Test : Diablo III : Reaper of Souls


Diablo III : Reaper of Souls
  • 1
  • 2
  • 19
  • 32
Note des joueurs :
4.7/5 - 89 notes
Note des platineurs :
4.5/5 - 52 notes

Diablo III : Reaper of Souls

ps4


54 trophées au total
0 trophée caché 1 DLC

4757 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 1566 joueurs (33 %)
100% par : 184 joueurs (4 %)
Note du jeu
15/20
Discuter du test

Test du jeu
Diablo III : Reaper of Souls

  • Test rédigé par matrobymat le 10-06-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Une lueur transperce le ciel. Une immense boule de feu déchire le voile sombre des nuages, suivie par une traînée incandescente. Dans son sillage : malheur, destruction, enfer et damnation. Deckard Cain avait su interpréter les signes, mais il est trop tard. Le mal s'est abattu sur Tristram, et le monde pourrait bien changer à tout jamais. Des hordes de démons surgissent du cratère creusé par la météorite, et les morts se relèvent aux alentours. Mais tout espoir n'est pas perdu. Par encore. Un héros surgit des ténèbres, se frayant un chemin entre les monstruosités à grands coups de hache et de sorts de feu. Sera-t-il le sauveur qui ramènera la paix ? Sera-t-il capable de trouver la cause de ce déchaînement maléfique et de l'arrêter ? Il vous appartient d'écrire l'histoire.

Contenu du jeu


Le croisé, nouvelle classe de cette édition Reaper of Souls
C'est sur cette cinématique d'introduction que s'ouvre Diablo 3. L'édition Reaper of Souls dont il est question ici est sortie sur PS4 deux ans environ après l'édition standard de Diablo 3, sortie elle sur PS3. Dans cette mouture, Blizzard a ajouté un acte entier, une nouvelle classe et des nouveaux modes de jeu. Rappelons qu'il s'agit d'un hack n' slash à l'ancienne, ce qui veut dire que vous passerez de longues heures à découper du monstre de toutes les manières pensables et imaginables, et cela en vue 3D isométrique.

Miroir, miroir, dis-moi qui a le plus beau perso ?

Mais commençons par le début : la création du personnage. Diablo n'a jamais été un RPG, et n'a pas vocation à l'être. Vous ne pourrez pas ici modifier les traits de votre personnage, en lui donnant par exemple une inclinaison de sourcils de 30 degrés. Non, vous ne pourrez pas non plus lui donner les yeux verts et un menton légèrement proéminent. N'en déplaise aux narcissiques qui aiment à créer un avatar qui leur ressemble, ici vous ne pourrez choisir que la classe du personnage, son sexe, et c'est tout. Ah non, j'oubliais, vous pourrez tout de même lui donner le nom que vous voulez. Alors, heureux ?

Parlons des classes justement : au nombre de six, elles s'avèrent classiques (barbare, croisé, chasseur de démons, moine, féticheur et sorcier) et décideront du look initial de votre personnage. Chaque classe aura sa raison propre d'entrer de plein pied dans le conflit, mais cela n'aura finalement d'influence que dans une seule cinématique. Ensuite, que ce soit dans la manière de jouer ou d'appréhender l'histoire et les combats, choisir une classe ou une autre n'aura finalement que peu d'importance.

Rassurez-vous cependant, chaque joueur se retrouvera au final avec un personnage spécifique, car le jeu dispose d'un nombre d'items d'armures phénoménal, chaque pièce modifiant le look de votre avatar, en plus bien sur de ses capacités physiques, d'attaque et de défense.

Tout ça pour quoi ?

Le but de l'aventure sera donc dans un premier temps de découvrir ce qui s'est écrasé à Tristram. Au fil des rencontres et des découvertes scénaristiques, vous serez embarqué dans une lutte entre le bien et le mal, les cieux et les enfers, dont le but final (enfin presque) sera bien évidemment de défaire le seigneur du mal : Diablo. L'histoire se décomposera donc en 5 longs actes (les 4 actes initiaux, plus celui ajouté par cette édition) qui vous emmèneront dans des contrées tantôt désertiques, tantôt marécageuses ou forestières. Vous traversez des villes, des cimetières, des grottes, des sanctuaires ou des temples. Vous pérégrinerez de jour comme de nuit, par beau temps ou par temps de pluie, et il y en aura vraiment pour tous les gouts. L'histoire racontée est bonne, épique, même si elle peut manquer un peu de rebondissements, le seul qu'il y ait étant très prévisible.

