Test : Illusion : A Tale of the Mind


Illusion : A Tale of the Mind
  • 0
  • 2
  • 17
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des 100%

Illusion : A Tale of the Mind

ps4


19 trophées au total
13 trophées cachés

4 joueurs possèdent ce jeu

100% par : 0 joueur (0 %)
Note du jeu
10/20
Discuter du test

Test du jeu
Illusion : A Tale of the Mind

  • Test rédigé par Crocdeloup le 22-07-2018 - Modifié le 22-07-2018



Introduction


“Il suffit d’un atome pour troubler l’oeil de l’esprit.” Shakespeare
Aux commandes de Illusion : A Tale of the Mind (abrégé en ATOTM pour la suite), se trouvent l'éditeur Ravenscourt (Kona), et les canadiens de Frima Studio, déjà à l'oeuvre sur Chariot et plus récemment sur la réalité virtuelle avec Fated : The Silent Oath. Cette fois, ils délivrent un jeu de plateformes ponctué d'énigmes visuelles en trompe-l’œil.

Cette idée de gameplay prend forme en France, dans le cirque des années 20. Mais, comme le titre l'indique, le jeu se déroule au sein d'un esprit. Celui de Euclide, homme dont la force surhumaine impressionne quotidiennement les spectateurs. Le joueur incarne cependant Emma, jeune fille amnésique perdue dans cet étrange endroit. Accompagnée de Toupin, peluche douée de vol et de parole, elle devra se frayer un chemin entre la réalité et les illusions d'une histoire guère joyeuse.

Contenu du jeu


À vous de transformer les obstacles en aide, les casses-têtes en solutions.
Divisée en trois chapitres, l'aventure se restreint à 3 ou 4 heures de jeu, dépendant uniquement de votre rapidité à résoudre les nombreux puzzles. D'une durée assez équivalente, tous présentent des collectibles en majorité offerts par la narration. Ces derniers peuvent être visionnés dans le menu, qui jouit d'un soin surprenant et très appréciable. Dommage qu'il n'y ait guère plus de navigation à faire, car passé l'histoire et la traditionnelle galerie, c'est fini, et cette petite sensation de légèreté n'est guère chassée dans le jeu.

Trois phases peuvent être distinguées : la progression "normale", les courses et les énigmes. Les deux premières n'étonneront guère pour un plateformer, et la troisième prendra plusieurs formes, toutes relativement simples. Elles vous demanderont toujours de manipuler des éléments afin de ramasser tous les fragments d'un miroir ou d'un objet pour déverrouiller l'étape suivante. La frustration reste minime et garantit une progression fluide. Toutefois, leur principe et le déroulement de l'aventure demeurent assez répétitif et le challenge faible. À part avancer au fil des énigmes dans les niveaux labyrinthiques, qui susciteront la mémoire pour éviter la perte du chemin, il n'y a pas matière à s'attarder.

Côté narration, l'intrigue tiendra agréablement le joueur jusqu'à la fin. Avec un ton faussement enfantin, elle aborde certains sentiments et leurs conséquences sur soi comme autrui. Le sujet imprègne parfaitement l'aventure, dans son développement comme son fonctionnement. En effet, tout est pensé pour représenter ce thème ou faire écho à un bout d'histoire qui a déjà été révélée ou le sera plus tard... Sans violence mais sans trop arrondir les angles non plus, Illusion ATOTM propose une histoire réelle, qui touchera sans pourtant s'épancher dans l'émotion.

Image

 

Note : 2/5

Aspect technique du jeu


Les cinématiques façon vieilles pellicules de cinéma.
Aussi intelligemment pensé que agencé, le jeu est une (trop petite) merveille dans sa construction des niveaux. Les graphismes soutiennent la conception et résolution des énigmes et inversement. La caméra éloignée offre une bonne vision de la zone sans pour autant permettre de se repérer trop facilement. On profite du décor en retrait, et pourtant les angles morts font surgir des éléments (surtout lors des courses) qui nous y plongent facilement. L'univers du cirque est bien intégré et les graphismes, loin des standards PS4, sont toutefois maîtrisés et dégagent ce charme maladroit si particulier aux indés.

L'ambiance est au rendez-vous. Tantôt inquiétante avec ces échos fantomatiques qui se répercutent sur les murs du silence, tantôt mélancoliques suivant la dérive des chaleureux ou tristes souvenirs. L'immersion est certes réussie mais la bande-son passe en retrait, laissant un calme trop plat combler les errances de chacun. Le doublage caricatural saura séduire, à la manière d'un conte qui nous est relaté, à l'abri sous une couette, ou celui que l'on narre justement à nos enfants.

