Test : Child of Light


Child of Light
  • 0
  • 1
  • 19
Note des joueurs :
4.5/5 - 26 notes
Note des 100% :
4.7/5 - 21 notes

Child of Light

ps3


20 trophées au total
4 trophées cachés

803 joueurs possèdent ce jeu

100% par : 387 joueurs (48 %)
Note du jeu
17/20
Discuter du test

Test du jeu
Child of Light

  • Test rédigé par Warriortidus le 21-12-2014 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Première rencontre entre Aurora et Igniculus
Child Of Light, c'est l'histoire d'un jeu de rôle réalisé par l'un des géants du jeu vidéo (Ubisoft), avec un studio occidental (Ubisoft Montréal), s'inspirant grandement des RPG japonais, le tout avec une esthétique et un style rappelant bon nombre de jeux "indépendants". Même si les moyens humains et financiers étaient plus importants que la plupart des ces jeux indépendants, Child Of Light n'en reste pas moins un projet atypique dans le catalogue d'Ubisoft. Le jeu, sorti en Avril 2014, se démarque clairement des productions de l'éditeur (Assassins Creed, Rayman, Far Cry,...), d'autant plus qu'il est proposé à 15€ en téléchargement.

Child Of Light est donc un jeu de rôle où vous sera conté (et c'est le mot) l'histoire d'Aurora, fille d'un duc autrichien à la fin du XIXe siècle. Notre princesse meurt dès le début de l'aventure, à la grande tristesse de son père...mais se réveillera en Lemuria. Elle y découvrira un monde magique, peuplé de créatures et personnages hauts en couleur. Rapidement accompagnée par Igniculus, une luciole qui vous sera grandement utile au fil de l'histoire, Aurora cherchera à retourner dans son monde et ainsi retrouver son père. Elle y découvrira ainsi sa destinée, celle de l'enfant de Lumière, et se mettra en quête de retrouver le Soleil, la Lune et les Etoiles (qui sont aux mains de la Reine de la Nuit), afin de pouvoir rentrer chez elle.

Contenu du jeu


La poésie peut être drôle
Child Of Light est donc un jeu de rôle où l'histoire est inspirée des contes de fées. Le scénario, bien qu'assez classique dans son déroulement, s'avère être très agréable à suivre, avec son lot de rebondissements, mais je n'en dirai pas plus pour ne pas vous spoiler. L'histoire est d'ailleurs soutenue par des dialogues à l'écriture originale : composés uniquement en vers et en rimes, ces derniers s'enchaînent à l'image d'un poème. Bien que déroutante au début, cette façon de narrer l'histoire est une franche réussite, et on appréciera les moments drôles où un personnage casse sans cesse la rime, laissant Igniculus ou Aurora la terminer.

Vous aurez d'ailleurs l'occasion de "recruter" des compagnons de route tout au long de votre périple, chacun possédant sa petite histoire, son style et ses compétences. Le jeu vous proposera rapidement une grande liberté de mouvements que ça soit par l'obtention d'ailes pour voler à travers les niveaux, ou alors la possibilité de se téléporter dans des lieux déjà visités, par le biais de votre carte. Vous pourrez ainsi choisir de suivre l'histoire principale, de vagabonder à la recherche de trésors, ou de faire un petit détour pour réaliser une quête annexe. Ces dernières ne sont pas forcément très nombreuses, mais permettent de voir quelques scènes cocasses (comme la quête du "cochon volant") et d'obtenir quelques récompenses utiles (comme des potions diverses ou des Oculi).

Ces Oculi sont en fait des pierres précieuses , qui une fois installées sur vos armes, armures ou en accessoires, vous octroient des bonus comme la résistance à un élément, ou bien des PV supplémentaires. Il vous sera possible de fusionner des pierres précieuses identiques afin d'augmenter leur efficacité, mais aussi de créer de nouvelles pierres originales en fusionnant des pierres différentes (par exemple, un Rubis associé à un Saphir donnera un Améthyste). Vous passerez donc un peu de temps à fusionner vos Oculi, afin de mieux équiper vos personnages ; il n'y a en effet pas de possibilité d'obtenir de nouvelles armes ou équipements.

