Test : God of War


God of War
  • 1
  • 5
  • 9
  • 22
Note des joueurs :
4.8/5 - 133 notes
Note des platineurs :
4.7/5 - 82 notes

God of War

ps4


37 trophées au total
14 trophées cachés

4797 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 2449 joueurs (51 %)
100% par : 2449 joueurs (51 %)
Note du jeu
19/20
Discuter du test

Test du jeu
God of War

  • Test rédigé par Aelon le 28-04-2018 - Modifié le 28-06-2018


Introduction


Kratos se bat désormais aux côtés de son fils Atreus, la relation père-fils étant le fil conducteur de ce nouveau God of War.
Image

Le 17 mars 2010 sortait God of War III, dernier jeu numéroté de la licence déjà devenue culte sur PlayStation et concluant les aventures de Kratos face à son père Zeus, roi des dieux de l'Olympe. Après avoir achevé sa vengeance, c'est un Kratos fort mal en point que nous quittions, et que nous pensions ne plus revoir. Pourtant, plus de 8 ans après, la PS4 voit arriver un tout nouvel opus dans la suite directe de GoW III.

Depuis son annoncée, l'attente se faisait de plus en plus longue, les espoirs de profiter d'un nouveau God of War grandissaient, mais le jeu se faisait discret. Sobrement intitulé God of War, ce nouveau jeu signe le retour de Kratos, mais également un renouveau total de la licence, avec de très lourdes modifications dans le gameplay. Il ne s'agit plus que d'un simple beat'em all, puisque des éléments de RPG ou d'action/aventure débarquent.

Pour résumer l'histoire sans trop dévoiler l'intrigue, après avoir tué Zeus, Kratos s'est retiré au Nord, à Midgard, où il a rencontré Faye. Cette dernière deviendra sa femme, et les deux auront un enfant, un fils qu'ils appelleront Atreus. Le jeu commence après la mort de Faye, lorsque Kratos et Atreus s'attellent à préparer ses funérailles. Si tout semblait trop calme, le chaos surgira brusquement sous la forme d'un étranger connaissant la véritable nature de Kratos (à savoir un dieu si vous n'avez jamais joué à un God of War) et s'avérant être très puissant. Contraint et forcé de bouger de leur foyer, Kratos décide d'accomplir la dernière volonté de sa femme : apporter ses cendres au sommet de la plus haute montagne des neuf royaumes.

Contenu du jeu


Véritablement plus poussé vers un aspect RPG, Kratos peut s'équiper de différentes pièces d'armures, de compétences, de runes et peut même améliorer le tout aux différentes forges disponibles un peu partout dans le jeu.
Image

Nouvelle contrée, nouvelles zones ! Finie la Grèce antique, place aux Royaumes du Nord, tels que décrits dans la mythologie nordique. Midgard, la zone principale du jeu, est découpée en plusieurs zones que vous pourrez parcourir sans aucun temps de chargement. Toutes sont liées par la zone centrale de ce nouveau God of War : le temple de Týr. Il s'agit d'une pierre angulaire à toutes les zones du jeu, permettant notamment de vous déplacer d'un royaume à l'autre. Oui, vous avez bien lu : puisqu'il existe 9 royaumes dans la mythologie nordique, cet opus vous propose d'en visiter plusieurs (je vous laisse la surprise de découvrir combien exactement). Bien évidemment, tous les royaumes sont peuplés de créatures hostiles à Kratos et Atreus, l'occasion pour ces derniers de se battre sans arrêt. Entre Draugar (des mort-vivants pour faire simple), ogres, trolls, elfes, il y en a pour tous les goûts. Le bestiaire du jeu, assez complet, est surtout très typé, ce qui vous permettra de vous adapter selon l'ennemi en face de vous.

