Test : Deus Ex : Mankind Divided


Deus Ex : Mankind Divided
  • 1
  • 2
  • 15
  • 64
Note des joueurs :
4.3/5 - 55 notes
Note des platineurs :
4.1/5 - 23 notes

Deus Ex : Mankind Divided

ps4


82 trophées au total
31 trophées cachés 4 DLC's

3240 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 312 joueurs (10 %)
100% par : 66 joueurs (2 %)
Note du jeu
16/20
Discuter du test

Test du jeu
Deus Ex : Mankind Divided

  • Test rédigé par Aelon le 02-10-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Humains et Augmentés, une scission qui sera au coeur de l'histoire de Mankind Divided.
"[...] Une loi générale, ayant pour but le progrès de tous les êtres organisés, c’est-à-dire leur multiplication, leur variation, la persistance du plus fort et l’élimination du plus faible."
Charles Darwin, L'origine des espèces


Les augmentations auraient du contribuer à rendre le monde meilleur avec des êtres plus efficaces. Pourtant, tout a basculé il y a 2 ans lorsqu'un drame qui est aujourd'hui connu sous le nom "d'incident" a transformé tous les augmentés en êtres dépourvus de toute volonté et violents. Depuis, la crainte des augmentations est à son paroxysme, avec des humains normaux méfiants vis-à-vis de tous les augmentés et les traitant comme des parias. Aujourd'hui, en 2029, les augmentés ne possèdent presque plus de liberté, restant pourtant dépendant d'une drogue dont les réserves s'amenuisent afin de parvenir à tolérer leurs augmentations.

Au milieu de ce chaos, vous incarnez de nouveau Adam Jensen, un augmenté désormais agent pour Interpol, qui constate malgré lui les conséquences de son combat. Il poursuit toujours sa traque des Illuminati qu'il pense responsables de la situation actuelle, et doit tenter de gérer le conflit menaçant d'éclater entre humains et augmentés. La tâche s'avère extrêmement délicate, puisque certains hommes de l'ombre cherchent à déclencher une véritable guerre...

Exactement 5 ans après la renaissance de la série Deus Ex avec l'opus Human Revolution sort sa suite directe, Deus Ex : Mankind Divided. Sorti le 23 août 2016 sur PlayStation 4, le jeu est toujours développé par l'équipe d'Eidos Montréal et édité par Square Enix. Mankind Divided est un mélange d' Action-RPG, de FPS et d'infiltration qui s'avère doté d'un scénario assez complexe et d'un univers cyberpunk très riche. Découvrons ensemble ce que vaut cette suite au retour de Deus Ex sur nos consoles de salon.

Contenu du jeu


Vous pourrez configurer votre Adam Jensen comme bon vous semble afin de jouer comme vous le désirez
Une aventure dans un monde en pleine crise

A l'instar de Deus Ex : Human Revolution, Mankind Divided comprend une histoire principale ainsi que plusieurs quêtes secondaires. Vous évoluerez cette fois dans la ville de Prague, véritable capitale technologique qui, depuis l'Incident, est devenu le reflet de l'apartheid. Adam pourra se déplacer librement dans la ville de Prague qui est découpée en deux zones distinctes reliées par le métro souterrain. La ville comprend une planque pour Adam, le bastion de la Task Force (Interpol) et divers points d'intérêts qui vous seront accessibles au fur et à mesure. En effet, chaque quête principale vous fera voyager dans différents endroits de la planète (Dubai, Golem City, Londres, etc). Mais du temps se sera écoulé depuis votre départ de Prague et cette dernière aura évolué entre chacun de vos déplacements, permettant ainsi de débloquer de nouvelles quêtes secondaires et d'accéder à de nouvelles zones de la ville ou d'en redécouvrir d'autres.

Le jeu vous proposera 4 difficultés différentes qui se jouent uniquement en solo. On comptera les traditionnels modes facile à difficile (qui ont des noms assez originaux) ainsi que le mode hardcore. Ce dernier supprimera votre sauvegarde à la moindre mort. Oui, vous avez bien lu : une mort et c'est retour à la case départ... Bonne chance.

"Je n'ai jamais demandé cela..."

