Test : Extinction


Extinction
  • 1
  • 7
  • 8
  • 12
Note des joueurs :
1/5 - 1 note
Pas de note
des platineurs

Extinction

ps4


28 trophées au total
5 trophées cachés

39 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 2 joueurs (5 %)
100% par : 2 joueurs (5 %)
Note du jeu
7/20
Discuter du test

Test du jeu
Extinction

  • Test rédigé par Warriortidus le 21-04-2018 - Modifié le 21-04-2018


Introduction


Il a l'air tout petit et tout mignon, n'est-ce pas ?
Extinction est un jeu d'action développé par Iron Galaxy Studios, un studio américain qui s'est jusqu'à présent principalement occupé de portages de jeux comme Borderlands 2 sur PS Vita et dernièrement de Batman Arkham Knight sur PC... Si vous vous rappelez des "aléas" lors de la sortie de ce dernier, vous aurez logiquement envie de quitter cette page, ou éventuellement de juste regarder la note de ce test, et de passer à autre chose. Pour les autres, bienvenue dans ce simulateur d'extermination de Raveniis - nom donné à ces géants d'une dizaine de mètres, ressemblant étrangement à des Shrek quelque peu énervés.

Contenu du jeu


Ah, ça va couper chérie.
Vous incarnez ici Avil, un Sentinelle spécialisé dans l'anéantissement de Raveniis, et qui se retrouve par défaut être le seul rempart de l'Humanité face à l'invasion. Le scénario, très anecdotique, vous propose quelques lignes de dialogues avec Xandra, votre coéquipière "scientifique" à la recherche de solutions, ou encore avec le Roi Dolorum, qui souhaite sauver son peuple. Quelques cinématiques, façon dessin animé low-cost, viendront ponctuer votre aventure entre 2/3 chapitres, histoire d'illustrer les événements clés. Il est clairement difficile de s'accrocher aux personnages ou à l'histoire qui reste très basique et classique, et surtout pas ou peu mise en scène.

Le mode Campagne, celui qui vous occupera sans doute principalement, vous propose 34 missions à travers 7 chapitres... avec globalement 4/5 objectifs différents possibles. Vous allez vite comprendre ce que les mots "ennuyeux" et "répétitif" signifient dans Extinction. Pour valider une mission et passer à la suivante, vous devrez réussir un objectif principal qui peut être : tuer un certain nombre de Raveniis, de sauver X Civils, de tuer X Chacals ou de protéger X Tour de guets.

Vous aurez aussi des objectifs secondaires qui peuvent être... un des autres objectifs cités dans la phrase précédente. Oui, pour l'originalité et la variété, on repassera, ce ne sont clairement pas les mots qui caractériseront le mieux Extinction. Ces objectifs, en plus d'être toujours les mêmes (seul leur importance change), deviennent parfois ridicules en fonction des missions. Il ne sera pas rare de pouvoir en finir une en se consacrant uniquement à l'extermination de géants, sans chercher à sauver le moindre civil (vous êtes quand même censé sauver l'Humanité d'après le scénario, non ?). De même, certaines missions sont gérées aléatoirement, et il est possible d'avoir un objectif secondaire identique ou presque à l'objectif principal : si c'est du coup facile de compléter la mission à 100%, cela reste tout à fait ridicule.

Fort heureusement (je ne sais pas si vous remarquez l'ironie à l'écrit), entre deux missions de la Campagne, d'autres modes de jeux vous permettront (ou pas) de "varier" les plaisirs. Tout d'abord, le Défi Quotidien vous accordera une seule et unique tentative par jour, afin de réaliser le meilleur score possible et bien figurer au classement online. Ensuite, le Mode Extinction vous proposera des vagues d'ennemis infinies où le but sera de résister le plus longtemps avec une seule vie et de réaliser le meilleur score possible, encore une fois. Enfin, le mode Escarmouche, propose un concept identique aux missions générées aléatoirement dans le mode Campagne, à ceci près que vous pourrez partager un "code" avec un ami, pour comparer vos performances sur un même niveau (en supposant que vous souhaitiez acheter ce jeu, et que vous ayez un ami assez fou pour vous suivre dans cette démarche, mais pourquoi pas). On peut rajouter les missions de Sauvetage Enchainé qui se débloqueront en milieu de Campagne, vous demandant de sauver tous les civils le plus rapidement possible.