Afin de toujours plus tuer et libérer le chemin vers votre objectif final, Kratos dispose d'une nouvelle arme : la hache Leviathan. Il s'agit d'une arme basée sur la glace (à l'inverse des lames emblématiques des anciens jeux basées sur le feu) qui peut revenir à la main de Kratos lorsqu'il l'appelle, tel un boomerang magique. Vous pourrez également vous servir de vos poings ainsi que d'un bouclier rétractable afin d'appréhender au moins les combats, certains ennemis étant invulnérables à votre hache. Pour information, il existe une seconde arme acquise dans le jeu, et si vous n'avez pas consulté un guide afin de vous spoiler, je vous suggère de garder l'effet de surprise intact. Mais, désormais, Kratos n'est plus seul ! En effet, son fils Atreus est bien moins à l'aise que son père au combat rapproché mais excelle dans l'art de l'arc. Vous pourrez donc faire appel à lui au combat afin qu'il tire sur l'ennemi que vous visez et lui inflige des dégâts, l'interrompe dans son attaque, ou bien augmente sa jauge d'étourdissement afin de vous laisser asséner un coup redoutable.

Tous vos équipements, à savoir protège-torse, bras et taille, vos armes, ou l'équipement d'Atreus, peuvent être améliorés à la forge moyennant finance ou ressources trouvées dans tout le jeu. Un système de niveau fait son apparition, avec désormais la possibilité de monter le niveau de Kratos (voir image ci-contre) et ainsi gagner en dégâts, résistance, etc. Les ennemis du jeu ont tous un niveau qui vous permet de savoir si vous vous apprêtez à mener un combat équitable ou presque perdu d'avance, les jauges de vie ont une couleur différente en fonction de la menace de l'ennemi. Enfin, vous obtiendrez très régulièrement des compétences pour vos attaques, ces dernières pouvant elles-mêmes être améliorées contre de l'expérience.

Car, à l'instar des anciens God of War, un système d'expérience est toujours de la partie. Il s'agit plus d'une seconde monnaie, puisque l'expérience s'échange contre l'acquisition de nouveaux pouvoirs ou l'amélioration de compétences d'armes (comme mentionné juste auparavant). Le jeu est très généreux en gain d'expérience, si bien que vous n'aurez aucun mal à vite être bien amélioré... Pour peu que vous exploriez de temps en temps.

Grand changement de ce nouveau jeu estampillé GoW, un système de quêtes fait son apparition. Vous aurez en plus de ces quêtes des défis avec paliers (par exemple tuer X elfes) offrant de l'expérience, mais les quêtes sont intégralement scénarisées et vous emmènent là où l'aventure principale ne compte pas vous emmener. Ces quêtes nécessitent pour la plupart d'explorer les différents royaumes, car cette fois-ci, vous pouvez vous déplacer librement dans l'environnement, et n'êtes plus contraint d'avancer dans des couloirs avec retour progressivement interdit. Cet immense changement mérite vraiment d'être souligné, car il modifie complètement la façon d'appréhender un God of War, et c'est une pure réussite.

Sachez qu'il existe 8 boss cachés (mais dont la position est révélée à la fin de l'aventure principale pour vous pousser à aller plus loin), à savoir des Valkyries emprisonnées par Odin. Chacune d'entre elles est un véritable défi qui nécessitera une longue préparation afin d'éviter de mourir en quelques secondes.

Comptez plus de 30 à 40 heures pour venir à bout du contenu de ce God of War, un gigantesque gain de temps par rapport aux précédents opus. Qu'on se le dise, ce nouveau jeu est plus riche, complet et dense qu'aucun autre God of War avant lui.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Comme ses prédécesseurs, God of War sur PS4 crée un nouveau pic technique sans commune mesure à l'heure actuelle. Le jeu tourne en 1080p et 60 fps constants sur Pro, et tout l'aspect technique n'aura de cesse d'époustoufler le joueur
Image

Note de la rédaction : le jeu a été testé sur une PlayStation 4 Pro. Toutes les performances techniques constatées ne sauraient ainsi forcément s'appliquer aux PlayStation 4 classiques.

