Test : Final Fantasy XII The Zodiac Age


Final Fantasy XII The Zodiac Age
  • 1
  • 4
  • 10
  • 26
Note des joueurs :
4.9/5 - 46 notes
Note des platineurs :
4.8/5 - 24 notes

Final Fantasy XII The Zodiac Age

ps4


41 trophées au total
8 trophées cachés

1812 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 343 joueurs (19 %)
100% par : 343 joueurs (19 %)
Note du jeu
17/20
Discuter du test

Test du jeu
Final Fantasy XII The Zodiac Age

  • Test rédigé par Aelon le 05-09-2017 - Modifié le 23-05-2018



Introduction


Que l'on aime ou non, la série des jeux Final Fantasy est aujourd'hui connue dans le monde entier depuis des années. Avec un passage mitigé sur PlayStation 3, Square Enix avait proposé une version remastérisée du populaire Final Fantasy X tout d'abord sur PS3, puis sur PS4. Conforté par l'accueil des joueurs, la PlayStation 4 accueille l'un des Final Fantasy considéré comme le vilain petit canard de la série : Final Fantasy XII. 10 ans après sa sortie sur PS2, il s'agit ici d'une version remastérisée de la version International Zodiac Job System qui était sortie uniquement au Japon. Final Fantasy XII The Zodiac Age apporte ainsi son lot de nouveautés qui permet aux vétérans de la version PS2 comme aux néophytes de découvrir le jeu.

2 ans après l'invasion du royaume de Dalmasca par l'empire d'Archadia, un jeune orphelin, Vaan, décide de commettre un larcin dans le palais de Rabanastre, la capitale de Dalmasca. La situation tourne vite au chaos et, par le jeu du hasard, Vaan s'associera à deux pirates du ciel, Balthier et Fran afin de sauver sa peau. C'est alors en rencontrant l'héritière au trône de Dalmasca, la princesse Ashe, qu'un groupe se formera afin de tenter de protéger le royaume et tenter de faire tomber Archadia, car une guerre imminente menace le monde.

Contenu du jeu


Les gambits, véritable force du jeu, permettent de rendre autonomes, adaptables et extrêmement efficaces chacun de vos personnages afin de puiser le meilleur de chacun de leurs jobs. L'IA alliée est ainsi entièrement personnalisable.
Une aventure à travers le monde d'Ivalice

Final Fantasy oblige, il va y avoir à faire dans The Zodiac Age ! Le jeu vous propose de parcourir une vingtaine à trentaine de lieux, eux-mêmes subdivisés en plusieurs zones. En bon J-RPG, si le début de l'aventure est assez dirigiste dans sa progression et vous incite plus ou moins à avancer dans l'histoire principale, vous serez très vite libre dans vos déplacements afin d'explorer Ivalice. Des déserts entourant Rabanastre à la forêt mystique de Salika en passant par les gorges glaciales de Paramina, les environnements sont aussi nombreux que variés.

Parsemées de monstres dont la puissance augmente afin de vous proposer un challenge constant (sauf certaines zones qui sont clairement destinées à des niveaux élevés et dans lesquelles vous passerez un sale quart d'heure en arrivant trop tôt), les différentes zones du jeu sont truffées de trésors. La particularité de FF12, c'est que les coffres ont des points d'apparition précis, mais la plupart ont un taux d'apparition (parfois inférieur à 10%) et ont en plus un taux de butin (certains butins ultimes ont un taux d'apparition de 1% !). Vous devrez donc ouvrir régulièrement tous les coffres que vous trouverez afin de ne rien rater...

En dehors de la quête principale, The Zodiac Age propose quelques activités annexes. Vous pourrez ainsi effectuer des quêtes de chasse, 45 pour être exact, dans lesquelles il vous faudra trouver et tuer un monstre spécial, plus puissant que ses congénères. Les conditions d'apparition des cibles sont elles-mêmes des mini-quêtes, puisque certains monstres ne se montrent que face à des femmes ou face à un allié proche de la mort. Vers la moitié du jeu, vous pourrez en outre accéder aux monstres rares, une chasse "secrète" du jeu qui vous demande d'éliminer des monstres n'apparaissant que sous certaines conditions très précises (l'un d'eux ne se montre qu'après être resté au moins 30 minute dans sa zone, tout de même). Une petite quête de pêche vous permettra enfin de souffler un peu, bien que très anecdotique.

