Test : DiRT Rally


DiRT Rally
  • 1
  • 2
  • 8
  • 37
Note des joueurs :
4.6/5 - 33 notes
Note des platineurs :
4.8/5 - 10 notes

DiRT Rally

ps4


48 trophées au total
0 trophée caché

1272 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 81 joueurs (6 %)
100% par : 81 joueurs (6 %)
Note du jeu
15/20
Discuter du test

Test du jeu
DiRT Rally

  • Test rédigé par Warriortidus le 23-04-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


On retrouve la fameuse 405T16 sur la course Pikes Peak...
Après des épisodes plutôt axés arcade et s'éloignant du rallye traditionnel, la série DiRT revient aux fondamentaux par le biais de son nouvel épisode : DiRT Rally ! Initialement proposé en early-access sur PC depuis presque un an pour être disponible en décembre dernier sur Steam, le jeu débarque ce mois-ci sur consoles de salon, dont notre chère Playstation 4. Et autant le dire tout de suite, DiRT Rally compte bien secouer la concurrence, en proposant une approche radicalement différente ; celle de la simulation de Rallye qui se veut autant réaliste que possible.

Contenu du jeu


...ou encore l'Alpine A110 !
Retour aux sources.

Comme le suggère le nom du jeu, DiRT Rally se rappelle aux bons souvenirs de son ambassadeur Colin McRae, en faisant un retour remarqué dans le monde de la simulation de Rallye. On retrouve donc le plaisir d'enchaîner les spéciales dans 6 pays différents (Finlande, Suède, Allemagne, Grèce, Pays De Galles et Monte-Carlo) à bord de véhicules ayant marqué leurs époques ; des années 60 à aujourd'hui. Vous aurez le choix entre une trentaine de voitures, allant de la Renault Alpine A110, à la dernière Polo Rallye, en passant par la Peugeot 205T16 Evo 2 ou autre Lancia Stratos. Si le nombre de véhicules peut paraître léger, la variété reste au rendez-vous, et on prendra plaisir (ou pas, c'est selon) à essayer de dompter les vieilles mécaniques.

En plus du Rallye traditionnel, on notera la présence de la course de côtes Pikes Peak, ainsi que d'épreuves de Rallye Cross (avec la licence FIA World Rallycross Championship), et de leurs bolides respectifs, pour atteindre un total de 46 volants différents dans DiRT Rally. Ces deux derniers modes de jeux proposent trois circuits de base chacun, avec leurs variantes (changement de tracé ou de surface).

Long sera le chemin.

Comme tout bon jeu de voitures actuel, vous aurez un mode carrière qui vous permettra de participer à ses trois types d'épreuves, chacune proposant 5 modes de difficultés, dans un système de promotion/relégation. Pour passer au championnat supérieur, il faudra finir dans les 3 premiers... Mais si vous finissez dans les trois derniers, vous descendrez à la catégorie inférieure. Vous serez libre de choisir la catégorie de véhicules, aucune obligation à ce niveau là, l'IA pouvant rouler sur des véhicules de même catégorie. A vous donc de faire le bon choix lorsque vous achèterez votre bolide ; dans certaines catégories, il faut parfois sacrifier un peu de puissance contre plus de maniabilité (les propulsions demandant un certain entraînement pour être maîtrisées).

Une fois votre acquisition faite, le jeu vous proposera aussi de recruter des ingénieurs et de les faire évoluer. Ces derniers pourront vous réparer votre voiture dans le temps qui est imparti, et comme vous le comprendrez, plus ils sont performants, mieux ils pourront intervenir sur votre voiture. Ils pourront aussi obtenir des avantages (débloqués en accumulant les km), vous permettant d'accélérer le processus d'amélioration de votre véhicule (moyennant crédits). Car oui, chaque véhicule pourra (et devra) être amélioré, afin d'atteindre les sommets des classements, mais pour cela, il faudra accumuler les kilomètres avec le véhicule en question (les améliorations sont plus ou moins nombreuses selon ces derniers). Bien entendu, ceux qui aiment mettre les mains dans le cambouis apprécieront les réglages disponibles (suspensions, différentiel, boîte de vitesse, etc) afin d'aller chercher les secondes manquantes pour gagner.