C'était à prévoir, mais cette itération de God of War sur la PlayStation 4 explose tous les standards techniques mis en place jusque-là sur la console. C'est bien simple : le jeu est plus beau, plus détaillé, avec une bande son irréprochable et un gameplay exceptionnel.

Afin de justifier ces superlatifs, commençons par les graphismes. Avec un niveau de détail extraordinaire, que ce soit dans l'environnement (neige, végétation, animaux ou ennemis), mais aussi et surtout pour les personnages avec un Kratos plus réaliste que jamais, God of War ne faillira jamais à l'écran visuellement et vous fera passer d'un émerveillement à l'autre.

Grâce aux différents royaumes visités, les environnements jouissent de couleurs vives ou ternes selon l'ambiance voulue, avec des jeux de lumière très nombreux et systématiquement justes. Monde de lave, plongé dans l'obscurité à cause d'une lumière faiblissante... Les lieux modélisés sont tous si détaillés et pourtant si distincts les uns des autres. Même lorsqu'il y aura une abondance de détails à l'écran, le jeu tiendra bon et ne saccadera quasiment pas.

Le level design du jeu est également à saluer, car étant le premier des God of War avec déplacement libre dans l'environnement, les développeurs ont du redoubler d'imagination. Chaque zone est ainsi pensée pour vous permettre de la visiter avec aller-retour, mais avec des éléments souvent impossibles à atteindre tôt dans le jeu. En effet, plusieurs pouvoirs sont débloqués dans l'aventure et offrent de nouveaux passages dans des zones visitées parfois au début du jeu. Mélange de couloirs et de zones plus larges verticalisées, le level design du jeu est excellent pour un premier jeu en simili open-world.

Vous avez en outre la possibilité sur PS4 Pro de choisir entre Résolution pour jouer en 4K | 30 FPS, ou Performance pour jouer en 1080p | 60 FPS. En choisissant la seconde option, le jeu demeure alors complètement fluide sans trop perdre niveau visuel et vous offre alors des combats ultra dynamiques et simples à suivre.

La bande son est toujours à la hauteur des anciens jeux de la licence. Assez discrète en exploration, elle explosera lors des combats et notamment ceux de boss. Association de chœurs, de cordes ou d'instruments à vents rendant un effet épique approprié à la situation, votre adrénaline montera progressivement durant l'un de ces combats, emporté par la musique. Les doublages sont excellents, le jeu ayant été testé en version française qui n'a honnêtement rien à envier à la version originale. Le doubleur de Kratos lui offre un aspect plus dur, renfermé et autoritaire, tandis que la voix d'Atreus souligne la candeur du fils du dieu de la guerre. Enfin, mention spéciale aux bruitages qui subliment chaque environnement visité et détaillé afin de parachever ce magnifique tableau en créant de vraies atmosphères.

Le gameplay, grand changement par rapport aux anciens God of War, s'avère finalement convaincant et plus viscéral que jamais. Vous êtes désormais plus proche de Kratos et ressentez ainsi bien plus la violence de ses coups. La possibilité de lancer et rappeler sa hache Leviathan tel Thor avec son célèbre marteau Mjöllnir renforce la dynamique des combats, puisque vous avez la possibilité de geler un ennemi atteint par la hache avant de vous jeter dessus pour tenter de le briser en mille morceaux. Chaque attaque ennemie visible à l'écran dispose d'un indicateur qui change de couleur selon que vous pouvez parer le coup ou non (jaune si parable, rouge si imparable).
Enfin, des indicateurs au niveau de la taille de Kratos vous permette de suivre les ennemis ou attaques hors champs, avec différents codes couleurs pour avertir d'une attaque au corps-à-corps ou à distance imminente. L'association entre le père et le fils ajoute une vraie profondeur à ce gameplay, puisque les flèches d'Atreus influent le cours de certains combats. Comme présenté précédemment, ce dernier peut immobiliser un ennemi, arrêter une attaque en préparation ou étourdir complètement un ennemi. Lorsque vous aurez bien pris en main ce nouveau système de combat, le gameplay vous offrira de grands moments de satisfaction tant les combats deviennent plus hargneux qu'auparavant, avec notamment des ennemis hors-champs (ce que la caméra des anciens GoW ne permettait quasiment pas d'avoir, sans que cela soit un défaut bien évidemment).

