Test : Syberia 3


Syberia 3
  • 1
  • 3
  • 15
  • 22
Note des joueurs :
3.7/5 - 9 notes
Note des platineurs :
3.3/5 - 7 notes

Syberia 3

ps4


41 trophées au total
19 trophées cachés

183 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 37 joueurs (20 %)
100% par : 37 joueurs (20 %)
Note du jeu
8/20
Discuter du test

Test du jeu
Syberia 3

  • Test rédigé par Neo-619-San le 28-05-2017 - Modifié le 31-10-2017


Introduction


Que s'est il passé ? On peut m'expliquer ? Non, bah faudra faire avec ...
Syberia, une autre Sibérie.

Licence débutée en 2002 avec le premier opus qui eut à l'époque un franc succès allant jusqu'à obtenir le titre de "Game of the year". Le second épisode de la licence, suite directe, sortit en 2004.
Une licence restée sur pause jusque 2017. Une longue période qui fit naître aussi bien espoir, que peur, pour une suite très attendue.
Vous incarnerez donc Kate Walker, héroïne de cette saga de point & click immédiatement après la fin du deuxième volet.
Le jeux prend place dans un univers grandement inspiré de l'Europe de l'est.

La trame scénaristique prend place lors de la sortie du coma de Kate dans un hôpital psychiatrique où elle partage sa chambre d'hôpital avec le chef spirituel des youkols (que l'on pourrait comparer au peuple des aïnous (les "inuits" de Russie). Ce dernier vous apprendra que sa tribu est venue à son secours lorsqu'elle était inconsciente et l'ont conduite à l'hôpital, cette tribu n'étant pas à même de la soigner.
A son réveil, Kate décidera donc de poursuivre sa route et de quitter l'hôpital. Chose non aisée, car les médecins présents refuseront sa sortie sous prétexte qu'elle n'est pas en possession de toutes ses facultés intellectuelles. On découvrira bien vite, que ces raisons ne sont que des prétextes pour tenir Kate enfermée dans l'hôpital.
Notre héroïne trouvera un moyen non conventionnel pour sortir de cet endroit.

Une fois sortie, elle rejoindra la tribu des Youkols qui lui feront part de leurs problèmes pour réaliser leur voyage migratoire en compagnie de leurs autruches des neiges (une variante de celles que l'on connaît, beaucoup plus grandes et avec une épaisse fourrure), et tout naturellement Kate se proposera de venir à leur secours commençant ainsi votre aventure.

Un univers unique, froid et rude, qui présente plusieurs similarités avec la Russie à l 'époque de la guerre froide. Dans cet univers les automates sont aussi sophistiqués que des robots.

Dernier point méritant d'être souligné, le scénariste et concepteur principal du jeu est un européen, plus précisément un belge connu pour ses talents de dessinateur, ça fait toujours plaisir de voir autre chose que les grosses productions japonaises où américaines.

Contenu du jeu


C'est pas hideux, mais quand même, c'est pas beau.
Enfin sorti du coma, te rappelles-tu? c'était il y a 13 ans.

Syberia 3 est le troisième épisode de la série donc, et voilà un gros problème pour toute personne qui n'a pas joué aux précédents épisodes (ou qui a oublié l'histoire). Les néophytes seront complètement perdus au début de l'aventure. Bien que le jeu propose une intrigue qui lui est propre, il sera régulièrement fait référence au passé de notre héroïne. Ne sachant pas de quoi on vous parle vous devrez subir ces passages, surtout que plusieurs morceaux de l'histoire reposent sur le passé de notre héroïne, qui semble avoir un lourd bagage. Les développeurs semblent avoir oublié que l'on peut prendre l'histoire en cours.
Heureusement, même si le passé n'est pas expliqué, on comprend ce qu'a vécu Kate Walker au cours des précédents volets à travers les différents dialogues de l'histoire, ce qui permet de pallier à ce défaut sans l'oublier.

La prise en main n'est pas expliquée, il vous faudra comprendre seul comment manipuler votre personnage, ce qui peut compliquer une énigme toute simple car vous ne savez pas comment réaliser l'action. Une fois de plus le temps joue en faveur du jeu car la prise en main sera vite réalisée ce qui fera oublier cette mauvaise passe .

Des énigmes oui MAIS de la logique.

Le jeu s'adresse principalement aux adultes aussi bien dans le style, l'ambiance, que dans la logique "au revoir les licornes, bonjour les problèmes en tous genres".
Ce qui permet de créer une immersion dans l'histoire.

Comme dans tous les point & click, il vous sera demandé de faire preuve de minutie lorsque vous fouillerez une pièce.
Vous pouvez être amené à faire des allers et retours pour chercher l'objet à côté du quel vous étiez passé, sauf si vous avez bien exploré votre environnement et avez tout ramassé sans exception. Un bon point toutefois : lorsque vous arrivez à un endroit vous pourrez trouver n'importe quel objet, il ne sera pas nécessaire d'avoir trouvé l'objet A pour enfin trouver l'objet B.