Il s'agit d'un détail car vous prendrez surement beaucoup de plaisir à jouer à Diablo, et terminer l'aventure pour la première fois, en difficulté normale, vous prendra entre 50 et 80 heures. Cela dépendra de votre envie d'explorer les zones, ou au contraire d'aller directement à l'objectif. Notons que dans Diablo, la carte se dévoile au fur et à mesure de votre avancée, et que l'emplacement de l'objectif n'est donc pas affiché lors de votre arrivée dans la zone. Il n’apparaît sur la map que lorsque vous vous en êtes suffisamment approché. Il y a donc une partie de chance également dans le temps que mettrez à trouver l'objectif, si votre souhait est d'aller droit à l'essentiel.

Et comment on fait ça ?

Tous les modes de jeu servent ce but ultime : éradiquer le mal. Pour ce faire, vous commencerez surement par la campagne solo et ses 5 actes donc. Vous pourrez jouer cette campagne dans 14 difficultés différentes, et en changer à volonté au cours de l'aventure, selon votre envie. Petite subtilité qui a son importance, lors de la création de votre personnage, vous pourrez confectionner soit un perso en mode normal, soit un perso en mode extrême. Le mode extrême n'a qu'une seule différence, mais elle est de taille : dès que vous mourrez, votre héros devient inutilisable. La mort est définitive.

Une fois la campagne terminée, vous pourrez vous attaquer au mode aventure, la nouveauté de cette édition Reaper of Souls. Dans ce mode (que vous pourrez jouer avec votre personnage normal ou extrême, et également dans la difficulté de votre choix) vous pourrez voguer à volonté entre les différents actes du jeu. Vous pourrez choisir de vous promener librement et d'affronter tous les ennemis pour augmenter votre niveau, gagner des items ou de l'argent. Les boss seront également de nouveau de la partie.

De plus, vous aurez la possibilité d'accepter des primes. En effet, chaque acte vous proposera 5 missions à accomplir, en échange d'XP et d'argent. Ces missions seront des missions aléatoires créées à votre arrivée dans l'acte. Si vous remplissez toutes les primes d'un acte, vous serez récompensé par un autre gain d'XP et d'argent, mais aussi par des items bonus, et quelque fois, par des clés de faille supérieure. Cela nous amène à parler des failles Néphalem. Dernier élément de jeu du mode aventure, les failles Nephalem sont des donjons remplis d'ennemis plus ou moins forts bien sûr en fonction de la difficulté que vous avez choisi. Une fois un certain nombre d'ennemi vaincus, un boss apparaîtra, et une fois battu, la faille pourra être refermée, et vous gagnerez de nouveau de nombreuses récompenses.

Tout ça tout seul ?

Le mode aventure est le seul mode auquel vous pourrez jouer online, en coop. 4 combattants peuvent donc allier leurs forces pour terminer les primes plus rapidement (en jouant tous la même prime pour remplir la mission plus vite ou en se répartissant les primes pour toutes les terminer plus vite). L'or et l'XP sont gagnés par tous les joueurs, et les objets sont ramassables par tous, mais l'action doit être faite de manière effective.

Le contenu de Diablo 3 Reaper of Soul est énorme. Si l'on peut regretter un léger manque d'ambition dans la création du personnage, celle-ci est bien vite oubliée grâce à la quantité phénoménale d'items qui peuvent personnaliser votre avatar. La campagne est intéressante à suivre, et le mode aventure permet de prolonger le plaisir pour ceux qui n'en auraient pas encore assez de l'univers dévasté de Diablo.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Les cinématiques sont époustouflantes
La saga Diablo démarre en 1997, et autant dire que depuis, Blizzard a su tirer profit des avancées technologiques, sans se renier pour autant, notamment en gardant la vue en 3D isométrique dont je parlais tout à l'heure.

La belle technique que voilà

Graphiquement, le jeu est superbe. Il garde malgré tout un caractère légèrement désuet à cause de cette vue particulière et d'un autre temps, mais Blizzard a été capable d'ajouter tout un tas d'effets visuels rendant l'action agréable à l’œil. Les différents environnements ont une identité propre, sont bien rendus et rien ne vous choquera au niveau visuel. Les sorts magiques peuvent être superbes, tantôt flamboyants, tantôt de glace ou de foudre, il y en a pour tous les goûts, pour toutes les couleurs et le résultat est assez joli. Les environnements et textures sont jolis, la plupart étant destructibles par le joueur. Il y a des ajouts visuels dans tous les coins, mais sans en faire trop, sans faire trop Hollywood.

