Test : Assassin's Creed Origins


Assassin's Creed Origins
  • 1
  • 2
  • 21
  • 44
Note des joueurs :
4.7/5 - 217 notes
Note des platineurs :
4.7/5 - 145 notes

Assassin's Creed Origins

ps4


68 trophées au total
24 trophées cachés 3 DLC's

5699 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 3313 joueurs (58 %)
100% par : 565 joueurs (10 %)
Note du jeu
19/20
Discuter du test

Test du jeu
Assassin's Creed Origins

  • Test rédigé par Chibimoko77 le 12-11-2017 - Modifié le 14-11-2017


Introduction


Apprêtez-vous à plonger dans l'Égypte antique.
Assassin's Creed fait partie de ces franchises qui parlent à tout le monde. Que l'on aime ou déteste, ce nom évoque forcément quelque chose. Ubisoft, suite aux critiques faites sur les derniers opus, a décidé de "casser" son rythme de sortie annuel pour proposer un renouveau de sa licence qui ne se limite pas seulement à une nouvelle ville ou région et à un nouveau protagoniste assassin. Deux années après la sortie de Assassin's Creed Syndicate, il nous est proposé d'incarner Bayek à l'époque de l'Égypte antique et plus précisément à la presque toute fin de sa grandeur puisque moins de vingt années après le déroulement des faits contés dans cet opus, l'empire d'Égypte disparaîtra définitivement suite à son annexion par l'empire romain. Cette période, riche en événements culturels (culture égyptienne, grecque et romaine se côtoyant) et historiques, vous fera croiser de grands nom tels que Cléopâtre (je cherche encore son lion...) et Jules César pour ne citer qu'eux. Prenez place dans l'Animus pour vous synchroniser aux données du test.

Le test a été réalisé avec une PS4 Pro et le jeu en version 1.02.

Contenu du jeu


Bayek, le nouveau protagoniste de cette escapade dans le passé.
Une trame principale convaincante...


Vous incarnez Bayek, l'un des deux derniers Medjaÿ encore en activité. L'autre étant sa femme, Aya, que vous pourrez contrôler à quelques reprises durant certaines quêtes (principales et annexes). Point d'assassins car l'Ordre n'existe tout simplement pas (encore). Les Medjaÿ étaient des guerriers et des protecteurs reconnus et respectés mais sont maintenant considérés comme hors-la-loi par le régime de Ptolémée XIV qui n'est autre que le petit frère de la célèbre Cléopâtre (Cléopâtre VII de son vrai nom). Votre aventure démarre sur les chapeaux de roue puisque vous assistez à la vengeance de Bayek sur un certain Roudjek qui serait avec l'Ordre des Anciens, dont il fait partie, responsable de la mort du fils de Bayek et Aya. Ainsi sont posées les bases de votre nouveau périple. Même si c'est la vengeance qui anime Bayek dans sa quête, il n'en oublie pas d'aider les autres et ne s'enferme pas dans sa quête comme l'avait fait Connor dans Assassin's Creed III et qui de ce fait n'a pas laissé une grande empreinte dans la série tant le personnage était au final peu intéressant en termes de touches personnelles et d'évolutions tout au long de son parcours. Bayek n'en oublie pas son devoir de Medjaÿ et réfléchira la plupart du temps à ses actions au lieu de foncer aveuglément et de tuer pour le plaisir de tuer. Au fur et à mesure de votre progression, vous remarquerez que l'Ordre des Anciens est plus important que prévu et que votre quête est loin de se terminer. Sans dévoiler des éléments de l'intrigue, votre quête vous mènera aux plus hautes sphères de l'empire de Ptolémée XIV sans compter sur votre soutien à Cléopâtre et à Jules César. Je passe sous silence les différentes péripéties pour en venir à la conclusion de cet opus. Certains avaient été déçus de la fin de Assassin's Creed Révélations car ils trouvaient le titre présomptueux, sachez que le Origins prendra tout son sens. Il s'agit là clairement d'une des meilleures conclusions de la partie "passé" de la licence. Pour ce qui est de la partie "présent", encore une fois, n'attendez pas grand chose de nouveau. Vous incarnerez une nouvelle protagoniste en la personne de Layla Hassan qui a conçu un Animus capable de se connecter aux souvenirs de n'importe qui à partir du moment où elle dispose de son ADN. De par sa construction, on sent que le jeu a été conçu pour l'histoire du passé et que celle du présent est juste là pour faire la transition et dire qu'il se passe quelque chose.