La nouveauté de The Zodiac Age par rapport à la version PS2 que certains joueurs ont pu connaître, c'est le mode Épreuves. Très justement nommé, ce mode vous invite à affronter 100 vagues d'ennemis avec possibilité de sauvegarder toutes les 10 vagues. Si les premières vagues sont simplissimes, vous allez vite déchanter à partir de la 60ème épreuve, et allez souffrir à partir du 90ème combat, croyez-moi. En plus d'offrir un challenge pour les joueurs les plus aguerris, il dispose de combats exclusifs face à des adversaires non rencontrés dans le mode normal.

Rajoutez à cela un New Game +, dans lequel vous redémarrez l'histoire avec tous vos personnages niveau 90, et un mode New Game -, dans lequel vous redémarrez l'histoire mais où vous ne gagnez pas d'expérience, et vous obtenez un contenu gigantesque, tout simplement.

Parés à la guerre pour ramener la paix

Une quête principale, des quêtes de chasse, un mode Épreuves... Tout ça, c'est bien beau, mais encore faut-il pouvoir prétendre à vaincre les ennemis qui ne cesseront d'affluer. Et ça tombe bien, car The Zodiac Age est très généreux niveau fonctionnalités pour le combat.

A chaque ennemi vaincu, vos personnages gagneront de l'expérience et des points de permis. Ces derniers vous permettent d'acheter des permis sur des grilles (semblable au sphérier de FFX), comme par exemple pouvoir utiliser certains équipements d'attaques ou de protections, utiliser une magie ou une technique, gagner un bonus de Force, Magie, etc. Les grilles de permis sont vitales pour progresser dans le jeu et sont le seul moyen d'utiliser équipements et compétences qui n'auront de cesse de s'améliorer au fil du jeu.

Encore une fois, nouveauté de The Zodiac Age, les grilles de permis ne sont plus identiques pour tous les personnages. Désormais, vous devrez donner des jobs à vos personnages. Ce choix s'avérera crucial car il déterminera la façon de jouer de vos personnages. Les jobs varient du Ravageur, guerrier spécialisé dans les attaques de corps-à-corps, au Mage blanc, un mage de soutien spécialisé dans les soins, en passant par le Maître d'Hast, utilisant une lance capable d'atteindre les ennemis volants. Vous pouvez attribuer 2 jobs par personnage. Choisissez bien vos jobs car certains personnages pourraient devenir ultra-spécialisés et inutiles dans certaines situations. Pour vous donner une idée, un mélange de jobs donnant un guerrier au corps-à-corps le rendra démuni face à un ennemi momentanément invulnérable aux attaques physiques mais encore sensible aux attaques magiques. Chaque job permet d'accéder à un panel d'arme spécifique (arbalète pour le Chronomancien, bâton pour le Moine, etc.), ce qui peut vous pousser (comme moi) à attribuer les 12 jobs pour ne rien rater.

Les équipements obtenus dans The Zodiac Age sont suffisamment bien pensés pour ne jamais bloquer un job, étant donné que vous obtiendrez une grande variété d'armes pour progressivement améliorer tous vos personnages. Bien évidemment, les meilleures magies, armes et techniques ne s'obtiennent que dans le dernier quart du jeu. Pour information, il existe des armes ultimes avec des taux d'apparition ridicules (0.01%) mais équipables par tous. Tenterez-vous votre chance ?

Pour finir dans l'arsenal de guerre, The Zodiac Age propose bien évidemment un système d'invocation. Au revoir les Chimères, bonjour les Éons. Au nombre de 13, il s'agit de créatures redoutables que vous êtes libre d'attribuer au personnage que vous souhaitez (même si les Éons permettent d'accéder à des permis spéciaux, qu'il vaut alors mieux attribuer au bon job) et sont invocables à tout moment si vous avez assez de Myste pour les invoquer. Vous pouvez même les contrôler en combat (ce qui était impossible sur PS2) et ainsi asséner vous-même où vous le souhaitez les coups dévastateurs. Tous les Éons doivent être vaincus afin de les obtenir et les plus puissants seront particulièrement redoutables.

