Test : Gal*Gun 2


Gal*Gun 2
  • 1
  • 4
  • 14
  • 18
Note des joueurs :
5/5 - 3 notes
Pas de note
des platineurs

Gal*Gun 2

ps4


37 trophées au total
0 trophée caché

32 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 15 joueurs (47 %)
100% par : 15 joueurs (47 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
Gal*Gun 2

  • Test rédigé par yuutsu le 12-04-2018 - Modifié le 12-04-2018


Introduction


Un ange, une démone, l'amie d'enfance et la tsundere : les ingrédients du shojo déjanté à la Gal*Gun.
Suite directe de Gal*Gun : Double Peace, Gal*Gun 2 nous replonge dans l'univers déjanté d'un lycée japonais. Humain lambda, vous remarquez un jour sur votre portable une application dont vous n'avez aucun souvenir. Est-ce vous qui l'avez installé ? Mais si c'est le cas, quand ? En voulant lancer l'application, un ange vous apparaît alors. Nommée Risu, ce dernier requiert votre aide pour chasser les démons qui ont pris possession des filles de l'école. Pour vous aider dans votre tâche, un aspirateur à démons et un casque VR vous permettant de voir les êtres surnaturels seront vos précieux alliés. Une mission simple... Si votre équipement ne vous infligeait pas une aura de popularité qui attire à vous des lycéennes (et enseignantes) éperdues d'amour et prêtes à arracher vos vêtements.

Les joueurs ayant connu Gal*Gun : Double Peace ne seront pas dépaysés. On retrouve le lycée du précédent opus ainsi que plusieurs personnages. L'humour complètement barré du premier volet continue sa sauce dans Gal*Gun 2 en proposant une nouvelle histoire où le duel entre les anges et les démons demeure le cœur du scénario. Ça et un aspect ecchi totalement assumé avec son lot de lingerie féminine.

Risu : Désolé tu es mon seul espoir... Enfin j'avoue, je t'ai choisi au hasard...

Contenu du jeu


Méfiez-vous des filles. Elles seront prêtes à vous frapper pour avoir votre attention.
J'ai déjà vu cette fille là quelque part...

Kurona : Kss kss. Quoi ? M'approche pas l'humain ! Je te connais pas, recule ! What the hell !

Gal*Gun 2 est un jeu pensé pour une expérience en solo. Pour les joueurs désireux de se lancer des défis, il est possible de relancer des missions via le mode Score Attack. Cette section n'est liée à aucun trophée, au contraire de Gal*Gun : Double Peace qui requérait de votre part d'atteindre un certain quota de réussite durant l'histoire.

Ici point de challenge lié à un quelconque score : vous êtes là pour profiter de l'histoire avant tout. Au premier abord elle peut paraître comme redondante à celle de Gal*Gun : Double Peace. Le récit se déroule dans la même école et les filles que vous croisez durant vos pérégrinations sont pratiquement toutes issues du précédent jeu. Autrement dit vous vous retrouvez en terrain connu : même les lieux ne sont pas sans rappeler ceux de Gal*Gun : Double Peace avec un graphisme plus poussé et quelques variantes. Néanmoins, le récit est tout autre avec de nouveaux personnages principaux comme l'ange Risu, votre voisine Chiru et votre meilleure amie Nanako.

On pourra déplorer que le héros que vous incarnez n'a pas de background réellement développé. Tout le contraire de celui de Gal*Gun : Double Peace qui avait même droit à un nom, à défaut d'un visage. Le héros de cet opus étant toujours porteur d'un simulacre de casque VR, on peut supposer que les développeurs ont souhaité que le joueur incarne le personnage, à l'image d'un livre dont vous êtes le principal protagoniste.

C'est ça, l'esprit de la jeunesse !

Héros : Je peux voir ta culotte d'ici...
Chiru : Pourquoi tu dis ça ? Nii-sama, pervers !

En plus d'un récit inédit demeurant dans l'esprit de la série, Gal*Gun 2 propose quelques variantes de gameplay. Là où le précédent proposait des tirs simples et basés sur les points faibles des personnages ciblés, sans compter le Doki-Doki mode qui vous permettait d'amener votre cible à l'extase, Gal*Gun 2 apporte quelques nouveautés dans le gameplay. Désormais vous pouvez aussi bien aspirer les démons que les vêtements de vos cibles via votre aspirateur de démons (ou Demon Sweeper en anglais). Le Lovestrike consiste à monter l'affection que vous porte une de vos cibles et de déclencher, après avoir empli la jauge, une onde de choc qui se propage à toutes les filles se trouvant aux alentours. Le Doki-Doki mode a même droit à une complète modification : désormais il vous faut extraire les démons d'une fille possédée jusqu'à lui faire retirer ses vêtements.