On regrettera cependant que la partie Carrière ne propose pas de mise en scène ou de scénario. Vous enchaînez les courses, vous empochez des crédits, vous achetez la voiture de votre choix, vous changez de niveau en fonction de votre classement, c'est tout. Il n'y a pas d'animations pour les podiums par exemple, ni d'objectifs de manager, vous demandant de passer d'une catégorie de voiture à l'autre, ou de finir à une place précise. De même, si on peut participer à des championnats personnalisés, on n'a malheureusement pas le choix des spéciales, qui seront attribuées aléatoirement (sans doute pour éviter que certains n'abusent d'une spéciale qui leur réussit, pour engranger toujours plus de crédits).

Vous ne roulerez pas seul...ou presque.

En plus du mode carrière, vous aurez aussi une partie "online", qui se divise elle-même en deux parties : les Épreuves, et le Joueur contre Joueur. Concernant les Épreuves, vous aurez chaque jour, semaine et mois, des épreuves disponibles, vous permettant de réaliser un chrono (sous réserve que vous ayez un véhicule éligible à votre disposition), et de récupérer des crédits en fonction de votre performance et de votre position au classement. Il est important de savoir que vous n'aurez à chaque fois qu'une seule et unique tentative pour faire un temps référence, il ne faudra pas se louper. Sachez aussi que l'épreuve mensuelle proposera jusqu'à 24 spéciales, qui apparaîtront chaque jour du mois, vous demandant à la fois d'être performant sans risquer l'accident fatal, vous êtes prévenu. Pour ceux qui ne souhaitent pas se contenter d'un mode online basé sur des classements, le jeu propose aussi la possibilité de vous affronter directement sur circuit, donc en mode Rallycross, contre d'autres joueurs. Tous les coups ou presque seront permis pour ces courses rapides et nerveuses, se prêtant plutôt bien à des parties multijoueurs. Enfin, on notera la présence d'un mode League, vous permettant de créer des compétitions online avec vos amis, sur des épreuves que vous pourrez préparer via le site Dirtgame.

En conclusion, on trouve des modes de jeu plutôt classiques mais efficaces et même un mode Didacticiel, comprenant quelques vidéos vous expliquant comment piloter en Rallye (même si une école de pilotage façon permis de Gran Turismo, aurait été un plus). Si le contenu n'est pas forcément énorme sur le carnet de route, le jeu en lui-même vous proposera tout de même des dizaines d'heures de jeu, de par sa difficulté et sa progression.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Le Rally-Cross permet de varier les plaisir sur DiRT Rally.
Le cœur du jeu...la conduite !

Bien qu'en temps normal, j'aurai eu tendance à m'attarder en premier sur la partie visuelle du jeu, je vais commencer par parler du cœur du jeu : le gameplay. Comme dit plus haut, on a affaire à une simulation de Rallye, donc si vous vous étiez habitué à la conduite arcade des derniers DiRT, vous pouvez tout oublier. Manette en main, vous allez passer des heures à maîtriser les différents véhicules mis à votre disposition. En effet, on ressent très bien les différences entre chaque type de traction et il vaudra mieux débuter sur une traction avant, plutôt que de se lancer directement sur une propulsion, même si c'est tentant. Surtout que, contrairement aux derniers jeux de Rallye, vous n'aurez pas le droit à l'erreur, ni le choix dans la difficulté.

Si vous aimiez la commande replay vous permettant de revenir quelques secondes en arrière, oubliez cette habitude, DiRT Rally ne vous la propose pas et vous pénalisera même, s'il doit vous remettre sur la piste suite à une sortie de route (jusqu'à 15 secondes de pénalité). Bienvenue dans la simulation made in Codemasters ! Et le réalisme ne s'arrête pas là, vous pourrez bien entendu activer/désactiver l'ABS ou encore le classique anti-patinage, mais aussi de choisir l'embrayage manuel, et d'activer vous-même les essuies-glaces, pour pousser la simulation à son paroxysme. Ceux qui auront assez de courage pour se rajouter des malus à un jeu déjà difficile, pourront obtenir plus de crédits à la fin d'une épreuve, les récompensant de leur ténacité. D'autant plus que l'IA vous posera pas mal de soucis, et vous ne gagnerez pas de courses dès le début. S'il est possible de finir dans la première moitié du classement avec un peu d'efforts, atteindre les premières places demandera beaucoup de talent, de la patience, et une voiture au top de sa forme.

Et, ce n'est pas fini !

