Test : Call of Duty : Black Ops 4


Call of Duty : Black Ops 4
  • 1
  • 1
  • 8
  • 53
Note des joueurs :
4.2/5 - 17 notes
Pas de note
des platineurs

Call of Duty : Black Ops 4

ps4


63 trophées au total
0 trophée caché 1 DLC

1021 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 0 joueur (0 %)
100% par : 0 joueur (0 %)
Note du jeu
12/20
Discuter du test

Test du jeu
Call of Duty : Black Ops 4

  • Test rédigé par Aelon le 31-10-2018 - Modifié le 31-10-2018


Introduction


Au revoir mode solo, bonjour Battle Royale

Si l'on aurait tôt fait de dire "nouvelle année, nouveau Call of Duty", l'itération de cette année 2018 prend une direction différente de celle de ses nombreux prédécesseurs.

En effet, après l'énorme, et surtout rapide, succès qu'a connu le genre Battle Royale avec PlayerUnknown's Battlegrounds (communément appelé PUBG), puis avec le désormais indétrônable Fortnite, la licence phare d'Activision cherche à prendre sa part de ce gros gâteau avec l'introduction d'un mode Battle Royale dans Call of Duty.

Black Ops 4 se sépare donc du solo en ne proposant que du contenu multijoueur, un parti-pris assumé vers le tout-connecté.

Que vaut donc l'opus annuel de la licence de FPS la plus connue au monde ?

Contenu du jeu


Sans bouleverser les codes d'un FPS, le contenu de Black Ops 4, bien que convenu et parfois déjà vu dans d'anciens opus, s'avère satisfaisant... Pour peu que vous n'étiez pas amateur du mode solo Hollywoodien des Call of Duty jusque-là.
Tout pour le multijoueur

Le jeu se divise en trois grandes parties : Multijoueur, Zombies et Battle Royale (ici appelé Blackout).

Partie la plus classique et presque inchangée de ce nouveau Call of Duty, le mode Multijoueur propose les indéboulonnables Match à mort par équipe, Domination, Élimination confirmée, Recherche et Destruction, etc.

On notera l'arrivée de deux nouveaux modes, à savoir Contrôle, un mode très inspiré de Battlefield où vous devrez capturer/défendre des objectifs avant l'épuisement de vos tickets de réapparition, ainsi que Hold-Up, mode très inspiré de Counter Strike où vous devrez sécuriser/défendre un objet tout en achetant votre équipement au début de chaque manche.

Le multijoueur de BO4 contient une dizaine de cartes au lancement, mais près de la moitié sont des versions modernisées d'anciens jeux Call of Duty, avec l'inénarrable Nuketown. En dépit d'une absence de découverte, les aficionados de la licence reprendront ici immédiatement leurs marques.

Black Ops 4 reprend le système de spécialistes, à savoir que vous ne jouerez pas le même personnage que vos alliés. Ici, vous choisissez un personnage disposant d'un pouvoir spécial ainsi que d'un gadget unique. Il y a au total 10 spécialistes différents, et leur utilité peut s'avérer complémentaire si utilisée en raisonnant pour l'équipe. Vous pourrez notamment envoyer le chien de Nomad, détecter les ennemis pour toute votre équipe avec Recon, devenir une forteresse mobile grâce au bouclier tactique d'Ajax ou rendre de la vie à votre équipe avec Crash.

Si les gadgets et pouvoirs sont propres à chaque spécialiste, l'équipement est partagé par tous. Fusils d'assaut, mitraillettes, fusils de précision, mitrailleuses, fusils à pompes, etc. Il y en a pour tous les goûts afin de choisir l'équipement qui vous sied le mieux en vue d'exploser la figure d'autrui. Vous disposerez également de compétences, classique de la licence, et tout ce que vous pourrez équiper pourra évoluer selon votre niveau. Plus vous gagnez en niveaux, plus vous accédez à de nouvelles armes ou compétences.

Classique, mais efficace.