À la fois sombre et coloré, l'environnement se révèle avec notre conscience d'adulte mais se teinte de l'innocence du personnage et de sa facilité déconcertante à appréhender les illusions. Certes, le plaisir des yeux demeure relatif, mais le travail ici fourni est à la hauteur du titre et sert admirablement son propos. Les cinématiques renvoient aux travaux des frères Lumière, le menu et éléments à l'art nouveau, ancrant ainsi le contexte dans une familiarité plutôt rare pour nous français.

Image

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Lumière, illusion d'optique, toutes les énigmes renvoient à la perception.
Les énigmes ont beau ne poser presque aucune difficulté, le plaisir de les résoudre et de progresser est bien là. Il y a de quoi stimuler ses neurones sans les chauffer. Illusion ATOTM en ressort avec un côté ludique et posé qui le rend agréable à faire. Les développeurs se sont amusés avec l'environnement pour le bonheur des joueurs, et la découverte se produit avec une petite dose de ravissement. Pour le début. Le deuxième chapitre commence à tirer sur la corde de la répétitivité tant il balade le personnage. Et le troisième, vous risquez de vouloir le finir au plus vite. Il n'est pourtant pas inintéressant, au contraire, puisqu'il présente un changement de rythme bienvenu.

Malheureusement, c'est le gameplay qui plombe surtout la donne. Comme la jeune Emma qui halète incessamment, l'imprécision des déplacements et le manque de maniabilité alourdissent l'aventure et causent l'agacement. Un obstacle survient durant une course ? Il va falloir recommencer et anticiper, ça sera toujours plus facile et rapide que de le contourner. Quelques morts vous étonneront sûrement. L'angle de la caméra est à blâmer, Toupin et sa magie à remercier. L'ensemble reste toutefois correct.

Même si les fils de narration se démêleront rapidement, l'histoire reste plaisante à suivre. En grande partie justement grâce au soin de la direction artistique. Niveau rejouabilité, on appréciera de revoir les décors en détails, de comprendre désormais à quoi ils font référence, mais c'est une envie faible opposée aux autres défauts.

Image

 

Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Pas de pression lors de cette course ? Le speedrun va changer la donne.
Comparé à ce qui se fait dans le milieu narratif et/ou indépendant, Illusion ATOTM aurait bien mérité son petit platine. Composée de 19 trophées, cette liste en affiche 13 immanquables liés à l'histoire (les cachés). Ce qui nous laisse 5 dédiés à des actions spécifiques et 1 speedrun. À noter tant c'est rare, malgré la présence de collectibles, le titre n'oblige en rien une récolte complète pour atteindre le 100%. Probablement, encore une fois, parce qu'il est difficile de les rater.

Ces quelques trophées viennent définitivement ajouter leur lot de challenge. La chasse augmente ainsi l'intérêt du titre et le temps de jeu, mais vient malencontreusement appuyer sur tous ses défauts. En demandant au joueur de réussir sans trop mourir, de faire preuve de précision et de vitesse lors des phases de plate-formes, le titre rappelle sans cesse sa maniabilité défectueuse et sa répétitivité. La concentration et plusieurs essais, rendus très frustrants à cause du manque de rechargement de checkpoint et de sélection de chapitres, seront donc de mise. Véritable point noir de cette liste qui s'annonçait pourtant divertissante et permet de redécouvrir le jeu avec les clés de la narration en main.

Ceci dit, en vue de décrocher (Argent) Expliquez l'histoire maintenant, le speedrun, la chasse invite naturellement le joueur à une ou plusieurs autres parties, puisqu'il faudra bien mémoriser les solutions et chemins à emprunter. Ceux qui aiment le challenge trouveront donc ici assurément leur pied. Les autres peuvent retrousser leurs manches et aiguiser leur patience pour atteindre le 100%.

Image

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
10/20

Touchant dans sa maladresse mais navrant dans son gameplay, Illusion ATOTM joue toutes ses cartes sur sa direction artistique soignée. Elle sublime la narration et révèle des niveaux bien construits, ce qui devrait plaire aux yeux curieux et aux amateurs d'énigmes tranquilles. Un univers court mais inspiré, qui contre-balance des mécaniques très répétitives. Et une liste qui augmente le challenge d'un cran.

Je recommande ce jeu :
Aux curieux