Gal*Gun 2 se veut plus coquin que son prédécesseur. Pour les joueurs souhaitant obtenir des screens dans cet acabit, le concept de rendez-vous leur plaira. Dès que vous avez le numéro d'une fille, après avoir maximisé votre affinité avec elle (en la goinfrant de sucreries) vous pourrez l'inviter chez vous... et lui faire prendre les poses que vous souhaitez. À vous les baisers infinis, les piétinements à coups de talons aiguilles et autres fantasmes. Néanmoins, Gal*Gun 2 ne plonge jamais dans le graveleux – vous ne verrez jamais plus qu'une culotte et un soutien-gorge. Notez que ces rendez-vous n'ont aucune influence sur l'histoire : ils n'apportent qu'un petit aspect coquin en plus et la possibilité de lire le background de chaque personnage.

Si vous avez adoré l'aspect rail-shooter de Gal*Gun : Double Peace, vous risquez d'être déçu car ce volet-ci l'a si bien modifié qu'il en devient presque inexistant. Fini le stress de massacrer le bouton (croix) pour attraper un objet situé à l'angle de la caméra. Vous êtes désormais maître de votre vision et ne changez de position que lorsque vous le désirez. Le jeu obtient alors un rythme tout à fait différent, bien moins nerveux mais où les ajouts de gameplay permettent de varier les sessions de tir. Reste à déplorer que le jeu peut se révéler répétitif à la longue, à l'image de Gal*Gun : Double Peace et ce malgré les multiples quêtes secondaires émaillant votre parcours. Il faut tout de même saluer le travail des développeurs qui ont su créer différentes types de missions, au nombre de trois, à savoir : les missions de tirs classiques, les recherches d'objets et les missions de défense où l'on doit protéger les personnages de démons.

Néanmoins, les huit fins possibles poussent à passer outre cette répétitivité afin de connaître toutes les voies possibles du scénario. Comptez environ 30 heures pour dénicher tous ces embranchements.

Héros : Mais où sont les autres étudiants masculins ?
Risu : C'est un mystère auquel même le Paradis ne peut pas répondre.

Gal*Gun 2 arrive à se détacher de Gal*Gun : Double Peace avec de nouveaux apports dans le gameplay, une modification globale de son système de jeu passant du classique rail-shooter à des séances de tir moins nerveux. On pourra déplorer un personnage principal bien moins développé ainsi qu'une influence moindre des choix de dialogues pour obtenir les différentes fins.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Cette petite démone est dangereuse quand elle se déplace en essaim. Aspirez-les !
Ouran host... Pantsu ?

Risu : Ah oui j'ai oublié de te dire que ton équipement t'inflige une aura populaire qui fait succomber toutes les filles...
Héros : Même les enseignantes ?

Gal*Gun 2 nous offre un visuel digne des animes de ces derniers années avec un aspect lisse et coloré s'accordant totalement à l'ambiance de l'univers. On retrouve un chara-design travaillé, aucun personnage ne ressemblant à un autre... jusqu'aux détails des sous-vêtements différant d'une fille à une autre. L'aspect graphique n'offre pas une claque visuelle mais on sent que les développeurs maîtrisent le style, le jeu n'accusant pas de bug sur cet aspect. Ni de bug tout court : les parties se déroulent sans accroc et c'est un plaisir de voguer dans les différents niveaux avec fluidité.

La bande-son se compose de plusieurs pistes bien travaillées voguant entre thèmes musicaux de personnages, sons punchy pour les combats de boss... Ce ne seront pas des musiques que l'on écoutera hors de ses parties, néanmoins elles collent à l'ambiance voulue, ponctuant allégrement l'histoire et l'avancée du joueur. Tout se conjugue pour fournir à Gal*Gun 2 toute l'allure d'une série d'animation japonaise type school life avec supplément coquineries lycéennes. Comme nombre de jeux à l'aspect dating-sim prononcé, Gal*Gun 2 n'a droit qu'à un sous-titre anglais et non français. Toutefois, le niveau est simple et la mise en scène aide à facilement comprendre le scénario qui, en soit, n'a rien de complexe.

Quant au gameplay, à l'image de son prédécesseur, Gal*Gun 2 présente une grande facilité dans sa prise en main. Le système de tir varie surtout selon l'utilisation du Demon Sweeper ainsi que le zoom activable par (triangle). Le jeu vous permet aussi de modifier votre angle de vue avec (L1) et (R1), un petit plus qui vous aidera grandement lors des missions de recherches d'objets. Ces derniers, bien dissimulés, ne seront perceptibles que si vous adoptez le bon angle de vue.

Chiru : J'ai joué à un jeu du genre. Le héros finissait par sortir avec les deux sœurs.

