Test : FIFA 16


FIFA 16
  • 1
  • 3
  • 3
  • 42
Note des joueurs :
4/5 - 80 notes
Note des platineurs :
4.2/5 - 27 notes

FIFA 16

ps4


49 trophées au total
23 trophées online
0 trophée caché

7446 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 770 joueurs (10 %)
100% par : 770 joueurs (10 %)
Note du jeu
16/20
Discuter du test

Test du jeu
FIFA 16

  • Test rédigé par Warriortidus le 02-10-2015 - Modifié le 07-12-2016



Introduction


C'est le coup d'envoi d'une nouvelle saison !
Image

A l'image de Noël, de votre anniversaire ou du printemps, FIFA revient une nouvelle fois cette année dans une édition "16", avec ses nouveaux crampons et son sac de sport bien rempli. Nous sommes déjà sur la troisième version de FIFA sur Playstation 4, et les joueurs (voire fans) que nous sommes, attendons désormais que le jeu s'impose totalement et marque un tournant sur cette génération. Même si la cuvée 2015 n'était pas mauvaise, elle avait laissé un arrière-goût un peu amer avec des gardiens au comportement imprévisible (tantôt excellent, tantôt à la ramasse), et des trophées qui ont rendu plus d'un joueur aussi chevelu qu'un Fabien Barthez !

Contenu du jeu


La Bundesliga mise à l'honneur cette année.
Quand y'en a plus, y'en a encore...

Les habitués de la série seront en terrain connu ; FIFA reste une référence en terme de licences officielles puisque que vous retrouverez encore des dizaines de championnats, soit des centaines d'équipes et des milliers de joueurs. Dans les rajouts de cette année, on notera l'arrivée du championnat argentin, ainsi que le retour de presque toutes les équipes brésiliennes qui sont classées cette année dans le Reste du Monde (4 équipes manquent encore à l'appel). Mais la grosse nouveauté de l'année reste sans nulle doute l'arrivée des équipes féminines ! Vous pourrez donc contrôler douze sélections parmi les meilleures du monde (on regrettera l'absence du Japon, vice-champion du monde chez les filles), et participer à leur propre compétition internationale. Les équipes féminines possèdent leur propre gameplay et leur propre notation, afin de correspondre au mieux à leur style de jeu qui est moins basé sur le physique mais plus sur la technique. Alors qu'on jouera avec ces équipes plus par curiosité au début, on se surprendra à apprécier le style offensif et ouvert, promettant des matchs plus qu'intéressants. Il sera néanmoins impossible de faire un match entre une équipe féminine et une équipe masculine. Et tant qu'à faire d'intégrer les filles à FIFA, EASports a fait les choses en grand en modélisant correctement la plupart des joueuses afin qu'on puisse les reconnaître sans mal, et rajouter les commentaires adaptées aux filles pendant les matchs (anecdotes, usage du féminin, nom des joueuses, etc...).

You’ll never walk alone...