Si tout cela vous semblait déjà bien beau, sachez que The Zodiac Age propose une fonctionnalité extraordinaire. J'exagère volontairement le propos, mais quand je vois l'IA de Valkyria Revolution par exemple et que je la compare à celle de FF12, il n'y a pas d'erreur possible. L'IA de vos personnages alliés est personnalisable. Tout ceci passe par un système de Gambits. Ces derniers vous permettent en effet de régler les actions de chaque personnage par un système "Condition - Action". Par exemple, vous pouvez paramétrer un personnage pour ressusciter automatiquement un allié mort, utiliser une magie de feu sur un ennemi vulnérable au feu, choisir de systématiquement attaquer l'ennemi le plus fort ou faible, etc. Le plus beau, c'est que les gambits suivent une hiérarchie, puisque le gambit placé tout en haut dans la liste sera l'ordre suivi en priorité. Vous pouvez évidemment contrôler vous-même chaque personnage pour lancer un sort ou une attaque, cet ordre outrepassant le système de gambit, mais le jeu peut se jouer en autopilote avec les bons gambits. A vous d'intervenir quand les gambits ne suffisent plus à gérer un combat ou si vous préférez tout faire vous-même. Le choix est entièrement vôtre.

Trophee
Pour une version remastérisée, Square Enix livre avec Final Fantasy XII The Zodiac Age un contenu gargantuesque. Permettant non seulement aux néophytes mais aussi à ceux ayant joué à la version PS2 de découvrir un nouveau jeu qui saura les occuper de très longues heures, le mode Normal et ses deux types de New Game associé au Mode Épreuves permettent de diversifier l'expérience de jeu très efficacement.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Un système de lignes de couleurs permet à tout moment de savoir qui attaque ou soigne qui afin d'éviter de rendre brouillon l'action. Le jeu peut par ailleurs être mis en pause ou non à l'activation du menu d'action en fonction du rythme que vous souhaitez donner aux combats.
Une version remastérisée qui n'a pas à rougir

Pour un jeu qui a désormais 10 ans, impossible d'atteindre le niveau de graphismes de Final Fantasy XV. Le jeu a été complètement retravaillé pour lifter les textures, réduire l'aliasing et le flou dynamique, et tout cela offre (heureusement) un jeu fluide. Les graphismes sont très clairement le point négatif de l'aspect technique car la plupart des textures, même rajeunies, restent très datées aujourd'hui, mais à moins d'avoir un style intemporel comme un LocoRoco ou un Patapon, c'est inévitable. Il n'empêche que le jeu reste graphiquement plus que correct et, passées quelques heures de jeux, vos yeux accepteront cette qualité graphique. On appréciera ceci dit la variété d'environnements ainsi que les petits détails parsemés dans les différentes zones du jeu ainsi que les rares jeux de lumière, permettant d'offrir un aspect graphique qui se renouvelle régulièrement. Ce qui a particulièrement vieilli et qui passe mal, ce sont les immenses bandes noires en bas de l'écran lors des cinématiques pour offrir de la place aux sous-titres. En plus d'être moche, cela dénote particulièrement avec le reste du jeu.

Si l'on boudera les graphismes de The Zodiac Age, la bande son saura rattraper le tir. Avec des musiques propres à chaque lieu visité afin de leur conférer une ambiance unique, des musiques de combats plus ou moins épiques en fonction de la situation, tout y est pour accompagner efficacement toute situation. Version remastérisée oblige, vous pouvez passer à volonté de la bande son de la version PS2 à la bande son remastérisée. Idéale pour les nostalgiques, d'autant plus que les instruments entre la bande son originale et remastérisée sont suffisamment différents pour conférer un ton différent pour une même musique. J'ai personnellement joué avec la bande son originale à chaque passage dans Rabanastre ou dans le Grand Cristal, que voulez-vous, la nostalgie triomphe toujours. Toujours dans la bande son, sachez que les voix japonaises et anglaises sont toutes deux disponibles, avec encore une fois possibilité de choisir celles que vous souhaitez à tout moment.