Ces premières lignes sur le gameplay vous effraient déjà ? Pourtant, ce n'est pas encore fini ! A défaut de proposer un nombre conséquent de tracés ou de pays, DiRT Rally se rattrape par leur variété. Chaque spéciale comportera son lot de pièges, de virages retords, de sections étroites, ou encore de changements de surfaces (comme le verglas à Monte-Carlo). Votre copilote ne vous manquera pas de vous les notifier (le fameux "virage gauche/droite sans couper" risque de finir dans les phrases cultes du jeu) mais sachez que même un petit mur de neige inoffensif en Suède ou un bas-côté tout mignon aux Pays de Galles sera source de danger ou du moins de ralentissement fatal. Pour compléter le tout, chaque spéciale pourra être faite dans différentes conditions climatiques, ou à différents moments de la journée. S'il n'est pas question de météo dynamique à la Drive Club (s'il pleut ou fait nuit, c'est pendant toute la course), on découvre ainsi les spéciales sous un autre jour. Soyez juste prudent la nuit... Casser vos phares avant pourrait bien vous obliger à abandonner ! Côté dégâts justement, on sera un peu plus partagé sur la question : s'ils existent et influencent bien sûr le comportement de votre véhicule au point d'être parfois obligé d'abandonner, on a souvent un peu de marge avant que ça devienne vraiment pénalisant.

Pour le plaisir des yeux.

Passons maintenant à la partie qui effrayera moins les joueurs, la réalisation graphique ! Par rapport à ses concurrents directs, DiRT Rally n'a pas à rougir et propose un jeu plutôt beau, soigné, et surtout fluide en toutes circonstances. Le jeu sait très bien retranscrire l'ambiance de chaque pays, avec des effets lumières sachant mettre en valeur chaque tracé. Les plus exigeants trouveront que certaines textures, ou même tout simplement les spectateurs manquent cruellement de réalisme, mais si vous êtes concentré sur votre course, pied au plancher, c'est le genre de détails qui passera vite aux oubliettes. Surtout si vous choisissez la vue interne, celle qui donne le plus de sensations, l'impression de vitesse, les sons typiquement métalliques de votre voiture, vous feront rapidement oublier tout ce qui entoure la course, même un hélico qui passe au dessus de vous pour filmer vos exploits.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Une Stratos, la Suède, en pleine nuit... Bon courage pour finir la spéciale !
Râlera bien qui finira le rallye dernier.

Si vous avez lu le test jusqu'ici, vous aurez compris que le volant de DiRT Rally n'est pas à mettre dans toutes les mains. Le jeu est difficile, exigeant. Il sera sans doute frustrant pour une bonne partie des joueurs et demandera un investissement non négligeable pour progresser. Et pourtant, le jeu fait partie de ceux où on peut prendre du plaisir sans gagner. Au fur et à mesure que vous apprendrez à dompter votre bolide, et le terrain, on se surprend à être satisfait de lutter pour une 3e place, même lorsque la plus haute marche du podium reste encore très éloignée. On a de bonnes sensations manette ou volant en main (autant en terme de gameplay que de réalisation), un gros challenge, et suffisamment de variétés (en termes de véhicules ou tracés) pour qu'on s'y attarde pendant des dizaines d'heures. Vous n'aurez pas besoin d'attendre d'avoir les moyens de vous procurer les meilleurs voitures pour apprécier le jeu, même une petite Alpine toute mignonne vous réserve quelques belles surprises.

Au final, si le jeu laissera bon nombre de pilotes en herbe sur le bord de la route, rebutés par une difficulté présente dès le début du jeu, DiRT Rally promet aussi de longues heures de plaisir pour celui qui accepte d'être patient et persévérant.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Probablement votre premier trophée...retomber sur ses roues après un tonneau.
Ne jamais se fier aux apparences.

Le plaisir qu'on obtiendra (ou pas) à chasser le platine sera étroitement lié à celui de jouer et rejouer au jeu. En effet, les trophées vous amènent à jouer et progresser dans les différents modes de jeux (solo ou online), et dans les différentes catégories de véhicules. Vous pourrez tout à fait jouer sans prêter attention aux trophées, il faudra un peu tout tester et gagner. Il n'y a pas de trophées demandant des actions improbables, ou de farmer des crédits, et ceux liés aux modes online ne demande qu'un investissement modéré vis à vis du mode solo. Ceci étant, vous aurez compris que la difficulté du jeu fait que le platine n'est accessible qu'à une poignée de pilotes acharnés, et qu'il va falloir se battre pour mériter le trophée tant convoité.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15/20

Il est clair que DiRT Rally n'est pas à mettre entre toutes les mains. Cependant, pour qui veut bien lui accorder du temps et de l'envie, le jeu peut vite se révéler addictif de part son challenge et sa difficulté. A réserver aux pilotes avertis !

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux spécialistes du genre, Aux chasseurs de trophées/platine difficile