S'il y a bien un domaine où FIFA se montre aussi exhaustif, c'est dans les confrontations entre joueurs. Le multijoueur local sur canapé cuir, accompagné de ses boissons quelques peu enivrantes reste toujours de la partie et animera sans doute bon nombre de vos soirées entre amis. Mais si vous n'avez pas de Curly, vous pouvez aussi tout à fait jouer contre d'autres joueurs en ligne, et FIFA vous laisse le choix dans la façon de les affronter. Vous retrouverez les désormais classiques Club Pro, Saisons, et surtout le mode FIFA Ultimate Team qui va sans doute beaucoup vous occuper pour peu que ce mode de jeu vous intéresse. C'est d'ailleurs le seul mode de jeu en ligne qui vous proposera de la nouveauté cette année avec le FUT Draft. Vous devrez y constituer une équipe à partir d'une tactique et de joueurs proposés par le jeu (après vous être délesté de 15 000 crédits d'inscription, tout de même) : à chaque poste, vous aurez le choix entre 5 joueurs. A vous de prendre les meilleurs décisions pour avoir une équipe équilibrée avec une bonne entente : choisir une superstar comme Ronaldo ou Messi vous donnera des choix moins intéressants par la suite, de même que prendre trop de de joueurs de nationalités/championnats différents pénalisera votre collectif. Une fois l'équipe au complet, vous aurez 4 matchs à gagner pour espérer remporter la récompense maximale (des packs de cartes Or au contenu énorme, d'une valeur bien supérieure aux frais d'inscriptions), mais la moindre défaite sera éliminatoire. Le FUT Draft vous permettra donc de jouer avec des joueurs (Ronaldo, Messi, Neymar, etc...) que vous ne pourrez peut-être jamais acheté et de remporter (ou pas) des cartes rares pour votre équipe. Bref, que ça soit à domicile ou à l'extérieur, FIFA 16 vous occupera encore pendant de longues heures !

Et ce n'est pas fini !

Après tout, FIFA 16 c'est aussi du jeu en solo par le biais notamment du mode Carrière qui voit aussi quelques nouveautés arriver cette saison. Afin de se rapprocher toujours plus de la réalité, vous aurez désormais la possibilité de disputer un tournoi d'avant-saison avec votre club, et ainsi en profiter pour tester joueurs et tactiques... et surtout encaisser un bon gros chèque (et oui, le football, ce n'est pas que du sport après tout). Pour les clubs au budget de transferts un peu serré, ça sera l'occasion de renflouer les caisses et d'essayer de trouver la pépite vous permettant de décrocher le titre à la fin de la saison. Mais si l'argent aide dans le foot, sans entraînement, vos joueurs ne pourront pas donner le meilleur d'eux-mêmes. Et cela tombe bien, puisque cette année, vous pourrez programmer jusqu'à 5 exercices et améliorer les caractéristiques de vos joueurs par le biais d’entraînements personnalisés, qui seront disponibles chaque semaine. Vous avez donc un bon moyen de faire progresser vos jeunes joueurs par exemple, afin de leur faire intégrer l'équipe première... ou bien pour les vendre plus cher (je vous avais dit que l'argent était important dans le football ?).

Le mode Carrière va être aussi l'occasion de voir les améliorations portées en général sur les commentaires. Franck Sauzée et Hervé Mathoux vont désormais ne pas simplement se contenter de parler de ce qu'il se passe sur le terrain, mais aussi des transferts (ou des rumeurs), des statistiques de certains joueurs avant le match, de la prestation d'un joueur en première mi-temps, etc. Contrairement aux années passées, il y a donc pas mal de rajouts au niveau des commentaires cette saison, FIFA 16 se voulant de plus en plus réaliste et proche de la réalité, le travail de commentateur ne se résumant plus à simplement nommer les joueurs sur le terrain et à crier à chaque occasion de but ou faute. Dans cette quête de réalisme, on peut noter aussi l'arrivée du spray temporaire sur les coup-francs, de l'habillage Bundesliga pour les rencontres entre clubs allemands, de nouveaux chants de supporters ou encore des nouvelles conditions météo disponibles (brume, rafale de vent, etc...).

Enfin, on notera l'arrivée de quelques stades comme le nouveau Stade Vélodrome de Marseille ainsi que de nouvelles célébrations, ces dernières vous permettant, entre autres, de fêter votre but face à la caméra ou avec vos coéquipiers remplaçants. Bref, alors que le contenu de FIFA 15 était déjà conséquent, EA Sports a trouvé encore quelques nouveautés à rajouter cette année dans cet opus 2016, qui peuvent justifier de rechausser les crampons pour une nouvelle saison. Ceci étant, j'ose espérer qu'on aura le droit un jour à un vrai mode carrière "joueur pro", où on incarnerait un jeune joueur plein de promesses, avec ses choix de carrière à faire, le tout dans un mode scénarisé mettant en scènes coéquipiers, entraîneurs, présidents ou encore agents (à l'image de ce qu'on peut trouver notamment du côté de NBA2K).

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Le mode Entraîneur se montre un peu trop envahissant au niveau 6.
Le maillot ne fait pas le joueur.

Après une bonne impression sur les premières versions PS4, force est de constater que cette année FIFA 16 n'apporte aucune évolution sur le plan graphique. C'est bien entendu toujours soigné, et fluide, mais rien ne permet vraiment distinguer visuellement la différence entre FIFA 16 et son prédécesseur. En revanche, la révolution va être du côté du gameplay. Alors que l'on s'était habitué à un jeu où les attaquants rapides prenaient régulièrement le dessus sur les défenseurs avec FIFA 15, l'édition 2016 nous prend à contre-pied, nous laissant le nez dans le gazon. Comme si les colosses de l'arrière-garde avaient manifesté en séchant l'entrainement, et que FIFA ait du changé son ballon de camp. Désormais, grâce notamment à une IA alliée défensive plus "intelligente", qui se place et anticipe mieux, vous serez bien moins souvent pris à défaut sans que vous ne puissiez faire quoi que ce soit. Rajoutez à cela une réduction de la vitesse balle au pied, ainsi que de l'efficacité des passes en profondeur, et vous avez une défense qui reprend de l'importance dans une équipe.

You shall not pass !

Et que dire de la prestation des gardiens de buts ! Alors qu'ils avaient beaucoup de mal à être réguliers dans leur performance au cours d'un même match l'année dernière - capables d'arrêts héroïques sur des frappes surpuissantes comme de passivité flagrante sur des balles molles - ils sont enfin les derniers remparts qu'on attendait depuis longtemps. Il faudra en effet mettre du sien pour mettre les portiers à défaut cette année, qui réalisent enfin les parades sur tout type de frappes, et ne repoussent plus les ballons systématiquement dans les pieds ou sur la tête des attaquants adverses (ou alors ils sont bien aidés par une défense réactive pour empêcher le cuir de passer la ligne de but). Ils auront aussi plus facilement tendance à quitter la surface de réparation et soulager leur défense en prenant le rôle de libero et en dégageant les ballons chauds. Ils seront quand même parfois terriblement frustrant, tellement vous aurez l'impression de ne pas trouver la solution, et que, parfois, la malchance fait que le ballon finira sur un poteau quand le gardien se trouve battu. Mais au moins, vous savez que cette année, chaque but (ou presque) sera mérité, et sera le résultat d'un gros travail.

Play Beautiful.

En effet, car vous imaginez que si la défense reprend les commandes, il est plus difficile de faire la différence en la jouant soliste avec votre buteur. Fini les grands raids solo sur les ailes avec vos ailiers montés sur mobylette, bienvenu au play beautiful ! Concrètement, l'accent a été mis sur la construction du jeu, plus que sur les exploits individuels. Il va falloir temporiser, déstabiliser une défense par des passes précises et/ou rapides, changer d'aile, utiliser le jeu sans ballon, etc. Bref, faire du beau jeu, du jeu collectif. Pour cela, de nouveaux outils sont mis à votre disposition à commencer par la passe appuyée ( (R1) + (croix)) qui devient vite indispensable, étant donné que les passes classiques sont plus "molles" et donc moins efficaces pour prendre de vitesse la défense adverse. Ceci dit, la passe appuyée est aussi à utiliser avec parcimonie, si vous voulez pas que cela se termine par un ballon en touche, un mauvais contrôle ou une récupération de balle adverse. Les centres bénéficient aussi de quelques changements ; ils semblent en effet plus variés, et plus travaillés, et dépendent grandement de la qualité du joueur, de sa position ainsi que de l'opposition adverse au départ du ballon. Mais fort heureusement, la qualité des défenses ne rend pas les centres toujours efficaces non plus. Autre arme à votre arsenal offensif à faire son apparition, le dribble sans contact ( (L1) + (stickG)), permettant de réaliser diverses feintes et changement de direction sans toucher au ballon, afin de déstabiliser un défenseur. Assez difficile à utiliser pour un néophyte, le dribble sans contact reste un atout supplémentaire pour qui maîtrise déjà la palette technique de FIFA 16.

Comme vous pouvez le constater, cette année marque un tournant dans le gameplay de FIFA, et c'est à cette occasion qu'EA Sports nous propose le mode "Entraîneur". Vous pourrez activer/désactiver à la volée cette option en plein match (avec (R3)), qui vous permet de voir quelles actions effectuées à une situation donnée. Par exemple, si vous avez la balle au pied, vous pouvez voir les commandes pour faire une passe simple ou en profondeur. Ce mode Entraîneur comporte plusieurs niveaux (6 au total) adaptable en fonction de vos connaissances des touches et combinaisons sur le jeu. Au final, si l'idée est séduisante sur la feuille de match, le mode Entraîneur s'avère au final trop envahissant en jeu, gênant la visibilité dans certaines actions déterminantes. Il restera préférable de s'essayer aux jeux techniques, qui restent très intéressants pour qui veut maîtriser chaque aspect du jeu.

Enfin, un petit mot sur l'IA adverse qui sera impitoyable dès que vous commencerez à dépasser le niveau Pro (l'équivalent d'un mode "Normal"). Elle n'hésitera pas à faire tourner la balle si elle souhaite conserver le score en sa faveur, comme elle sera capable d'accélérer le jeu par des passes appuyés précises si elle souhaite recoller au score. On appréciera aussi les réactions plus intelligentes de l'IA adverse lorsqu'on la presse en défense : alors qu'elle dégageait systématiquement le ballon en touche dans FIFA 15, elle cherchera plus facilement la solution en retrait soit via un défenseur qui décroche ou par le gardien qui se rend disponible dans FIFA 16.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


C'est beau la fraternité.
Si vous avez lu le test jusqu'ici, vous aurez compris que ce FIFA 16 apporte plus de nouveautés que ce qu'on est habitué à avoir chaque année. Si les quelques rajouts comme les équipes féminines permettent d'apporter un peu de sang neuf, les améliorations de gameplay sont sans doute ce qui vous permettra de passer encore plus d'heures sur le jeu. Il faudra déjà un peu d'entraînement pour assimiler et maîtriser la nouvelle jouabilité (passe appuyée, dribble sans contact...), qui promet aussi des parties plus intéressantes. Vous aurez moins d'actions stéréotypées comme l'année dernière où les (L1) + (triangle) (passe longue en profondeur) étaient souvent meurtrières, où les joueurs rapides pouvaient traverser le terrain sans jamais se faire rattraper. Vous êtes désormais amené à poser le jeu, à faire tourner le ballon, à chercher ou créer une faille dans la défense ; bref faire du beau jeu (#playbeautiful). Rajoutez à cela des gardiens enfin au niveau, vous avez un jeu qui repose bien plus sur vos qualités de gamer que sur les défauts du jeu. Vous n'aurez plus à pester contre un gardien aux fraises, un défenseur qui oublie pourquoi il est là, où pour un attaquant qui ne fait aucun appel de balle. Donc sur le long terme, même en solo, il sera plus difficile de se lasser de ce FIFA 16, qui propose bien plus de variétés dans son gameplay rendant chaque match assez différent.