...avec un univers riche à explorer...


Des univers à explorer, l'Égypte antique fait surement partie des plus riches et également des plus plébiscités par les fans. Ubisoft ne se facilite pas la tâche en choisissant cette période charnière qui amorce inéluctablement la fin de son empire. En effet, l'empire égyptien mélange, à cette époque, les civilisations égyptiennes, grecques et romaines. Ce contraste est saisissant suivant les régions que l'on parcourt tant au niveau de l'environnement que des PNJ présents dans les zones. Le choix de cette époque apporte un peu de fraîcheur après le choix de Paris et de Londres à des époques relativement proches de la nôtre. Rien à redire sur leur modélisation mais il n'y avait pas ce petit quelque chose qui nous faisait voyager comme pour l'Italie de la Renaissance ou pour l'époque des croisades. Vous passez de villes romaines telles que Cyrène, à des villes grecques comme Alexandrie avec son célèbre phare ou côtoyer les grandeurs de l'Égypte avec ses temples et les tombeaux des anciens pharaons. Le tout dans une carte immense à explorer qui sera quasiment accessible dès le départ car il faudra avoir au moins terminé les quêtes de la première région pour être libre de vos mouvements. Certaines zones sont bien évidemment plus chargées que d'autres comme les régions avec des villes imposantes telle que Alexandrie qui regorgent d'activités diverses mais le plateau de Gizeh et certains déserts ne sont pas à négliger avec l'exploration des trois célèbres pyramides de Khéops, Khéphren et Mykérinos ou de la première pyramide à degrés de Djéser. À l'image de Assassin's Creed III mais pas pour les mêmes raisons, il faudra également compter sur la faune car le royaume d'Égypte dispose de nombreuses contrées sauvages. Vous retrouverez aussi quelques batailles navales qui vous rappelleront celles de Assassin's Creed IV Black Flag avec bien évidemment quelques modifications pour coller au contexte historique. À ce sujet, vous aurez actuellement moins de contenu pour les à-côtés historiques. Ces derniers seront présents dans le mode Découverte qui sera l'objet d'un DLC gratuit prévu pour début 2018.


...et de nombreuses quêtes et activités annexes


Après avoir parlé de l'intrigue principale qui s'en sort plutôt très bien, qu'en est-il des à-côtés ? Il s'agit clairement du plus gros remaniement de la licence. Chaque quête annexe bénéficie d'une vraie scénarisation et sera en appui de la trame principale. Il n'y aura pas de conséquence sur cette dernière mais elles la compléteront. Par exemple, une de vos cibles a un général, il y a de très fortes chances que vous vous occupiez de son cas dans une ou plusieurs quêtes annexes. Si certaines d'entre elles vous récompenseront d'un trophée, vous les ferez sûrement pour continuer à vous imprégner de l'univers et aussi pour gagner de l'expérience et de nouveaux équipements. Viennent ensuite les activités annexes. De toutes sortes, elles iront de la récupération de trésors sous l'eau, à l'abordage de bateaux, en passant par l'infiltration de repaires ou de forts pour tuer une ou plusieurs cibles et glaner au passage quelques trésors supplémentaires, ou encore la visite des tombeaux d'anciens pharaons. Ces activités étant l'objet d'un trophée, vous les accomplirez forcément dans votre chasse du Graal mais leurs variétés ainsi que l'intérêt de les compléter (expérience, argent et nouveaux équipements) vous pousseront à les faire de vous-même en grande partie. Il existe deux autres activités, où vous ne serez pas sollicités au cours de ces différentes pérégrinations à part un bref passage dans la trame principale, qui sont l'hippodrome et les arènes de combat. Vous aurez la possibilité de faire des courses de char et des combats dans l'arène. Vous l'aurez compris, il y a de quoi faire.