Bien adapté à son passage sur la PS4, le gameplay de The Zodiac Age fait participer toute la manette. Vous aurez la possibilité d'activer une carte active, à savoir que vous aurez une vue d'ensemble du lieu où vous vous trouvez mais pourrez toujours vous déplacer/attaquer pendant que vous la consultez. Bien que très pratique et permettant d'éviter d'enchaîner des pauses afin d'ouvrir le menu puis la carte, cela casse la difficulté de quelques zones du jeu qui brouillent volontairement votre radar. Sur PS2, vous étiez obligé d'avancer à l'aveugle (ou d'abuser du menu), mais ici, une simple touche permet de se repérer. Dommage, mais au vu de son immense utilité et du nouveau rythme qu'elle offre durant tout le jeu, on l'appréciera particulièrement. Pour le reste, il s'agit d'un gameplay très classique pour un RPG, ce qui n'est nullement un défaut et permet plutôt de vite le prendre en main. Vous avez la possibilité de jouer en mode semi-actif, à savoir qu'à chaque ouverture du menu d'actions le jeu se fige afin de vous laisser le temps de réfléchir à l'action à lancer, ou en mode actif, où le jeu ne se met en pause qu'à l'ouverture du menu principal.

Déjà présenté par le système de gambits, l'IA alliée est entièrement dépendante de vos choix. Il est ainsi impossible de lui reprocher quelque chose puisque vous pouvez tout lui faire faire. Attention à prendre en compte certains de vos sorts en fonction de vos altérations d'état, notamment en utilisant Paradoxe. Cet état inverse ce qui devrait vous soigner et ce qui devrait vous blesser. Ainsi, une palette de gambits mal préparée pourrait pousser un de vos personnages à soigner un allié en état de paradoxe puisqu'il est à moins de 50% de vie, mais de ce fait, pourrait le tuer. L'IA ennemie est quant à elle simple mais efficace. Les ennemis attaquent en général le leader de votre équipe, à savoir celui que vous contrôlez sur les 3 que vous pouvez utiliser, mais ils changent de stratégie selon la situation. Attaquer l'allié qui fait le plus de dégâts, empêcher un mage d'utiliser de la magie, se soigner... Prenez garde, certaines IA disposent de gambits très fourbes, notamment en mode Épreuves où l'IA ennemie risque de vous rendre fou (dernière épreuve en tête).

Je n'ai pour ma part pas rencontré de bugs ou de glitchs durant mes 80 heures de jeu, ce qui devrait donner un bon indicateur pour le reste des joueurs. Un jeu pleinement fonctionnel et non frustrant par un éventuel retour menu PS qui pourrait causer une manette.

Trophee
C'était inévitable, impossible d'avoir un jeu parfait niveau technique pour une version remastérisée d'un jeu vieux de 10 ans. Pourtant, en dehors de graphismes clairement datés, le reste demeure aujourd'hui très bon. Proposant le meilleur des deux versions avec possibilité d'utiliser voix originales ou anglaises, musiques originales ou réorchestrées, Final Fantasy XII The Zodiac Age parvient indubitablement à fournir le meilleur possible pour un aspect technique au final plus que satisfaisant.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Les impulsions sont un excellent moyen d'infliger une grande quantité de dégâts sans en prendre. A vous de maîtriser ce mini-jeu pour effectuer des coups dévastateurs.
Un plaisir à jouer

Vous vous en doutiez sûrement arrivé à cette partie au vu de la qualité du contenu ainsi que de l'aspect technique, mais afin de le confirmer : oui, ce Final Fantasy est extrêmement agréable à jouer. Avant de parler de la durée de vie, sachez que The Zodiac Age ajoute une autre nouveauté dont dépendra énormément le temps de jeu et d'obtention du platine, à savoir l'accélération du temps. Vous pouvez en effet activer l'accélération du temps en jeu à tout moment d'une simple touche, permettant de jouer 2 ou 4 fois plus vite. Cela permet notamment d'accélérer les combats dérisoires lorsque vous retraversez une zone que vous avez déjà complètement finie, ou d'accélérer les déplacements en ville. L'accélération du jeu annule complètement la lenteur qui pouvait s'installer sur PS2 une fois le niveau 70+ atteint en accélérant les moments où vous accumulez de l'expérience, permettant ainsi de sauter l'étape laborieuse nécessaire pour affronter sereinement les meilleurs boss qui vous demandent d'être aux plus hauts niveaux quand le reste peut être affronté avec une équipe niveau 60-65. En outre, sachant que seuls les 3 personnages présents en combat gagnent de l'expérience, accélérer le temps permet de vite rattraper votre équipe "principale" avec votre équipe "secondaire".