Dans le même ordre d'idée, ici vous devrez réfléchir et non faire n'importe quoi pour provoquer quelque chose. Par exemple, lorsque vous serez amené à dupliquer une clé, il vous faudra la clé d'origine, une clé vierge, et une machine pour reproduire les clés, rien de plus.
Il ne faudra pas trouver une plume pour chatouiller un singe qui tient une tomate, dans le but de la donner à une veille dame qui avait justement un double dans sa chaussette ... (je m'égare, mais vous voyez bien de quelle logique irrationnelle je veux parler).
Un très bon point car à chaque fois que l'on résout une énigme on peut être fier d'avoir trouvé et se dire que finalement c'était plus facile qu'au premier abord.
Enfin les énigmes sont bien incorporées dans le contexte de l'histoire, accentuant le sentiment d'immersion.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Des énigmes logiques...
On trouve plus de problèmes que l'on ne trouve de solutions.

Hélas pour lui, le jeu comporte de nombreux points négatifs. Certes, ceux-ci n'empêchent pas de vivre l'aventure, mais on est obligé de les remarquer tellement ceux-ci sont nombreux.

Tout commence avec les premiers dialogues de l'histoire : les bouches restent en mouvement encore jusque dix secondes après que votre personnage a fini de parler, ce qui fait long. Tellement long que l'on ne voit que ça.
On se retrouve à regarder les bouches des différents protagonistes pour essayer de suivre le rythme, et on remarque l'absence de mouvement naturel, la bouche s'ouvrant de haut en bas tel une marionnette de ventriloque en bois, ne sachant faire aucun autre mouvement.

Toute personne qui n'aime pas attendre va pleurer, car les temps de chargement entre deux écrans qui ne sont pas en lien direct sont au minimum de vingt secondes. Minimum, car cela peut dépasser la minute (oui j'ai compté sur tous les écrans de chargement). Un temps largement exagéré.

Les murs invisibles sont aussi de la partie. Contourner un fauteuil ? Ha que non, il n'y a pas d'obstacle à l'horizon et pourtant vous ne passerez pas. Face au moindre obstacle notre héroïne continuera de marcher mais sans avancer, pouvant se retrouver à courir face à un mur. C'est si affligeant que l'on fini par se demander si elle pourra résoudre quoi que soit malgré notre aide.

La camera ne résout aucun problème, elle en crée. La camera n'en fait souvent qu'à sa tête.
Commençons par les petits problèmes : lors des dialogues, elle peut décider de vous montrer le crâne de votre interlocuteur, ou de regarder autre chose que la conversation. Étonnant pour une camera fixe. Si, lors d'un dialogue, notre personnage n'est pas à l'endroit prévu, la camera ne trouvera pas mieux que de traverser littéralement votre personnage et de le replacer là où il aurait du se trouver. Des problèmes mineurs et qui ne sont pas fréquents mais qui existent bien.
Le problème de caméra le plus important est à imputer aux choix des angles de caméra. Vous passerez plusieurs fois d'un écran un l'autre car le changement d'angle de la camera fera que votre personnage revient sur ses pas. Certains angles ne vous permettent pas de voir tout votre environnement et vous cachent une pièce à explorer ou un objet avec lequel il faut interagir. Si vous ne trouvez pas la solution d'une énigme, essayez les angles morts.

Point le plus problématique : les bugs rendant impossible toute action et vous obligeant à quitter votre partie pour la recharger. Je me suis retrouvé coincé plusieurs fois, car le jeu ne me laissait plus interagir avec les éléments du décor.

Pour un point & click, les graphismes ne sont pas ce qu'il y a de plus important. L'expérience proposée est intéressante et leur importance est passée au second plan. Sans être laids, les graphismes sont nettement inférieurs à ce que l'on attend pour un jeu ps4.


Discret mais un vrai plaisir pour les oreilles.

L'un des rares points techniques que le jeu a pour lui est sa bande son, qui est en accord avec l'univers du jeu et qui apporte un côté chaleureux au titre. La bande son parvient à se faire oublier tout en vous emportant en immersion, preuve s'il en est qu'elle est parfaitement en accord avec le jeu.

Bien que les graphismes ne soient pas exempts de tous défauts, il faut reconnaître que les décors sont travaillés et qu'un certain souci du détail permet également de renforcer l'immersion du joueur. En effet, au premier coup d'œil, l'hôpital psychiatrique fera ressentir une atmosphère des plus lugubres et malsaine qui donnera sans difficulté l'impression d'être dans un film d'horreur. Dans la chambre de Kate, la vétusté du bâtiment se fait ressentir, alors que dans les pièces communes, le décor est tout autre et ne permettra jamais de soupçonner le réel état du bâtiment.

Les personnages que l'on rencontre tout au long de l'aventure, ont tous un aspect et un caractère uniques ce qui contribue à une certaine véracité comparable à la vie réelle. La diversité de vos interlocuteurs vous permettra de vous lier d'affinité avec certains ou d'en détester d'autres.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


... Qui requièrent parfois un certain angle de vue.
Une atmosphère chaleureuse comme un bon feu de bois.