Vous débuterez votre aventure à Dubai lors d'une opération secrète. Il s'agit d'un tutoriel plus ou moins avoué qui vous permettra de vous (ré)habituer au système du jeu, à savoir : combattre et/ou s'infiltrer. Adam Jensen dispose au début de très nombreuses augmentations qui vous offrent la possibilité de foncer dans les lignes ennemies ou de les contourner afin d'atteindre votre objectif.

Il s'agit en effet du coeur du jeu : les augmentations. Par une astuce scénaristique parfaitement logique, Adam perdra très vite
tous ses pouvoirs et devra se reconstruire, en pouvant acquérir de nouvelles augmentations. Vous aurez ainsi le choix dans votre façonnement de votre être augmenté en choisissant des augmentations axées sur le combat (armure ultra résistante aux balles, projections d'explosifs à 360°C, ralentissement du temps lors des visées, etc.), ou des augmentations axées sur l'infiltration.
Là encore, votre infiltration pourra se faire pacifiquement (invisibilité, super sauts, piratage de systèmes informatiques, etc.) ou de façon plus agressive (neutralisation en étant invisible, double neutralisation, nanolame, etc.). Plusieurs augmentations quasiment incontournables seront également de la partie, comme par exemple voir à travers les murs.

En dehors de votre armes et pouvoirs, vous pourrez récolter tout au long du jeu des pièces détachées et des outils de piratage. Les pièces détachées vous permettront d'améliorer des armes (meilleurs dégâts, chargeur plus grand, recul diminué, etc) ou bien de construire des objets, notamment un outil permettant de pirater automatiquement à distance n'importe quel système de sécurité (un incontournable pour les allergiques au piratage). Les outils de piratage permettent de faciliter un piratage en bloquant temporairement le temps restant avant échec de votre tentative, prise d'un point sans risque d'être détecté, etc. Il s'agit donc d'éléments à récolter que vous pourrez ignorer mais qui contribuent à vous rendre la tâche plus facile.

Deus Ex : Mankind Divided dispose d'un large panel d'augmentations dans lesquelles vous pourrez puiser afin de choisir votre expérience de jeu. De la même façon, votre arsenal vous permettra d'orienter votre approche lors des missions. Adam pourra se servir de pistolets, de fusils d'assauts ou lance grenades, mais pourra aussi utiliser un fusil tranquilisant ou un simple taser.

La Brèche est ouverte

Enfin, impossible de parler du contenu de Mankind Divided sans évoquer le mode Brèche, nouveauté de cet opus.

Il s'agit d'un mode de jeu complètement distinct de l'aventure d'Adam Jensen dans lequel vous incarnerez un ripper, c'est-à-dire un hacker de 2029 capable de se projeter virtuellement dans les serveurs de données sous forme d'avatar afin de voler des données. Brèche dispose lui aussi d'un petit scénario, où un ripper du nom de "ShadowChild" vous recrutera pour "dévoiler la vérité au monde". 3 histoires indépendantes les unes des autres composeront ce mode Brèche.

Le style de ce mode est très proche du jeu de base puisque que vous y incarner un avatar disposant d'améliorations strictement identiques à celles d'Adam. Brèche est découpé en plusieurs cartes au sein desquelles se trouvent de très nombreux niveaux. Chaque niveau vous demandera soit de collecter des objets, soit d'éliminer un certain nombre d'ennemis. Brèche vous propose d'utiliser un arsenal également calqué sur celui d'Adam (sauf exception) afin de pouvoir avancer dans ses niveaux. La particularité réside dans "l'adaptation" des niveaux/ennemis à votre façon de jouer. Je reviendrai plus loin sur cette adaptation.

Contenu très fourni donc pour ce Deus Ex : Mankind Divided qui propose au final deux aventures distinctes avec leurs propres histoires.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


L'ambiance cyberpunk de Mankind Divided est extrêmement bien réussie, vous plongeant avec brio dans un univers sombre mais crédible
Note du rédacteur : le test est basé sur la version 1.04 de Deus Ex : Mankind Divided qui a corrigé plusieurs bugs majeurs notamment lié à Brèche. La note de cette section est donc basée sur le jeu avec les corrections apportées.