En prenant en compte la possibilité d'accélérer le temps en jeu et donc d'aller jusqu'à 4 fois plus vite, sachez qu'il vous faudra malgré tout au moins 50 heures pour en voir le bout ! Et encore, cette durée nécessite que vous maîtrisiez parfaitement le jeu. Comptez plutôt 60 à 75 heures minimum pour finir à 100% The Zodiac Age, et 30 à 35 heures minimum pour finir l'histoire principale. Encore une fois, ces nombres peuvent drastiquement augmenter si vous jouez tout le long en vitesse normale.

Le scénario de The Zodiac Age divisera incontestablement les fans. Suffisamment abouti sans être trop compliqué pour certains, trop cliché et peu complexe pour d'autres, c'est à vous de vous faire votre avis. Bien que le scénario soit l'un des attraits d'un RPG, c'est également son gameplay qui compte. Pour ma part, l'histoire est très correcte bien que simple. Les personnages ont toujours une raison d'avancer et d'aller combattre, même si cette raison s'avère simpliste pour certains de vos personnages. Parmi les 6 protagonistes que l'on suit, Ashe est sans conteste le personnage principal et le plus charismatique du groupe. Si Basch et Fran resteront en retrait au vu de leur style et seront vite appréciés/tolérés, ce sera plus compliqué pour les 3 autres. Balthier n'aura de cesse de répéter qu'il est le héros de l'histoire mais disposera tout de même d'un développement et d'une vraie évolution en fin de jeu, tandis que Vaan et Penelo risquent fort de vous agacer. Vaan n'a pas vraiment de raison de rester pendant un certain moment, tandis que Penelo... Eh bien Penelo suit Vaan. On pourra dire qu'il faut toujours une jeune fille candide dans un Final Fantasy, et bien que moins insupportable que Vanille de FFXIII, elle passe difficilement. Fort heureusement, elle est bien moins mise en valeur que Vaan et Ashe, sachant que Vaan passe de l'insupportable pleurnichard à quelqu'un de plus calme et mature au fil des épreuves.

Autre particularité de ce Final Fantasy en dehors de ses coffres capricieux, ce sont les pièges disséminés dans toutes les zones hostiles du jeu. Que vous soyez niveau 1 ou niveau 99, vous devrez vous méfier de ces satanés pièges qui vous obligent à faire attention où vous mettez les pieds car ils vous tueront sans discernement par rapport à votre niveau. Bien évidemment, des équipements permettent de les éviter tandis qu'une compétence permet de les dévoiler et ainsi de pouvoir les éviter tranquillement.

Le jeu est gratifiant par son système de jobs, permettant de spécialiser vos personnages et tentant ainsi de casser le principe d'équipes principale et secondaire que la plupart des joueurs avait utilisé sur PS2. Ici, même les personnages en retrait pourront devenir nécessaires face à un ennemi particulier, vous offrant la possibilité de varier le style de jeu à adopter en fonction du personnage sur le terrain et de l'adversaire. Avec une bonne connaissance des gambits et surtout une utilisation à bon escient, voir son équipe anéantir tout ce qui se met en travers de son chemin est terriblement satisfaisant. Vous pouvez d'une simple commande activer ou non le système de gambits d'un personnage afin de le rendre autonome ou non, ce qui s'avère très utile quand vous farmez. En effet, le jeu dispose d'un principe d'enchaînements des ennemis. Si vous tuez plusieurs ennemis du même type consécutivement, vous augmentez la chaîne et augmentez ainsi le taux de butin obtenu ainsi que sa rareté. Il existe jusqu'à 4 paliers de chaînes, le dernier palier vous offrant en plus des altérations d'état bénéfiques comme barrière. Attention à ne pas rompre la chaîne par un gambit qui pousse un de vos alliés à tuer un autre type d'ennemi, ce serait dommage de briser une chaîne de 20+ ennemis.

The Zodiac Age dispose, comme tout bon Final Fantasy, de boss ultimes. Les boss rencontrés dans l'aventure principale vous offriront un challenge plus ou moins relevé en fonction de votre préparation, mais ils constituent surtout une bonne préparation pour les "vrais" combats que le jeu vous réserve. Les 3 éons ultimes offrent 3 combats très corsés, puisque 2 d'entre eux imposent des conditions très handicapantes comme la perte continuelle de PV ou PM, l'impossibilité d'utiliser la commande Attaque ou Magie, etc. Il faudra une équipe très bien préparée et des gambits efficaces pour ne pas subir de cuisante défaite. Enfin, un monstre fait son retour 10 ans après avoir terrorisé les joueurs de la version PS2. Yiazmat est en effet un colosse disposant de 50 millions de points de vie qui peut tuer un de vos personnages avec un faible pourcentage à chaque attaque... Et il enchaîne parfois jusqu'à 5-7 attaques, autant dire que vous allez mourir souvent. Une préparation extrême ainsi que de la patience et de la concentration seront vos alliées principales dans ce combat. Le mode Épreuves n'est pas non plus en reste avec plusieurs combats très difficiles, notamment contre les pirates de Balfonheim et surtout le dernier combat (je garde la surprise de l'identité de l'ennemi).