Autre pan devenu culte de Call of Duty, le mode Zombies propose au lancement 3 cartes (dont une issue des anciens jeux). Vous pourrez choisir pour des parties "classiques" où les zombies arrivent par vagues progressivement plus dangereuses, ou pour le mode Ruée, version arcade du Zombies où vous serez obligé d'aller à différents endroits et de parvenir à y survivre tout en visant le meilleur score.

Le mode Zombies classique reprend les codes qui lui ont permis d'avoir le succès qu'on lui connait, avec objectifs cachés (à l'inverse de WWII l'année dernière) permettant d'accéder à des boss ou armes secrets, achats d'armes, améliorations à l'autel de Pack-A-Punch, ou encore déblocage de compétences spéciales. Vous pourrez en outre équiper une arme magique qui vous rend temporairement extrêmement puissant, comme par exemple un marteau qui envoie littéralement voler tout ce que vous frapperez, ou un bâton qui rend de la vie aux alliés touchés et tuent les zombies. Enfin, des potions octroyant des bonus temporaires sont également utilisables en jeu pour vous sortir d'un mauvais pas.

Les deux nouvelles cartes prennent place dans une arène romaine très farfelue et à la gloire de quatre divinités (grecque, nordique, celte et égyptienne), tandis que la seconde se déroule sur... Le Titanic. Un choix douteux que j'ai personnellement du mal à comprendre (nous devrons peut-être lutter dans l'une des tours jumelles face à des zombies lors des attentats du 11 septembre dans quelques années, qui sait).

Le mode Ruée apporte quant à lui un vent de fraîcheur avec son nouveau principe, puisque vous n'avez pas d'argent à gérer, tout est utilisable immédiatement (Pack-A-Punch compris), et les zombies arrivent bien plus vite et nombreux. Ce mode est réservé aux joueurs de Zombies expérimentés car être forcé(e) à tenir quelques minutes dans un espace confiné face à une horde de zombies s'avère vite compliqué. Ici, impossible de tourner autour de la zone pour respirer entre 2 assauts, vous êtes piégé(e).

Un système de niveaux est de nouveau présent, permettant de débloquer de meilleures armes utilisables à la place du pistolet en début de partie, ou d'équiper de nouvelles compétences/potions en jeu.

Terminons par LA nouveauté de cet opus, son mode Blackout.

Reprenant tous les codes des Battle Royale populaires, avec PUBG en tête, Blackout apporte le gameplay de Call of Duty dans le genre Battle Royale. Vous êtes face à 99 autres joueurs sur une vaste zone de jeu, et l'objectif est d'être le dernier debout à la fin. Pour ce faire, vous devrez vous équiper d'armes, armures, trouver des kits de soin ou des bonus temporaires ainsi que des pièces d'équipements (crosse, viseur, etc.) pour améliorer vos armes. Il est possible de conduire des quads, camions, bateaux ou hélicoptères, avec tous les avantages et inconvénients liés.

Une barrière se refermant progressivement vous oblige à vous rapprocher toujours plus de vos adversaires sous peine de mourir si vous êtes trop longtemps hors de la zone de combat imposée.

Il existe également des objets spéciaux apportant des défis spécifiques, mais nous y reviendrons dans la partie trophées...

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Sans donner l'impression d'avoir évolué depuis des années, Black Ops 4 souffre d'un aspect technique plus que moyen qui se paie même le luxe de contenir des bugs handicapants
Un retard technique qui se fait de plus en plus ressentir

Autant crever l'abcès tout de suite : le jeu est visuellement moche. Graphiquement daté sans que l'on ait l'impression que Call of Duty cherche à s'améliorer sur son visuel, Black Ops 4 n'est clairement pas à la hauteur de ce que l'on pourrait attendre d'un FPS en 2018. Textures vieillissantes, jeux de lumières limités, niveau de détail des personnages moyen... Il n'y a vraiment pas grand-chose à se mettre sous la dent visuellement.