REQUIESCAT IN PACE


Assassin's Creed Origins dispose de l'un des univers les plus vastes et riches de la licence. Une fois de plus, Ubisoft arrive à nous plonger dans un nouvel univers et l'immersion fonctionne une fois de plus. La quête principale est efficace et sa conclusion est clairement réussie, au point de nous faire oublier la partie "présent" qui n'est juste là que pour justifier cette nouvelle escapade et préparer le terrain pour un nouvel opus. Du côté du contenu annexe, mention spéciale aux quêtes secondaires qui bénéficient d'une vraie scénarisation alors que certaines grandes productions ne s'embêtent même plus à faire un effort et imposent des quêtes inutiles et inintéressantes au possible.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Ouf... j'arrive enfin au somment mais comment on descend ?
Des graphismes soignés...


Une fois de plus, les graphismes font partie des points positifs de la licence. Sans être à la hauteur d'un Uncharted, référence dans le genre, ils restent de très bonne qualité. Le jeu affiche bon nombre de décors différents tant par les différentes architectures (égyptienne, grecque et romaine) que par les environnements (ville, marécage, désert, montagne, étendue d'eau, etc.). Vu la taille de la carte, on aurait pu s'attendre à un traitement différent suivant les zones. Certes, les déserts sont moins chargés mais en contrepartie, ils comportent les tombeaux des anciens pharaons et de l'ancienne civilisation. Un soin particulier a également été apporté aux scènes post-assassinats tant au niveau de l'écriture que de la réalisation.


...avec une bonne bande son...


Commençons par les voix avant de s'attarder sur les musiques. Le jeu vous laisse le choix entre la version originale (anglais) et la version française même si cette dernière doit être téléchargée (gratuitement, je préfère préciser). Rien à redire sur la qualité de la VF, ce qui est le cas sur l'ensemble de la série. Pour ce qui est des musiques, elles font le travail. Cependant, aucune ne restera dans les meilleurs thèmes de la licence si ce n'est le thème principal qui est plutôt efficace. Le meilleur morceau viendra du remix de l'un des meilleurs de toute la saga et accompagnera parfaitement les moments forts de cet opus.


...et avec un gameplay remodelé...


Le gameplay est surement le point qui a subi le plus de modifications. Tout d'abord, du côté de l'interface qui a été réduite au strict minimum. Exit la mini carte en forme de boussole et les roues d'équipement, bienvenue au fil en haut de l'écran qui vous servira de radar pour vous orienter. Le second point est le système de combat, souvent cible des critiques dû à sa facilité et aux files d'ennemis attendant leur tour pour se faire embrocher. Dans cet opus, vous serez libre de vos mouvements et il vous faudra être à l’affût pour éviter les attaques de vos adversaires qui n'hésiteront pas à vous prendre à revers pour parer vos attaques. Ce nouveau système est déroutant les premières heures de jeu puis au fur et à mesure que vous gagnez de nouveaux types d'armes, vous trouverez vos marques. De plus, le système de niveau et de déblocage de compétences initié dans les deux derniers opus est repris pour permettre de faire évoluer l'expérience de jeu.


...avec malheureusement quelques ratés


Aussi bon que soient les points cités auparavant, tout n'est pas parfait. Malheureusement, les bugs incontournables de la licence sont présents : les bugs de collision, que ce soit à cheval ou à pied. Il m'est arrivé de passer au travers d'un décor et d'être bloqué. Rien de bien grave grâce aux déplacement instantanés. Dommage qu'il s’agisse de bugs récurrents de la licence. Autre bug dont j'ai été témoin, le non-lancement d'une cinématique qui fait que la quête reste bloquée. Encore une fois le fait de relancer le dernier checkpoint résout la situation.


REQUIESCAT IN PACE


Assassin's Creed Origins rate de peu la note maximale, la faute aux bugs, certes mineurs mais récurrents liés à la licence. Le gameplay de combat souvent décrié a été repensé pour répondre à ses critiques et ainsi offrir une grande diversité sur la manière de les aborder. Une fois de plus, l'environnement fait mouche et la bande son fait le travail.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


L'arbe des compétences de Bayek où vous pourrez privilégier la branche que vous voulez.
Liberté dans l'exploration...