Une ambiance à la Blade Runner avec un level design proche de la perfection

Mankind Divided est vraiment joli visuellement. On sent l'écart graphique entre cet opus et son aîné au travers de la cinématique permettant de résumer Human Revolution avec des extraits du jeu. Les personnages sont tous très bien modélisés avec des réactions crédibles et réussies (visage crispé par la colère ou la panique). Évidemment, Jensen a des réactions bien plus tempérées de par son passé et ses lunettes qui cachent ses yeux pendant la quasi-totalité du jeu. On appréciera également les jeux de lumière très nombreux, le jeu se déroulant autant de jour que de nuit. Il n'y a en revanche pas de cycle jour-nuit, les deux s'alternent en fonction de votre avancée dans l'histoire.

L'univers du jeu est bourré de vie afin de le rendre le plus crédible possible. Vous ressentirez sans problème le rejet des augmentés au travers de nombreux éléments du décor qui contribuent à forger l'univers de Deus Ex, comme une file extrêmement étroite et contrôlée pour les augmentés afin d'accéder au métro. Le jeu puise ses inspirations du genre néo-noir et de la science-fiction, comme par exemple Blade Runner, afin de créer une atmosphère pesante et sombre. J'ai personnellement adoré Prague de nuit, notamment ses effets de lumière avec tous les néons qui parsèment la ville (notamment l'arrivée dans le quartier rouge où de très nombreux hologrammes et néons rouges illuminent la zone).

Enfin, il faut parler du level design du jeu qui frise la perfection (si ce n'est l'atteint). Tout le jeu, à savoir Prague comme les zones des missions principales, est pensé sur plusieurs niveaux afin d'offrir au joueur une multitude d'approches. A chaque fois que vous aurez à atteindre un objectif, vous disposerez de facilement plus de 3 méthodes différentes. Mankind Divided a été pensé pour prendre en compte toutes vos augmentations afin d'avancer dans les niveaux, les rendant toutes utiles selon votre façon de jouer.
Par exemple, pour atteindre une cible, vous pourrez pirater les portes de sécurité afin d'aller directement vers elle, soulever des objets lourds placés devant des conduits d'aération pour contourner des zones de patrouilles et éventuellement atteindre le même étage qu'elle, briser un mur pour emprunter un passage jusque-là inaccessible, traverser les lignes ennemies en étant invisible ou tuer tout ce qui bouge jusqu'à ce que seul vous et votre cible respirent encore. Je ne m'étalerai pas davantage sur les innombrables possibilités offertes par le level design, mais sachez qu'en refaisant l'aventure, vous prendrez très probablement une autre voie que la première fois.

Côté musique, Michael McCann revient une nouvelle fois pour composer la bande son, accompagné de Sascha Dikiciyan. Au final, même si la bande son est quelque peu moins mémorable que celle de Human Revolution, elle reste d'excellente facture. Chaque musique accompagne parfaitement la situation. La plupart des musiques sont flottantes et douces (la musique de la planque d'Adam ou celle de Prague de nuit sont sublimes et pleines de mélancolie) afin de poser le rythme et de vous reposer entre deux phases d'actions, même si au fil de l'histoire, les musiques d'ambiance deviendront plus tristes et pesantes pour souligner la dégradation de la situation.
Les bruitages sont impeccables, que ce soit le bruit de vos armes ou de vos augmentations (nanolames qui s'enfoncent dans le corps de vos victimes), la violence est parfaitement retranscrite. Les doublages français sont encore une fois très satisfaisants, les acteurs doublant avec justesse leur personnage. Malheureusement, même si la synchronisation labiale (voix non synchronisée avec le mouvement des lèvres) est meilleure que dans Human Revolution, elle se fait toujours ressentir ici. Rien de bien méchant non plus.

"Dis-moi, il t'arrive de saigner ?"

Avec un level design aussi réussi, on est en droit d'espérer un gameplay à la hauteur. Fort heureusement, c'est le cas. Le gameplay est excellent, avec possibilité de choisir le style qui vous convient le mieux (commandes de Human Revolution pour les aficionados du précédent jeu, nouvelles commandes pensées pour coller au mieux à Mankind Divided, style FPS classique). Adam Jensen répond au doigt et à l'oeil à la moindre de vos commandes. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le jeu puise au maximum dans les touches de la manette PS4 puisque la moindre touche sert à une action. Une fois le gameplay pris en main, vos possibilités de jeu sont très satisfaisantes. Vous pouvez sélectionner 4 pouvoirs activables et intervertir à tout moment si besoin, échanger ou ranger rapidement votre arme et accéder à votre inventaire par une commande rapide afin d'éviter au maximum de couper le jeu en ouvrant un menu.

