Test : Proteus


Proteus
  • 1
  • 4
  • 6
Note des joueurs :
2.3/5 - 31 notes
Note des 100% :
2.6/5 - 14 notes

Proteus

ps3
vita


11 trophées au total
3 trophées cachés

1347 joueurs possèdent ce jeu

100% par : 219 joueurs (16 %)
Note du jeu
10/20
Discuter du test

Test du jeu
Proteus

  • Test rédigé par V-Phantomhive le 29-09-2014 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Lost, le disparu.
Proteus est un jeu conceptuel d'exploration contemplative. Proposant une expérience spéciale et pour la moins unique, il est difficile d'être objectif à son égard, tant celui-ci repose sur une appréciation subjective propre à chacun.

Le jeu vous propose d'explorer et de découvrir l'île sur laquelle vous venez d'arriver, à travers le prisme du cycle des saisons et du jour et de la nuit. Chaque nouvelle île est générée aléatoirement, de manière à proposer une expérience différente mais similaire en même temps.

L'aventure commence sur l'eau. Vous débutez en effet en marchant sur la mer, ayant dans votre champ de vision une île, au loin. Par curiosité, mais aussi parce que le gameplay ne vous laisse pas vraiment le choix, vous décidez donc de vous rendre sur cette île. A ce stade du jeu, sachez que vous maîtrisez l'ensemble des commandes du jeu : (stickG) pour se déplacer, (stickD) pour manipuler la caméra et son champ de vision. Un gameplay pour le moins épuré et minimaliste, qui a au moins le mérite d'être accessible pour les plus jeunes joueurs, mais qui ne propose aucune sorte d'interaction manuelle avec l'environnement qui vous entoure.
En compagnie de votre personnage, c'est maintenant à la découverte de l'île qu'il vous faudra partir, à défaut d'avoir le moindre scénario ou quête principale dans votre ligne de mire.

Contenu du jeu


Un kilomètre à pieds, ça use, ça use...
L'exploration est l'intérêt principal du jeu, pour ne pas dire son unique fonction. Sur ce point, force est de reconnaître que l'île sur laquelle vous êtes est très grande : par ailleurs, le jeu génère une nouvelle île à chaque fois que vous démarrez une partie, ce qui a le mérite de limiter la monotonie.

A défaut d'être varié dans son "scénario", Proteus l'est au moins dans son environnement. Au fur et à mesure du temps passé sur l'île, les conditions climatiques changeront (pluie, beau temps), de même que le cycle jour/nuit. L'intérêt résidant dans le fait que chacune de ces périodes dispose d'une ambiance qui lui est propre, visant à vous proposer à chaque fois une nouvelle exploration. A cela s'ajoute un changement des saisons, qui constitue autant d'étapes indispensables pour finir le jeu. Sur ce point, on ne peut qu'admirer le travail qui a été fait pour respecter au mieux chacune des saisons : les animaux, les plantes, les montagnes, tout varie à mesure du temps qui passe. On se prend à rester un peu plus longtemps dans sa saison favorite, tandis que l'on cherche à achever au plus vite celles qui nous plaisent le moins (graphiquement comme musicalement). Ainsi, le crépuscule de l'automne avec ses lucioles est juste somptueux ; le paysage en hiver, sur le sommet d'une montagne, à couper le souffle. A condition de supporter les pixels.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Que l'on adore ou que l'on déteste, la patte artistique ne laisse pas indifférent.
Tout de suite, le style graphique de Proteus frappe. Pour le résumer, on pourrait dire qu'il s'apparente à un ensemble de pixels, plus ou moins colorés et cohérents. Et c'est tout. Une volonté rétro donc, un peu déstabilisante au début, mais à laquelle on finit par se faire.

Le jeu dispose également d'un bande-son et d'un bruitage pour le moins étranges, parfois plaisant, parfois agaçant, dans tous les cas incontournable. Chaque saison dispose d'une musique qui lui est propre, tantôt banale (celle de l'été par exemple), tantôt très travaillée (celle de l'hiver). Vos actions, ou plutôt votre exploration, aura également pour effet de provoquer différents bruits, que ce soit en présence de certaines pierres, mais aussi lorsque vous vous lancerez à la poursuite de divers animaux. Au même égard que l'ambiance graphique, on finit par s'accoutumer à ce design audio, même si l'ensemble reste inégal.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Apaisant ou ennuyant, c'est selon.
Si vous avez aimé votre première exploration du jeu, vous adorerez y rejouer. Cet argument tautologique pour vous dire que le jeu n'a aucune finalité en lui-même. Heidegger disait que la rose n'a pas de "Pourquoi?" : il en va de même pour ce jeu. Proteus n'a d'autre essence que sa propre existence. Ce n'est qu'à condition d'adhérer entièrement à son concept que vous trouverez une re-jouabilité. Le jeu n'est ni difficile, ni long : son immersion ne repose que sur l'attention que vous lui accorderez. Ce n'est pas le jeu qui vient vous chercher, c'est à vous d'aller le découvrir. Proteus est un jeu qui peut vous permettre de prendre votre temps, ou de le perdre, selon les goûts. Il s'inscrit ainsi dans la continuité de jeux tels que Flower, ou encore Journey, que l'on peut refaire à l'infini sous réserve de se laisser captiver par leur ambiance. Les plus jeunes pourront y trouver leur compte, l'expérience étant un jeu d'éveil formidable.

 

Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Les intitulés des trophées vous donneront très certainement envie de vous taper la tête contre cette maison.
La liste des trophées de Proteus est au moins aussi mystique que le jeu en lui-même. Chaque description est une envolée lyrique et philosophique, une séance de "Voyage au bout de la Nuit" condensée en quelques lignes. Tous ceux qui aiment écouter le travail de leur encéphale y trouveront un grand intérêt, les autres consulteront (à raison) le guide le plus rapidement possible. Une liste de trophées faite par des poètes, pour des poètes.

Là encore, tout repose sur l'exploration, et votre plaisir à les chasser dépendra essentiellement de votre adhésion au jeu lui-même. Aucun réel challenge, et un temps très court pour les obtenir : mais ces derniers ont le mérite d'être cohérents vis-à-vis du concept du jeu , vous proposant de découvrir l'île de jour comme de nuit, et dans toutes les saisons. Se balader le long d'une plage, s'asseoir sur une montagne, observer des plantes... Visiter. Découvrir. Une chasse purement contemplative, passablement frustrante.

 

Note : 2/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
10/20

Proteus est un "jeu" qui laisse dubitatif. Même à supposer une affection particulière pour les jeux indépendants, on est ici à la limite de l'acceptable. Telle une oeuvre d'art abstraite, certains trouveront l'expérience géniale, tandis que d'autres l'estimeront dénuée d'intérêt. Reposante et relaxante, sans doute, frustrante et agaçante, aussi. Jeu conceptuel, ou concept de jeu ? Difficile à dire, et tout aussi improbable à conseiller qu'à apprivoiser.

Je recommande ce jeu :
Aux enfants, Aux spécialistes du genre, Aux habitués des 100%