Le jeu peut s'enorgueillir d'une belle durée de vie pour le genre.
Il faudra compter un minimum de quinze heures à condition d'avoir guide et une solution en main.
Environ vingt cinq heures pour les joueurs traditionnels, voire beaucoup plus suivant le rythme auquel l'avance des énigmes se fait, sans compter le temps d'explorer l’environnement, et de parler aux différents protagonistes.
Ce qui peut facilement faire passer la durée de vie du simple au double.
Le jeu n'est pas conçu pour se finir rapidement mais plutôt pour prendre le temps, se laisser imprégner par l'atmosphère du jeu, envoûter par la musique, simplement se détendre. Se laisser aller à profiter de cette aventure, comme d'un voyage à l'étranger, de découvrir des personnages hauts en couleurs, s'intriguer sur la culture des youkols, et prendre part entière à la grande migration.

Tu peux le refaire ? Juste pour voir si tu as vraiment compris.

Pour ce qui est de la rejouabilité du jeu, il s'agit d'un point & click, ce qui le place dans une catégorie à part. En effet, s'il vous faut deux heures au premier passage pour résoudre un casse tête, une fois la solution trouvée, il ne faudra que quelques instants pour le résoudre à nouveau. Refaire le jeu une seconde fois ne présente aucun intérêt car l'intrigue révélée et les énigmes résolues, il n'y a plus rien de nouveau à espérer. Il s'agit d'une conséquence propre au genre et non imputable au jeu en lui même.

 

Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Une belle aventure "humaine".
Une chasse au reflet du jeu.

Rien de vraiment compliqué pour obtenir le platine, il faudra faire preuve de minutie et rester attentif pour ne pas passer à côté d'un trophée par mégarde.

Les trophées peuvent être classés en quatre grandes catégories.

Au commencement, il y a les trophées liés à votre progression qui s'obtiennent tout du long de l'aventure.

Deuxième catégorie : les trophées qui vous demanderont de réaliser correctement une action au premier essai, ce qui peut faire peur, mais en fait il n'y a rien d'insurmontable.
Ainsi, l'un des passages du jeu vous demandera de trouver du charbon. Huit containers seront à disposition et un seul d'entre eux recèle encore du charbon. Il ne vous faudra rien de plus qu'une barre de fer et une bonne ouïe pour trouver le container qui vous intéresse au premier essai.

Troisièmement, les trophées qui consistent à convaincre du premier coup votre interlocuteur durant les phases de dialogues.
Par exemple : lorsque Kate discutera avec un médecin de l'hôpital, il faudra prouver être en pleine possession de ses facultés intellectuelles au 1er essai, ce qui se fait naturellement car les réponses sont logiques.

Dernière classification, les trophées d'actions spécifiques : trouvez quinze points d'intérêts sur des objets de votre inventaire .
Ces trophées constituent le gros du panier, cependant, au fond, il reste un trophée un peu à l'écart, car il n'est pas explicite et pourrait vous obliger à recommencer une partie. Il s'agit du trophée "Le cauchemar du scénariste" qui est peut clair et n'explique pas vraiment les actions à réaliser.

Heureusement, le guide arrivera bientôt sur le site, et celui-ci vous permettra de faire l'intégralité des trophées en une seule partie. La promesse de rentrer avec un nouveau platine à la fin de cette belle aventure.

Un platine simple mais impossible à obtenir !

Voici ce qui devient le gros point noir du jeu : ses bugs au niveau de l'obtention des trophées.
Un problème plus que récurrent car il ne se contente pas de toucher un seul trophée mais plusieurs. Il faudra rejouer certaines actions du jeu en espérant que le trophée finisse enfin par arriver, votre seul secours étant des sauvegardes régulières.
Quand les trophées concernés sont liés au scénario, le problème s'aggrave encore.
Certaines mises à jour pour régler les problèmes n'ont fait qu'empirer les choses, puisqu'un des trophées lié à l'histoire est devenu impossible à obtenir. Certains ont déjà essayé de jouer sans les mises à jour pour éviter des bugs, mais sous une version antérieure, d'autres trophées se retrouvaient bloqués.

Le platine est devenu impossible à obtenir pour tout joueur qui ne possède pas déjà le trophée 20 000 lieues sous le lac.
La sentence est donc inévitable : un platine impossible à obtenir est inadmissible.

 

Note : 0/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
8/20

Syberia 3
est un jeu qui ne relève pas de prouesses techniques, et qui contient son lot de défauts. Cependant, c'est un jeu qui a des raisons de plaire : un univers immersif, des énigmes logiques mais qui demandent réflexion, et une bande son magnifique en accord avec le jeu.
On pourrait lui reprocher son côté un peu moralisateur mais au final ça contribue à l'immersion, Ajoutez à cela une chasse aux trophées simple et on obtient un jeu qui vaut la peine d'être joué.
Au final un jeu pour faire fonctionner ses neurones et sortir des sentiers battus sans plus de prétention.

Je recommande ce jeu :
Aux spécialistes du genre, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile