Test : Life is Strange : Before the Storm


Life is Strange : Before the Storm
  • 1
  • 4
  • 15
  • 15
Note des joueurs :
4.4/5 - 44 notes
Note des platineurs :
4.5/5 - 34 notes

Life is Strange : Before the Storm

ps4


35 trophées au total
23 trophées cachés

963 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 697 joueurs (72 %)
100% par : 697 joueurs (72 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
Life is Strange : Before the Storm (BTS)

  • Test rédigé par V-Phantomhive le 04-09-2017 - Modifié le 08-01-2018


Introduction


Capitaine Chloé Barbe-Bleue, le fléau d'Arcadia Bay.
ImageImage

Contenu du jeu


Chloé ne peut pas remonter le cours du temps mais cela ne l'empêche pas d'avoir un «pouvoir» bien à elle.
Don't mess with me

Trois ans avant les événements de Life is Strange (LIS), Before the Storm nous ramène dans la ville côtière d'Arcadia Bay encore épargnée par la tempête à venir. En compagnie d'une Chloé Price fragilisée par la mort de son père et par le départ de sa meilleure amie, le studio de Deck Nine Games, dépositaire de l'œuvre de DontNod, profite des trois épisodes qui lui ont été accordés pour construire la psychologie de la jeune fille et plus particulièrement sa relation avec Rachel Amber, portée disparue dès l'ouverture de la première saison de LIS.

Reprenant la forme du jeu d'aventure à narration interactive, la préquelle conserve les codes de sa prédécesseur en articulant sa progression autour de lieux à explorer, de personnages à rencontrer et d'objets à examiner. À raison de trois à quatre heures par épisode, le joueur peut ainsi (re)découvrir les lieux emblématiques d'Arcadia Bay tels que l'Académie Blackwell, la décharge et plus modestement la maison des Price où réside occasionnellement Chloé. Des environnements inédits comme la demeure des Amber ou la vieille scierie sont également à l'ordre du jour.

De la même manière, le jeu introduit son lot de nouveaux personnages (Rachel en tête de liste mais aussi Steph ou Mikey), approfondit l'exposition de quelques membres du casting (Chloé, Joyce, David) et fait apparaître brièvement des protagonistes secondaires (Victoria, Nathan, etc.). Plus ou moins intéressants et aboutis, tous donnent à Chloé l'occasion de s'exprimer et au joueur qui la suit de prendre des décisions d'importance variable.

Pour compenser l'absence de la faculté à remonter le temps dont disposait Maxine, les développeurs ont enrichi le gameplay d'un mode «Insolence» propre à l'adolescente rebelle. Le mode Insolence peut être défini comme l'engagement de joutes verbales dans lesquelles Chloé doit tenter de prendre l'ascendant sur son adversaire en sélectionnant les réponses appropriées. La fenêtre de sélection étant réduite, ces conversations obligent le joueur à faire preuve de réactivité en s'impliquant et en portant attention aux propos de son interlocuteur. Une victoire permet à Chloé d'arriver à ses fins, quelles qu'elles soient.

Dans la registre de la novation toujours, la préquelle offre la possibilité de choisir la tenue du jour de Chloé parmi différents ensembles. Disponibles une fois par épisode, ces sessions vestimentaires présentent le double intérêt de renforcer notre attachement pour la fille des Price tout en engendrant des réactions chez ses interlocuteurs qui pourront parfois l'interpeller sur son apparence. Aux tenues du jeu de base s'additionnent celles obtenues en cas de précommande ou contenues dans l'édition deluxe du jeu.

Before the Storm échange les photographies de Max pour les tags de son acolyte pirate. Armée de son fidèle marqueur, la Capitaine Barbe-Bleue n'hésitera pas un seul instant à laisser une trace indélébile sur les murs, véhicules et autres éléments du décor prévus à cet effet. Deux inscriptions sont systématiquement livrées à votre appréciation, ces dernières pouvant dans de rares cas ajouter une ligne de dialogue ou deux à une conversation.