Le level design viendra en revanche sauver les meubles, notamment en mode Zombies avec un design labyrinthique sur le Titanic et symétrique sur IX (les deux nouvelles cartes). Les nouvelles cartes multijoueur sont à la hauteur d'un Call of Duty, à savoir verticalisées et très petites pour favoriser les escarmouches. Le mode Blackout propose une carte très vaste qui s'avère être une association de zones reliées par des routes et séparées par des plaines, collines ou cours d'eau. Bien que classique, le level design reste bien pensé et parvient à surprendre. Bon courage pour vous repérer dans le Titanic lors de vos premières parties.

La bande son est plus que limitée, à savoir qu'il n'y a presque aucune musique et qu'elles sont toutes oubliables. Le jeu repose sur ses bruitages pour vous repérer en multijoueur et Blackout et vous diriger (ou fuir) vers des coups de feu, ou entendre si des zombies arrivent dans votre dos. Concernant les doublages, le jeu s'approche (volontairement ou non) du nanar, cette catégorie de films drôles par leur côté raté. Les doublages durant les sessions de formations aux spécialistes sont dignes des films bourrins des années 80, tandis que les doublages en Zombies sont juste insupportables.

C'est bien simple, les 4 personnages du mode Zombies passent leur temps à faire des blagues, à draguer ou dire n'importe quoi durant une apocalypse zombie où ils risquent de finir comme casse-croûte, surtout qu'ils parlent tout le temps. Vous risquez fort de couper les doublages en zombies pour mieux vous concentrer tant ils déconcentrent et énervent.

Point positif mais sans surprise, le gameplay de Black Ops 4 demeure efficace et nerveux à souhait. La prise en main est rapide (surtout pour les habitués aux FPS) car simple, ce qui permet de vite vous mettre au niveau, que ce soit en multijoueur, Zombies ou Blackout.

L'IA des zombies reste simple mais efficace, les zombies optant pour le nombre plutôt que la puissance. Certains zombies, plus costauds que la masse principale, sont par ailleurs assez cruels à plusieurs et pourront bien vite vous mettre à terre. Pensez bien à toujours regarder derrière vous, un encerclement arrive vite avec le level design qui favorise les passages exigus imposés pour aller d'une zone à l'autre. Par ailleurs, l'IA des bots que vous pouvez avoir à vos côtés en Zombies est très correcte. Vos alliés ouvrent les portes, vous relèvent et visent correctement au début. En revanche, ils tombent assez vite dans les vagues avancées, bien qu'ils restent toujours à vos côtés, vous suivant partout.

Pourtant, là où l'aspect technique de Black Ops 4 s'effondre, c'est dans ses bugs outranciers.

Certains pourront bien évidemment rétorquer qu'ils n'en ont pas subi, mais ignorer des problèmes aussi graves est impossible. Vous risquez donc d'être expulsé sans raison d'une partie en Zombies ou d'un retour au menu PlayStation si une partie dure trop longtemps, un bug sympathique si vous approchiez du fameux "easter egg" de la carte jouée. De nombreux glitchs existent, notamment en Blackout, avec passage à travers des textures ou soucis de latence à cause de la mauvaise qualité des serveurs (un problème sur lequel les développeurs ont déjà commencé à travailler, en commençant à corriger les lourdes latences en Multijoueur).

Mais, pire encore, certains trophées sont tout simplement victimes de bugs. En effet, bien qu'ayant atteint l'objectif demandé par le trophée, vous risquez de ne pas l'obtenir, et ce, sans aucune raison autre que la présence d'un bug le verrouillant. Il est carrément conseillé de ne pas vous intéresser à certains pans du jeu avant qu'un patch corrige les trophées, comme par exemple la formation aux spécialistes.

Loin d'être parfait, Black Ops 4 est aujourd'hui encore entravé par des glitchs ou bugs lourds qui peuvent sérieusement dégrader, au choix, l'expérience de jeu ou la chasse aux trophées.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Grande nouveauté de ce Call of Duty, le mode Blackout rappellera bien vite "PUBG" aux habitués du genre Battle Royale
L'expérience arcade de Call of Duty toujours présente

On aura beau dire ce que l'on veut à propos de la licence Call of Duty, il demeure que son côté arcade très dynamique fonctionne toujours. Les joueurs qui se jetteront dans Black Ops 4 savent à quoi s'attendre dans les grandes lignes avant même d'avoir lu ne serait-ce qu'un aperçu sur le jeu, et pour cause : ils savent ce qu'ils viennent chercher.

Bien que je déplore personnellement la disparition (momentanée) du mode solo qui offrait de l'action survoltée et exagérée mais assumée tout en servant de tutoriel de luxe au multijoueur, Black Ops 4 propose encore une fois un fun immédiat en jeu, quelles que soient vos préférences.

Le mode multijoueur, avec ses modes de jeu très classiques, vous plongent directement dans des duels nerveux et courts. Avec la petite taille des cartes, les rixes sont favorisées et, en conséquences, très fréquentes, à tel point que des gourlets d'étranglements s'installent systématiquement dans certains modes de jeu (notamment Contrôle).

Avec le principe des spécialistes, le travail d'équipe est mis en avant pour remporter la victoire, bien que vous risquiez de jouez avec des joueurs solitaires si vous êtes vous-même seul(e). Les spécialistes, si bien choisis, permettent de renverser une situation. Vous pouvez même changer de spécialiste en cours de partie afin de faire tourner la partie.

De plus, le système de progression récompense les joueurs assidus avec de nouveaux bonus d'éliminations, armes et compétences, le tout sans pour autant détruire l'équilibrage. Car la réussite de Call of Duty, c'est de parvenir à satisfaire les joueurs gagnant des niveaux sans dénigrer les nouveaux venus. Un bon joueur de bas niveau (0-10) aura toutes ses chances face à un joueur moyen de haut niveau (35+). Car le talent reste la clé du succès, votre équipement ne servant que de coup de pouce.

Le mode Zombies reste également une valeur sûre, avec ses cartes qui dissimulent des secrets que les joueurs passent encore leur temps à chercher, ses boss cachés, etc. Comme en multijoueur, monter en niveaux en Zombies ne vous rendra pas plus fort, puisque vous avez dès le niveau 1 des chances d'aller très loin. Petit bémol (selon moi), les objectifs sont à nouveau complètement cachés, contrairement à WWII où l'objectif "normal" était guidé partiellement afin de donner l'impression d'avancer. Vous devrez à nouveau compter sur des guides et vidéos pour savoir quoi faire si vous ne voulez pas raser chaque mur et étudier chaque objet en vue d'une pièce de l'immense puzzle. Les éléments traditionnels du Zombies font leur retour, comme la Pack-A-Punch qui offre 2 améliorations (dégâts et balles maximales, puis pouvoir spécial) ou la boîte mystère. En plus de contenir des fins cachées, il existe une pléthore d'objectifs annexes pour diverses bonus.

Si le mode classique du Zombies fonctionne toujours aussi bien, le mode Ruée est une très bonne alternative pour les plus aguerris. Bien que ce mode semble accessible à tous, seuls les meilleurs joueurs ou ceux travaillant ensemble pourront espérer aller loin tant la difficulté y est sensiblement plus élevée. Vous disposez de toutes les fonctionnalités du mode Classique, mais sortir de la zone imposée vous blesse petit à petit. De plus, certaines zones où vous devrez survivre sont, au choix, très petites, ou contiennent des points de passage minuscules (notamment des portes) qui pourront bien vite vous tuer. Vous ne disposez fort heureusement pas que d'une vie en Ruée, mais de 3 au départ. Selon votre performance, vous obtenez au fil d'une partie des vies supplémentaires. En revanche, un allié tombé au combat ne peut pas être relevé : la vie est définitivement perdue.

