Test : Stifled


Stifled
  • 1
  • 6
  • 10
  • 9
Note des joueurs :
5/5 - 1 note
Note des platineurs :
5/5 - 1 note

Stifled

ps4


26 trophées au total
15 trophées cachés

9 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 1 joueur (11 %)
100% par : 1 joueur (11 %)
Note du jeu
10/20
Discuter du test

Test du jeu
Stifled

  • Test rédigé par Ankou Ankka le 07-11-2017 - Modifié le 07-11-2017


Introduction


 
« Les ténèbres, et rien de plus. »

Sous le slogan "ils entendent votre peur", Stifled propose une aventure étrange et intimiste mêlant des éléments de survival et d'infiltration soutenus par un gameplay original basé essentiellement sur le son. À peine présenté à la Paris Games Week, Stifled arrive sur notre console favorite alors que le jeu n'est toujours qu'annoncé sur PC (na!). Les créateurs - Gatta Games, un petit studio indépendant fondé par des membres de l'Institut de Technologie de Singapour - n'en sont pas à leur premier essai. En 2014, ils dévoilèrent un premier prototype, Lurked, sorti exclusivement sur PC et qui rencontra un certain succès d'estime, dirons-nous. Stifled se veut son successeur spirituel et la concrétisation de hautes ambitions vidéoludiques. Objectif réussi ? C'est ce que nous allons voir ensemble.

Contenu du jeu


Quelle idée de rouler en voiture quand on n'y voit rien !
 
« Et les ténèbres, et la ruine, et la Mort rouge, établirent sur toutes choses leur empire illimité. »

Vous incarnez David Ridley, un mari dont la vue diminue à mesure que son cœur s'assombrit. Après un accident de voiture, vous cherchez à tâtons à retrouver votre chemin dans un monde obscur peuplé de créatures étranges comme sortis de votre psyché. Après un rapide tutoriel au sein de la demeure familiale pour vous enseigner les commandes de base (très réduites), vous atterrissez vite dans les égouts à fuir d'horribles petites créatures semblables à des bébés difformes.

N'espérez pas une explication détaillée des événements, ni même une suite logique dans les actions du héros. Stifled se vêt d'une narration minimaliste et d'objectifs confus. Il vous faudra avancer, éviter les ennemis, jeter des objets pour les distraire et accomplir quelques rares actions limitées, sans jamais réellement savoir pourquoi. Le jeu est suffisamment linéaire pour ne jamais s'égarer mais l'absurdité de certaines situations font regretter l'absence d'une narration plus avancée. Soulignons toutefois qu'il est relativement facile aux joueurs expérimentés de deviner dès les premiers instants ce qui se cache derrière les péripéties du malheureux David.

Mais, chut, nous n'en dirons pas plus car le jeu est malheureusement assez court. Stifled ne propose que quelques niveaux rapidement traversés. Si les joueurs peu talentueux dans l'art de la discrétion - tel votre pauvre serviteur - tarderont à terminer le jeu, d'autres plus compétents, habitués à ce type de jeu, risqueront d'enchaîner les niveaux en une soirée et d'arriver rapidement à cette conclusion trop prévisible. C'est bien dommage car il y avait réellement matière à un contenu plus conséquent. Bien sûr, Stifled est un petit jeu indépendant et il ne coûte "que" 19,99 € mais nous ne pouvons nous empêcher de penser qu'à côté d'autres jeux, il serait considéré comme une grosse démo et rien de plus.

 

Note : 2/5

Aspect technique du jeu


Bien que terriblement désuets, les graphismes
collent bien à l'étrangeté de l'atmosphère.
 
« Un cri effroyable avait troublé le silence de la nuit. »

Les mécanismes du jeu sont presque exclusivement basés sur le son, non pas un son produit dans le jeu, mais bien le son réel que vous émettez chez vous. Ce procédé inhabituel confère une originalité certaine mais également quelques inconvénients sur lesquels nous reviendrons. Nous rappelons que le joueur incarne une personne à la vision quelque peu déficiente plongée dans une obscurité absolue. Seul l'écho de sa voix réverbérée sur l'environnement dévoile ce qui l'entoure. Il est ainsi important de calibrer correctement son micro - une option proposée dès le début du jeu - de manière à ce qu'un chuchotement donne un léger écho révélant à peine ce qui est à proximité tandis qu'un cri déploiera un plus large écho dévoilant les lieux sur plusieurs mètres autour de vous au risque de trahir votre position à vos ennemis (et d'irriter considérablement vos voisins in real life).

Signalons aussi la nécessité de posséder un casque audio ou au minimum une oreillette. Le jeu ne distingue en effet pas votre voix de tout autre bruit. Si le son du jeu provient d'une télévision ou d'un système d'enceintes, le micro le captera, les créatures risquent de rappliquer à l'écoute de leurs propres cris. Pour cette raison, le joueur doit également s'assurer d'avoir désactivé toute source possible de bruits afin de jouer dans les meilleures conditions. Ces prérequis peuvent sembler lourd et ne plairont pas à tout le monde mais participent finalement à une certaine immersion dans le monde silencieux de Stifled.

Une immersion qui se trouve considérablement renforcée par la réalité virtuelle. Soulignons pour les non-possesseurs du casque que le VR n'est pas obligatoire. Il est parfaitement possible de jouer d'un bout à l'autre à Stifled sans VR. Quelque soit votre choix, le jeu est scrupuleusement identique. À l'instar de Here They Lie, le casque offre la possibilité de réellement s’imprégner de l'atmosphère délétère mais la chasse aux trophées se fera plus facilement sur le téléviseur.

