échoué, The Witcher 3 : Wild Hunt réussit le pari de rendre le système de combat clair et agréable, encore un bon point pour le sorceleur.


Mon sorceleur bien-aimé

Comme tout bon RPG qui se respecte, vous gagnez des points de compétences par tranche d'expérience - XP - à dépenser dans les arbres de compétences. Au nombre de quatre, chacun améliore un aspect différent des combats ou des facultés de Geralt. L'arbre Combat vous permet d'apprendre un nouvel enchaînement de coups et de faire plus de dégâts, de la même manière, l'arbre Signes perfectionne les signes pour pouvoir les utiliser plus souvent ou augmenter leur impact. De son côté, l'arbre Alchimie traite de l'utilisation des bombes, des potions et autres décoctions en combat. Et enfin, l'arbre Techniques qui pourrait être renommé en "Divers", regroupe toutes sortes d'amélioration pour Geralt telles que la régénération de la santé en journée ou encore le niveau d'intoxication maximum car oui, l'abus de potions est dangereux.

C'est bien beau mais avec tout ça, Geralt devient invincible ? Et bien non, car les compétences acquises restent inactives tant qu'elles n'ont pas été placées dans l'un des douze emplacements de mutagènes à disposition, ce qui limite grandement les possibilités et vous oblige à faire des choix. Vous êtes plutôt orienté combats à l'épée ? Plutôt signes ? Ou alors les deux ? C'est tout à fait possible et c'est en ça que The Witcher 3 : Wild Hunt se démarque en vous offrant la possibilité d'adopter un style de jeu qui vous ressemble sans pour autant vous forcer à jouer de telle ou telle façon. Et si l'envie vous prend d'essayer un autre build, il vous suffit de changer rapidement les compétences activées et le tour est joué ! De même, si vous n'avez pas acheté les compétences adéquates pour changer de style, ce n'est pas grave, il vous suffit d'acheter une Potion de nouveau départ pour recommencer vos arbres de compétences à zéro. Souvent contraint à recommencer une nouvelle partie en cas de changement d'avis, le joueur a la possibilité de jouer comme il le souhaite, quand il le souhaite, et ça c'est très agréable.

Non content de posséder plusieurs cordes à son arc, Geralt peut se changer en alchimiste ou en forgeron par le biais du menu Artisanat. Exit les potions ou les équipements hors de prix, c'est un vrai artisan et il pourra vous fabriquer tout et n'importe quoi, pour peu que vous possédiez les matériaux nécessaires et le plan de fabrication correspondant. Et on ne peut s'empêcher d'essayer de donner le meilleur à Geralt pour les heures sombres qui l'attendent. Chaque pièce d'équipement peut offrir des bonus à Geralt - tels que l'augmentation de l'intensité des signes ou des dégâts des coups critiques, etc. - toujours dans cet objectif de spécialisation. Les armures sont un visuel unique, que ce soit une vieille liquette ou une armure de sorceleur étincelante, il est agréable de pouvoir les contempler en détail, particulièrement dans les cutscenes des phases de dialogue. Mais l'usure vous guette et gare à vous ! Car à force d'utilisation, les armes et armures se détériorent, vous obligeant à les réparer vous-mêmes ou à rendre visite à un forgeron, il vous faudra donc rester vigilant.

Avec un éventail de possibilités aussi varié, Geralt peut se spécialiser dans un domaine ou rester polyvalent sans pour autant rendre la difficulté du jeu dénuée de sens.


Dis Ciri ?

Un mot sur la difficulté. Le joueur peut choisir parmi quatre modes proposés en début de partie correspondant aux modes facile, normal, difficile et très difficile. Les deux premiers seront une formalité quant aux deux autres, ils offrent un bon challenge et vous forceront à réfléchir chacune de vos actions lors des combats. Sachez néanmoins que pour obtenir le platine de The Witcher 3 : Wild Hunt, il faudra terminer le jeu en difficulté maximale...

La durée de vie du jeu de base est gigantesque compte tenu des nombreuses activités disponibles. L'aventure poussera Geralt à battre la campagne sur les traces de Ciri, le joueur prendra son contrôle de temps à autre lorsque le sorceleur en apprendra plus sur le déroulement du périple de la jeune fille. Celle-ci ne peut user de signes mais elle reste une combattante hors pair, l'alternance des deux personnages est très plaisant et ajoute de la nouveauté. Quant à eux, les joueurs curieux - ou accro - pourront recommencer le jeu à loisir sans pour autant revivre la même histoire : le jeu étant une succession de choix moraux, de multiples cheminement sont possibles et amènent à trois fins différentes. On appréciera revoir les personnages que l'on affectionne, bons ou mauvais, tant ils sont charismatiques et ne laissent pas indifférent. L'humour des dialogues ou des PNJ ajoute une touche particulièrement comique et bienvenue.

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


L'un des trophées du DLC Hearts of Stone.
Voici un tour d'horizon des trophées qui vous attendent dans votre quête du précieux (Platine), ceux-ci peuvent être classés selon plusieurs catégories :

- Les trophées liés à l'histoire : ceux-ci s'obtiendront automatiquement au fur et à mesure de votre progression dans l'aventure, quelque soit le mode de difficulté que vous aurez choisi.

- Les trophées liés à la difficulté : au nombre de deux, l'un pour le mode difficile ou supérieur et l'autre pour le mode très difficile. Vous devrez inévitablement terminer le jeu dans la difficulté maximale : le mode Marche de la Mort ! L'impact de la difficulté sur les dégâts de vos épées ainsi que ceux de vos ennemis est significatif, vous perdrez de la santé très rapidement et la moindre erreur peut être fatale. La méditation sensée régénérer votre santé dans les difficultés inférieures ne vous sera d'aucune utilité ici. Les débuts seront difficiles, certes, mais le temps d'acquérir des automatismes et les mécaniques de base des combats, ceci ne devrait pas vous poser de problèmes bien longtemps.

- Les trophées liés aux activités : avec toutes les occupations possibles, il était impensable de ne pas les récompenser par des trophées ! Il vous sera demandé de terminer certaines quêtes secondaires, les contrats de sorceleur, de combattre à mains nues, de faire des courses de chevaux, de nettoyer tous les nids de monstres et de vous forger une armure complète de sorceleur ! Le gwynt est également à l'honneur puisqu'il concerne plusieurs trophées dont un que l'on peut qualifier de chronophage : (Bronze) Collectionneur de cartes, qui, comme son nom l'indique, vous demandera de posséder un exemplaire de chaque carte disponible dans le jeu.

- Les trophées liés à la progression du personnage : la prise de niveaux, l'apprentissage des compétences, l'utilisation de tous les emplacements à mutagènes, l'initiation à l'alchimie via la création de potions ou de bombes et la découverte de documents vous seront gratifiés de quelques trophées.

- Les trophées liés à l'exploration : rien de difficile ici, vous devrez découvrir cent points de voyages rapides, ce qui se fera naturellement au cours de l'aventure tant les lieux à visiter sont nombreux. La découverte de sites d'énergies et de leur bonus vous offrira également un trophée.

- Les trophées liés aux combats : de nombreux trophées requerront des actions précises, nécessitant l'utilisation de tout l'arsenal à la disposition de Geralt : du massacre d'ennemis dans un temps imparti aux meurtres par l'environnement, en passant par l'emploi de signes pour forcer un ennemi à combattre pour vous, vous aurez de quoi montrer vos talents. L'un d'eux se révèlera capricieux et mettra votre patience à rude épreuve, il s'agit du trophée (Bronze) Tireur d'élite qui demande de réaliser cinquante headshots avec l'arbalète, allez savoir pourquoi il ne tombera pas avant que vous en ayez fait le double voire le triple...

- Les trophées pouvant être manqués : passons aux choses qui fâchent : trop de trophées nécessitent des actions particulières qui peuvent conduire au commencement d'une nouvelle partie, c'est le point noir de The Witcher 3 : Wild Hunt. Si vous optez pour tel choix de dialogue à la place d'un autre, si vous manquez certaines quêtes secondaires, si vous perdez le combat à mains nues contre le champion ou bien encore si vous êtes clément envers une cible de contrat, malheureusement vous verrez certains trophées vous passer sous le nez... Et c'est vraiment regrettable.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
18/20

The Witcher 3 : Wild Hunt est un ravissement pour les yeux et les oreilles. Cet ultime opus de la saga se révèle fidèle aux ouvrages de l'écrivain polonais. CD Projekt RED signe là une œuvre époustouflante, marquée par une histoire haletante et des personnages plus qu'attachants.

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série, À un public averti, Aux chasseurs de trophées/platine difficile