Enfin, le mode Blackout demeure efficace et plaisant... Pour peu que l'on adhère au principe du Battle Royale. En effet, là où un PUBG dispose d'un gameplay lourd, Blackout utilise le gameplay nerveux de Call of Duty. Les affrontements sont donc très rapide, mais sortent aussi des sentiers battus jusque-là par la licence. La possibilité d'équiper une armure plus ou moins lourde déséquilibre complètement certains affrontements au départ d'une partie, puisque l'armure essuie toutes les premières balles. Ce n'est pas forcément le premier qui tire ou le plus expérimenté qui l'emporte mais le mieux équipé. Cela étant dit, avec un peu d'entraînement, Blackout demeure accessible à toutes et tous et offre des moments intenses où vous courrez entre les balles à l'abri alors qu'il n'en reste que 15, craignant le Game Over.

A vous de voir si vous comptez utiliser les nombreux véhicules à disposition, car s'ils offrent une meilleure mobilité, le bruit qu'ils font pourraient bien faire de vous une cible prioritaire ou facile. Tout ce que vous pourrez récupérer en Blackout imposera des choix de votre part, que ce soit les armes à équiper, quelle arme améliorer en priorité, quels bonus conserver, etc. La survie reste ici le maître-mot, et elle ne dépend que de vous (ou de votre escouade si vous jouez à 2 ou à 4).

Point noir à noter, le système d'expérience en Blackout est assez élitiste. En effet, vous ne gagnez de l'expérience qu'en tuant des adversaires, en étant top 15 minimum ou en gagnant une partie. Bien que l'on salue la volonté de sanctionner les fameux campeurs, les joueurs moyens pourraient s'en sentir lésés. De toute façon, le système de niveaux en Blackout n'est pas franchement très gratifiant.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Si la grande partie des trophées sont liés au mode Zombies en demandant de tout y faire (et malheureusement d'en faire beaucoup trop et surtout pas de la façon que vous auriez préféré), ce seront pourtant les quelques trophées liés à Blackout qui ruinent le plaisir de chasser le platine
Ennui et chance à la place du plaisir et du talent

Hélas, pour celles et ceux qui s'aventureront sur la route du platine, tout le fun que peut offrir Black Ops 4 risque bien vite de laisser place à la frustration, l'ennui ou la colère (voire les 3).

Tout d'abord, le mode Multijoueur est peu mis à l'honneur dans la liste de trophées et demande des objectifs classiques sans dénaturer l'expérience de jeu. Pas besoin ici de faire plus de 30 éliminations en une partie ou tout autre tâche ardue, vous devez simplement profiter du Multijoueur. Atteindre le niveau 55, gagner 50 parties (quel que soit le mode multijoueur joué) ou utiliser les gadgets et pouvoirs des spécialistes pour récolter des médailles : du classique que vous ferez sans doute sans vous en rendre compte.

Ce n'est donc pas le Multijoueur qui viendra empiéter sur votre plaisir de chasse. En revanche, le mode Zombies pourrait bien commencer à le détériorer (voire l'achever à lui seul). La grande majorité des trophées de Black Ops 4 à ses zombies, et le moins que l'on puisse dire, c'est que vous n'allez pas chômer si vous comptez vous y atteler. C'est bien simple, tout ou presque doit y être fait.

Bien évidemment, vous devrez finir chaque quête secrète dans chaque carte (et sans guide, c'est presque impossible), ce qui nécessite une coopération avec vos alliés pour les passages cruciaux, ou réussir des défis plus ardus mais sympathiques, comme survivre jusqu'à la manche 20 sans trop avancer dans plusieurs cartes, etc. Les objectifs sont variés mais apportent un challenge supplémentaire à un mode de jeu qui pourrait bien vite tourner en rond si vous ne jouez pas en équipe. Excellente surprise, vous pouvez réaliser la plupart des trophées avec les bots (sauf les quêtes secrètes) !

Le mode Ruée vous poussera à donner le meilleur de vous-même, puisque les trophées liés demandent un niveau plus que correct. Atteindre le bonus de multiplicateur de 100 oblige à tuer souvent des zombies sans prendre de coups (le multiplicateur chute tout seul si vous ne tuez plus de zombies depuis trop longtemps), tandis qu'atteindre un score personnel de 250.000 ou combiné de 500.000 demandera une coopération sans faille de la part de tout le monde. Difficile, mais pas insurmontable : des challenges plus que bienvenus.

Hélas, l'ennui pointera le bout de son nez en Zombies à cause de l'obligation de devoir atteindre le niveau maximal ou de faire passer en prestige 25 des 33 armes disponibles. Tout d'abord, l'objectif de ce trophée semble erronée car atteindre le niveau maximal (55) ne suffit pas, ce qui pourrait laisser entendre qu'il faut atteindre le niveau de prestige maximal, tandis que faire passer en prestige 75% des armes du mode oblige non seulement à de très nombreuses heures de jeu, mais aussi et surtout à jouer à répétition avec la même arme, quitte à ce que vous ne soyez pas à l'aise avec ou que vous ne l'appréciez pas. Les trophées vous poussent donc à jouer encore et encore, ou vous forcent à utiliser des armes que vous n'auriez même pas touché autrement.

Une liste de trophées ne devrait en aucun cas forcer le joueur à aliéner sa façon de jouer à ce point.

Ce n'est pourtant pas fini, puisque Blackout propose son lot de mauvaises nouvelles. Bien que vous aurez à remporter 10 parties de Blackout (ce qui était à prévoir et constitue un défi sympathique que vous auriez de toute façon cherché à faire), tous les autres trophées liés à Blackout sont focalisés sur le déblocage d'apparences.

A première vue, rien de bien sorcier, pourtant, les trophées de Blackout sont un véritable cauchemar. Pour débloquer une apparence, vous devrez obtenir un objet spécial excessivement rare qui vous permet alors d'accéder à plusieurs défis à réussir pour obtenir l'apparence lié à l'objet spécial. Par exemple, il vous faudra déployer 2 barbelés, 1 barricade et finir dans le top 7. Le piège, c'est que les objets spéciaux sont perdus si vous échouez ! Pas moyen d'avoir une seconde chance ultérieure immédiatement, vous devrez à nouveau espérer tomber sur l'objet spécial pour tenter d'avoir l'apparence.

Avec 22 apparences différentes, l'aléatoire s'invite donc dans Blackout, un mode Battle Royale où la victoire n'est déjà pas facile. Ces trophées sont franchement insupportables, puisqu'au lieu d'être de véritables récompenses pour les experts du genre Battle Royale, ils deviennent un incontournable pour les chasseurs de trophées qui risquent donc fort de bien vite se désintéresser ou perdre espoir de voir un jour le platine de Black Ops 4, à juste titre.

Précision finale : outre les trophées bloqués par des bugs déjà mentionnés précédemment, sachez que le platine de Black Ops 4 n'est de toute façon pas disponible à ce jour. En effet, toutes les apparences en Blackout ne sont pas encore disponibles, ce qui bloque naturellement l'obtention de 3 trophées de la liste de Black Ops 4...

 

Note : 2/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
12/20

Call of Duty Black Ops 4 se repose sans surprise sur les acquis de ses prédécesseurs, Black Ops 3 en tête. Malgré une technique toujours plus en retard, le jeu reste vraiment agréable à jouer seul(e) ou à plusieurs par son côté arcade toujours aussi efficace. Le mode Blackout s'avère être une très bonne surprise qui occupera les fans du genre pendant de longues heures de jeu. En revanche, le platine du jeu oblige à aliéner votre façon de jouer ou repose en grande partie sur la chance, au détriment du talent.

Si vous comptez simplement profiter du jeu, vous trouverez largement de quoi faire, mais si vous comptez aller chercher le platine, vous risquez fort de vous casser les dents...

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux habitués des 100%, Aux fans de la série