Test : Assassin's Creed Syndicate


Assassin's Creed Syndicate
  • 1
  • 4
  • 7
  • 45
Note des joueurs :
4.2/5 - 227 notes
Note des platineurs :
4.3/5 - 169 notes

Assassin's Creed Syndicate

ps4


57 trophées au total
6 trophées cachés 1 DLC

7558 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 3835 joueurs (51 %)
100% par : 1090 joueurs (14 %)
Note du jeu
15/20
Discuter du test

Test du jeu
Assassin's Creed Syndicate

  • Test rédigé par Aelon le 02-11-2015 - Modifié le 07-12-2016



Introduction


Bienvenue à Londres dans ce nouvel Assassin's Creed. Préparez-vous à démanteler une organisation de templiers solidement installée
"Celui qui est lassé de Londres l'est aussi de la vie, car Londres a tout ce que la vie peut offrir."
Samuel Johnson


En 1868, Londres était le centre du monde. En pleine Révolution Industrielle, la ville, en croissance perpétuelle, regorgeait d'innovations et de grands savants qui firent avancer de nombreux domaines. Mais tout n'était pas parfait. Londres cachait une grande part d'ombre, où la misère des plus démunis était tout simplement insupportable, forçant des familles à vivre dans des conditions inimaginables ou des orphelins à travailler pour gagner leur vie.

Profitant de cette situation, les templiers ont fini par manipuler Londres en secret, en ayant infiltré tous ses échelons. Leur Grand Maître templier, Crawford Starrick, y règne d'une main de fer, gérant des milliers d'hommes et de femmes afin de garder un contrôle total sur la ville.

Dans ce bouillon d'innovations et de misère, deux jumeaux assassins, Jacob et Evie Frye, décident de gagner la capitale britannique afin de la libérer de son joug templier. Prônant la liberté et la récupération de Londres par son peuple, les Frye se lancent dans une véritable guerilla contre les templiers.
En parallèle, vous incarnez dans le présent un initié œuvrant pour les assassins et êtes chargé de retrouver une relique des Précurseurs en suivant les péripéties des jumeaux assassins.

Contenu du jeu


Deux assassins jouables offrant (au final) deux approches différentes : affrontement ou discrétion ?
Nouvelle ville, nouveaux assassins

La nouvelle ville de cet Assassin's Creed est donc Londres en pleine Révolution Industrielle. À l'instar de la ville de Paris dans Unity, la ville est immense. De nombreux monuments célèbres londoniens sont modélisés ici, avec notamment Big Ben et le Parlement, l'abbaye de Westminster, Buckingham Palace, etc. On notera un net élargissement des rues (il faut bien y faire passer des calèches !) et des bâtiments plus hauts : Londres se rapprochant de plus en plus de ce qu'elle est aujourd'hui. Sachez que la Tour de Londres est également visitable pour quelques missions dans le jeu. Fort heureusement, vous disposez de nombreux moyens pour vous déplacer aisément dans cette si grande ville : calèches, grappin ou même téléportation vers les classiques points de synchronisation.

Une autre nouveauté de cet opus est la possibilité d'incarner deux assassins : Jacob et Evie Frye. Si au début les deux jumeaux sont très proches en terme de gameplay, Evie finira par se spécialiser dans la discrétion quand Jacob préférera les approches plus frontales en ravageant ses adversaires au combat. Ces spécialisations se feront via un arbre de compétences partagé entre Jacob et Evie. Les points de compétences étant quant à eux séparés, vous pouvez dès le début décider de spécialiser Evie dans la discrétion et Jacob dans le combat ou bien choisir comme bon vous semble. Ceci dit, cet arbre de compétences comprend quelques talents réservés à Jacob ou à Evie : Evie pourra devenir invisible (rien que ça) si elle reste immobile tandis que Jacob pourra tirer automatiquement dans la tête d'un ennemi qui lui tirait dessus en effectuant un tir préventif. Ces divergences en terme de gameplay ne s'expriment cependant qu'à partir de la moitié du jeu, aussi, vous êtes libre de jouer avec l'un ou l'autre avant cela puisque les points d'expérience acquis sont partagés.