Et c'est au niveau des cinématiques que Blizzard frappe un grand coup. Celles-ci font indéniablement partie des plus belles que j'ai vues, et il est vraiment dommage qu'il n'y en ait pas plus. En effet, il y en a seulement une au début de chaque acte, alors que le changement d'épisode à l'intérieur d'un même acte est lui annoncé par une cinématique faite d'artworks animés. Impossible de dire que ces séquences ne sont pas jolies, mais lorsqu'on a vu les cinématiques en image de synthèse, difficile de les oublier.

Côté sonore, l'ambiance n'a rien à envier au graphisme. Il y a toujours une musique de fond collant à l'ambiance, et les bruitages sont bien réalisés, sans trop en faire. Les doublages des personnages sont bons, et très nombreux. Régulièrement, votre personnage fera des commentaires, ou parlera avec ses compagnons d'aventure. En vous baladant vous trouverez régulièrement des livres qui, lorsque vous les ramasserez déclencheront des récits sonore relatant un pan de l'histoire de Diablo 3 et des personnages. Les doublages sont parfaits, les voix et les accents étant toujours fort à propos.

Et le gameplay dans tout ça ?

Mais c'est véritablement au niveau du gameplay que Blizzard montre tout son savoir faire. La maîtrise est parfaite, sans faute, et sans reproche. Déplacement au stick gauche hyper précis, roulade à l'aide du stick droit, et attaques avec tous les autres boutons. La vue en 3D isométrique pose régulièrement problème aux autres jeux, mais ici ce n'est pas le cas. Les textures s'effacent (deviennent transparentes) à votre passage ou lorsqu'un objet est caché derrière. Il n'y a pas de fausse note, et la caméra n'est jamais prise en défaut. Les fioles de vie ou d'augmentation de puissance sont automatiquement ramassées lorsque vous vous en approchez (certains items réduisant la distance nécessaire d'approche) ainsi que les pièces. Les objets eux sont ramassés par appui sur un bouton.

Cela m'amène à la gestion de l'inventaire, elle aussi parfaite. Chaque élément de l'armure est représenté autour du personnage, et lorsque l'on sélectionne une partie du corps du héros, il est possible de naviguer entre les items. En un coup d’œil rapide, on voit si l'objet en question est meilleur que celui que l'on porte déjà. Les caractéristiques précises des items sont également visibles, s'il l'on souhaite plus d'informations.

En pleine action, les attaques s’enchaînent à un rythme effréné, et les cadavres s’amoncelant sur votre passage, vous récupérez quantité d'objets. Dès votre inventaire plein, là encore, pas de prise de tête : à la moindre accalmie, vous appuyez sur la flèche droite, et vous revenez au camp, là où vous pourrez revendre vos objets auprès des marchands (ou en acheter d'autres). Une fois votre inventaire convenablement géré, vous repassez par le portail que vous avez ouvert quelques secondes avant, et retour à l'action.

Blizzard maîtrise parfaitement son sujet. La saga en est au troisième opus, et cela se sent. Techniquement, tout est très bon, et le gameplay est pensé et véritablement rodé. Vous n'aurez jamais l'occasion de vous dire : "là ils auraient pu faire ceci ou cela" car Blizzard semble véritablement avoir pensé à tout pour le joueur puisse se concentrer sur la seule chose qui compte : le plaisir de jouer

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Votre jauge de compétence est la seule chose qui retiendra votre attention pendant les combats, aussi beaux soient-ils
Une découverte intéressante et une progression constante

Votre première partie sera, à n'en pas douter, agréable à tous les points de vue. Faire gagner des niveaux d'expérience à son personnage lui permet non seulement d'être plus fort et de ramasser de meilleurs objets, mais également d'apprendre de nouvelles compétences. Vous aurez ainsi le choix entre plusieurs sorts, ou plusieurs coups, à affecter à chaque bouton de la manette. En combat, vous utilisez ces compétences (si votre jauge de compétence est assez remplie) et dès lors, vous devez attendre un certain temps avant de pouvoir de nouveau utiliser la compétence en question. Monter de niveau débloquera également des compétences passives, parmi lesquelles vous devrez choisir celles qui vous intéressent. Le nombre de compétences actives et passives et assez conséquent, et chacun fera les choix qui lui conviennent le mieux.

Le choix des objets et pièces d'équipement utilisés aura également une incidence sur votre expérience. Si vous avez la chance de tomber sur des objets qui vous confèrent des bonus défensifs importants, vous pourrez ainsi, si vous le souhaitez, concentrer vos compétences actives et passives sur l'attaque. Ou inversement.

Explorer les divers environnements (et détruire ce qu'il est possible de détruire) favorisera bien sur la découverte d'objets, mais pourra également déclencher des mini-événements, qui, une fois complétés, vous récompenseront en objets, expérience et argent.

L'argent justement : il sera possible de le dépenser chez les marchands pour acheter de meilleures armes, ou simplement pour réparer votre équipement, qui finit par se détruire à force d'être utilisé.

Au cours de votre aventure, vous croiserez justement un forgeron qui vous offrira ses services, mais également une mystique (davantage basée sur les armes magiques) et un joaillier qui sera capable de sertir vos armes avec des diamants pour en améliorer encore l'efficacité. Du classique en somme, mais de l'efficace.

Mais une rejouabilité vraiment limitée

Malheureusement, il faut bien avouer que rejouer à Diablo, une fois l'aventure terminée, n'a plus du tout la même saveur. Car si tout est carré, bien pensé et bien réalisé, il n'y a aucune prise de risque de la part des développeurs. Quelque soit la classe du personnage que vous jouez, au final, les combats, aussi pyrotechniques soient-ils, sont très limités en intérêt. Absolument aucun skill n'est nécessaire, et en fait, les combats dans Diablo se limitent à utiliser les compétences dès que la jauge est de nouveau remplie. Il n'y a pas besoin d'éviter les coups, ou de frapper au bon moment. Juste choisir une compétence efficace, l'utiliser, attendre qu'elle se recharge, et l'utiliser de nouveau. La classe n'y change rien, même si les compétences sont différentes. En effet, un barbare devra aller plus au corps à corps qu'un sorcier par exemple, mais au final, cela ne change pas votre façon de jouer. Il n'y a aucune stratégie à avoir dans les combats : vous avancer, les ennemis viennent à votre rencontre, vous utilisez vos compétences, ils meurent, et vous avancez de nouveau. Rejouer l'aventure n'a pas d’intérêt. Disposer de 6 classes différentes pour au final, toujours faire la même chose est dommageable. En fait, c'est votre équipement et vos armes qui font tout le boulot. Votre talent de gamer n'entrera jamais en ligne de compte.

Bien qu'il vous occupera pendant de longues heures, Diablo 3 ne sera pas le jeu qui vous fera dire que vous êtes le meilleur gamer. Les combats sont bien trop simplistes, ne demandent aucune compétence et restent surtout totalement identiques quelle que soit la classe de personnage que vous jouez.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


La quête du platine vous emmènera dans toutes sortes d'endroits
Erreurs de débutants à ne pas commettre

Selon moi, les trophées doivent servir le jeu. Montrer au joueur qu'il existe d'autres façons de jouer, ou d'autres lieux qu'il n'a pas visités. Ils peuvent également servir à rendre l'expérience un peu plus compliquée, ou encore à l'aborder différemment, à plusieurs par exemple. Dans Diablo 3, au contraire, certains trophées mettent justement le doigt sur les défauts du jeu.

Commençons par le trophée "Une équipe de rêve" qui nécessite que vous montiez les 6 classes au niveau 70. Pour information, à la fin de ma première partie, en normal, mon personnage était niveau 55. Lors de ma deuxième partie, en extrême, mon personnage était niveau 60. Obliger le joueur à monter toutes les classes au niveau 70 est, en plus d'être d'une longueur infâme, totalement inutile puisqu'il n'y a aucune différence de gameplay entre les classes. Mauvaise idée. Heureusement, les moins courageux d'entre nous pourront trouver rapidement, online, le moyen d'éviter cette galère. En effet, il suffit de rejoindre une partie avec des joueurs bien plus avancés que vous, les suivre dans une faille Nephalem, et surtout ne pas prendre part aux combats. Vous vous feriez de toute façon exécuter en un seul coup. Laissez-les faire, et profitez simplement des gains d'expérience qui, je le rappelle, valent pour tous les joueurs. En 3 heures, les 6 classes sont au niveau 70 sans donner le moindre coup. À la loyale par contre, libre à vous mais... cela vous prendra des semaines d'un ennui à mourir.