Gal*Gun 2 reste une expérience sympathique se parant de tout ce qui fait le charme d'un anime aussi bien sur le plan visuel que sonore. Se détachant même du style visual-novel, les personnages s'animent durant les phases de discussions, des images type illustrations ponctuent le scénario. Il est dommage que l'on ne puisse visualiser ces derniers dans une galerie comme c'était le cas dans Gal*Gun : Double Peace.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Ces deux filles ont plus en commun qu'on ne pourrait le croire de prime abord.
Le lycée des cœurs brisés

Héros : L'important c'était de savoir avec qui je finirai ma vie.

Huit fins vous tendent les bras : autrement dit, autant de parties que vous devrez mener, à minima, pour toutes les obtenir. C'est là tout ce qui vous poussera à jouer et rejouer à Gal*Gun 2 en plus des quêtes secondaires qui ont surtout, pour intérêt, d'obtenir les numéros de toutes les filles de l'école. Tout comme Gal*Gun : Double Peace, ce volet amuse surtout sur un temps court, la répétitivité des missions et du parcours opéré pouvant lasser sur le long terme. En effet, l'histoire contient un grand tronc commun quelle que soit la voie choisie, la fin ne modifiant que les dernières missions.

On déplorera aussi que les différents choix de dialogues n'offrent que des différences de réponses mais n'influencent en rien sur l'avancée de l'histoire.

L'abandon de l'aspect rail-shooter nerveux permet de rendre ce volet plus accessible. Le gameplay se décline en quelques touches : (L2) pour aspirer, (croix) pour tirer, (L1) et (R1) pour modifier l'angle de vue, (triangle) et (carre) pour zoomer. Un rapide tutoriel au début du jeu permet de saisir les différentes possibilités du jeu. Prêtez-y attention car après vous êtes jeté de plein pied dans le jeu et aucun rappel sur les touches ne vous sera donné ! Bien plus simple que Gal*Gun : Double Peace, la seule difficulté véritable de Gal*Gun 2 reste de savoir comment obtenir chaque fin proposée.

Héros : Est-ce que je peux sortir avec vous toutes en même temps ?
Risu : … Tu es vraiment bizarre, Maître.

Ne cherchant pas à devenir le jeu de l'année, Gal*Gun 2 fait partie de ces œuvres qui permettent de se détendre tout en riant de l'humour absurde d'un conflit anges et démons au sein d'un lycée. L'aspect coquin ne verse jamais dans les situations graveleuses, n'allant jamais plus loin que la suggestion et la vision de sous-vêtements. Gal*Gun 2 est même très sage comparé à des jeux bien plus versés sur cet aspect fan-service, comme une certaine licence nommée Dead or Alive.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Tous ces cœurs palpitants rien que pour vous...
Des bisous, des culottes, de la romance

Nanako : Pourquoi tu regardes sous ma jupe ?
Héros : C'est pour un trophée !

Trente-sept trophées, platine compris, composent votre chasse. Ceux-ci ne vous demandent pas d'obtenir de hauts scores en menant les missions. La plupart tomberont même d'eux-mêmes sans que vous en preniez conscience lors de votre première partie. Se faire embrasser cinquante fois, toucher un certain nombre de filles avec un Lovestrike ne sont qu'un bref aperçu des actions demandées. Si vous variez votre façon de jouer et que vous utilisez tout le gameplay à votre portée, les ¾ des trophées deGal*Gun 2 seront vôtres très facilement.

Les trophées qui vous demandent le plus de temps sont ceux liés aux fins (vous devez en obtenir six) et obtenir les numéros de toutes les filles. Ces derniers doivent être acquis via les missions secondaires mais, surtout, pour les filles principales en déclenchant certaines fins. Ainsi, pour obtenir le numéro de Risu, vous devez avoir la bonne fin avec elle, et ainsi de suite avec Chiru et Nanako.

À l'inverse de Gal*Gun : Double Peace, vous n'aurez plus à chasser les filles dans toutes leurs tenues afin de compléter entièrement leur profil – un trophée long et fastidieux s'il en est. Ce dernier a été remplacé par (Or) Walking Phonebook bien plus aisé à obtenir via les fins et les missions secondaires.

Risu : Que vas-tu faire avec tous ces numéros ?
Héros : Organiser une pyjama-party ?

En soit, chaque trophée a son utilité que ce soit pour vous récompenser d'avoir usé (ou d'avoir été une victime) d'une action un certain nombre de fois ou d'avoir exploré les différents épilogues proposés par le scénario. Les trophées relatifs aux conversations de Chiru et Nanako peuvent ennuyer rapidement, néanmoins ceux-ci réclamant simplement d'écouter les filles, seule la patience sera demandée.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

Proposant une nouvelle façon d'appréhender l'univers, Gal*Gun 2 égale son prédécesseur tout en accusant quelques retraits pas toujours avisés. Reste que l'expérience mérite d'être vécue comme un jeu sans prise de tête qui permet de souffler entre deux blockbusters. Saurez-vous relever le challenge de trouver toutes les fins ?

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine facile