Notons enfin que l'édition deluxe du jeu embarque un mode compilation recensant l'ensemble des pistes musicales du jeu. Celles-ci peuvent être classifiées et écoutées en dehors des épisodes sans qu'il ne soit possible cependant de passer rapidement d'une musique à l'autre ou bien encore d'en entendre un extrait au moment de la composition de la playlist.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


La direction artistique de Before the Storm s'inscrit dans la continuité de la première saison et affiche les mêmes forces et faiblesses.
«Le froid virginal de la blanche neige qui repose sur mon cœur amortit l'ardeur de mes sens.»

Lors de sa sortie en janvier 2015, LIS avait immédiatement séduit par sa direction artistique faisant de chacun des protagonistes et des environnements une peinture vivante à mi-chemin entre le pastel et l'aquarelle. Cette signature visuelle établie par DontNod trouve son prolongement dans la production de Deck Nine, pour le meilleur comme pour le pire.

Si les déplacements ont gagné en fluidité, certaines animations, faciales notamment, demeurent encore particulièrement rigides. Cette morphologie quelquefois approximative peut desservir les dialogues et les sentiments qu'ils véhiculent tant les réactions corporelles des interlocuteurs ne semblent pas toujours naturelles.

L'esthétique fait montre de davantage de clarté et de finition mais souffre encore de trop nombreuses textures pas toujours plaisantes à regarder. Les éléments principaux s'en sortent avec les honneurs tandis que certains aspects du décor, le plus souvent en extérieur, échoient d'un traitement de moindre qualité. Malgré ça, l'œil délicat sera séduit par l'empreinte colorée, chaleureuse et chatoyante de l'univers LIS conservée avec soin dans BTS.

Ce qui est plus surprenant et critiquable, c'est que la production ajoute des défauts qui n'étaient pas présents dans la mouture originelle. C'est en particulier le cas de la caméra, inconfortable à manier dans la plupart des séquences de jeu. Capricieuse au possible, elle témoigne d'une apesanteur excessive contraignant le joueur à diminuer sa sensibilité dans les paramètres de jeu pour la rendre tant soit peu plus supportable. Le cadrage laisse lui aussi à désirer. Certaines extrémités de phrases peuvent ponctuellement déborder de l'écran et ce même si vous possédez un grand téléviseur. Il en va de même pour quelques bordures rognées.

Élément au moins aussi impactant que sa direction artistique, la composition musicale pop-folk de LIS jouait pour beaucoup dans les émotions que l'œuvre du studio parisien pouvait nous transmettre. Une fois de plus, BTS opte pour la continuité et nous propose une musique indie licenciée accompagnée d'une bande originale interprétée par le trio de rock indépendant & alternatif Daughter.

Porté par la jeune Elena Tonra native de North London, le groupe à la croisée de la folk contemporaine, de la dream pop et de sonorités electro s'est fait connaître dans l'hexagone en 2013 avec l'album «If You Leave» adossé sur le tube Youth. Conforme à l'atmosphère teen movie revendiqué par l'univers, le groupe Daughter jouit cependant d'une exposition bien trop importante dans Before the Storm s'apparentant presque à une démarche promotionnelle.

En effet, là où Life is Strange avait convié 13 artistes différents en sus de Jonathan Morali, compositeur de 8 tracks, Before the Storm en invite 9 (dont Lanterns On The Lake, Pretty Vicious ou Speedy Ortiz) mais confie 15 pistes à Daughter, soit plus de la moitié de toutes les chansons & musiques que vous entendrez au cours du jeu. Sachant qu'il n'y a que trois épisodes dans la préquelle, cela fait tout de même 5 pistes à chaque fois estampillées Daughter. Soyons clairs, il ne s'agit pas de dénigrer la voix suave de la charmante Elena : nous mettons simplement en avant le fait que l'éclectisme oxygénant de LIS bat de l'aile dans sa préquelle du fait de la découpe en parts inégales du gâteau musical. Cela ne vous dérangera probablement pas (voire vous réjouira) si vous adhérez au groupe britannique mais il convient de le souligner.

Du côté du doublage, les voix anglaises (VO) ont été renouvelées. Comme vous l'avez sans doute appris, la grève du syndicat d'acteurs SAG-AFTRA a privé Deck Nine d'une partie des doubleurs de Life is Strange dont Ashly Burch, voix de Chloé. Cette nouvelle, aussi mal vécue par les fans que les développeurs de Deck Nine qui ont un temps songé abandonner le projet en raison de cette absence, a trouvé une heureuse résolution puisque Rhianna DeVries a finalement été retenue pour le poste. À moins de ne jouer à BTS que pour la voix de Chloé ou d'avoir terminé LIS juste avant, vous ne vous apercevrez que superficiellement de la différence dans la mesure où sa seconde doubleuse s'est employé à coller au plus près des tonalités et intonations d'origine pour respecter le personnage. Certes, le timbre n'est pas identique mais la performance se montre en tous points convaincante.

Un mot peut-être sur l'absence d'une version française que d'aucuns regretteront. Étant donné que DontNod, studio parisien, n'avait pas jugé utile de s'engager dans cette voie pour LIS, on ne peut guère reprocher à Deck Nine, studio basé au Colorado aux États-Unis, d'être resté dans le même sillage pour BTS.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


La relation unissant Chloé à Rachel constitue le cœur de l'aventure.
Éveille-toi, cher cœur

De la fresque adulescente intimiste et surnaturelle dépeinte dans Life is Strange, Before the Storm entretient l'intimité et marginalise la dimension surnaturelle. Chloé, âgée de 16 ans, doit apprendre à gérer la mort de son père dont on sait qu'elle ne se remettra jamais vraiment. Pleine de vitalité et bien plus caractérielle et mutine que Max, la jeune fille cherche sa place dans une vie où tout semble lui échapper. Ce passage à l'âge adulte, ce moment où it's okay not to be okay est présenté avec une authenticité attachante qui nous pousse à réviser notre jugement sur la Chloé de Life is Strange, continuellement dissidente. Le calme avant la tempête.

L'impossibilité de remonter le temps apporte de nouveaux enjeux. Le côté permanent des décisions prises par Chloé nous invite à prêter attention aux conversations et à sélectionner avec application les choix rarement innocents de l'adolescente. La plupart des scènes emblématiques de la préquelle s'accotent d'ailleurs au système de choix. Repositionné vers le jeu d'aventure narratif, Deck Nine Games, auparavant connu sous le nom d'Idol Minds, a conçu un outil propriétaire du nom de Story Forge permettant de concevoir et de visualiser efficacement des embranchements narratifs complexes. C'est d'ailleurs ce moteur prédictif qui a convaincu Square Enix de confier la préquelle à ce studio plutôt qu'à un autre.

Parfois plus encore que dans LIS, certaines séquences de BTS subliment l'immersion par les interactions captatives qu'elles mettent en scène. On pense notamment au jeu du rôle du premier épisode que l'on doit à Christopher Means ou encore à la pièce de théâtre du deuxième. Ces deux moments, savamment narrés et d'autant plus intenses que le joueur ne peut revenir en arrière, touchent à la quintessence de ce que Before the Storm est en mesure d'offrir.

Davantage que la transcription d'une vie lycéenne à l'américaine, l'aspect teenager est donc ici au service exclusif d'une unique personne : ou plutôt, de deux.

Le prix de la vanité

Car si Before the Storm a pour personnage principal Chloé Price, la préquelle se consacre au moins autant à Rachel Amber. Belle, intelligente et charismatique, la Laura Palmer d'Arcadia Bay éclipse Chloé à de nombreux endroits. La structure condensée de ces trois épisodes nous empêche malheureusement de nous y attacher durablement. Difficile en effet de passer devant Chloé qui a eu cinq épisodes pour nous séduire et qui en gagne trois nouveaux pour étoffer sa personnalité là où Rachel doit tout à la fois être introduite, développée et menée à son terme en seulement trois épisodes.