Si ce n'est quelques interludes narratifs, les graphismes sont le plus souvent simplistes à l'extrême. Vous vous mouvez dans des décors épurés tout en lignes blanches se teintant de rouge face au danger. Vous l'aurez compris, ces lignes dessinent les formes détectées par votre "écho-radar" et vous permet de visualiser votre environnement. Ces effets rudimentaires donnent un rendu assez pauvre mais sont en adéquation avec la volonté de proposer un univers restreint et inconnu.

Vient le moment de pointer du doigt le gros défaut qui va plomber la note. Si nous étions prêts à fermer les yeux sur les graphismes obsolètes devant l’enthousiasme porté par le gameplay, il nous faut bien parler du gros souci technique du jeu. Il porte un nom : code d'erreur CE-34878-0. Il semble que tous les joueurs n'en soient pas victimes. Moi-même je ne l'ai pas toujours été. Mais à plusieurs reprises, le jeu a refusé de reprendre à la sauvegarde et fermé l'application. La sauvegarde étant automatique, je fus condamné à tout recommencer à zéro. La possibilité de sauvegarder manuellement sur plusieurs slots aurait été un plus appréciable. Le jeu a beau être court, ce souci est un poids. La chasse aux trophées s'en trouve compliquée. Une clef USB ou l'emploi du cloud se révèle indispensable pour mettre sa sauvegarde à l'abri dès le moment où le joueur est certain qu'elle est acceptée par le jeu.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Ne soyez pas un père indigne. Prenez l'enfant dans vos bras
et laissez-le vous dévorer le visage.
 
« L’univers ne fut plus que nuit, silence, immobilité. »

Si l’originalité rafraichissante du concept et surtout de son utilisation du micro garantit un plaisir certain, celui-ci ne dure malheureusement pas longtemps. Trop court et trop facile, Stifled s'épuise rapidement. La déception est d'autant plus grande que l'extrême simplicité des graphismes laisse à penser qu'il ne devait pas être difficile de générer des niveaux aléatoires pour offrir une plus-value intéressante à chaque nouvelle partie. Mais c'était visiblement trop demander à un petit studio.

N’espérez pas non plus découvrir d'autres modes de jeu après votre partie, il n'y en a pas. À moins d'être un très gros fan, la seule raison qui vous poussera à recommencer le jeu sera la chasse aux trophées. Ceux-ci proposent en effet quelques défis qui valent la peine de recommencer le jeu. Il aurait été ainsi intéressant de mettre en évidence un mode sans onde vocale directement dans le menu du jeu ou tout simplement un mode de difficulté plus élevée. Mais là encore les développeurs se sont contenté du minimum syndical.

 

Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Aimez-vous chercher des collectibles dans le noir absolu ?
Oui ?! Vous allez adorer ce jeu !
 
« Ils se faisaient un amusement de mon effroi. »

Bien que le jeu soit court, il propose un platine amplement mérité par la difficulté de certains trophées qui représentent un beau challenge. Nous vous avons décrit plus haut le système de son, eh bien, sachez qu'un trophée vous demande de terminer le jeu sans jamais produire la moindre onde vocale. Autrement dit, il va vous falloir traverser tout le jeu dans une obscurité quasi-totale à peine éclairée par les bruits naturels. Un défi que vous ne pourrez réaliser qu'après avoir acquis une bonne connaissance du terrain et en veillant bien à désactiver votre micro afin d'éviter les bruits impromptus ! Nous attirons également votre attention sur le trophée vous demandant de terminer le jeu sans rien jeter sans raison, sans raison étant une notion plus que relative.

Hormis ces deux-là, nous trouvons les habituels trophées liés à l'histoire, à quelques actions actions contextuelles relativement simples, et aux collectibles. Car, oui, il y a des collectibles, des journaux et des poupées. Et s'ils ne sont pas nombreux, ils sont particulièrement ennuyeux à chercher puisque - nous vous le remémorons si vous l'aviez déjà oublié - l'essentiel du jeu se situe dans une profonde obscurité.

S'il semble théoriquement possible de platiner le jeu en une seule partie, en réalité n'y comptez pas trop. À l'heure où ce test est rédigé, aucun site ne propose un guide complet. On ne trouve pas une seule vidéo consacrée à un trophée sur YouTube. Si vous partez à la chasse aux trophées, ce sera non seulement à l'aveugle mais aussi tout seul ! Soyez également bien conscient que tant que le bug décrit dans la partie technique de ce test n'est pas corrigé, il vous sera difficile de vous concentrer sur les trophées sans un accès au cloud ou à une clef USB pour protéger vos sauvegardes.

Si l'obtention du platine est donc loin d'être simple, les trophées ont le mérite d'être étroitement liés au jeu et à ses mécanismes. Le plaisir de la chasse sera donc parallèle au plaisir pris à jouer.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
10/20

Malgré ses bugs que nous espérons vite voir résolus, ces graphismes datés et sa courte durée, Stifled n'en reste pas moins une curiosité à découvrir. Reposant sur une idée d'autant plus réjouissante qu'elle a été bien peu exploitée jusqu'à présent, le jeu propose un intéressant mélange de glauque et de réflexion, d'horreur et d'infiltration, un piège pour vos nerfs, un exercice pour vos oreilles. Installez-vous confortablement pour un voyage au pays des aveugles et des monstres. Et n'oubliez jamais : chut.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux curieux, À un public averti