Au final, compléter le mode Campagne devrait vous occuper moins d'une dizaine d'heures sans chercher à avoir le 100% sur toutes les missions. Les autres modes de jeux ne seront que du réchauffé de ce que vous aurez vu avant, rallongeant finalement la durée de vie du jeu de façon très artificielle.

 

Note : 2/5

Aspect technique du jeu


Les scènes cinématiques sont réalisées façon dessin animé.
Visuellement, si le jeu ne peut pas prétendre à être dans le haut du panier de ce qu'on peut voir sur cette génération, il s'en sort finalement pas si mal. Le côté "cartoon" aide sans doute pas mal pour proposer un jeu plutôt propre sans forcément casser la baraque (pas comme ces Raveniis... qui eux ne se gênent pas pour les casser les baraques, ah ah). D'ailleurs, la destruction du décor (bon oui, les bâtiments sont sans doute fait en placo vu leur résistance) par les Raveniis est bizarrement plutôt bien faite, même si on pourra chipoter que ça manque un peu de gravats et d'arbres abattus au sol après le passage des géants. Si les développeurs considèrent qu'il y a 4/5 environnements différents, on peut vraiment dénombrer deux types de maps : celles en plaine plus verdoyante, et celles plus montagneuses, et demandant de gérer des sauts (éventuellement au grappin) parfois au dessus de champs d'épines (qui vous tueront au moindre contact, oui ça pique).

De même, le jeu reste globalement fluide en toute circonstance mais le gameplay vous fera arracher les cheveux (enfin pour moi, c'est plus trop possible mais passons). Tout d'abord, les combos manquent cruellement de variété : seule la touche (carre) sera sollicitée pour vaincre les ennemis à votre taille (oui je charrie, les combats "Experts" permettent de rajouter (rond) ... qui sert à esquiver l'ennemi avant de reprendre le combo). Pour les Raveniis, c'est la touche (L2) qui vous permettra de briser les pièces d'armure avant d'achever par une décapitation en bonne et due forme. Ce qui est assez cocasse, c'est qu'en améliorant vos compétences et en avançant dans la Campagne, vous vous rendrez compte qu'il est finalement plus facile de gérer et tuer les chacals en usant et abusant de (L2). Le rythme des combats sera totalement cassé certes, mais le bullet time associé à l'efficacité de cette attaque, vous fera préférer cette technique pour gérer de nombreux ennemis.

Pour vous aider dans votre tâche, vous pourrez débloquer donc des améliorations pour que votre héros saute plus haut, que son arme soit toujours un minimum chargée, ou encore tout simplement pour augmenter sa santé ; même si l'intérêt de monter sa santé est limitée, les Ravenii n'ayant besoin que d'un coup pour vous terrasser. Et autant être clair, même le courant d'air provoqué par les phalanges du Ravenii peut vous mettre à terre. D'ailleurs, vous "apprécierez" sans doute de reprendre au seul et unique point de spawn à chaque mort ; si dans les niveaux très ouverts on arrive à revenir assez rapidement vers le Ravenii à éliminer, sur les niveaux demandant d'user du grappin et des sauts pour passer d'une zone à l'autre, il sera sans doute plus simple et plus rapide de recommencer la mission. Les déplacements au grappin sont aussi une plaie dans Extinction ; que ça soit pour passer par dessus un champ d'épines, ou atteindre les gantelets du Ravenii, il n'est pas rare de ne pas voir ou savoir où on va atterrir (quand on arrive encore à utiliser le grappin avec cette caméra qui ne vous aidera pas). Si on pouvait espérer que le travail (hum hum) du studio sur le portage de Batman Arkham Knight sur PC, l'aurait inspiré dans l'élaboration des combos, esquives, ou utilisation du grappin, force est de constater qu'il y a encore du travail avant d'arriver à la cheville d'un studio comme Rocksteady.