Par manque de temps, la production joue la carte de l'intensité. Tout va vite, très vite, trop vite. La rencontre entre les deux jeunes femmes intervient moins de trente minutes après l'ouverture du premier épisode et il est déjà possible de déceler de premiers sentiments une heure après. Même si l'on peut en partie justifier cette diligence par la nature exacerbée des sentiments que l'on ressent à cet âge-là, il demeure que l'omniprésence de Rachel, aussi flamboyante soit-elle, ne sera pas au goût de tous.

Le destin scellé des deux lycéennes tend en outre à relativiser sinon à tempérer l'ardeur de la narration qui nous est servie. Sans en dire trop, la préquelle nous confronte périodiquement à des actes et décisions censés être déterminants dans la vie des deux protagonistes mais rendus caduques par l'existence même de Life is Strange. Ces situations, amplifiées par des musiques larmoyantes de circonstance, ne manqueront pas de vous faire lever les yeux au ciel.

Au surplus, on regrettera aussi que la dimension surnaturelle soit si peu étayée. Déjà bien vite balayée dans LIS, cette dernière n'est dans BTS qu'un vague prétexte pour nous indiquer que le corbeau est le totem de Chloé ainsi que pour nous faire mesurer l'explosivité latente de Rachel. La construction de la ville d'Arcadia Bay sur un ancien territoire amérindien inciterait pourtant à creuser la relation que ses habitants actuels entretiennent avec la nature et les pouvoirs éventuels qui en découlent.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Plus interactifs que les photos de Max, les tags de Chloé font honneur à son espièglerie.
Vandalisme récréatif

En sa qualité de jeu d'aventure à narration interactive, Before the Storm répartit ses trophées entre narration et interactions. À l'instar de LIS, la préquelle fait preuve de libéralisme au niveau des choix adoptés par le joueur, aucun embranchement n'étant privilégié au détriment d'un autre. Chaque action ou conversation peut ainsi être abordée sereinement, la seule complétion d'un épisode balisant la liste à trois reprises d'un trophée (Or) .

Le reste de la liste s'appuie sur le système de tag dont nous avons parlé précédemment. Accessibles quelles que soit les ramifications empruntées, les spots se découvrent généralement tout naturellement au fil de l'errance existentielle de Chloé. Quelques-uns sont un peu plus camouflés ou nécessitent une ou plusieurs interactions mais rien d'insurmontable en soi. On saluera la malice déployée dans les propositions d'inscription toujours parfaitement raccord avec la personnalité de l'adolescente.

En cas d'omission, les différents chapitres d'un même épisode peuvent être revisités à loisir à travers le mode collectionneur institué dans LIS. Reprise à l'identique, cette fonctionnalité conserve les objets découverts et tags effectués lors d'un passage ultérieur sans enregistrer les décisions actées en chemin. De cette façon, la progression narrative découlant des choix ne se retrouve pas compromise pour les épisodes suivants, le fichier de sauvegarde étant uniquement enrichi des collectes.

Cerise sur le gâteau, les intitulés mêmes des trophées révèlent un travail de recherche sur le sens des formules choisies, signifiantes dans leur version originale comme dans leur traduction française.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

Life is Strange : Before the Storm est le récit de ces rencontres qui changent une vie. Ne bouleversant en rien la recette qui a fait le succès de la licence, il substitue à la capacité de remonter le temps de Max les piques insolentes de Chloé. Tête de lard aussi fragile que bornée, l'adolescente porte sur ses seules épaules la légitimité d'une préquelle revendiquée et assumée comme du fan-service. Si le jeu possède ses moments de grâce, il n'égale qu'à de rares occasions l'intensité émotionnelle de la première saison, la faute notamment à quelques longueurs et à un épilogue tracé d'avance. La nature de votre affection pour son univers déterminera si l'achat est (in)dispensable.

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série