À l'image de bon nombre de RPG, vous gagnerez de l'expérience et des niveaux suite à vos combats, qui permettront de débloquer des compétences ou bonus pour chaque perso. Il est intéressant de souligner que même les alliés n'ayant pas participé au combat gagnent tout de même de l'expérience, évitant ainsi de se retrouver avec des personnages à la traîne par rapport à d'autres. Chacun aura aussi ses propres compétences (qui elles-mêmes possèdent plusieurs niveaux), donc vous n'aurez pas deux combattants identiques, vous obligeant aussi à intervertir vos personnages en fonction de votre situation en combat. Vous pourrez choisir Óengus si vous souhaitez taper fort, ou plutôt Finn si l'adversaire est sensible à la magie, ou encore Tristis si vous avez besoin de protection par exemple. Chacun des personnages saura donc se rendre utile au fil de l'aventure, bien que la difficulté du jeu ne soit pas particulièrement élevée (si vous souhaitez un peu de challenge, n'hésitez pas à jouer en mode Difficile), j'y reviendrai plus tard.

En tant que jeu de rôle, vous n'aurez bien sûr qu'un seul mode de jeu, à savoir l'aventure. Sachez cependant qu'il est possible de vivre cette aventure en coopération, le second joueur contrôlant alors Igniculus, la luciole ; ajout pas forcément toujours indispensable, mais toujours agréable. Le jeu reste cependant relativement court (comptez 10-15H pour en faire le tour une première fois) : on est partagé entre le fait qu'une quinzaine d'heures, c'est peu pour un RPG, mais qu'il ne faut pas oublier non plus que le jeu est proposé à 15€. Pour ceux qui seraient tenter de revivre l'histoire, un New Game + existe, vous proposant des ennemis plus coriaces, tout en gardant les compétences débloquées lors de votre première partie.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


En position de combat
Comme dit dans le contenu du jeu, Child Of Light est véritablement pensé comme un conte de fées. Les décors (en 2D) sont comme dessinés et peints à la main, et accompagnés de petites animations rendant le tout à la fois vivant et fascinant. En plus d'être sublimes, les décors seront aussi assez variés, et vous prendrez plaisir à découvrir chaque nouvelle région. Et si vos yeux vous disent merci de leur offrir un tel spectacle, vos oreilles vont aussi apprécier l'aventure. La bande-son écrite par Coeur de Pirate est tout simplement magnifique, et colle parfaitement à l'ambiance du jeu. Vous l'aurez compris, la réalisation de Child Of Light vaut à elle seule les quelques euros que vous débourserez pour vivre cette aventure.

Mais si Ubisoft a mis les petits plats dans les grands pour l'aspect visuel et sonore, le gameplay n'a pas été laissé de côté non plus. Les habitués des RPG auront le plaisir de retrouver un système de combats au tour par tour, très classique. Vous remarquerez la présence d'une barre de chargement en bas de l'écran, où la position de vos ennemis et celle de vos deux personnages y est indiquée. Il sera important de garder un œil sur cette barre, afin de choisir quelles actions entreprendre. Une fois arrivé à la partie rouge de cette barre, vous aurez le choix de défendre, ou d'utiliser une compétence. Le choix est important, car chaque compétence a un temps de chargement bien précis, et choisir une compétence qui prend du temps à être lancée peut être fatal autant à vous qu'à vos adversaires. En effet, si vous attaquez avant vos adversaires et que ces derniers se trouvaient aussi dans cette barre d'action, vous pourrez non seulement les blesser, mais aussi les stopper en faisant une "Interruption". Vos adversaires seront donc bon à recommencer leur attaque, vous laissant le temps d'enchaîner votre prochaine attaque. Mais c'est aussi valable dans l'autre sens, les ennemis pourront aussi vous interrompre. Il sera donc parfois utile d'utiliser la Défense, afin de ne pas subir d'Interruption, et pouvoir lancer plus rapidement la prochaine attaque. Et ce n'est pas fini, puisque vous avez aussi votre couteau-suisse, à savoir votre luciole Igniculus, qui sera d'une grande aide.