Côté son, ce sera du très convenu, les menus proposent un thème à base de percussions et de violon, annonçant une aventure épique. En jeu, si on retrouve l'importance des percussions accompagnés d'exclamations guerrières, il faut bien voir que la bande-son se fera finalement discrète. En effet, quand vous utiliserez (L2) , le bullet-time fait que la musique sera aussi ralentie et donc inaudible.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Ce sont bien les combos du "Combat Expert", vous avez bien lu.
Vous l'aurez peut-être compris avant même d'arriver à cette partie du test : difficile de prendre un quelconque plaisir manette en main, avec Extinction. Si la première demi-heure n'est pas désagréable, éliminer pour la première fois un ennemi de plus de dix mètres de haut étant assez grisant, la suite ne sera que frustration. La répétitivité qui s'installe très, trop rapidement est la première responsable de ce fiasco : les environnements varient pas ou très peu, les Raveniis ne se distinguent que par leur changement de couleur ou d'armure, les ennemis lambdas sont peu variés (et ne servent à rien à part si un objectif vous demande de les éliminer), et les combos ne se composent que d'une seule touche !

On a pas vraiment la sensation de progression dans Extinction, une fois qu'on sait comment éliminer les Raveniis, c'est valable tout le reste du jeu. De plus, le scénario n'est qu'un prétexte pour enchaîner des missions qui se ressemblent toutes ; même quand on espère un changement de décor, ou même des missions qui changent de l'ordinaire, non finalement, le jeu décide de faire son fainéant. On en finit presque par regretter qu'il n'y ait pas des missions où on puisse partir à la chasse aux collectibles, alors que l'histoire pourrait nous le proposer... mais non, on nous rappelle rapidement que nôtre rôle est juste d'éliminer les Raveniis et de protéger les populations.

D'ailleurs, si les combats contre ces géants peuvent être la partie la plus intéressante du jeu sur le papier, dans les faits, c'est une autre histoire. Il faudra commencer par briser les pièces d'armure que portent les Raveniis : en fonction de leur matériau, elles peuvent se détruire en une seule attaque (pour celles en bois), demander de briser le ou les cadenas (quand elles sont en or par exemple), ou alors patienter qu'elles ont servi à une attaque avant de pouvoir être détruites (pour celles en os). Une fois que vous avez brisé une pièce d'armure, vous pourrez trancher le membre qu'elle protégeait (jambe ou bras), vous permettant de vous rapprocher de l'objectif final : la tête. Celle-ci pourra être aussi protégée par un casque ou un collier qu'il faudra au préalable détruire pour pouvoir espérer décapiter le monstre. Une fois la nuque libérée, il faudra espérer que votre arme soit enfin "chargée" pour achever le Ravenii. La jauge de votre arme se remplit en sauvant les civils, en détruisant les pièces d'armure, ou encore en coupant les membres du Ravenii. Si pour les premiers d'entre eux la technique d'élimination est acceptable, elle va vite devenir le fléau du gameplay quand vous allez devoir enchaîner les décapitations, tout en veillant à protéger la population : si la ville est détruite (donc lorsque le pourcentage en haut de l'écran atteint 0%), c'est le game over. Et que dire de cette caméra de l'enfer lors des phases de combats contre les Raveniis ; maintenir (L2) arrêtera le temps quelques secondes certes, mais parfois il sera tout simplement impossible de viser le cadenas, la caméra cachant la visibilité, ou ne vous permettant pas de viser correctement.