Le système de couverture est proche de celui de Human Revolution. Une fois adossé à une surface, vous pourrez pré-visualiser via un tracé au sol les possibilités de déplacements, vous permettant de savoir si vous vous adosserez à une autre surface ou si Adam s'arrêtera en plein milieu du passage en cas d'appui sur la touche déplacement.
En combat, le recul des armes est assez variable en fonction de l'arme utilisé, mais sachez qu'en l'absence d'amélioration de votre arme ou d'augmentation, il sera de base assez marqué.

Un petit mot sur l'IA qui est assez discutable par moment. Lors d'infiltration de votre part, à savoir lorsque vous n'êtes pas repéré, l'IA suit un chemin prédéfini pour vous permettre d'apprendre les déplacements ennemis et les passer. En revanche, une fois repéré, elle se déplacera jusqu'au dernier point où vous avez été vu et vous cherchera dans les alentours, mais peu longtemps. L'IA est en effet assez légère niveau recherche, vous facilitant la tâche. En combat, les ennemis se mettent à couvert très vite et bougent régulièrement d'un point à l'autre. Assez agressifs, quelques ennemis iront tenter de vous débusquer. En plus, de nombreux robots (tourelles et caméras) parsemés dans la zone augmenteront vos risques d'être repéré et eux ne vous lâchent pas, équilibrant la donne. Et, évidemment, plus le jeu avance et plus les ennemis deviennent dangereux puisque dotés d'augmentations (invisibilité et armure TITAN notamment), ce qui augmente considérablement la difficulté des combats tant les ennemis abuseront (à juste titre) de leurs pouvoirs. Une IA assez inégale mais qui reste très correcte et surtout très meurtrière, vous tuant rapidement. Celle-ci s'améliore au fil de l'aventure avec le nombre grandissant de possibilités offertes aux ennemis pour vous tuer.

On appréciera enfin le nombre presque nul de bugs ou de glitchs (je n'en ai rencontré aucun durant mes 2 parties) qui étaient présents au lancement du jeu. Le mode Brèche peut encore souffrir de quelques rares arrêts du jeu (je n'en ai personnellement pas eu), mais ils s'avèrent fort heureusement aujourd'hui inoffensifs et anecdotiques.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Le scénario de ce Deus Ex est de nouveau irréprochable, soulevant de nombreuses thématiques sur le transhumanisme qui sauront maintenir votre intérêt
Entre deux feux

Je ne dévoilerai pas le scénario de Mankind Divided, mais sachez que ce Deus Ex possède une histoire très riche. Le jeu propose en effet aux néophytes de visionner une petite cinématique afin de situer l'action en résumant Human Revolution. Que les nouveaux joueurs s'accrochent à leur fauteuil car ils auront à digérer énormément d'informations en quelques minutes. Les histoires de complots sont plus présentes que jamais, surtout avec le vote d'une loi sur le retour à l'humain, une loi qui scellerait le sort de tous les augmentés qui se trouvent pourtant déjà plus opprimés que jamais. Vous incarnerez donc un Adam Jensen appartenant aux deux mondes, puisqu'il est augmenté malgré lui mais agit autant pour les humains que les augmentés. Vos actions auront des conséquences dans le jeu, à savoir la façon dont vous serez perçu par certaines personnes que vous croiserez. Le jeu traite de façon très juste et réaliste du transhumanisme en exposant des problèmes assez intéressants. Tout n'est pas blanc ou noir dans Mankind Divided, puisqu'il n'y a pas les bons et les méchants (sauf les Illuminati), tous ceux que vous rencontrerez ont une histoire que vous devinerez en leur parlant.

Les nombreuses missions secondaires disponibles dans le jeu ont toutes des histoires très travaillées qui valent vraiment la peine d'être faites, même si vous avez de grandes chances d'en rater. Le jeu vous prévient avant chaque mission principale que partir bloquera définitivement toute mission secondaire non jouée, mais il n'y a aucun moyen de savoir où les déclencher. Certaines pourront tout de même être trouvées en parlant un tant soit peu aux gens qui vous entourent. Un élément intéressant dans Mankind Divided, c'est que vos choix impactent directement les missions secondaires disponibles. En effet, si vous concluez un marché avec un certain individu, il reviendra plus tard vers vous pour une mission secondaire et pourrait même vous aider plus tard tandis que lors d'une autre mission secondaire, vous pouvez choisir de tuer des personnes qui ne vous contacteront donc jamais plus tard dans le jeu. Votre façon de jouer impacte vraiment sur le jeu lui-même. L'histoire principale est très sympathique à suivre (même si elle s'achève assez brusquement selon moi, appelant une suite) par ailleurs. Comptez en moyenne entre 15 et 25 heures pour finir Deus Ex : Mankind Divided, selon que vous fonciez dans l'histoire principale ou que vous cherchiez un peu à faire les quêtes secondaires.

D'ailleurs, choisirez-vous d'arpenter la voie du guerrier ou celle du pacifiste ? Si la première semble vous mener à votre objectif plus vite, sachez que tuer a des conséquences dans le jeu, aussi infimes soient-elles. Dans tous les cas, avancer dans Mankind Divided est extrêmement gratifiant car vous aurez toujours plus d'augmentations afin de diversifier votre style de jeu, débloquant de nouveaux moyens d'atteindre un objectif, de nouveaux moyens de tuer vos cibles, etc. La rejouabilité y est excellente puisqu'il est impossible d'obtenir toutes les augmentations d'un coup et qu'il est probable que vous optiez pour un style distinct (frontal ou discret), ce qui vous permettra d'utiliser l'autre dans une nouvelle partie. En outre, le mode de difficulté extrême changera grandement votre façon de jouer car, pour rappel, l'échec est définitif.

Un élément qui avait rencontré un immense succès dans Human Revolution est de retour dans Mankind Divided, il s'agit des dialogues à la première personne. Les dialogues du jeu sont quasiment tous à la troisième personne, où vous aurez le choix entre plusieurs lignes de dialogues et verrez Adam parler de loin, mais certaines situations critiques vous placeront directement à la place d'Adam pour renforcer au maximum l'immersion de jeu et pour mieux vous faire ressentir l'impact de vos paroles. Vos interlocuteurs auront souvent des arguments très valables et choisir la bonne ligne de dialogue ne sera pas forcément chose aisée. Une petite note de musique vous indiquera après chacun de vos choix si vous avez choisi la bonne ligne ou non. Attention, en fonction de vos actions précédentes, certains dialogues couperont court.

Il reste tout de même à noter que les possibilités offertes par le jeu s'amenuisent par moments, notamment tard dans l'histoire lorsqu'une zone du jeu devient presque intégralement hostile à votre présence sans permettre d'avoir plusieurs approches distinctes. La furtivité extrême y devient presque impérative sous peine de faire pleuvoir toutes les balles de votre inventaire, ce qui n'était jusque-là pas le cas. Il s'agit donc d'un petit bémol qui vient légèrement ternir l'impression globale de l'aventure principale pour certains joueurs qui se seraient spécialisés dans la "mauvaise" branche (à savoir celle non adaptée à la situation mais qui l'était jusque-là et le sera à nouveau après). Personnellement, ayant joué avec l'invisibilité tout le jeu, je n'ai pas souffert d'une modification des possibilités qui s'offraient à moi, mais je conçois parfaitement que certains l'aient vécu.

Ripper, arrête de ripper

Même si Brèche est moins intéressant que l'histoire principale, il reste un mode très agréable à jouer. Vous n'avez absolument pas à tout faire si vous le souhaitez (enfin, pas si vous ne jouez pas pour les trophées, mais je vais y revenir dans un instant) et pouvez simplement suivre l'intrigue des différents dossiers du Darknet. Chaque dossier comprend plusieurs étapes dont des récupérations d'informations que vous ne serez pas à même d'utiliser seul. C'est là qu'interviendront plusieurs soutiens qui accepteront de vous aider sous diverses conditions (l'argent en numéro un). Sachez que comme dans l'histoire principale, certains de vos choix impacteront la suite de Brèche. Par exemple, refuser un pot-de-vin à un moment donné impressionnera l'un de vos contacts qui vous aidera alors gratuitement, par respect. C'est ce genre de détails qui donne de la qualité à Mankind Divided et qui vous gratifie dans vos actes.