Une aventure plus moderne qui impacte directement le style de jeu

Révolution Industrielle oblige, finies les épées, lances, et autres instruments de combat portés à la taille ! Désormais, les armes utilisées sont bien plus dissimulables (ce qui est parfaitement logique avec le contexte historique) : poings de fer, pistolets, canne-épée ou kukri constitueront à présent votre arsenal. La tenue de Jacob et Evie est beaucoup moins personnalisable que celle d'Arno. En effet, vous pourrez modifier certains éléments de votre équipement, mais au final, puisque chacun de ces éléments augmente plus ou moins vos caractéristiques selon leur niveau, vous finirez avec les équipements de niveau maximum pour profiter de ses bonus sans faire attention à l'apparence. Dommage quand on voit les possibilités offertes dans Unity...

En outre, vos gadgets sont plus restreints (bombe fumigène, bombe voltaïque...) mais cela ne posera finalement pas de gros problème étant donné que les gadgets disponibles permettent d'effectuer de nombreuses actions. Enfin, il faut parler du grappin. Nouveauté de Syndicate, ce dernier vous permettra de vous balader de toit en toit ou même d'escalader un bâtiment à toute vitesse. Cet ajout s'avère essentiel tant les rues sont devenues larges : la progression à pied aurait été très pénible. Croyez-moi, l'escalade est bien plus agréable, même si le parkour reste possible, notamment pour atteindre un point de synchronisation. Ce dernier perd cependant énormément d'intérêt tant les déplacements par le grappin seront plus rapides et faciles.

Concernant l'aventure, le jeu propose 37 missions différentes réparties dans 9 séquences. Comptez environ 15 à 20 heures pour finir l'aventure principale si vous prenez un peu le temps, sinon 10 à 15 heures si vous foncez, et facilement 45 à 50 heures pour finir le jeu à 100%. Le jeu vous rappellera sans cesse que vous devriez monter en niveau avant de progresser dans l'histoire, puisque les ennemis montent progressivement en niveau (de 1 à 10), et un écart de 2 niveaux se fait fortement ressentir dans les combats, les ennemis devenant très puissants et surtout très résistants aux coups.
Rassurez-vous, il n'y a pas que l'aventure principale dans Syndicate. Le jeu regorge d'activités annexes. Entre les activités de libération de Londres (chasse aux templiers, libération d'enfants, chasse aux primes, etc.), la série de quêtes très spéciales que je vous laisse découvrir seul (elles valent la peine d'être faites) ou encore les missions données par vos alliés, vous aurez largement de quoi faire.

Il faut également parler des Rooks. Ces derniers font partie de votre gang et sont prêts à vous suivre si vous leur demandez, pouvant assassiner ou combattre des ennemis afin de vous offrir une diversion. Le système se rapproche ainsi de celui de Brotherhood avec les confrères assassins d'Ezio. Vous pourrez améliorer votre gang afin de renforcer vos alliés (meilleurs niveaux, meilleurs armes) mais aussi saboter progressivement les Blighters. Ceci se traduit en jeu par des ennemis plus faibles, moins bien armés, avec des calèches plus fragiles, etc. Vous observerez donc l'inversion de rapport de force entre Rooks et Blighters dans les rues de Londres, ce qui colle plutôt bien avec l'idée générale d'Assassin's Creed Syndicate.

Enfin, il n'y a pas de multijoueur dans ce jeu. Cette nouvelle en réjouira certains quand elle en décevra d'autres, même si, personnellement, je regrette la disparition du multijoueur axé coopération qui était timidement apparu sur Unity et qui fonctionnait plutôt bien (sur le principe). Cela diminue en revanche fortement le contenu du jeu et les fonctionnalités qu'il propose.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Une modélisation toujours aussi réussie, offrant une Londres en pleine Révolution Industrielle convaincante
Un aspect technique très convaincant...

Indéniablement, le jeu est très beau. Avec des modélisations de bâtiments, bateaux et calèches qui parviennent à convaincre, ses effets de lumière particulièrement réussis (la ville change radicalement entre le jour et la nuit) ou la modélisation des visages qui s'améliore encore légèrement, Syndicate flatte la rétine.

Les graphismes vont par ailleurs de pair avec le level design, qui reste l'une des plus grandes forces de tous les Assassin's Creed. La ville de Londres est très bien modélisée (pour qui y est déjà allé, vous reconnaîtrez sans problème certaines places), avec l'évolution liée à la Révolution Industrielle qui offre la ville la plus moderne visitée dans un Assassin's Creed. Tout le jeu a par ailleurs été pensé pour le parkour, même la traversée de la Tamise avec ses flux de bateaux incessants !

