Test : Azure Reflections


Azure Reflections
  • 1
  • 4
  • 12
  • 22
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Azure Reflections

ps4


39 trophées au total
4 trophées cachés

3 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 1 joueur (33 %)
100% par : 1 joueur (33 %)
Note du jeu
10/20
Discuter du test

Test du jeu
Azure Reflections

  • Test rédigé par Ankou Ankka le 01-06-2018 - Modifié le 01-06-2018


Introduction


« I'M HERE TO WELCOME YOU »

Azure Reflections est un shoot 'em up issu de la grande galaxie Touhou Project, une série de jeux vidéo créée dans le milieu des années 90 et dont le succès n'a eu de cesse de s'étendre jusqu'à trouver un écho dans nos contrées où les jeunes héroïnes de la série semblent avoir gagné le cœur de certains joueurs. De son vrai titre, Maihana Soumakyou : Uniting Barrage Action, Azure Reflections est paru originellement sur PC au Japon en 2012. Le jeu arrive enfin chez nous en ce chaud mois de mai sur PS4 dans une version entièrement retravaillée.

Nous retrouvons Reimu Hakurei, l’héroïne traditionnelle du Touhou Project. La jeune miko enquête sur la réapparition de la Brume écarlate qui recouvre son village. Marque-t-elle le retour de sa vieille ennemie, la vampire Remilia Scarlet ? L'introduction du jeu ne laisse pas planer le doute. Les développeurs multiplient les références à Embodiment of Scarlet Devil, épisode culte de la série et inédit sur consoles, mais sa méconnaissance n'empêche pas la compréhension d'une histoire relativement simple.

Avant de commencer ce test, une petite précision s'impose : Azure Reflections est mon premier jeu Touhou Project. J'avais une vague connaissance de cette série mais je n'ai jamais cherché à la découvrir. Seuls le hasard et la curiosité m'ont amené à y jouer. C’est donc l’esprit vierge de toute idée préconçue que j’ai commencé Azure Reflections et me suis forgé une opinion que je me propose de partager avec vous. Par ailleurs, je tiens à remercier Androraia pour nos discussions, ses conseils et explications.

Contenu du jeu


Certaines attaques sont de toute beauté.
« YOU DON'T APPEAR TO BE LOST »

Si la série a su se renouveler au cours des années en s'essayant à de multiples genres, Azure Reflections revient aux fondamentaux de la série : le manic shooter en 2D horizontal. Le principe du jeu est très simple et reste toujours le même : vous évoluez dans une succession de niveaux où vous êtes attaqué de tous les côtés par des ennemis tirant inlassablement sur votre frêle personne. Si les premières difficultés sont encore gérables, à haut niveau l'écran est envahi par les tirs ennemis qui mettront rapidement vos réflexes à rudes épreuves.

Le mode Story constitue l'essentiel du jeu. Il vous faudra le terminer de nombreuses fois pour débloquer tous les bonus et avancer dans la chasse aux trophées. Au début de toute partie, deux choix s'offriront à vous : le personnage et la configuration de tir. Pour les connaisseurs de la série, sachez que si seule Reimu Hakurei est disponible au début, deux autres personnages pourront être débloqués : la magicienne Marisa Kirisame et la fée des glaces Cirno. Plus intéressant est le choix de votre style de tir : Linear, Spred et Homing. Pour faire simple, soit vous tirez devant en ligne droite, soit en diagonal, soit avec un léger effet d'attraction vers l'adversaire. Quelques essais seront nécessaires pour trouver le style avec lequel vous êtes le plus à l'aise.

Tous les niveaux du mode Story sont bâtis sur le même modèle : quelques combats rapides contre des mobs puis un boss. Celui-ci possède toujours un pattern en trois ou quatre mouvements. Il faudra l'étudier minutieusement pour éviter ses tirs et le vaincre sans trop de bobos. Après votre première partie terminée, vous débloquez un mode Practice où vous pouvez vous entraîner à lutter contre les boss, un mode Practice qui se révélera vite bien... pratique (merci de rire). Si vous parvenez à vaincre le jeu en difficile, vous débloquerez un mode bien connu des fans de la série : le mode Lunatic et sa difficulté infernale.

Soyez avertis : il est impossible de sauvegarder entre deux niveaux. La progression doit être accomplie d'une traite. Il semble que ce soit un procédé récurrent dans les jeux du Touhou Project. Une volonté manifeste de proposer un jeu d'arcade à l'ancienne dans le genre old school. Heureusement, le mode Story est très court : six niveaux minimum, peut-être plus sous certaines conditions. L'impossibilité de sauvegarder se fera surtout ressentir dans les plus hautes difficultés où - n'ayons pas peur de le dire - vous allez vite en baver. Seuls vos gains et vos statistiques sont sauvegardés. La monnaie du jeu sert à acheter des accessoires dans la boutique afin d'augmenter vos capacités. Mais certains accessoires n'offrent rien d'autres que le plaisir d'habiller différemment vos héroïnes. Ce qui - semble-t-il - plait à beaucoup de joueurs...

Le contenu d'Azure Reflections est donc volontier répétitif, la variante principale étant la difficulté. Il aurait pu être un petit jeu rigoureux mais ouvert à toutes et à tous. Hélas, l’impossibilité de sauvegarder une partie en cours laissera bon nombre de joueur sur le bord de la route. Seuls les joueurs exigeants, les as du manic shooter, les nostalgiques de l’arcade, parviendront à extraire la substantifique moelle du jeu. Un choix, semble-t-il, voulu par les développeurs. Soit. Mais c’est dommage.

 

Note : 2/5

Aspect technique du jeu


Un petit air de Castlevania dans les décors.
« SOME THINGS NEVER CHANGE »

Avant de foncer vers le mode Story, un rapide détour par le tutoriel est vivement conseillé. Il est court et synthétique et vous apprend les commandes de base. Elles peuvent paraître un brin difficile au début mais on s'y fait très vite. Votre atout principal dans les combats est le Danmaku Rush, une attaque puissante à effectuer après avoir absorbé les munitions adverses dans votre bouclier. Vous possédez également des Spell Cards, si puissantes que leur force est volontairement réduite face aux boss (ce que j'ai personnellement trouvé dégoûtant >_< ) et une barrière pour faire disparaître les munitions à votre portée. Évidemment, toutes ces techniques ne sont pas gratuites et il vous faudra apprendre à les maîtriser pour vaincre vos adversaires. Il existe également quelques subtilités supplémentaires mais je ne vais pas vous assommer plus que de raison.

Bien que chaque niveau unique possède une identité visuelle bien définie, l'immobilisme plat de l'arrière-plan n'est pas à la hauteur de ce que nous pouvions espérer. Ajoutons qu'entre chaque stage est intercalé un niveau spécial 0.5 redondant qui donne vite au joueur l'impression de tourner en rond. De même, le bestiaire n'est pas très fourni et le jeu échoue à se renouveler lors de notre avancée. La richesse graphique est à chercher dans le déploiement des tirs ennemis. D'une fluidité remarquable, les rafales de vos adversaires envahissent l'écran formant un vrai rideau visuel qui n'a jamais fait laguer le jeu une seule fois. Le joueur n'a aucun mal à louvoyer entre les tirs, impossible de mettre notre maladresse sur le compte d'hypothétiques bugs. À défaut d'être riche, cette stabilité graphique procure un réel confort de jeu.

N'étant pas un connaisseur du jeu, les musiques ne m'ont particulièrement frappées. Mais quelques recherches sur les prédécesseurs d'Azure Reflections m'ont fait comprendre que nombre de thèmes entendus sont ceux attachés parfois depuis longtemps à la série et à ses protagonistes. Les mélomanes apprécieront donc de retrouver une musique connue à réécouter à loisir dans la sound room débloquée dès votre première partie achevée.

De même, le doublage de qualité est l’œuvre de comédiennes professionnelles et familières de la série : Rina Sato reprenant la voix Reimu Hakurei. Soulignons d'ailleurs que le jeu est intégralement en japonais sous-titré anglais. Ce n'est pas gênant pour le scénario qui n'est pas bien compliqué mais la compréhension des commandes lors du tutoriel et des avantages des différents accessoires sera limité si vous ne savez pas vous débrouiller un minimum dans la langue de Shakespeare.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


La joie de la victoire (après dix-neuf défaites consécutives)
« WHAT'CHA DOING HERE ? »

Vous l'aurez compris, j'ai pris peu de plaisir à jouer. Mais je suis un exécrable tireur et seule la curiosité m'a amené sur ce shoot 'em up. Je ne suis pas vous et vous n'êtes pas moi. Si vous vous contentez de jouer en facile et n'avez aucune volonté de persévérer jusqu'à vaincre les modes de difficulté suivants, le plaisir sera de courte durée. La construction entière du jeu repose sur le plaisir potentiel à recommencer encore et encore l'histoire avec les différents personnages, dans les différentes difficultés et ce afin de percer tous les secrets de l'histoire et de débloquer tous les différents bonus. Les niveaux sont courts et l'histoire n'en comporte jamais beaucoup. Le plaisir est dans le défi de repousser sans cesse ses limites.

Évidemment, le plaisir peut aussi se trouver dans un intérêt disproportionné pour la vue de jeunes filles en robe se disputant gracieusement (dans ce jeu, même les vampires centenaires ont l'apparence d'adolescentes). C'est alors un plaisir coupable. Nous ne vous jugerons pas mais soyez prévenus qu'avec juste onze personnages dont seulement trois jouables, ce plaisir-là aussi sera de courte durée. Bien sûr, si vous êtes familier de l'univers du Touhou Project, vous y trouverez peut-être un supplément d’âme que je perçois mal.

 

Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Absorber et contre-attaquer est la base du Danmaku Rush.
« PLAYTIME IS OVER »

La chasse aux trophées sera à la hauteur de votre amour du jeu. Si la passion vous anime assez pour terminer le jeu avec chaque personnage dans toutes les difficultés, vous obtiendrez les trophées progressivement sans même y prêter attention. Au contraire, si vous n’accrochez pas, les trophées baliseront un vrai chemin de croix.

Par la nature du gameplay, aucun trophée ne peut réellement être manqué mais il vous faudra rejouer l’histoire de nombreuses fois. Comme je vous l'ai expliqué, celle-ci est heureusement assez courte. La difficulté Lunatic sera un véritable challenge et vous demandera une connaissance complète des niveaux et des patterns des boss, ainsi que de solides réflexes. Vous devrez également vous entraîner à jouer sans utiliser les spell cards, une arme qui vous manquera vite dans les plus hautes difficultés. Quant à la collection d'accessoires, la monnaie du jeu étant distribuée généreusement à chaque ennemi vaincu, vous n'aurez aucun mal à la compléter.

Si les trophées sont ardus, ils reflètent chaque aspect du jeu et sont pensés pour pousser le joueur à se surpasser et à maîtriser totalement le jeu. Le platine ne sera pas accessible à toutes et tous mais il resplendira sur la cartes des trophées du joueur qui se sera montré capable de vaincre toutes ces mignonnes jeunes filles redoutables créatures surarmés !

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
10/20

Il est difficile de juger à sa juste valeur un jeu vidéo conçu pour un public extrêmement précis. Azure Reflections s'inscrit dans la lignée des titres Touhou Project et les adorateurs de la série retrouveront avec joie ce qui fait la recette de celle-ci. Quant aux non-initiés, si vous cherchez un platine difficile mais pas forcément impossible, Azure Reflections représente un défi intéressant (à condition bien sûr d’aimer les shoot 'em up et ne pas être allergique aux girls' fights et à l’ambiance si particulière de la série). Mais si vous n’appréciez ni le genre, ni le style, prenez garde avant d’acheter, vous risquez de vite déchanter.

Je recommande ce jeu :
Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine difficile