Cependant, Brèche souffre d'une jouabilité bien plus faible que le jeu de base car le nombre de cartes est assez restreint. Ainsi, au bout du deuxième palier (sur 4), vous aurez fait toutes les cartes et aurez l'impression de déjà-vu à chaque nouveau niveau. On pourra arguer que des petits détails changent d'une carte à l'autre, seulement, c'est insuffisant pour renouveler l'expérience de jeu.

Pour finir, je vais revenir sur le fait que Brèche "s'adapte" à vous. Sur le papier, en fonction de votre façon de jouer un niveau, trois paramètres pourront évoluer en fin de niveau. Ces trois paramètres prennent en compte les dégâts des ennemis ou de l'environnement, la défense des ennemis ou le coût en énergie de vos pouvoirs. Malheureusement, ces paramètres évoluent de façon anarchique, la défense des ennemis augmentant quasiment à chaque fin de niveau. La logique aurait voulu qu'en jouant discrètement et en neutralisant un à un les ennemis sans être vu, les paramètres évolueraient plutôt vers une détection plus rapide des ennemis, pourtant, leur défense sera le paramètre qui augmentera le plus. Pourquoi ?

Par ailleurs, Brèche comprend des boosts ou malus que vous pourrez utiliser dans chaque niveau pour vous faciliter ou compliquer la tâche moyennant un bonus de points. Seulement, dans certains niveaux, les boosts/malus sont imposés, et l'un des niveaux comprend de base "Dégâts des ennemis x2" et "Dégâts de toutes vos armes divisés par 2". Où est le fun dans ce niveau ? Quel dommage donc que Brèche soit si inégal car il aurait vraiment pu apporter une immense plus-value au soft. Ici, il apporte une plus-value certaine mais limitée car sa rejouabilité est nettement plus discutable que celle du jeu de base.

Mais modérons tout de même nos propos : Brèche reste une extension de l'expérience de jeu qui puise l'essentiel de son intérêt dans l'aventure principale vécue par Adam Jensen. Je ne cherche pas à excuser tous les écueils apportés par le mode Brèche, mais au vu de la grande qualité du jeu "standard" et du côté plus bonus de Brèche que d'un réel mode à part, ce dernier permet de jouer quelques temps à Mankind Divided avec une approche distincte du jeu de base (objectifs différents, possibilités de chercher à faire le meilleur score) tout en sombrant vite dans la répétitivité.
Au bilan, Deus Ex : Mankind Divided est extrêmement agréable à jouer et à rejouer de par les très nombreuses possibilités de gameplay et de choix proposées par le jeu. En plus d'une histoire principale excellente, le mode Brèche vous tiendra en haleine plusieurs heures avant que vous le lâchiez sans l'avoir fini puisqu'il n'apporte rien de bien différent du jeu de base.

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Vision du cauchemar qui vous attend. Si seulement cela s'était tenu à un simple divertissement annexe et non un impératif pour obtenir le platine...
Plus claire la lumière, plus sombre l'obscurité...

Tout semble aller pour le mieux jusque-là, n'est-ce pas ? Deus Ex : Mankind Divided possède un contenu conséquent une technique très bonne et une rejouabilité plus que satisfaisante... Pourtant, nous sommes aussi ici pour noter la liste des trophées et le plaisir de jouer pour le platine. Et c'est là que tout s'écroule.

Commençons par le positif. Le jeu propose évidemment des trophées immanquables car liés à votre progression dans l'histoire. Vous obtiendrez donc quelques trophées simplement en jouant et en finissant le jeu, peu importe votre façon de jouer. De plus, vous devrez finir le jeu sans tuer personne ou sans déclencher l'alarme, des défis très sympathiques qui vous forceront à redoubler de concentration pour traverser les lignes ennemis et, qui sait, aborder le jeu complètement différemment.

Et maintenant, passons aux points négatifs, en allant du tolérable à l'insupportable.

Vous devrez finir réaliser des actions précises avec des pouvoirs précis du jeu. Sur le papier, ça semble intéressant. Mais comme Deus Ex vous propose d'avoir une multitude de façons de jouer, vous avez de fortes chances de devoir sauvegarder en disposant de nombreux points d'augmentations, activer les pouvoirs d'un trophée et réaliser l'action demandée avant de recommencer en activant un autre pouvoir, sous peine de devoir rejouer au jeu encore et encore. Et si la rejouabilité est très bonne, rejouer au jeu sous la contrainte d'un trophée est assez irritant.

De nombreux trophées sont liés aux missions secondaires. Je me dois déjà de vous rappeler que vous pouvez parfaitement passer à côté d'une mission secondaire puisque rien ne l'indique sur la carte (ce qui n'entrave pas le plaisir à jouer mais pénalise énormément celui pour les trophées quand on sait qu'on a bloqué un trophée), mais sachez qu'en plus, en fonction de votre façon de jouer la mission secondaire, vous pourriez très bien rater le trophée ! Si l'objectif des trophées des missions secondaires était "Finir la mission secondaire n°X", cela ne poserait aucun problème puisque quelle que soit votre façon de jouer, vous seriez récompensé, mais là, le jeu vous force à devoir prendre UN chemin précis pour espérer voir apparaître votre notification de trophée. Et c'est purement néfaste à l'expérience de jeu. Pour un jeu pensé pour offrir une certaine liberté d'action au joueur, le forcer avec les trophées à emprunter une seule voie pour arriver à ses fins est purement un non-sens.

Il y a pire en réserve. Le platine vous demandera de finir le jeu en difficulté Réaliste. Oui, ce mode qui supprime votre partie en cas de mort. Ce mode de difficulté aurait simplement pu constituer un défi ardu pour les joueurs qui essaieraient de le finir, leur proposant simplement de voir jusqu'où ils pourraient aller, mais non : il faut impérativement le finir. Alors, bien évidemment, vous allez finir par abuser du stockage de sauvegarde pour protéger votre partie et ne pas systématiquement repartir de zéro. Une pratique qu'on aurait franchement évité d'avoir à faire.

Des collectibles sont également de la partie. Sorte de véritable bête noire des chasseurs de trophées, ils sont ici sous la forme de livres électriques. Vous vous doutez déjà qu'ils sont parsemés dans tout le jeu, parfois très bien cachés et, bien sûr, parfaitement manquables. Un trophée qui fait partie des trophées les plus rapidement manqués du jeu, vous forçant donc à visionner une vidéo ou un guide sous peine de recommencer une partie. Un véritable poème à eux tout seuls ces collectibles.

Mais j'ai gardé le pire pour la fin : le mode Brèche.

J'ai jusque-là juger assez légèrement Brèche puisqu'il s'agit sur le papier d'une extension au jeu standard avec, certes, une histoire et des niveaux orignaux. Cependant, ce qui s'avère être un petit mode sympathique mais trop vite répétitif et ennuyant devient grâce à la liste de trophées une étape indispensable. Et nous y sommes : votre calvaire pour atteindre le platine du jeu. Car les trophées de Breach vous demandent de finir TOUS les niveaux. On aurait déjà largement pu se contenter de finir les dossiers du Darknet, mais non. Mankind Divided semble être très fier de son petit mode Brèche et vous force à tout y faire, un peu comme vos parents qui vous forceraient à finir un plat que vous détestez quand vous étiez petit, quitte à atteindre l'indigestion.

La répétitivité et l'ennui de Brèche sont exacerbés par la liste de trophées, où vous devrez, n'ayons pas peur des mots, vous forcer à jouer à ce mode que vous allez rapidement haïr.

Je le redis encore, mais c'est bien là tout le problème de ce platine, vous demander trop de choses qui rentrent complètement en conflit avec ce que propose le soft à la base : à savoir avoir le choix dans votre façon de jouer.

 

Note : 1/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
16/20

Deus Ex : Mankind Divided est une excellente suite à Human Revolution, apportant son lot de nouveautés qui permettront d'enrichir votre expérience de jeu tout en proposant à nouveau un univers sombre et une histoire complexe. Incarner Adam Jensen reste un pur régal quelle que soit votre façon de jouer. Reste qu'atteindre le platine gâche sans hésiter tout le plaisir procuré par le jeu pour qui cherche à l'obtenir.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux habitués des 100%, Aux fans de la série