Cependant, on pourra noter que le jeu demandera un minimum d'investissement pour en profiter. Les néophytes seront sans doute un peu perdus au début, étant donné que la jouabilité ne permet plus vraiment une prise en main immédiate comme c'était le cas avant. Fatalement, lors de soirées entre amis, celui qui possède le jeu aura largement l'avantage cette année vis-à-vis de celui qui ne s'est pas essayé à cette nouvelle cuvée. De même, ceux qui étaient habitués à affronter l'IA dans les difficultés supérieures devront sans doute revoir leurs ambitions à la baisse lors des premiers matchs, tant celle-ci peut se montrer redoutable. On sera sans doute donc assez peu à jouer régulièrement en difficulté Légende, tant celle-ci semble abusée voire frustrante (heureusement que dès la difficulté Pro, la défense adverse propose déjà une belle opposition).

En résumé, pour qui veut bien passer un peu de temps, le jeu propose de longues heures de fun et de beau jeu. Les premières parties seront sans doute un peu frustrantes pour les débutants, mais une fois les éléments de gameplay maîtrisés, c'est du bonheur assuré pour l'année.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


La route sera plus longue que prévue en Draft.
Après un FIFA 15 proposant des trophées inintéressants (liés à la navigation dans les menus) ou frustrants (le fameux but en étant au sol ou le pointu), FIFA 16 pouvait difficilement proposer pire cette année. Bonne nouvelle, les trophées seront bien plus agréables à obtenir cette année ! Vous aurez toujours certaines actions à réaliser en match comme réaliser une passe appuyée décisive, ou encore marquer d'un coup franc enroulé, que vous obtiendrez sans doute en jouant naturellement. Vous retrouverez aussi les traditionnels trophées online demandant de gagner une saison amicale, de disputer/gagner des matchs en club pro, etc. Rien d'impossible en somme, même pour les débutants. Bien entendu, les nouveautés ont aussi leur place dans cette liste de trophées, comme les équipes féminines qui auront 5 trophées juste pour elles, ou encore les trophées liés au mode Carrière (liés aux compétitions d'avant-saison, ou aux entraînements). On pourra regretter que les trophées du mode Carrière ne demandent que très peu d'investissement encore une fois, vous n'aurez pas à faire de saisons complètes que ça soit en tant que Manager ou Joueur.

Jusque là, vous verrez que 90% des trophées peuvent s'obtenir en jouant tranquillement ou presque. C'était sans compter un trophée concernant le nouveau mode FUT Draft, qui demandera 4 victoires consécutives lors de confrontations online : ce trophée divisera forcément les joueurs. Les habitués de FUT verront un moyen de joueur à un nouveau mode de jeu permettant de recevoir de belles récompenses même sans les 4 victoires, donc ce ne sera jamais du temps perdu et sans doute même pas de crédits jetés en l'air. Les autres, ceux qui ne s'intéressent pas vraiment au mode FUT, verront là un trophée frustrant, obligeant d'affronter les meilleurs joueurs qui joueront le tout pour le tout pour sortir vainqueur, et surtout de passer à la caisse à chaque nouvelle Draft (15 000 crédits). Effectivement, si les joueurs qui ne jurent que par FUT auront moins de mal à avoir des liquidités pour s'inscrire en Draft, il reste compliqué pour le joueur occasionnel de réunir la somme de 15 000 crédits. Sans parler du fait qu'EA propose aussi de dépenser de vrais euros (via les points FIFA) pour participer en FUT Draft, ce qui ne sera pas forcément toujours apprécié, même si les points FIFA n'assurent en aucun cas une victoire.

Petite précision pour ceux qui souhaitent prendre le jeu plus tard, il n'y a pas de trophée lié aux matchs en direct, donc le platine restera théoriquement possible même si vous commencez FIFA 16 à la sortie de FIFA 17 (qui devrait sortir en septembre 2016 d'après mes sources, mais chut, c'est un secret !).

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
16/20

Au final, ce FIFA 16 est un très bon cru. S'il demandera un peu de temps avant de pouvoir prendre son pied, il demeure bien plus agréable à prendre en main, grâce aux nouveautés qui corrigent la plupart des défauts de l'édition précédente.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série