En plus d'offrir une première partie de qualité et de très longue durée, les plus aguerris pourront recommencer le jeu soit avec un immense bonus, soit avec un immense handicap. Les New Game + et - offrent deux expériences distinctes, le second proposant un excellent challenge pour ceux qui en redemanderaient. Bon courage pour vaincre Yiazmat en New Game - ou finir le mode Épreuves...

... Sauf erreur majeure dans certains choix

Ajoutons ceci dit un bémol à tout ce beau portrait. L'expérience de The Zodiac Age dépend de votre façon d'attribuer les jobs. Et malheureusement, le jeu ne vous aide pas beaucoup afin de bien choisir. Vous avez certes la possibilité de regarder les permis d'un job avant d'attribuer ce dernier, mais dans l'ensemble, difficile de choisir parfaitement les 6 combinaisons de jobs sans un petit coup de pouce en passant sur internet. Il y a en effet des jobs qui se complètent quand d'autres combinaisons offrent au final un résultat bien plus mitigé. Le pire, c'est que vos 6 personnages ont des affinités avec la force ou la magie que rien ne vous indique et qui en font les meilleurs candidats pour certaines combinaisons de jobs.

Le souci, c'est qu'en choisissant mal vos jobs, vous risqueriez d'en pâtir en arrivant face aux boss ultimes du jeu. Les choix que vous faites très tôt dans l'aventure auront ainsi des répercussions parfois lourdes très tard dans le jeu. Et pour un jeu qui ne se finit pas en 2 heures, c'est dommage de regretter les choix faits au bout de 10-15 heures de jeu quand vous en êtes à 50-60. Certes, vous pourrez malgré tout parvenir à vos fins même en choisissant maladroitement vos jobs, mais cela pourra alors empiéter sur votre plaisir à jouer, vous faisant sans cesse vous demander si vous avez fait le bon choix lors de l'attribution des jobs.

Trophee
Final Fantasy XII The Zodiac Age propose une excellente expérience de jeu. Disposant d'une durée de vie très élevée résistant même à un temps accéléré 4 fois ainsi que de combats très techniques pour les derniers niveaux ainsi que d'une très bonne rejouabilité avec deux types de New Game, tous les joueurs y trouveront leur compte. Le seul bémol réside dans l'importance majeure du choix de vos jobs qui pourront ou non vous faciliter la tâche et que vous n'êtes pas franchement aidé à choisir efficacement.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


The Zodiac Age propose plusieurs combats épiques qui vous occuperont facilement 20 minutes à 2 heures chacun en fonction de votre utilisation du temps accéléré.
Le conquérant d'Ivalice

Pour ceux qui auraient joué à la version PS2, sachez que les trophées de The Zodiac Age sont tout simplement les exploits de l'ancienne galerie des exploits de la version PS2.

Cette précision étant faite, la liste de trophées de The Zodiac Age est globalement très sympathique à faire. En dehors des indéboulonnables trophées liés à votre progression dans l'histoire, le jeu dispose de très nombreux trophées s'obtenant naturellement.

Vous aurez ainsi à utiliser la commande Attaque, lancer des sorts ou des techniques un certain nombre de fois. Il va sans dire que ces trophées tomberont avant la fin de l'aventure principale, si ce n'est avant d'avoir atteint le dixième de l'histoire.

Les trophées qui vous demanderont de vraiment vous y intéresser pour les obtenir sont notamment ceux demandant d'obtenir toutes les magies et toutes les techniques, en sachant que certaines sont très bien cachées (ou que le coffre les contenant a décidé de ne pas apparaître lors de votre venue dans la zone). Utiliser le guide de PSTHC sera déjà-là indispensable pour ne rien rater.

Cela se corsera encore avec les quêtes de chasse. Faisant partie intégrante des quêtes du jeu, vous aurez à terrasser les 45 créatures ayant un prix sur leur tête. Les monstres les plus emblématiques de ces quêtes ou offrant des combats corsés vous offriront en plus des récompenses dans le jeu un joli trophée supplémentaire. Oui, Yiazmat en fait partie.

Présentés plus hauts, les éons ultimes vous offriront un trophée supplémentaire à leur défaite, en plus de vous apporter un immense pouvoir en jeu. Zodiarche et Ultima sont ainsi compris dans la liste de trophées, et quand on voit les combats qu'ils vous réservent, on accueille avec plaisir les deux trophées en fin de combat. L'avantage de ces trophées, c'est qu'ils poussent les joueurs à découvrir les secrets que The Zodiac Age réserve aux plus curieux.

Enfin, parvenir à terminer le mode Épreuves vous récompensera d'un trophée en or que vous n'aurez aucunement la sensation d'avoir volé, croyez-moi. Ce mode constitue un challenge adapté à tous les joueurs de The Zodiac Age, mais seuls les mieux préparés pourront prétendre le finir.

Quelques petites ombres au tableau

Hélas, tout n'est pas parfait dans la liste de trophées de The Zodiac Age.

Pour commencer, le hasard s'invitera dans votre quête du platine, notamment avec les coffres contenant certaines magies/techniques, mais aussi et surtout avec le trophée demandant de réaliser toutes les fusions de Myste. La plus difficile à atteindre demande de réussir à lancer 4 attaques de chacun des trois niveaux d'impulsions. Le problème, c'est que vos personnages disposent tous de 3 barres de myste, ainsi, une fois une attaque de niveau 3 lancée avec vos 3 personnages, ces derniers sont vidés. Vient alors la possibilité de recharger leur barre de myste via une commande spéciale, mais cette dernière apparaît purement aléatoirement. Il vous faudra être très rapide puisque les séries d'impulsions sont en temps limité et surtout avoir assez de chance pour obtenir assez de recharge de myste pour lancer les 12 attaques. C'est franchement dommage de s'en remettre à la chance quand tout le reste s'obtient sans grand souci.

Ensuite, les monstres rares exigent parfois des conditions très étranges pour apparaître, et sans guide, impossible de les obtenir. Vous serez contraint de garder un œil sur un guide pour être sûr de ne rien rater, certaines zones étant difficiles d'accès (notamment le Grand Cristal). Étant compris dans le trophée lié au bestiaire, ils s'avèrent ainsi incontournables mais sont pour certains introuvables par vos propres moyens. Heureusement, avec un guide, ils se trouvent très vite et facilement.

Enfin, le mode Épreuves est quasiment impossible à finir sans les bons équipements (notamment le Niho-palaoa). C'est dommage de rendre cruciaux certains éléments au risque de rendre caduques vos meilleurs personnages sans eux. Vous avez de grandes chances d'avoir tout le nécessaire requis sans vous en rendre compte simplement en jouant, mais vous pourriez arriver au dernier combat sans et devoir ainsi tout recommencer.

Tous ces défauts restent malgré tout assez légers si vous consultez un guide avant de vous attaquer aux derniers challenges du jeu.

Trophee
Le jeu propose une liste de trophées très sympathique à jouer. Entre les trophées obtenus naturellement en jouant et ceux qui apportent un petit challenge bienvenu, presque tout est bon à prendre. Le hasard et certains combats nécessitent ceci dit de consulter un guide avant de s'attaquer définitivement à la chasse aux derniers trophées, mais dans l'ensemble, avec un peu de persévérance, tous s'obtiennent. Mention spéciale aux éléments les plus secrets du jeu non compris dans les trophées qui restent ainsi de véritables bonus qui attendent les plus acharnés, comme la quête de pêche ou l'obtention de la légendaire Solaris !

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
17/20

Final Fantasy XII The Zodiac Age s'inscrit dans la liste des excellents jeux remastérisés. Complet, rempli de nouveautés par rapport au jeu original et disposant d'une très solide durée de vie, il ravira tous les adeptes du genre. Le platine vous demandera du temps et de la persévérance, mais ces deux éléments sont des pré-requis pour un RPG, on reste ainsi dans le ton.

Je recommande ce jeu :
Aux habitués des 100%, Aux fans de la série