Ce cher Igniculus saura donc être un allié de choix tout au long de l'aventure. En combat, il vous permettra de récupérer des PV grâce à sa lumière, si vous le laissez près de vos combattants. Mais vous pourrez aussi l'amener à aller aveugler les ennemis, les ralentissant et ainsi vous laissant le temps d'attaquer avant. Cependant la lumière d'Igniculus reste limitée en combat, et même si vous pourrez la recharger par le biais de vœux disponibles dans les coins de l'écran (eux aussi limités), vous ne pourrez pas aveugler indéfiniment vos ennemis. En plus de se rendre utile en combat, Igniculus sera aussi utile en phase d'exploration. Il sera ainsi capable de récupérer des trésors, des voeux (permettant aussi de récupérer un peu de PV/PM, comme en combat), d'activer des mécanismes inaccessibles pour Aurora, d'éclairer des zones dépourvus de lumière, d'aveugler les ennemis pour les attaquer par surprise (ou les éviter au choix), et enfin de résoudre certaines énigmes (en projetant des ombres sur le mur).

Vous l'aurez compris, l'aspect technique du jeu est un des points forts du jeu, vous en aurez clairement pour votre argent : le gameplay est plus profond que ce qu'il peut paraître après les premiers combats et la direction artistique est tout simplement sublime.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Un aperçu de l'arbre de compétences
Pour toutes les raisons citées précédemment, le jeu sera très plaisant à faire. En effet, vous aurez rapidement une grande liberté de déplacements, le tout dans un univers magique et enchanteur. Les combats seront de plus assez agréable à faire, le gameplay proposant pas mal de possibilités. Il est aussi important de constater que le jeu ne vous obligera pas à faire de "level-up" (du moins en mode Normal), et ne vous obligera pas non plus de faire des dizaines d'aller-retour (afin de gonfler artificiellement la durée de vie du jeu). Vous aurez donc une bonne dizaine d'heures de jeu, en jouant de manière naturelle, et en profitant simplement du jeu.

Le jeu vous proposera également un New Game +, où vous garderez vos compétences, et devrez vous battre contre des ennemis plus puissants. A voir donc pour ceux qui le souhaitent, car cette seconde partie ne sera pas nécessaire pour ceux qui aiment chasser les trophées.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Petite Aurora deviendra grande
A l'image du jeu, les trophées seront aussi très plaisants à faire. Une bonne partie des trophées sont liés à l'histoire et au recrutement des personnages, et s'obtiendront donc en avançant dans l'histoire. Quelques trophées vous demanderont de réaliser certaines actions en combat (comme interrompre 3 ennemis en même temps), d'ouvrir un certain nombre de coffres, ou encore de réaliser quelques quêtes annexes. Absolument rien d'insurmontable donc, sachant qu'il n'est même pas demandé de finir le jeu en difficile. Il n'y a même qu'un seul trophée sur des collectibles (où il faudra collecter des confessions), qui ne sera pas non plus d'une grande difficulté, si vous êtes un minimum curieux (d'autant plus qu'il n'y aura "que" 16 confessions à trouver).

On pourra cependant regretter l'absence d'un platine (alors que de plus en plus de jeux PSN en possèdent), et éventuellement le manque de challenge. Il reste que Child Of Light est le jeu parfait pour passer un bon moment (surtout après avoir jouer/platiner un jeu difficile), et récolter quelques trophées sans forcer.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
17/20

Child Of Light est un ravissement pour les yeux
Mais aussi une mélodie pour vos oreilles
Alors ne vous posez pas une question ni deux
Et n'hésite pas à jouer à cette merveille !

Laissez vous tenter par ce monde féérique
Dans le rôle de la princesse Aurora
Accompagnée de ses compagnons fantastiques
Et sauvez le monde de Lemuria

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile