Test : Alien : Isolation


Alien : Isolation
  • 1
  • 3
  • 5
  • 42
Note des joueurs :
4.5/5 - 86 notes
Note des platineurs :
4.7/5 - 53 notes

Alien : Isolation

ps4


51 trophées au total
6 trophées cachés

3086 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 504 joueurs (16 %)
100% par : 504 joueurs (16 %)
Note du jeu
16/20
Discuter du test

Test du jeu
Alien : Isolation

  • Test rédigé par kiba22 le 10-11-2014 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Le détecteur de mouvements sera votre meilleur ami
Après la débâcle du précèdent Aliens : Colonial Marines, Sega était dans l’obligation de rectifier le tir et d'apporter un nouveau souffle à une saga qui tend à sombrer dans l’oubli depuis plusieurs années déjà. Sega a donc changé du tout au tout puisqu’on retrouve un nouveau studio « Creative Assembly » pour le développement. En parallèle on change également le style de jeu pour passer d’un FPS/Action à un FPS/Survival orienté infiltration. Nous avons donc ici un jeu mettant en avant la discrétion, l’infiltration le tout dans une optique de survie, ce qui renvoie directement au premier film signé Ridley Scott.

Changement de cap nécessaire mais osé qui permet également de se démarquer de la concurrence à l’heure ou les jeux orientés action et tout public sont devenus légions. Maintenant que les ingrédients sont présents il faut voir si la recette fonctionne. Réponse ci-dessous !

Contenu du jeu


Chaud devant !
Malgré le nombre de suites qu’a connu Alien : le huitième passager, ici Alien : Isolation choisit d’écrire son chapitre directement en lien avec la saga. L’histoire se situe entre le 1er film de Ridley Scott et le 2ème épisode « Aliens » de James Cameron sorti 7 ans après. Vous incarnez ici Amanda Ripley, la fille d'Ellen Ripley déjà évoquée dans « Aliens ». Amanda apprend 15 ans après l’évènement survenu dans le 1er film que la compagnie « Weyland-Yutani » détient des informations sur sa mère Ellen. Amanda dans l’espoir de la retrouver, se lance donc sur la station orbitale Sevastopol, bien décidée à retrouver la trace de sa génitrice. Malheureusement, sur place, Amanda découvre bien peu d’indices mais surtout des survivants peu enclins à coopérer, des androïdes déglingués et un xénomorphe qui en bave pour elle !

Suis moi - je te fuis, Fuis moi – je te suis

Amanda se retrouvera donc globalement bien entouré d’ennemis et peu d’alliés. Malgré tout, nous aurons à disposition au fil de l’aventure un kit de survie pour nous défaire des pires situations (et il va y en avoir). On retrouvera donc à disposition colt, fusil à pompe, pistolet à clou, bombe IEM, cocktail molotov entre autres et bien évidemment le lance-flammes, arme emblématique de la saga. Si le jeu se veut être purement orienté « infiltration » dans la première partie de l’aventure, où il faudra éviter de faire feu à tout va sous peine de se retrouver empalé par notre cher ami baveux, le jeu se voudra être un peu plus orienté « action » dans une deuxième moitié de partie ou il faudra user de votre arsenal pour vous défaire de certains androïdes ou survivants un peu trop collants. Bien souvent on privilégiera l’infiltration ou même la fuite en utilisant des conduits pour se faufiler entre les ennemis. À noter qu’il est possible d’attirer l’alien sur des survivants pour faire le ménage ce qui est dans certaines situations plutôt utile et forcément jouissif.


Xénomorphe, fais moi peur !

Car c’est bien la peur qui nous guide au fil de l’aventure, on se retrouve souvent à être en stress au vu de ce qui nous attend dans la pièce suivante et on évolue au fil du jeu en étant conscient que l’alien peut être partout. On parcourt donc dans la plus grande discrétion (n’espérez pas courir plus de 30 secondes avant de signer votre arrêt de mort) l’ensemble des niveaux en prenant garde à l’environnement autour de soi et en restant à l’écoute de bruits suspects qui pourraient en dire long. Le jeu fait également en sorte de nous faire redouter l’alien puisqu’il est invincible pour conforter ce sentiment d’impuissance. La peur du joueur au cours du scénario sera variable en fonction de chacun malgré tout, même si la peur n’est pas omniprésente, la crainte, elle, est toujours la nous offrant (personnellement) quelques beaux sursauts devant votre écran.


Si notre héroïne se fera quasi-systématiquement tuer dans un premier temps à chaque fois qu’elle sera repérée par l’alien, le jeu nous offrira quelques moyens de répliquer à l’alien via notamment le lance-flammes qui fera fuir l’animal.

Si l’ambiance « survival » est donc relativement bien réussi on regrettera cependant des points de sauvegardes « manuelles » mal placés qui nous feront bien souvent foncer vers eux plutôt que se concentrer sur l’objectif ce qui est dommage. L’ambiance est également un peu gâchée par l’IA des ennemis et c’est assez frustrant quand l’alien nous déloge de notre cachette (synonyme de mort) alors qu’il ne nous a pas vu y entrer. Une IA donc un peu en dent de scie sur ce point. Globalement si l’ambiance est de très bonne facture elle se retrouve parfois court-circuitée ce qui nous éloigne un peu du côté « survival » où nous sommes plongés de fort belle manière.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


On sourit, le petit oiseau va sortir
Concernant les graphismes le jeu est plutôt réussi, le xénomorphe est vraiment bien fait, et nous offrira quelques sueurs froides. On retrouve également de très beaux décors majoritairement en huis clos (forcément dans l’espace). Le jeu par contre nous offre le plaisir de retrouver des lieux connus pour ceux qui ont vu les films ce qui est appréciable. Les fans de la saga pourront donc faire preuve de nostalgie à plusieurs reprises en revoyant certains endroits.

La bande son est également plutôt soignée. On regrettera toutefois aucune VO et également l’absence de la voix française de l’actrice Sigourney Weaver, icône de la saga. Une fois ces petites absences digérées, on retrouve une ambiance extraordinaire tout au fil du jeu, une ambiance glaciale, glauque qui renforce la sensation d’insécurité du personnage au fil de l’aventure. Cette superbe ambiance permet d’autant plus de mettre en avant le côté survie du personnage qui doit se cacher pour survivre et avancer dans la plus grande discrétion. On se retrouve donc la plupart du temps à être à l’affût du moindre bruit qui pourrait provenir de la bête !

Le gameplay est un point clé du jeu puisqu’il est issu d’un concept plutôt intelligent et innovant entre FPS et Survival. Cette approche originale pour un jeu « Alien » jongle donc entre les deux en nous offrant des chapitres ou il faudra vraiment être discret pour ne pas finir embroché par l’alien, et des passages plutôt FPS ou il faudra user un peu de la gâchette pour se défaire de quelques coriaces pour se frayer un chemin dans la station. La jouabilité reste plutôt simple à prendre en main en jonglant entre les armes, et le détecteur de mouvements qui s’avèrera être fondamental à chacun de vos déplacements.

La durée de vie également est vraiment excellente. Comptez une vingtaine d’heures à peu près pour terminer l’aventure. Vingt heures vraiment plaisantes puisque l’on jonglera entre l’infiltration la majeure partie du temps mais aussi quelques chapitres plutôt orientés FPS pur.

Au niveau du scénario, on ne peut que saluer la prise de risque puisqu’on retrouve un scénario propre au jeu qui ne pompe en aucun cas les anciens jeux ou films de la série. Le scénario ici nous met face au désir d’une fille de retrouver sa mère disparue des années plus tôt. Malgré tout le jeu offre du fan service à tout va et les inconditionnels de la saga ne pourront que s’extasier devant le nombre de références au premier film notamment de la saga. On retrouve donc finalement un scénario qui ne bouleverse pas la saga et qui s’insère de belle façon entre les deux premiers films.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Vous pensez que ça suffira ?
Le jeu ici nous offre plusieurs niveaux de difficulté pour mettre nos nerfs à l’épreuve. Sachant qu’il faudra au minimum faire le jeu deux fois pour espéré décrocher le platine. On prend tout de même du plaisir à refaire le jeu même si en soit on apprend vite comment se camoufler efficacement et duper l’alien. Globalement le jeu sera à refaire et refaire uniquement pour les fans de la saga. Malgré tout le plaisir est bien la et faire le jeu surtout pour la première fois nous met face à l’ennemi avec le sentiment qu’il va falloir tout mettre en œuvre pour survivre avec le sentiment d’être traqué.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


On retrouve des endroits bien connus
Concernant les trophées de Alien : Isolation, ils sont vraiment plaisants à faire et en adéquation avec le jeu. Le trophée « D’une traîte » qui nous impose de terminer le jeu sans mourir renforce le côté survie et le stress ne sera que décuplé face à diverses situations. Malgré tout on retrouve (malheureusement) un tas de collectibles à ramasser ce qui peut être parfois énervant pour certains. En soi le platine n'est pas très dur bien que le trophée "d'une traîte" qui nous impose de finir le jeu sans mourir peut paraître assez redondant au final avec une petite astuce le trophée se débloquera sans trop de sueurs froides si vous vous fiez au guide.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
16/20

Il aura fallu des années pour que la saga Alien se penche sur un survival. Le pari était donc osé d’autant plus qu’il fallait redorer le blason après un jeu précèdent juste cauchemardesque. Malgré tout la prise de risques est ici récompensée puisque le mélange entre FPS et Survival prend forme de fort belle manière. Véritable hommage au premier film de Ridley Scott, les fans se retrouveront dans ce Alien : Isolation qui saura charmer autant les fans que les amateurs de sensations fortes. Pour ce coup d’essai « Creative Assembly » s’en sort plus que bien en nous réconciliant avec la saga Alien. Même si le jeu possède quelques petits défauts, on espère voir tout cela rectifié dans un prochain épisode de notre amie Amanda ?

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux fans de la série