L'IA reste fidèle à un beat'em all, à savoir que certains ennemis sont juste là pour servir de chair à canon tandis que d'autres vous pousseront à plus aviser avant de frapper. Enfin, dernier très gros point fort, aucun bug ou glitch n'a été constaté, et les développeurs veillent tout de même au grain en sortant régulièrement des petits patchs correctifs au cas-où.

Si vous en doutiez encore, ce God of War pose de nouveaux standards techniques dans de nombreux domaines tant l'aspect technique brille par ses qualités mais aussi par l'absence de défaut.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Profitant de la mythologie nordique et de l'existence de différents royaumes superposés, le jeu vous fera voyager à travers plusieurs zones radicalement différentes les unes des autres.
Image

Cela va de soi compte tenu la grande qualité des différentes composantes déjà abordées, mais God of War est un plaisir à jouer total et constant.

La narration et la façon de placer la caméra durant certains instants épiques, les combats viscéraux, les environnements variés et si détaillés, la bande son aussi parfaite : tout ce mélange contribue à créer moment de plaisir sur moment de plaisir manette en mains. Sans dévoiler l'intrigue afin de réserver la surprise des différents grands ennemis rencontrés, sachez que ce jeu aborde un autre aspect de notre cher Kratos. Si ce dernier était jusque-là quasiment invulnérable, sorte de force de la nature détruisant aveuglément tout sur son passage, il devient désormais vulnérable, plus humain. En effet, le dieu de la guerre grec est tout d'abord plus vieux et donc moins dans la force de l'âge (quoi qu'il reste très, très fort), mais il a désormais quelque chose à perdre : son fils. Kratos ne part d'ailleurs pas pour tout casser mais pour répandre les cendres de sa défunte épouse avec son fils et cherchera constamment à garder ce dernier en sécurité malgré les obstacles progressivement plus mortels.

Sans trop la détailler pour respecter les surprises de l'histoire, la dynamique entre Kratos et Atreus est l'un des plus grands points forts de ce jeu lors de sa découverte. Le fils est candide, naïf et innocent vis-à-vis du monde, ne connaissant d'ailleurs pas la vraie nature de son père et donc la sienne. Atreus apporte la touche d'humanité et de gentillesse qui manquent à Kratos, ce dernier étant marqué par tous les traumatismes vécus ainsi que par la volonté de resté concentré pour mener à bien leur mission. Toutes les phases d'escalade permettent de montrer le lien qui unit les deux (Atreus s'accrochant à son père), tandis que de très nombreux dialogues viennent apporter énormément à leur relation, notamment en barque.

Le jeu est un pur plaisir à découvrir avec son lot de challenges, Kratos devenant progressivement plus fort grâce à ses compétences, son équipement de plus en plus résistant ou ses runes avec effet plus que bénéfiques. Vous pourrez choisir LE Kratos que vous préférez selon votre style de combat, à savoir jouissant de bonus lors de parades parfaites, d'attaques runiques, d'éliminations, etc. Tous les différents bonus du jeu permettent de suffisamment personnaliser votre personnage afin d'optimiser vos combats. N'hésitez pas à diverger de la route principale afin de faire des missions secondaires riches en récompenses uniques. Attention cependant : le jeu devient pleinement open-world une fois assez avancé dans l'histoire, puisque la plupart des zones sont pensées pour des joueurs en quête de challenges supplémentaires après la fin du jeu. Les zones optionnelles risquent fort de vous mettre en grande difficulté si vous y allez trop tôt.

Une fois l'histoire principale terminée donc, vous aurez encore fort à faire, avec divers royaumes jonchés de défis pour les joueurs en fin de jeu, des affrontements face aux Valkyries taillés pour les meilleurs équipements, ou tout simplement pour faire les missions secondaires que vous auriez raté jusqu'ici.

Sachez que le jeu est suffisamment bien pensé pour ajouter une option permettant de récupérer des objets clés que vous auriez oublié de ramasser. Oui, le jeu se veut le moins frustrant possible en dehors des combats afin de vous laisser pleinement profiter du cœur du jeu : ses combats.

S'il faut trouver un bémol, il en y a un à relever. Bien que trop faible pour venir handicaper la notation de cette section, il faut noter que ce God of War manque d'affrontements épiques comme on en trouvait jusque-là dans les GoW, surtout à partir du II. La majorité des boss du jeu sont des trolls, à savoir des géants portant une immense pierre, et les affrontements demeurent ainsi presque tous identiques puisque Kratos achèvera cet ennemi de la même façon quoiqu'il arrive. Qu'on se rassure, les Valkyries viennent apporter des combats très techniques, variés et plaisants à jouer, bien que dépourvus de mise en scène.

Mais qu'importe, les quelques affrontements épiques sont réussis, et tout le reste du jeu apporte assez de plaisir à jouer pour oublier ce petit défaut.

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Les trophées poussent à quelques explorations extrêmes ou à des répétitions, mais dans l'ensemble, le tout se fait avec grand plaisir tant on en redemande. Le véritable 100% du jeu reste ici ouvert aux joueurs les plus aventureux.
Image

Concrètement, la liste de trophées du jeu vous invite à explorer au maximum tout le jeu. Vous serez ponctuellement récompensé à mesure que vous avancez dans l'histoire principale, une habitude dans les listes de trophées. En dehors de ces récompenses liés à l'histoire, Kratos et Atreus devront complètement aider Brok et Sindri, les deux nains forgerons. Il s'agit ici de finir toutes les missions secondaires liés à vos deux compères.

De plus, vous devrez optimiser Kratos (barre de vie et jauge de rage), confectionner deux armures spéciales, tuer un grand nombre d'ennemis, améliorer vos armes, libérer des dragons, etc. Tout ceci s'effectue en explorant avec assiduité les différents environnements, notamment en réussissant les petits mini-jeux liés aux coffres des Nornes, des coffres se déverrouillant en brisant 3 sceaux cachés non loin d'eux.

Il vous faudra également pleinement visiter et terminer les deux royaumes optionnels : Muspellheim et Niflheim. Ces deux royaumes impliquent de véritables changements par rapport aux autres, à savoir succession d'arènes avec défis progressivement plus difficiles, ou environnement avec handicap très lourd. Ces deux royaumes s'adressent aux joueurs très bien équipés et bien améliorés sous peine d'y mordre la poussière en quelques instants.

Le seul point noir de cette section, et même de tout le jeu, ce sont les collectibles. Vous trouverez dans ce God of War énormément de coffres, de corbeaux d'Odin à tuer, de fresques, etc. Et les trophées vous demandent beaucoup sans aller trop loin non plus. Il vous faudra notamment trouver toutes les fresques, tous les artefacts, tuer tous les corbeaux d'Odin, trouver tous les trésors liés aux cartes au trésor, ainsi que farmer légèrement dans Niflheim. Bref, l'exploration est quelque peu poussée à l'extrême, mais fort heureusement, le jeu ne demande pas le vrai 100% pour obtenir son platine.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
19/20

Magistral, ce God of War marque le début d'une nouvelle saga sur PlayStation 4 avec un succès retentissant. Plus viscéral, humain, réaliste, détaillé et riche que jamais, ce petit chef d'oeuvre s'adresse à tous. Son platine exige un peu de persévérance mais reste tout à fait abordable et plaisant à jouer. Un incontournable de la PS4, tout simplement.

Je recommande ce jeu :
À tous