Vient ensuite le trophée "La chance sourit aux insomniaques". Un chasseur de trophée tremble devant le mot chance, et à juste titre. En effet, pour obtenir ce trophée, vous devrez équiper chaque emplacement d'armure ou d'arme d'un objet légendaire, de niveau 70. Pour ce faire, vous devrez disposer d'un personnage niveau 70 (puisque les objets récupérés sur les cadavres dépendent, à 99% du niveau de votre personnage) et priez pour que la chance soit clémente avec vous. En effet, seule la bonne fortune vous permettra, aléatoirement, de tomber sur un objet légendaire, que vous n'avez pas déjà. De longues heures de farm s'annoncent donc pour réussir à compléter l'équipement complet. Vous pouvez bien sur essayer d'acheter des objets légendaires auprès des marchands, mais ils sont rarissimes. Un PNJ vous offre également des objets, aléatoires là-aussi, en échange de cristaux de sang que vous récupérez dans les failles Nephalem. Dernière possibilité, le forgeron pourra vous créer des armes légendaires si vous lui apprenez à le faire. Les plans sont récupérables également en terminant les failles. Le soucis (car il y en a bien évidemment un) est que la construction nécessite des matériaux très rares, qui peuvent être récupérés, très aléatoirement, si vous avez de la chance, sur le champs de bataille. Pourquoi imposer cela au joueur. Quel est l’intérêt ? Récompenser une quête optionnelle particulièrement difficile par un objet légendaire est logique, attendre que la chance veuille bien sourire est une honte.

Et vient le dernier trophée, particulièrement pénible, de la liste : "le top 500". Celui-ci consiste à recueillir 500 primes. Les primes, dont je parlais dans la partie "Contenu du jeu" récompensent, en mode aventure, la réalisation d'un contrat. Il s'agit bien souvent de rejouer une partie d'un acte déjà fait pendant la campagne. Il peut vous être demandé de battre un boss, ou simplement de nettoyer entièrement le deuxième niveau d'une grotte quelconque. Il peut également vous être demandé d'ouvrir un coffre particulier, et de tuer tous les ennemis que l'ouverture du coffre en question a fait apparaître. Je rappelle que dans le mode aventure, il y a 5 primes par actes, ce qui fait 25 primes par partie. Le trophée en demande 500, faites le calcul et préparez-vous à vous ennuyer royalement pendant des heures. La technique la plus rapide consistera à trouver la prime la moins chronophage, et à la faire et refaire en boucle. Un vrai bonheur.

Et manque d'ambition pour le reste

Le reste des trophées sera très classique, et ne retiendra pas particulièrement votre attention, sachant que 18 des 44 trophées sont donnés simplement en suivant l'histoire. La suite ne consistera qu'à utiliser les compétences de vos compagnons, en enchantant des armes, en les réparant, en les fabriquant ou en sertissant des gemmes dessus. Les compétences de vos compagnons devront également être améliorées au maximum pour récolter d'autres trophées. Enfin, une ou deux actions spécifiques ainsi que quelques trophées cumulatifs viendront clore la liste. Seul le trophée demandant de terminer l'aventure avec un personnage en mode Extrême a un intérêt finalement, puisqu'il oblige le joueur à une grande attention afin de ne pas mourir pendant sa partie (la mort étant définitive dans ce mode je le rappelle).

Une liste de trophée bien trop classique, ennuyeuse, et plombée par trois trophées terriblement pénibles à réaliser font de l'obtention du Platine de Diablo une expérience assez décevante.

 

Note : 2/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15/20

Blizzard sait faire du Diablo, et Blizzard l'a encore une fois parfaitement réalisé. Un contenu généreux servi par une technique et un gameplay sans failles font de cet opus un très bon jeu. Il serait toutefois souhaitable qu'une prise de risque soit prise à l'avenir concernant les classes de personnages, toutes bien trop semblables ici dans la façon qu'aura le joueur de les utiliser.

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux fans de la série, Aux curieux