Comme expliqué dans la partie "Contenu du jeu", la carte est immense et est totalement accessible dès le démarrage (dès les quêtes principales de la première zone terminées). Ensuite, liberté totale dans vos pérégrinations. La nouvelle interface épurée joue dans ce sens mais cela n'empêche pas de faire attention au niveau de la zone sous peine de passer sous le jugement d'Anubis rapidement si vous vous frottez aux adversaires de ces zones. Les environnements diversifiés permettent d'éviter un sentiment de redondance et d'éviter le remplissage "inutile" de certaines zones. Le fait d'explorer les tombeaux est un avantage et nous rappelle les fameux tombeaux de Assassin's Creed II (petit clin d'œil pour les connaisseurs) mais sont nettement moins orientés plateforme et s'intégrent au reste du jeu sans détonner comme l'avaient fait les tombeaux d'assassins. Dernier point à aborder : l'exploration maritime qui est à l'image de Assassin's Creed IV Black Flag. Les batailles navales disponibles dans certaines missions sont toujours efficaces et plaisantes à jouer.


...et dans la façon d'aborder le gameplay du jeu


Longtemps et longuement critiqué, le système de combat a été revu pour cet opus. L'arc fait son grand retour ainsi que la chasse dont les fruits permettent de fabriquer et/ou d'améliorer votre équipement. La lame d'assassin fait également partie de votre inventaire mais un assassinat n'est plus assuré. En effet, pour les ennemis de votre niveau, les ennemis trépassent mais pour des ennemis de plus haute valeur, vous n'enlevez qu'une partie de leur vie. Chaque type d'équipement (lance, hache, massue, etc.) change votre façon de combattre mais avec des caractéristiques propres telles que la hausse des coups critiques avec les lances. De plus, chaque arme (peu importe son type) vous octroie des bonus tels que l'augmentation des dégâts de vos coups critiques, de résistance à certains malus, etc. La valeur de ce bonus est également déterminée par la qualité de la pièce d'équipement qui peut aller de la qualité commune à la qualité légendaire. Les combats jouent aussi la carte de la liberté en vous laissant libre de vos mouvements. Esquives, roulades et verrouillages d'un adversaire rendent les combats plus dynamiques et tactiques. À niveau égal, il est préférable d'opter pour la discrétion pour diminuer le nombre d'ennemis afin de faciliter les combats en cas de détection. La prise de niveau vous permet de vous faciliter la tâche car vous augmentez vos statistiques et à chaque niveau gagné, vous remportez un point d'aptitude. Ces points servent à échanger des aptitudes (cf. l'image de cette partie) dispatchées en trois catégories qui vous permettent d'étoffer votre panel d'actions et ainsi de personnaliser votre personnage comme vous le souhaitez.


REQUIESCAT IN PACE


Assassin's Creed Origins joue clairement la carte de la liberté que ce soit sur le plan de l'exploration ou de l'expérience de jeu. Vous êtes bien évidemment obligé de suivre les missions de la trame principale mais libre à vous de vous organiser comme il vous plait pour le reste. Le nouveau système de combat fait ses preuves et procure lui aussi une liberté au niveau des types d'équipement et des compétences à débloquer.

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


C'est tout ce que vous avez en réserve ? Même pas peur !!!
Une liste très accessible...


La liste de trophées de Assassin's Creed Origins est faite pour les chasseurs ne voulant pas rencontrer de grosses difficultés durant leur quête du Graal. Effectivement, à partir du moment où la base du nouveau gameplay de combat est assimilée et pour peu que vous ayez pris le temps de faire évoluer votre personnage et votre équipement (ce qui sera forcément le cas si vous explorez toute la carte), même les activités/quêtes annexes de niveau maximum ne devraient pas vous résister longtemps. De plus, grâce au paramétrage de la difficulté (qui n'a aucune incidence sur l'obtention des trophées), vous pourrez la modifier au gré de vos besoins et/ou envies. Vous obtiendrez automatiquement onze trophées rien qu'en finissant l'intrigue principale et cerise sur le gâteau, aucun trophée ne pourra être manqué, ce qui fera que vous pourrez aborder votre chasse des trophées comme vous le souhaitez. N'hésitez pas à consulter le guide des trophées pour de plus amples informations.