Ah et je ne vous ai pas encore tout dit, Extinction est sorti chez tout bon revendeur, pour la modique somme de 60€ (oui oui, vous avez bien lu). Alors je sais que le prix d'un jeu ne doit pas forcément rentrer en compte dans son jugement, mais dites vous que pour le même prix, vous aviez Attacks on Titans 2 le mois précédent, ou God Of War qui sort dix jours après, dans le cas où vous souhaiteriez des combats épiques et/ou contre des géants. Vous comprendrez donc qu'entre un jeu tiré d'un des mangas les plus populaires du moment (A.O.T 2), d'un autre qui voit le retour d'un personnage culte de la marque Playstation dans un nouvel épisode qui s'annonce énormissime (God Of War), ou Extinction qui fait à peu près rien correctement, le choix devrait être rapide.

 

Note : 1/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Une fois que vous aurez fini la Campagne, aurez-vous envie de continuer le jeu ?
Si on prend la liste de trophées d'Extinction sans parler du jeu en lui-même, elle est tout à fait classique et cohérente. Finir la Campagne du jeu devrait vous donner environ 40% des trophées du jeu. Vous aurez en effet réussi à trouver les failles de chaque type d'armure des Raveniis (et éliminer les Raveniis qui les habitait), ainsi que sauver suffisamment de civils pour obtenir les trophées qui y seront liés.

Le reste des trophées consistera notamment à compléter le jeu à 100%, on obtenant toutes les améliorations et en réussissant tous les objectifs secondaires de toutes les missions. Notez toutefois que les objectifs secondaires devront tous être réalisés dans une seule et même mission pour être validés ; si vous avez réussi deux des trois quêtes secondaires à votre première tentative, réussir la quête manquante ne suffira pas.

Enfin, vous serez invités à tester (et à performer aussi) les différents autres modes de jeux proposés par Extinction : il faudra terminer 10 Défis quotidiens, 10 Escarmouches et 10 batailles en mode Extinction. Cerise sur le gâteau, il vous sera demandé aussi d'obtenir toutes les étoiles dans les épreuves de Sauvetage Enchainé, qui consistera à sauver tous les civils le plus rapidement possible, et de réaliser un score supérieur à 1 000 000 en mode Extinction (mode où je rappelle que vous n'avez qu'une seule vie, et tout game over oblige de repartir de zéro).

Au final sur le papier, les trophées, bien que pas forcément faciles à obtenir ou accessibles à tous, restent somme toute assez classiques et ne demandent pas de choses aussi insensées que cela. Le gros problème est surtout de savoir si finalement, vous aurez envie de relancer le jeu après la cinématique de fin de la Campagne. Pour ma part, la réponse est clairement non, et c'est en cela que le plaisir de faire les trophées est intiment lié au jeu. Après avoir galéré des heures avec une caméra jamais bien placée, avoir matraqué la touche (carre) ainsi qu'abuser de la découpe de membres avec (L2), vous ne devriez juste plus avoir envie de continuer le jeu, et de répéter encore et encore ce même schéma jusqu'au platine. Le pire reste peut-être les Sauvetages Enchainés, qui paradoxalement proposent un mode de jeu un peu différent, puisqu'il ne sera pas question d'éliminer ses ennemis mais de sauver le plus de civils en étant rapide sur la phase de "plate-forme". Sauf que cet aspect du jeu combine les déplacements totalement loufoques de votre héros entre le grappin et les sauts qui font un peu ce qu'ils veulent, le tout accompagné par une caméra encore et toujours totalement perdue.

S'il est sans doute possible d'obtenir le platine en 20/30H pour les plus fous et courageux, il faudra prévoir sans doute quelques séances chez un professionnel médical compétent par la suite.

 

Note : 2/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
7/20

Si le jeu vidéo doit rester un plaisir, un passe-temps, permettant de se détendre, de s'émerveiller et de passer un bon moment, fuyez Extinction. Vraiment. Même si on vous l'offre.

Je recommande ce jeu :
À personne