Il y a beaucoup de vie dans cette ville. Grâce aux nombreux PNJ qui effectuent des activités (certains demandent leur chemin, d'autres jouent au cricket, d'autres encore se battent), la ville semble vraiment vivante, même si certains quartiers de Londres semblent plus ou moins être habités : tandis que la zone de Big Ben fourmille de passants et calèches, certains quartiers plus éloignés compteront bien moins de civils et calèches, sans pour autant être vides. On appréciera par ailleurs la fluidité du jeu, qui permet de pleinement savourer chaque instant du jeu sans avoir à subir un ralentissement quelconque.

La bande-son est également toujours très bonne. Les musiques du jeu sont de bonne facture, avec des musiques d'ambiance quand vous vous baladez dans Londres (certes assez rares, elles ont au moins le mérite d'être présentes, comparé à Unity) ! Les bruitages sont également très bons et les doublages français restent corrects sans être transcendants (comparés à un excellent doublage anglais, je vous invite d'ailleurs à jouer en anglais pour profiter des subtilités de doublage de Jacob notamment).

Le gameplay est ce qui a le plus changé dans Syndicate. Les déplacements, le parkour, restent très proches de ceux d'Unity, avec son système de course haute pour escalader ou de course basse pour descendre. En revanche, c'est le système de combat qui change radicalement. Les combats sont beaucoup plus nerveux, avec apparition d'une jauge de combo, augmentation de la vitesse des coups, meurtres multiples et combats plus rapides (les poings de fer ou kukri sont bien plus maniables qu'une épée) mais aussi des ennemis plus rapides... quand ils le veulent (nous allons y revenir).

... qui dévoile ses lacunes petit à petit.

Oui, mais voilà : le système de combat, bien que fort appréciable, finit fatalement par se résumer à un martelage de la touche de coup, puisque les possibilités offertes sont très restreintes. Faisant penser à une ébauche du système de combat des Batman Arkham, les combats de Syndicate ne sont pas assez aboutis. Aucune possibilité d'élimination instantanée, peu de fluidité dans les déplacements entre ennemis, pas de possibilité d'esquive autrement qu'en cas d'attaque d'un ennemi... Un système qu'il faut absolument améliorer à l'avenir afin de le rendre pleinement appréciable.

Le parkour présente lui aussi quelques défauts, avec des assassins qui ne vont pas toujours où on le souhaite, ainsi qu'une utilisation du grappin parfois hasardeuse. S'il reste très simple à prendre en main, ce grappin ne peut pas être utilisé en visant afin de décider précisément où l'on souhaite aller, et l'endroit où vous souhaitez vous accrocher est parfois difficile à atteindre avec le système de visée automatique, il faut bouger la caméra pour modifier le point d'accroche du grappin, une manipulation qui s'avérera parfois très pénible, surtout quand vous souhaitez escalader un bâtiment. Pour finir, armez-vous de patience en prenant les rênes d'une calèche tant la conduite est chaotique. La prise en main des véhicules est très longue, et si au final on les maîtrise plutôt bien, les débuts de conduite seront sans aucun doute désastreux.

L'Intelligence Artificielle a également régressé en comparaison d'Unity. Les ennemis ne parviennent toujours pas à vous suivre en cas de fuite par les toits, ce qui amène souvent à des situations grotesques où vous pourrez observer vos poursuivants courir autour du bâtiment sur lequel vous êtes et répéter "Il/elle est passé(e) par là !" avant d'abandonner leurs recherches. Si cette faiblesse suffirait en elle-même, c'est dans les combats que l'IA révélera ses plus grands défauts. Bien moins agressifs que dans le précédent jeu, les ennemis vous attaquent plus un par un, vous laissant ruer de coups l'un des leurs pendant qu'ils se protègent, attendant patiemment leur tour...

Pour finir, le jeu n'est pas exempt de bugs. Heureusement, on est très loin du fiasco du démarrage d'Unity, mais il y a quelques soucis. On comptera plusieurs bugs de scripts, notamment sur les PNJ. Cela peut vite devenir pénalisant quand il s'agit d'un PNJ faisant l'objet d'une mission qui refuse de bouger. Certains rentrent dans les murs ou personnes (mais sont débloqués si vous les aidez en ôtant l'obstacle... Si c'est un mur, c'est fichu). Il y a également des bugs de collision, avec des ennemis qui peuvent flotter au-dessus du sol si éliminés en pente, ou des ennemis qui traversent des escaliers si assassinés dessus. Je n'ai cependant pas rencontré de véritable bug majeur qui pénalise lourdement mon expérience de jeu, plus des petits bugs qui restent au final plutôt anecdotiques.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Les Rooks sont un vrai plus dans le jeu. Bien qu'il soit possible de ne pas s'en servir, ils restent un excellent moyen de parvenir à vos fins
Faites bouger Londres

En dépit des soucis techniques, le jeu est très plaisant à faire. La simple modélisation de Londres suffit à donner envie de découvrir ses moindres recoins, son histoire. Bien que très convenue, voire peu intéressante, l'histoire d'Assassin's Creed Syndicate vous tiendra en haleine, afin de découvrir ses aboutissants. On pourra néanmoins regretter le faible développement entre Jacob et Evie. Ces deux frère et sœur ayant une vision différente des méthodes à employer (Evie suit les préceptes de son père en réfléchissant aux conséquences de ses actes tandis que Jacob préfère laisser son instinct s'exprimer) pour réussir s'aiment malgré tout, et le jeu ne s'arrête pas assez sur leur relation, rendant le tout très superficiel. Certes, cela n'enlève rien aux missions et à l'histoire, mais aurait vraiment gagné à être approfondi.
Cela étant dit, j'ai particulièrement apprécié le développement de l'histoire des assassins du présent (Shaun et Rebecca, anciens compères de Desmond Miles) ainsi que les nombreux détails sur la "méta-histoire" qui unit tous les Assassin's Creed.

Malgré un gameplay tout juste correct (surtout pour le combat), les différentes situations que l'aventure vous fera découvrir s'avèrent très sympathiques à jouer. Il ne s'agit plus d'enchaîner les meurtres au corps-à-corps, certains ennemis sont plus retords et opposeront une nette résistance lorsqu'ils seront incorporés dans un groupe d'ennemis à battre. De la même manière, votre évolution dans l'univers de Syndicate sera largement facilitée par le grappin, avec les déplacements de bâtiment à bâtiment extrêmement rapides qu'il permet, ou encore grâce aux calèches, vous permettant d'atteindre très vite un endroit donné.

Petite nouveauté, le jeu vous propose différentes façons d'éliminer les cibles clés de l'histoire. En effet, vous pourrez décider de la façon d'atteindre un templier et ainsi jouer une mission différemment d'un autre joueur. En début de mission d'assassinat, plusieurs opportunités vous seront présentées. Libre à vous de les saisir ou non, mais sachez que les opportunités de meurtre unique vous permettent d'éliminer de façon originale chacune de vos cibles en les approchant au plus près discrètement tandis que les opportunités de discrétion vous permettent de débloquer de nouvelles voies vers votre cible, etc. Vous pouvez évidemment choisir de foncer dans le tas et de tuer tout le monde, mais une approche plus discrète s'avérera toujours plus plaisante et plus logique avec l'esprit de la série.

En dehors de l'aventure principale, les différentes activités annexes, bien que redondantes sur la durée, parviendront à maintenir votre intérêt. Si la plupart de celles-ci se résument à assassiner des ennemis de la zone, certaines missions vous demanderont de récupérer vivant un templier, de le conduire jusqu'à une calèche et de le ramener à la police. On a donc une certaine variété dans les activités qui ne se résument fort heureusement pas toutes à tuer tout ce qui bouge dans un périmètre donné afin de réussir la quête.
La progression dans l'histoire se fera assez naturellement. Que ce soit vos assassins, qui évolueront petit à petit par leurs compétences et nouveaux équipements afin de pouvoir vaincre des ennemis qui s'avéreront également progressivement plus forts, ou vos Rooks ainsi que l'influence de votre gang qui vous permettront de régner dans les rues de Londres (ennemis qui n'osent plus vous attaquer dans la rue sans attaque initiale de votre part, fragilisation de leurs véhicules, réductions des prix au marché noir, etc.), on ressent la nette évolution de ce que vous contrôlez au fur et à mesure.

Enfin, le jeu dispose d'une certaine rejouabilité. Certes imparfaite, mais tout de même présente. Comme dans quasiment tous les Assassin's Creed, des défis vous seront proposés en cours de mission, ajoutant des challenges en pleine aventure. Cela permet ainsi de relancer l'intérêt du soft si vous aviez échoué à un objectif et souhaitiez le refaire. En outre, en plus des défis de mission, la possibilité d'assassiner les templiers de différentes façons permet de relancer l'intérêt du jeu en permettant de rejouer une mission différemment de la dernière fois.
Malgré tout, la rejouabilité n'est pas exemplaire et ce sera essentiellement la découverte de Syndicate que vous retiendrez plutôt que les parties suivantes.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Non, je ne fais pas d'erreur : il faut rouler sur le trottoir et détruire des objets pour un trophée. 5000 éléments destructibles, pour être exact...
Des trophées cohérents et très agréables à faire

Comme d'habitude avec les jeux Assassin's Creed, une partie des trophées est liée à votre progression dans l'histoire et se débloquera donc tout naturellement.
Il vous faudra évidemment réussir tous les défis de missions afin d'atteindre une synchronisation de 100%. Ces défis, présentés précédemment, sont parfaitement abordables par tous et ajoutent davantage une plus-value au jeu qu'un simple gonflage de sa durée de vie.

En dehors de ces trophées "automatiques", on trouvera de nombreuses breloques ajoutant des défis supplémentaires à effectuer dans le jeu : nombre de meurtres multiples, nombre de tirs préventifs effectués ou encore d'assassinats depuis une tyrolienne : des challenges bienvenus augmentant l'intérêt du jeu sans sortir de sa logique. Comptez également sur des trophées liés à votre progression dans le jeu (et non à l'histoire), à savoir liés à l'évolution de Jacob et Evie par leurs compétences ou niveau.

Il vous faudra également investir dans vos Rooks afin de les renforcer au maximum et devenir le maître des rues de Londres, libérer la ville du joug templier en effectuant les nombreuses activités annexes proposées, et aider par la même occasion vos alliés.
En outre, les collectibles d'Assassin's Creed Syndicate sont beaucoup moins pénibles à faire que ceux d'Unity. Finis les coffres ou bugs Helix qui flottent dans les airs. Il est ici question de bières, de fleurs séchées, d'illustrations historiques et de lettres royales. En quantité assez faible comparée aux précédents jeux, les collectibles sont d'autant plus simples à récupérer que vous pourrez les atteindre en calèche ou en grappin afin de vous emparer au plus vite. La collecte est donc largement facilitée par les nouveaux moyens de déplacements.

Un trophée complètement illogique et chronophage

Mais, car il y a un mais, il reste un dernier trophée à présenter. Un petit trophée de bronze qui vous demandera "simplement" de détruire 5000 éléments destructibles en calèche.

Tout d'abord, inutile de préciser que 5000 est un nombre gigantesque, et que quand bien même il y a 30 éléments destructibles au mètre carré, cela reste extrêmement pénible. Mais ici, c'est autre chose qui gêne. Rappelons tout de même que nous sommes dans un jeu appelé "Assassin's Creed", où les protagonistes défendent la veuve et l'orphelin et où le meurtre d'innocents est sévèrement puni par le jeu (une désynchronisation survient lorsque trop de civils sont tués). Aussi, quand un trophée demande de rouler avec une calèche tirée par un ou deux chevaux sur le trottoir en heurtant ostensiblement tous les civils qui auraient le malheur de se trouver sur votre chemin, c'est tout simplement l'effarement.

Pourquoi avoir proposé un trophée aussi inutilement long et surtout aussi illogique avec le principe même du jeu ? C'est donc à cause de ce trophée que vous risquez de devoir passer quelques heures supplémentaires sur le jeu, quand tous les autres trophées auront été obtenus sans problème et même avec plaisir, à devoir rouler sur le trottoir, voir des civils se jeter sur les côtés pour éviter de finir en charpie sous vos roues et détruire 5000 objets. Je tiens à signaler que, parmi les atouts du jeu, l'un d'eux requiert de détruire 300 objets, ce qui semble déjà être assez élevé. Pourtant, il ne représente même pas 10% de la progression d'un trophée du jeu... Quel dommage d'ajouter un tel objectif à une liste de trophées jusque là cohérente et globalement satisfaisante.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15/20

Assassin's Creed Syndicate propose une aventure plaisante à faire (nettement supérieure à Unity) soutenue par des graphismes et une bande-son très réussis, mais avec un gameplay inégal et des petits soucis techniques ainsi que des éléments perfectibles. La liste de trophées apporte un intérêt supplémentaire au soft (tout en lui apportant son lot d'incrédulité), vous offrant au final un platine sympathique à faire et accessible à tous.

Je recommande ce jeu :
Aux habitués des 100%, Aux fans de la série, Aux curieux