...qui demande de tout explorer...


Le trophée (Argent) Vieilles habitudes vous demandera de terminer toutes les activités annexes. Elles sont représentées par un point d'interrogation blanc sur la carte et y seront référencées si vous passez à proximité de l'une d'elles où lorsque vous vous synchroniserez à un point d'observation. De ce fait, à l'exception des quelques trophées évoqués dans la partie suivante, vous ferez main basse sur la majorité des trophées restants. Vous risquez même d'obtenir ces trophées avant ceux de l'histoire principale car le fait d'explorer la "zone" avant de faire les quêtes principales vous permettra de vous faciliter la tâche car vous aurez déjà fait le ménage dans certains lieux tels que les repaires de brigands ou les forts qui contiennent généralement des chefs/capitaines qui sont un peu plus coriaces que leurs congénères mais qui s'élimineront aussi rapidement si vous choisissez la discrétion.


...avec quelques trophées annexes


Par "trophée annexe", j'entends trophée qui ne se débloquera pas automatiquement ou qui ne sera pas déjà bien avancé dans son obtention si vous explorez l'intégralité de la carte et faites toutes les quêtes (principales et annexes) et activités présentes. Les actions demandées restent cependant dans le thème du jeu donc cela ne va pas dénaturer votre expérience du jeu telles que contrôler un lion (non je ne ferais pas la référence deux fois) et l'envoyer rencontrer un crocodile ou de jeter un cadavre à des prédateurs tout en étant hors de portée de ces derniers bien évidemment. Je voulais surtout faire référence aux quatre trophées liés aux épreuves d'arène et aux courses de l'hippodrome. Vous "pourriez" passer à côté car ces deux lieux ne seront accessibles qu'après avoir passé un certain stade de l'histoire et ne seront liés à aucune quête et/ou activité. Cependant, les actions demandées restent relativement simples à accomplir. Les courses de char vous demanderont peut-être de recommencer une ou deux fois pour assimiler leurs subtilités. Pour ce qui est des trophées liés à l'arène de Krokodilopolis (celles de Cirène n'est pas liée à l'un des deux trophées et le niveau est supérieur à l'autre arène), il vous est demandé dans un premier temps de remporter les huit combats de base et dans un second temps de vaincre un boss avec une attaque de surpuissance (bien que ce dernier puisse être obtenu lors de votre premier passage durant la quête principale).


REQUIESCAT IN PACE


Cette liste devrait contenter bon nombre de joueurs puisqu'elle allie le fait qu'aucun trophée n'est manquable et que vous ne devriez pas rencontrer de difficulté. Vous devrez également explorer à 100% le jeu (même si certaines quêtes annexes ne rapportent pas de trophées), point qui fera également plaisir aux joueurs qui détestent bâcler leur partie pour accéder à leur précieuse relique tant convoitée. Comptez au minimum 50 heures pour obtenir votre (Platine) sans pour autant avoir un ressenti de lassitude tant les environnements sont variés (déserts, delta du Nil, tombeaux, villes égyptiennes, romaines et grecques). Les trophées ne donnent pas un sentiment de remplissage car le jeu nous donne envie d'explorer son univers.

 

Note : 5/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
19/20

Ubisoft a réussi son pari en apportant de la fraîcheur à sa licence. La coupure de deux années a été bénéfique et cela se ressent sur l'expérience de jeu tant au niveau de l'intrigue principale que des activités annexes. Cet opus "échoue" cependant à obtenir la note maximale à cause de bugs récurrents de la série qui sont quand même largement moins présents que lors de la sortie des opus précédents. Bayek se fait un nom parmi les protagonistes de la série même s'il reste en retrait au niveau charisme par rapport à Ezio, Altaïr ou Edward mais est clairement au-dessus des autres. Son histoire se suit agréablement et sa conclusion donne un véritable sens au titre de cet opus. Gageons que Ubisoft poursuive dans cette voie car au vu du résultat final de Assassin's Creed Origins, cela ne peut annoncer que de bonnes choses.

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile